chimique

 |  13
Le professeur Theodore A. Postol. D. R.

La propagande des médias occidentaux, qui ont tenté de relayer le gros mensonge sur la responsabilité de Damas dans l'attaque chimique de Khan Cheikhoun, près d’Idlib, en Syrie, est mise en pièces par un spécialiste américain, Theodore A. Postol, professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT) en science, technologie et en politique de sécurité nationale. Il a examiné le rapport de quatre pages déclassifié du Conseil de sécurité nationale (NSC) contenant les prétendues preuves accusant le président Bachar Al-Assad et l’armée syrienne d’avoir bombardé au gaz sarin Khan Cheikhoun.

Categories:

 |  39
Pour George Galloway, Al-Assad n'est pas fou pour lancer une attaque chimique. D. R.

Le député britannique George Galloway, connu pour ses positions courageuses et son franc-parler, est monté au créneau pour dénoncer la campagne dirigée contre le président syrien, soulignant que Bachar Al-Assad «n’est tout simplement pas fou pour lancer une attaque chimique sur une ville sous contrôle des factions rebelles en Syrie».

Categories:

 |  4
La Russie et la Bolivie ont voté contre. D. R.

La Russie a opposé son veto à une résolution sur la récente attaque chimique en Syrie, lors d'un vote au Conseil de sécurité de l'ONU à New York. Selon l'ambassadeur russe auprès de l'ONU, Vladimir Safronkov, le projet de résolution légitimerait de fait les frappes portées par les Etats-Unis contre la base aérienne syrienne de Shayrat.

Categories: