Commémoration de l’assassinat de Matoub à partir du 22 juin

Le 14e anniversaire de l’assassinat de Matoub Lounès sera dûment commémoré par la fondation éponyme qui a tracé un programme «à la hauteur» de cette grande figure artistique algérienne. La commémoration durera quatre jours, du 22 au 25 juin. Le programme élaboré par les organisateurs prévoit plusieurs activités culturelles et artistiques. Le premier jour, il est prévu le dépôt d’une gerbe de fleurs à la maison du défunt, à Taourirt Moussa, qui sera suivie d’une prise de parole des membres de sa famille, de ses proches et amis. Le même jour, il y aura l’ouverture d’une exposition qui retracera le riche parcours artistique de l’enfant de Taourirt Moussa, assassiné le 25 juin 1998 sur la route qui relie Tizi-Ouzou à son village. A cette exposition s’ajoutera un concours de poésie. D’autres activités se dérouleront à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou. Des pièces de théâtre sont prévues pour le 23 juin et un gala artistique pour le 24. Le 25 juin, une cérémonie de recueillement aura lieu à Tala Bounane, dans la commune d’Aït Aïssi, sur le lieu de son assassinat. Un autre recueillement aura lieu sur la tombe du défunt à Taourirt Moussa où repose pour l’éternité ce chanteur engagé dans la revendication identitaire amazighe. Né à Taourirt Moussa le 24 janvier 1956, Matoub Lounès a consacré le plus clair de sa vie au combat pour la reconnaissance de l’identité amazighe. Assassiné par le GIA pour s’être farouchement opposé à l’islamisme politique, Matoub est tombé en martyr. Il fut enlevé le 25 septembre 1994 par un groupe armé, puis libéré au terme d'une forte mobilisation de la population en Kabylie. Il a été aussi en première ligne du combat pour la démocratie et la laïcité en Algérie. Les funérailles du chanteur drainèrent des centaines de milliers de personnes et la Kabylie a connu plusieurs semaines d'émeutes et de deuil. Les conditions de sa mort n'ont toujours pas été élucidées. Ses chansons engagées demeurent très en vogue en Kabylie et dans d’autres régions du pays.
Sonia B.

Comment (3)

    imane
    18 juin 2012 - 21 h 53 min

    C’était un grand chanteur qui
    C’était un grand chanteur qui a su toujours faire preuve d’humilité et de sincérité. Il a brillé par son engagement infaillible à cause identitaire amazighe qu’il a défendu jusqu’à la fin de ses jours. Les lâches qui l’ont assassiné n’ont cependant pas pu le faire oublier. au contraire il est plus que jamais présents dans les esprits et de la vécu quotidien des algériens et des kabyles en particulier à travers ses chansons indémodables




    0



    0
    abdelkrim ait
    18 juin 2012 - 21 h 25 min

    assassiné oui mais pas qui ?
    assassiné oui mais pas qui ? ce G.I.A. ne tiens pas.




    0



    0
    Maleh
    18 juin 2012 - 19 h 46 min

    Est-on sûr qu’il a assassiné
    Est-on sûr qu’il a assassiné par les GIA?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.