Une contribution du Dr Mehenou Amouzou – La vision de la diplomatie française sur les autres pays émergents (II)

L’Afrique francophone s’est silencieusement alignée sur la politique française. D. R.

La France demeure un empire colonial malgré le mot diplomatie utilisé pendant ces cinquante dernières années pour qualifier ses relations avec ses ex-colonies et les Etats africains en général. Le Nigeria n’est, certes, pas une colonie française mais il n’en est pas moins le miel que la France rêvait de partager avec l’Angleterre depuis des années. La France a saisi une opportunité mortelle pour essayer de concrétiser son rêve à l’encontre du jeune Etat nigérian fraîchement indépendant, conduit par des hommes valeureux et très fiers d’être africains et nigérians. Le gouvernement du Nigeria en ce temps était en colère et avait vivement protesté contre la France du général De Gaulle en raison de l’essai nucléaire opéré en Algérie par la France. Le jeune Etat nigérian avait protesté devant les Nations unies et a même demandé pourquoi la France ne réalisait pas ses essais nucléaires sur son propre territoire. Est-ce en raison de cette protestation que la France a voulu punir le Nigeria en donnant par la même occasion un avertissement fort aux autres pays africains prétendument indépendants ?

Comme tout pays nouvellement indépendant, il y a souvent des petits problèmes liés au leadership. Le gouvernement français de l’époque voulait punir le jeune Etat nigérian et sa population. Pour ce faire, il a alimenté le différend qui existait entre les dirigeants de l’Etat nigérian et la province du Biafra, en soutenant et équipant cette dernière avec des armes lourdes, des matériels de guerre, de la logistique et des fonds. Elle comptait se faire rembourser sur la manne pétrolière qui lui serait acquise lorsque la sécession biafraise serait consommée. C’est pour cette raison que la France a été le premier pays à reconnaître la sécession biafraise à l’ONU. La guerre du Biafra a coûté la vie à une centaine de milliers de personnes.

Le Mali de Modibo Keita, l’ancien président du Mali, un nationaliste et un panafricaniste fier, avait également protesté contre l’essai nucléaire français en Algérie et s’est montré solidaire du peuple algérien. Modibo Keita a payé très cher cette initiative qui s’est soldée par des sabotages économiques et politiques de son pays. Ce qui a permis au gouvernement français de déposer l’ancien président Modibo Keita qui a été remplacé par Moussa Traore. Le président Modibo Keita mourut en prison. Triste sort pour un homme intègre.

En 2011, au cours de la campagne criminelle contre le colonel Kadhafi, l’ancien président de la Libye, Teodoro Nguema Obiang, président de la Guinée équatoriale, voulait aller en Libye rencontrer le dirigeant Kadhafi avec quatre autres chefs d’Etat africains pour trouver une solution africaine à la crise. Le président Teodoro Nguema avait été sommé de ne pas mettre les pieds en Libye. Le président Sarkozy lui avait clairement fait comprendre que son avion serait abattu si jamais c’était le cas. Quelle a été la réaction de l’ONU face à ces propos de Sarkozy ? Aucune. La communauté internationale non plus n’a pas réagi. Qui sont ces donneurs de leçons ? Maintenant, c’est l’Europe et l’Afrique qui sont déstabilisées. L’Afrique francophone s’est silencieusement et automatiquement alignée sur la politique française et a été la première à reconnaître le gouvernement de transition mis en place.

La Syrie, par exemple, bien que ne se situant pas sur le continent africain, a fait l’expérience du dictat du colonialisme. La déstabilisation du pays a entraîné la mort de plus de plus de 400 000 personnes et le déplacement de plus de 3 000 000 d'autres. L’insécurité s’est étendue jusqu’en Europe. En 2008, à Paris (France), Christophe de Marjorie, l’ancien président du groupe français Total, l’ancien Premier ministre français, François Fillon, l’ancien président Nicholas Sarkozy et le président Bachar Al-Assad de Syrie en discutaient lors de sa visite dans le cadre du projet gazoduc qui a vu l’implication de la France, des Etats-Unis, du Qatar et de la Grande-Bretagne. Selon une source proche du dossier dont le nom ne peut être mentionné pour des raisons de sécurité, le président Sarkozy a demandé au traducteur de dire au président syrien Bachar Al-Assad que, sur le marché, 30% revenaient à la Syrie et 70% à la France, oubliant que le président syrien comprenait et parlait français. Le président syrien a dit non à la proposition de Sarkozy et a insisté auprès du traducteur pour qu’il lui dise que la Syrie n’est pas une colonie française. Le président Sarkozy s’était levé, a explosé de colère et menacé de mettre la Syrie à feu et à sang. On voit aujourd’hui le résultat.

Les quelques présidents intègres qui ont défendu l’intérêt de leurs pays et de l’Afrique prioritairement sont morts assassinés et leurs pays déstabilisés. Beaucoup de pays africains francophones ont pris part à la guerre au Biafra, au Nigeria, aux côtés de la France car, pour la plupart, les présidents de ces pays n’ont aucun pouvoir de décision sur la gestion de leurs propres pays. En 2011, quand la France a dit aux pays africains de reconnaître l’opposition libyenne, la majorité de ces pays francophones l’ont fait en 24 heures comme de bons élèves. La Cédéao et l’Union africaine sont devenues des instruments obsolètes au service de l’Occident. Nous avons les cas de la Libye, de la Côte d’Ivoire et, tout dernièrement, de la Gambie où sur un coup de fil de l’Occident, certains dirigeants africains se sont mis en rang.

Que peut-on penser du gouvernement sénégalais qui dit qu’il attend le mandat de l’ONU pour que les forces qu’il dirige attaquent la Gambie ? Où se trouvent la raison et l’art de la négociation ? On se rappelle le mandat de l’ONU pour désarmer Saddam Hussein de l’Irak. Mandat qui s’est soldé par la pendaison de Saddam Hussein et la déstabilisation du Moyen-Orient, de l’Europe et de l’Afrique. La Libye et la Côte d’Ivoire, n’en parlons plus. Quand le ministre de l’Information tchadien a confirmé que 40% des armes utilisées par Boko Haram sont françaises, est-ce que le Nigeria a protesté ou convoqué l’ambassadeur français pour demander des explications ? Quel est le rôle de la Cédéao ? Protéger les dictateurs dociles et loyaux à l’Occident ?

Dr Mehenou Amouzou
(Suivra)
Le docteur Mehenou Amouzou a obtenu son Master in Business à l’European Advanced Institute of Management ainsi qu’un Certificat en finance et investissement à Paris (France). Il a complété ses études dans les Relations internationales et les Stratégies politiques et de défense et a obtenu son Doctorat de philosophie en finance

11 Commentaires

nzo ngbete (non vérifié)
+1
0
-1
l'Occident exercé sur les dirigeants africains une véritable terreur. On le sent, par leur façon de se débiner face à leur responsabilité. Et l'onu est l'outil, le meilleur camouflage trouvé pour commettre des crimes et les rendre légaux. Vous rappelez le cas de Kadhafi,mais le présent, le cas de la RCA ne vous dit rien ? Vous croyez, comme l'affirme la propagande "Banania". que la RCA est pauvre et sans intérêt ? Que la crise centrafricaine est un conflit entre chrétiens et musulmans ? Africains, vous savez comment est mort Barthélémy Boganda, puis comment Bokassa à fini. Grandissons dans nos têtes, pour que l'Afrique soit respectée, parce qu',elle est grande.
13500 DZ (non vérifié)
+1
0
-1
Il faut que les africains se débarrassent de cette monnaie diabolique " CFA" si non L’afrique resteras le lieu paradisiaque, pour ne pas dire le coin des (...) sionistes et co...
KHEIRA (non vérifié)
+1
0
-1
L'UNION AFRICAINE et les dirigeants AFRICAINS , patriotes, sincères, compétents, engagés, et surtout légitimes , choisis par leurs peuples et qui respectent avant tout leurs peuples , donc conscients de leurs responsabilités , doivent inscrire dans leur agenda, l'importance et l'urgence de libérer l' AFRIQUE , des imposteurs et vendus au service de l'étranger à l' AFRIQUE , et de l'impérialo-sionisme et du néo-colonialisme. L'AFRIQUE ET L'UNION AFRICAINE SONT EN DANGER ; LE PREMIER ENNEMI A COMBATTRE EST la françafrique le franc CFA . L'UNION AFRICAINE et ses institutions ainsi que les dirigeants AFRICAINS honnetes et intelligents, doivent s'entourer de conseillers de haut niveau , eux aussi honnêtes, dignes et engagés.
issam (non vérifié)
+1
0
-1
Voilà la réalité des relations franco africaine .Pillage,coup d'état ,avec la complicité bien sûr des dictateurs africains https://www.youtube.com/watch?v=2EOO1gsIkJA
kelam (non vérifié)
+1
0
-1
triste bilan :::il faut relever les TETE....
juste (non vérifié)
+1
-2
-1
Quelle est le rapport entre l'Algérie et la France? Une réponse claire svp.
Mohamed l'Algérien (non vérifié)
+1
0
-1
On relève de l'article précédent, ce qui suit : « la France pille près de 440 milliards d’euros par an à l’Afrique à travers la France-Afrique ». Ce qui explique la situation infra-humaine des pays Africains sous le joug du franc CFA du colonialisme Français barbare et animale, à ce jour. Ce qui explique également le niveau zéro du développement des 14 pays Africains en question, à cause de la France qui les bloque et les sabote, par tous les moyens. La France les empêchent de décoller. François Fillon 1er ministre durant le mandat de sarkozy de 2007 à 2012, avait déclaré publiquement, que la France est en faillite. Selon un site web ( voir lien ci-contre http://breizatao.com/2014/11/26/la-dette-reelle-de-la-france-atteint-260-du-pib-5-300-milliards-deuros/ ), la dette réelle de la France atteint 260% de son PIB soit 5300 milliards d'Euros . Les 440 milliards volés à l'Afrique par la France, n'apparaissent nul part dans les comptes de la France. Il en est de même, pour les 600 milliards d'Euros, que sarkozy a fait perdre à la France en 2008, suite à la crise des subprimes aux États-Unis. Ces sommes se sont volatilisés et dilapidées sur les places financières internationales, qui appartiennent toutes au nouveau ordre mondial sioniste et satanique. Et il ne faut pas oublier, que la quasi totalité des politiques Français (Hommes et femmes), de droite, de gauche, d'extrême droite … travaillent réellement dans l'intérêt du nouvel ordre mondiale sioniste et satanique. Ce sont les faits et il y a des preuves. Je me suis interrogé, comme l'auteur de l'article : comment la France dépense-t-elle ces 440 milliards de dollars pillés à l’Afrique ? Le budget de la France publié en 2015 était de 373 milliards d'euros (voir lien ci-contre: http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2015/09/30/29006-20150930ARTFIG00344--quoi-servent-les-373-milliards-d-euros-du-budget-de-la-france.php ). Les 440 milliards de dollars pillés chaque année, par la France à l’Afrique, comme l'a souligné le Dr Mehenou, dans son article, représentent environ 412,24 milliards d'EUR (1 US Dollar = 0.936910 EUR ). Ces 440 milliards de dollars en question représentent plus que le budget annuel de la France. Or elle est en faillite comme l'a dit François Fillon en personne durant le mandat de sarkozy, donc la France ne vit que grâce au pillage des 440 milliards de dollars à l'Afrique.
ANTI KELB (non vérifié)
+1
0
-1
L'image du rapport veut tout les dires...le blondin ... le bon, et le mauvais , le truand ... hhhh le far ouest...nous appelle !!!
Onledit (non vérifié)
+1
0
-1
Témoignage personnel:J'ai assisté à un séminaire d'une organisation caritative, une des questions posés etait la suivante:" Qu'attendent de nous les gens en afrique? Réponse des assistants:"Que nous les menons, apportons notre savoir-faire et la technique et aussi le fait que nous sommes blancs, nous avons plus de savoir". Je suis resté abasourdi, et le pire c'est que beaucoup y croyaient. Dans bien des cas le soumis est complice de l' oppresseur.
CHIBL (non vérifié)
+1
-1
-1
L a france c'est la queue de l'europe,c'est les derniers de la classe,dans quelques années ils seront a leurs niveau d'avant guerre,le monde a changé et chacun devra reprendre sa place.
moskosdz (non vérifié)
+1
0
-1
Tant que le Maroc est sous protectorat Français,on peux toujours considérer que l'ex.état colonial n'a jamais quitté réellement l'Afrique.

Laisser un commentaire

CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image