Manifestation de solidarité samedi avec les sans-papiers à Lille

Les sans-papiers de Lille sont à leur 72e jour de grève de la faim. Essentiellement des Algériens, dont deux ont d’ailleurs été expulsés le 30 décembre dernier. Ces sans-papiers se réfugient devant l’église Saint-Maurice de cette principale ville du nord de la France. Par solidarité avec ces grévistes, des associations à l’instar du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) et la Ligue des droits de l’Homme (LDH), Droits devant, Théâtre de l'opprimé, l’Association marocaine des droits humains, les syndicats CGT et CNT Sud, ont appelé à une manifestation le samedi 12 janvier au niveau de la place de la République, parvis des droits de l’Homme à Lille. Cette action vise à faire pression sur les autorités pour qu’elles fassent le nécessaire afin de régulariser ces centaines de personnes qui se sont retrouvées par la force des choses en situation irrégulière. Même le Front de gauche et Jeunesse communiste se sont joints à cet appel pour atténuer les souffrances de ces grévistes de la faim dont l’état de santé est en constante dégradation. Depuis l’expulsion de deux Algériens grévistes de la faim dans un état de santé très critique, les voix se succèdent pour dénoncer le refus des autorités d’accéder aux revendications des sans-papiers. Aujourd’hui même, plusieurs dizaines de sans-papiers ont occupé l’église Saint-Denis-de-l’Estrée à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), à Paris, pour exiger leur régularisation et exprimer leur solidarité avec ces grévistes de la faim. Dans un communiqué, le maire de Saint-Denis, Didier Paillard (PCF), juge que la «régularisation des travailleurs et habitants sans papiers» serait «une mesure concrète et d’intérêt général pour les quartiers populaires». Le Comité des sans-papiers du Nord avait interpellé, par le biais d’une lettre ouverte, le président Abdelaziz Bouteflika pour qu’il protège les ressortissants algériens en France qui subissent toutes formes d’humiliations. Ce comité continue à réclamer le retour des deux grévistes algériens expulsés manu militari de Lille avec la «complicité du consul de Lille». Il y a actuellement près de 400 000 sans-papiers en France. Les Algériens figurent en deuxième position après les Roumains. Les autorités françaises expulsent une moyenne annuelle de 90 000 personnes. L’arrivée du Parti socialiste au pouvoir n’a pas amélioré la situation des sans-papiers. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, est accusé de poursuivre la politique de son prédécesseur de droite, Claude Guéant.
Sonia B.
 

Commentaires

    amina
    9 janvier 2013 - 20 h 36 min

    Le coup de karcher n’est pas
    Le coup de karcher n’est pas propre à la droite. la gauche a aussi sa droite qui est aussi droitisée que l’UMP. Valls n’est pas différent de Claude Guéant, Sarkozy ou de Brice Hortefeux




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.