Nigeria : huit personnes enlevées dans la région du delta Warri (Nigeria)

Quatre représentants d'une entreprise de sous-traitance pétrolière nigériane ont été kidnappés jeudi soir avec quatre chefs de villages par des rebelles près du hub pétrolier de Warri, dans le delta du Niger (sud), a-t-on indiqué de sources concordantes. Les quatre responsables nigérians travaillaient pour une société de sous-traitance locale, Elcrest Exploration and Production Nigeria Limited, opérant pour le compte de la Nigeria Petroleum Development Commission (NPDC). «Les chefs traditionnels (…) avaient accompagné les responsables jusqu'au village Ureju pour voir un terrain où ils pourraient mettre en place un programme de soins gratuits parrainé par l'entreprise», a affirmé un représentant des jeunes d'Ureju, Oritse Bemigo. «Ils étaient en route entre Warri et Ureju lorsque les rebelles les ont abordés et les ont enlevés après avoir tiré plusieurs coups de feu en l'air», a-t-il ajouté. Selon Collins Edema, un responsable associatif local, deux médecins faisaient partie des quatre employés de la société pétrolière enlevés. Un responsable du Département des services d'Etat (DSS, renseignements nigérians) cité par l'AFP a confirmé ces informations, affirmant que l'homme à l'initiative de l'enlèvement était déjà recherché par les forces de sécurité. Le chef du groupe, Austin Gbagbara, est ainsi soupçonné d'être derrière «l'attaque menée contre une base policière marine à Sapele (40 km de Warri)  qui avait entraîné la mort de quatre policiers le 8 mai 2016», a-t-il affirmé. «D'après les informations dont nous disposons, les voyous ont déjà ouvert un canal de communication avec la société pour réclamer une rançon» en échange de la libération des otages, a-t-il ajouté. Les attaques contre les infrastructures pétrolières et enlèvements contre rançon visant les compagnies pétrolières, menées par des groupes rebelles, étaient nombreuses dans cette région jusqu'à ce qu'un accord soit trouvé avec le gouvernement et une amnistie décrétée en 2009. A l'époque, la majorité des victimes de ces kidnappings étaient finalement libérées saines et sauves.

Agence

Laisser un commentaire

CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image