Urgent

Deux enfants trouvent la mort dans l'effondrement d'une habitation à Settara (wilaya de Médéa)

Ooredoo bénéficie du droit de faire participer des joueurs du Real dans ses campagnes publicitaires

Le Real Madrid s’engage à former des joueurs professionnels en Algérie

Ooreedoo signe en Espagne un accord important avec le Real Madrid

Syrie : la coalition frappe l'EI après le rapt de 220 Assyriens 

Documents

Photos d'Abdelmounim Chitour en compagnie d'Afghans
La chronique de Marianne et la réponse à un citoyen algérien
Communiqué conjoint du 2e Comité intergouvernement algéro-français
Le contrat d’achat par Amar Saïdani de son appartement à Neuilly-sur-Seine
Fac-similé du document d'état civil de Fendi Abdallah

Fendi Abdallah, chef d’une armée rebelle, fondateur et chef d’état-major de l’armée de l’Emir Abdelkader, né à Legrand, il défendit l’Algérie contre les Français sous les ordres de l’Emir Abdelkader de 1812- 1847.

La lettre de Marilyn Diamond, consul honoraire du royaume du Maroc à Chicago, au roi Mohammed VI
Communiqué de l’émir Abdelkrim Khattabi sur le projet de Constitution marocaine de 1962

Nous sommes en 1962, Mohammed V venait de décéder un an auparavant et Hassan II qui lui succéda était en passe de faire adopter par voie de référendum le projet de la première Constitution du Maroc moderne. Celle-ci, bien qu’elle fût considérée comme «absolutiste» par la gauche de l’UNFP, n’allait pas tarder à opposer deux conceptions de la légitimité, celle démocratique du «peuple électeur», à travers ses représentants, contre celle autocratique du souverain «commandeur des croyants». Dans ce contexte, l’émir Abdelkrim Khattabi publia depuis son exil cairote un communiqué à l’attention des Marocains, en guise de contribution à la clarification des enjeux non avoués d’un tel projet constitutionnel. 

Lettre interne du ministère marocain des Affaires étrangères
Les mails qui confirment la corruption de journalistes français par le Maroc pour s'attaquer à l'Algérie