Nicholas Westcott : «L’UE doit respecter l’arrêt de la CJUE !»

Nicholas Westcott avec Federica Mogherini. D. R.

La décision de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) qui a conclu dans un arrêt rendu le 21 décembre dernier que les accords d'association et de libéralisation entre l'UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara Occidental est «contraignante» pour l'Union et ses Etats membres, a affirmé, lundi à Bruxelles, un haut diplomate européen.

«L'arrêt de la CJUE est contraignant pour l'UE et ses Etats membres. Nous vivons dans un Etat de droit et nous devons respecter toute décision prise par la justice», a déclaré Nicholas Westcott, directeur exécutif Moyen-Orient et Afrique du Nord au Service européen de l'action extérieure (SEAE) lors d'un échange de vues avec les membres de la Commission des affaires étrangères (AFET) au Parlement européen.

En clair, l'UE est ses institutions s'attelleront désormais à appliquer la décision de la haute instance juridique de l'Union qui a affirmé que le fait de considérer que le territoire du Sahara Occidental relève du champ d’application de l’accord d’association est contraire au principe du droit international.

Relevant le statut séparé et distinct garanti au territoire du Sahara Occidental par la Charte des Nations unies, la CJUE a soutenu dans son arrêt qu'«il est exclu de considérer que l’expression territoire du royaume du Maroc, qui définit le champ territorial des accords d’association et de libéralisation, englobe le Sahara Occidental et, partant, que ces accords sont applicables à ce territoire».

Ce haut diplomate a souligné, à ce titre, la nécessité de «veiller à ce que la décision soit appliquée correctement», révélant qu'«une étude sur l'impact de la décision de la CJUE est en cours de réalisation» et «sera présentée, le moment venu, devant la Commission» AFET. Selon Nicholas Westcott, la Commission européenne est «en train d'examiner de façon précise les argumentaires de la CJUE», mais également «ses implications sur le plan juridique pour appréhender ses conséquences». Il a réitéré, dans ce contexte, le soutien de l'UE aux efforts de l'ONU pour «parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, qui garantira l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental dans le cadre d'arrangements conformes aux principes et aux buts de la Charte des Nations unies».

Le conflit au Sahara Occidental constituera «un point prioritaire» des discussions que nous comptons avoir avec le nouveau secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres , a-t-il assuré.

 

Amar Belani : «Les déclarations de Wetscott sont claires» 

L'ambassadeur d'Algérie à Bruxelles, Amar Belani, s'est félicité, à ce titre, des déclarations «claires» de Wetscott, affirmant que celles-ci ne «souffrent aucune ambigüité» et «confirment le bien-fondé de l'analyse que nous avions faite de l'arrêt de la CJUE du 21 décembre 2016».

«Il est clair que, tant dans sa présentation que dans ses réponses aux questions des parlementaires européens, le représentant de Mme Mogherini a veillé scrupuleusement à ne pas dénaturer l'arrêt de la Cour de justice de l'UE qu'il estime, à raison, juridiquement contraignant, s'imposant à l'UE et à ses Etats membres qui seront amenés immanquablement à veiller à son application, soulignant par la même occasion que le principe d'Etat de droit implique le respect des décisions de justice, ce à quoi l'UE ne peut se soustraire, au risque de se déjuger», a-t-il déclaré à l'APS.

Pour l'ambassadeur d'Algérie à Bruxelles, «il est désormais possible d'envisager sereinement la prochaine séquence de la bataille juridique engagée par le Front Polisario», concernant le recours qu'il a introduit, en 2014, contre le protocole conclu en 2013 entre l'UE et le Maroc dans le cadre de l'accord de partenariat dans le secteur de la pêche, qui consacre l’exploitation illégale des ressources halieutiques et de produits de la pèche au large du Sahara Occidental. «L’application illégale dudit accord aux eaux territoriales du Sahara Occidental est avérée et documentée», a-t-il soutenu.

Selon Belani, «cette exploitation illégale n’est plus à démontrer», citant pour preuve le rapport des comités scientifiques conjoints UE-Maroc, publié en 2015, dans lequel il est indiqué clairement que l'activité de la flotte des pays membres de l'UE est située, pour une certaine catégorie de pêche, dans la zone entre Cap Boujdour et Cap Blanc.

«Le rapport démontre que la zone située entre Dakhla et Cap Blanc concentre, à elle seule, 90% des captures réalisées par la flotte européenne», a-t-il ajouté. Il a rappelé, dans ce contexte, un autre cas révélé récemment par l'Observatoire des ressources naturelles du Sahara Occidental (WSRW). Ce dernier concerne l’implication de la société française Olvea dans l’importation d'une cargaison de plusieurs tonnes d'huile de poisson en provenance du Sahara Occidental.

Spécialisée dans l’industrie des corps gras, l’entreprise en question revendique «une traçabilité totale» de ses produits, sans mentionner toutefois qu’ils proviennent des territoires sahraouis, a-t-il regretté.

L'ambassadeur d'Algérie à Bruxelles a rappelé également que l’UE a déboursé, depuis 2007, plus de 120 millions d’euros de l'argent des contribuables européens sous forme d'appui au secteur de la pêche au Maroc.

«Le nouveau protocole à l'accord de pêche que le Maroc va s'empresser de signer avec l'UE vise à reconduire l'autorisation accordée actuellement, pour la période 2014-2018, aux navires battant pavillon européen de pêcher dans les eaux territoriales sahraouis au-delà de 2018», a-t-il encore fait savoir.

R. I.

4 Commentaires

chaib (non vérifié)
+1
-1
-1
les marocains sont envahisseurs pourquoi ils volent les richesses des pauvres sahraouis normalement il faut utiliser la force avec des armes pour qu'ils sortent et laissent de ce territoire sahara occidental
HANNIBAL (non vérifié)
+1
+6
-1
Ne serait ceux qui ont fait appel de la décision de la Cjue la france comme soutient du royaume ont plus aggravé son cas , il a été Démontré et Réitéré que le Sahara Occidental ne fait pas parti de l'entité crée par Lyautey dénommé mar"ok c'est clair comme de l'eau de roche reste au Chambellan des $ionistes a se plier aux conventions internationale avant qu'il ne soit bouté de force par les Saharaouis de leur territoire , car cette lubie des grandeur trottait deja dans la tete de son père hassan dos donc on est pas a une usurpation près a les écouter toute l'Afrique leur appartient , pour preuve il nous ont agreessé en 63 mais leur fameux soutiens des députés européens ont déclarer que l'UE soutient l'ONU pour une solution juste et durable tout est dit ! les fanfaronnades du makhnaz n'est qu'un pet de plus dans l'océan et vouloir vendre du poisson qui n'est pas encore péché va lui rester en travers de la gorge, la communauté internationale est la pour le lui rappeler , reste azoulay pour le consoler car tout ses soutients s'en vont d'hilary et sarkozy et hollandouille son intégrité territoriale se résume a un mouchoir en papier quand a ceux du golfe ses cousins ils sont en panique qu'ils n'arretent plus les allées et venues en Algérie subitement nous sommes devenus fréquentable je crois que les royaumes sont en train de se lézarder et que les rats cherchent le salut nous devons en profiter et leur mettre l'estocade la ou je pense afin de leur faire prendre conscience de la réalité que le mar"ok n'est pas le pays de Cocagne mais une invention qui n'a pas de racine et survie grace a la fourberie !!!!
Touristam (non vérifié)
+1
+7
-1
voila qui est clair. les marocains disaient que l’arrêt de la cour européenne était une victoire! ils répondent quoi aux propos très clairs du responsable européen? j'aimerais bien que les sous marins du makhzen qui viennent nous em.. sur ce site nous disent ce qu'ils en pensent haha
mhd bouira (non vérifié)
+1
+4
-1
Ils faut essayer avec "hhhhhhhhh" telle un ultra son pour klebs. Mais bon laissons les dans leur niche...

Laisser un commentaire

CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image