Election présidentielle de 2014 : les candidats du «système», les lièvres et les outsiders

Le Ramadhan tire à sa fin et même si l’été, avec son farniente, justifie une sorte de trêve en tout, la politique reste présente avec l’échéance de l’élection présidentielle d’avril 2014 qui se rapproche. Déjà le tableau auquel les «décideurs» nous ont habitués se dessine : trois lièvres que sont Louisa Hanoune, Amar Ghoul et Amara Benyounès, deux outsiders en Ali Benflis et Ahmed Benbitour et deux grandes inconnues, le FLN et le RND qui maintiendront, c’est leur art, le suspense jusqu’à ce que l’injonction vienne de l’extérieur de leurs rangs pour leur intimer la marche à suivre et le candidat à soutenir. Pour le moment, ces deux partis n’ont aucun candidat présentable : Ouyahia, impopulaire, Belkhadem en disgrâce... Il n'y a pas de nom qui émerge. Signe particulier de cette précampagne : l’option Saïd Bouteflika, elle, apparaît comme une vision fantasmagorique de certains médias, le frère du président n’ayant ni l'envergure ni l'expérience pour affronter une telle compétition. Y aura-t-il un candidat du système ? L'armée a-t-elle un candidat et sera-t-il celui-là ? Les observateurs sérieux écartent cette éventualité qu’ils jugent peu probable, tant on est loin de l'armée «membre» du comité central du FLN parti unique, un cadre dans lequel elle exerçait ses pressions à l’époque et faisait pencher la balance en fonction de ses choix. Toutes ces incertitudes n’empêchent pas la classe politique de s’animer et les feuilletons du FLN et du RND de se poursuivre dans une série de péripéties qui ne donnent aucune indication sur l’épilogue des crises qui secouent depuis de longs mois ces deux partis qui, il ne faut pas l’oublier, constituent l’essentiel de la majorité qui gouverne le pays et dont on attend qu’ils jouent un rôle de premier plan dans la course à la présidentielle. Au FLN, après Abdelaziz Belkhadem, c’est la tête de Abderrahmane Belayat qui est en jeu. Le bureau politique du FLN a isolé Abderahmane Belayat, qu’il avait pourtant désigné il y a quelques mois comme coordinateur de cette instance exécutive. Belayat avait tout du maître du jeu après l’éviction d’Abdelaziz Belkhadem par le comité central le 31 janvier dernier. Mais il a dépassé la ligne rouge en interférant dans les questions qui concernent le groupe parlementaire et a donné le prétexte à ses détracteurs pour l’enlever. Ses adversaires acharnés sont les mêmes que ceux qui sont venus à bout de l’ex-secrétaire général après un «siège» qui a duré de longs mois, c’est-à-dire les membres du gouvernement Amar Tou, Rachid Harraoubia, Abdelaziz Ziari et Tayeb Louh. Le FLN qui entrera dans la bataille électorale des présidentielles d’avril 2014 est en train d’être préparé cet été, et tout indique que Belayat n’en sera pas le maître à bord, en tout cas pas le seul maître. Mais il est encore trop tôt pour savoir qui prendra la tête du FLN et quelle sera l’inclinaison de ce parti dans la course à la présidentielle. Il y a comme un flou artistique entretenu autour des événements qui secouent l’ancien parti unique. Idem au RND, où le calme plat cache une tempête qui risque d’emporter ce parti, «né avec les moustaches», ne l’oublions pas. Ouyahia a-t-il dit son dernier mot en quittant la tête du parti ? Il n’est pas exclu qu’en sous-main il continue à provoquer au moins des frémissements au sein du RND, un parti sans ancrage réel, si on le compare au FLN, et réputé plein d’opportunistes qui, par nature, sont prêts à abandonner le navire sans attendre de vérifier qu’il est bien en perdition. La classe politique nous réserve bien des surprises encore.
Kamel Moulfi
 

58 Commentaires

TARIK - BAB EL ... (non vérifié)
+1
0
-1
L'ART DE JOUER AVEC LE FEU.......!!!!! PENDANT LA COMPAGNE ÉLECTORALE DES LÉGISLATIVES DE MAI 2012,CE CANDIDAT DU DRS C'EST A DIRE Mr.AHMED OUYAHIA AVAIT DIT TEXTO:" AFFAME LE CHIEN IL TE SUIVRA ".VOUS CROYEZ QUE LE PEUPLE ALGÉRIEN VA ACCEPTER OUYAHIA COMME FUTUR PRÉSIDENT.S'IL PASSE DITES BYE BYE A L’ALGÉRIE.
halimo (non vérifié)
+1
0
-1
ouyahia futur president candidat du DRS game over
Nenuphar (non vérifié)
+1
0
-1
En gros les algériens n'auront comme d'habitude le choix entre la peste et le choléra. Ces deux partis prétendument ancrés dans le paysage politique algérien ne représentent qu'eux mêmes et leurs magouilles dans la direction du pays sont connues de tous les algériens. Ils font semblant de changer d'hommes pour mieux léser les algériens, les prenant encore une fois pour des demeurés. La rue sans gronder, est prête à exploser tant on ne tient pas compte des souhaits promis depuis l'indépendance.
Anonyme (non vérifié)
+1
0
-1
A moins de trouver un ÂNE qui pourrait prendre en charge, le fardeau qui pèse sur l’Algérie .Mais le régime espère avoir le "beurre" l'argent du beurre et les faveurs de la crémière , pour continuer a dilapider ce qui reste du trésor public, en nous proposant un "caméléon".
NASSER (non vérifié)
+1
0
-1
A Kamel Moulfi -- Il aurait mieux fallu ne pas faire cet article. Basé sur des spéculations ou de la propagande (en choisissant 3 partis que vous qualifiez de lièvres). Cet article déroute plus qu'il n'explique. Vous posez des questions puis vous répondez par une hypothèse qui suggère une autre question. Vous classez déjà vos supposés candidats d’être du «système», des "lièvres" et des "outsiders", mais vous excluez le RND et le FLN que vous classez dans l'inconnu faute d'infos. Vous tentez l'"option" du frère de Bouteflika par l'armée tout en l'excluant vite donnant l'impression que vous bavardez avec vous-même. Quels sont selon vous les leaders de partis ou les personnalités qui vous semble les mieux vus , les plus compétentes, les hors système, qui ont le plus de chances d’être acceptés par la majorité des citoyens sans devoir trafiquer les élections pour les sortir? Sinon rester à spéculer, mais sans juger!
Abou Stroff (non vérifié)
+1
0
-1
pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple? en effet, l'algérien lambda n'a pas à se poser des questions qui relève du "mystère" mystérieux. l'algérien lambda attendra que le futur président soit "élu" par "qui vous savez" dans un premier temps. dans un deuxième temps, le président élu par "qui vous savez" aura droit à une propagande soutenue à partir de l'"unique" et de ses clones et sera présenté comme l'unique sauveur du pays (rappelons nous la campagne médiatique en faveur de leur fakhamatouhoum en 1999) et dans un troisième temps, "qui vous savez", votera à la place de l'algérien lambda. quant aux personnes qui ont la mémoire courte, rappelons leur que tous les présidents algériens (de benbella ou bouteflika) ont été élus par "qui vous savez". alors trêve de plasanterie, notre bienaimé futur président sera bientôt connu. en fait, il sera connu dès que les augustes membres du club "qui vous savez" auront trouvé un candidat qui aura pour tâche principale d'éviter, au clan de boutef, toute poursuite judiciaire et de favoriser l'actuel système basé sur la prédation. quant aux lièvres, ils seront bien payés et nous les verrons souvent à la télé du futur fakhamatouhou, fustiger le régime et, dans le même mouvement, engranger des dividendes. moralité de l'histoire: celui qui monopolise la distribution de la rente est seul habilité à désigner le futur fakhamatouhou. le reste n'est que du théâtre pour imbéciles heureux.
maleh (non vérifié)
+1
0
-1
Grattez pour découvrir ce qui cache derrière le dernier mot du titre.
mohamed (non vérifié)
+1
+2
-1
le candidat que système va imposer au peuple comme toujours par la fraude sera sellal.

Pages

Laisser un commentaire

CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image