Akila Salah : «L'Algérie pays le plus proche de la Libye»

Akila Salah, président du Parlement libyen. D. R.

Le président du Parlement libyen, Akila Salah, s'est félicité mercredi du soutien de l'Algérie en faveur du règlement de la crise en Libye, précisant que «l'Algérie est le pays le plus proche de la Libye et sa position, claire depuis toujours, est d'une grande importance pour le règlement de la crise». M. Akila, qui intervenait à l'issue de sa rencontre avec le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a affirmé que «l'Algérie est le pays le plus proche de la Libye et celui qui connaît le mieux les spécificités et coutumes du peuple libyen ainsi que sa composante sociale».

«La position de l'Algérie, claire depuis toujours, est fondée sur le respect du peuple libyen, le rejet de toute ingérence étrangère et la promotion du dialogue interlibyen», a indiqué le responsable libyen, saluant par la même cette position «d'une grande importance pour le règlement de la crise». M. Akila a affirmé avoir reçu de la part de M. Messahel des assurances concernant «la disponibilité de l'Algérie à apporter aide et assistance au peuple libyen pour qu'il puisse surmonter sa crise, l'Algérie étant pleinement consciente de la complexité de la situation en Libye, d'où son rejet de toute ingérence étrangère dans les affaires internes de la Libye», a expliqué le responsable libyen.

«M. Messahel, venu en conseiller, partage notre conviction que la volonté du peuple libyen doit impérativement être respectée», a-t-il ajouté, précisant que cette visite «traduit tout l'intérêt accordé par l'Algérie à la Libye». Dans le même contexte, M. Akila a indiqué que «la Libye est indivisible et tout règlement doit être basé sur le dialogue sans exclusive aucune, afin de pouvoir construire un Etat démocratique basé sur l'alternance pacifique au pouvoir».

Lors de cette réunion, qui s'est déroulée en présence des responsables, l'accent a été mis sur «les points essentiels au règlement de la crise, à savoir un dialogue interlibyen et le respect de l'accord politique avec une éventuelle modification de certains points au respect de la volonté du peuple libyen», a ajouté M. Akila, qui a jugé impératif «de ne marginaliser ou d'exclure aucune partie». «La Libye est indivisible», a ajouté M. Akila.

Lors de la rencontre, M. Akila a souhaité la bienvenue à M. Messahel et adressé ses salutations au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et au peuple algérien, tout en se félicitant de l'intérêt que porte l'Algérie à la Libye et de ses positions en faveur du dialogue et du rejet de toute ingérence étrangère.

M. Messahel est arrivé tôt dans la journée de mercredi à El-Bayda (est de la Libye) dans le cadre d'une tournée qui le conduira dans différentes régions de ce pays, au titre des efforts incessants consentis par l'Algérie en faveur du processus politique de règlement de la crise libyenne.

Messahel reçu par le président du Parlement libyen dans la ville d'El-Bayda

Le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, s'est entretenu mercredi à El-Bayda (est de Libye) avec le président du Parlement libyen, Akila Salah, dans le cadre d'une tournée qu'il effectue pour soutenir le processus politique de règlement de la crise libyenne.

Arrivé mercredi à El-Bayda à la tête d'une importante délégation, M. Messahel a été reçu par Akila Salah au cabinet de l'autorité chargée de rédiger la constitution.

«L'Algérie était la première à avoir appelé à un dialogue interlibyen», a souligné le ministre, mettant l'accent sur l'importance de ce dernier point pour mettre fin à la crise dans ce pays.

M. Messahel est arrivé tôt dans la journée de mercredi à El-Bayda (est de la Libye) dans le cadre d'une tournée qui le conduira dans différentes régions de ce pays au titre des efforts incessants consentis par l'Algérie en faveur du processus politique de règlement de la crise libyenne. La prochaine tournée est programmée dans le sud de la Libye.

Cette tournée s'inscrit dans le cadre des efforts incessants consentis par l'Algérie pour rapprocher les positions des frères libyens en faveur d'un règlement politique durable de la crise dans ce pays, à travers le dialogue interlibyen inclusif et la réconciliation nationale, à même de préserver l'intégrité territoriale de la Libye, son unité, sa souveraineté et la cohésion de son peuple.

R. I.

2 Commentaires

Anonymous (non vérifié)
+1
+4
-1
L'Algérie, pour ses interets stratégiques, et géo-stratégiques à long termes, milite sincèrement , Mais avec beaucoup de prudence, de modération, de patience, de sens de responsabilité, et de sagesse Pour la réconciliation, et la concorde de tout les libyens en Libye, et à l'étranger Avec toutes les fractions, et les partis sans distinctions, ni exclusions de leurs idéologies, De leurs confessions, de leurs races, et de leurs doctrines, dans une démocratie où vivent tout les libyens En paix, et prospérité, loin des interventions, et des influences étrangères: française, italienne, égyptienne Qatarie, émiratie, saoudienne, turque, américaine, britannique,etc,......
Nasser (non vérifié)
+1
+3
-1
la diplomatie Algérienne n' a jamais cessé d' oeuvrer pour la paix si bien que de nouveau elle reprend son bâton de pèlerins , mais les différents acteurs libyens doivent faire preuve de bonne volonté et pour ne pas succomber aux chants de sirènes (en l' occurence il s' agit des pays occidentaux) ils doivent absolument arreter de jouer sur plusieurs tableau

Laisser un commentaire

CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image