Soutien déguisé

L’expérience douloureuse vécue par les Algériens durant la décennie 1990 leur a appris que le critère de vérité concernant la position des uns et des autres sur le terrorisme est dans la façon de réagir aux attentats. Le silence, enrobé parfois dans des considérations de «violence d’où qu’elle vienne» ou d’interrogations sur «qui tue qui ?», a toujours été perçu comme signifiant un parti pris déguisé, voire honteux, en faveur des terroristes. Cette leçon a été vérifiée par l’attaque contre le site gazier de Tiguentourine et la ferme riposte de l’ANP : il y a ceux, pays et personnalités, qui ont condamné sans aucune ambiguïté cet acte terroriste, se sont solidarisés avec notre pays et ont même rendu hommage à l’ANP, et ceux qui se taisent ou, pire, critiquent la fermeté de la riposte de notre armée. C’est le cas d’Abdallah Djaballah, chef du Front de la justice et du développement, qui trouve disproportionnée la réponse apportée par nos soldats au groupe terroriste. Les islamistes sont toujours embarrassés quand il s’agit de condamner des actes dont les auteurs sortent de leurs rangs ou se sont abreuvés à leur idéologie. On se souvient comment Abassi Madani, à la fin des années 1980, réagissait quand ses militants avaient commencé à commettre leurs premières agressions : soit en les disculpant pour rejeter les accusations y compris sur les démocrates, soit en justifiant leurs actes ; mais jamais la moindre réprobation. Par la suite, en pleine décennie sanglante, lui et ses comparses ont toujours refusé de condamner le terrorisme qui frappait l’ensemble de la population algérienne. Comment oser parler de moyens disproportionnés, alors que d’un côté il y a l’ANP dotée des prérogatives constitutionnelles qui lui imposent de faire usage de tous les moyens pour défendre l’intégrité du pays et, de l’autre, un groupe de terroristes en majorité étrangers, lourdement armés venus sur notre territoire mettre en danger la sécurité nationale ?
Kamel Moulfi
 

Commentaires

    Axelpanzer
    22 janvier 2013 - 17 h 04 min

    Je me rapelle des affiches du
    Je me rapelle des affiches du parti de djaballah avant les elections du fis,ce bonhomme y vantait les vertus de la dureté ,de la fermeté,et donnait meme des conseils sur la façon d’elever les enfants dans la plus grande tradition des nazis d’hitler,toutes proportions gardée en c ce qui concerne hitler!!!!




    0



    0

Les commentaires sont fermés.