Alliance-Tahkout : le procès en appel ouvert aujourd’hui

Le procès en appel opposant Alliance Assurances à la société de transport Tahkout Mahieddine s’est ouvert aujourd’hui à la cour de Boumerdès. Condamné en janvier dernier en première instance à une peine de 18 mois de prison ferme assortie d’une amende de 50 000 DA et des dommages et intérêts de 500 000 DA, le PDG d’Alliance Assurances, Hassen Khelifati, a fait appel. La défense d’Alliance Assurances motive cette démarche par le non-recours par le tribunal de Rouiba à une expertise judiciaire indispensable pour authentifier les documents incriminés et prouver l’acte criminel. En effet, en première instance, la justice s’est contentée de documents présentés par les deux parties en conflit. Elle n’a, à aucun moment, demandé d’expertiser le contrat litigieux à l’origine de cette affaire. Pourtant, tout au long de sa plaidoirie, l’avocat de la défense n’a cessé de réclamer cette expertise. L’affaire a commencé par un dépôt de plainte, en 2011, de Tahkout contre Khelifati, pour « faux et d’usage de faux» sur un contrat d’assurance liant sa société de transport universitaire à Alliance Assurances. Des accusations que le PDG d’Alliance Assurances a rejetées catégoriquement, documents à l’appui. Hassen Khelifati avait même sollicité en 2012 un expert international en écriture, lequel a certifié que la signature apposée sur ce fameux contrat «n’est très vraisemblablement pas celle de M. Hassen Khelifati». Dans un communiqué de presse rendu public en février dernier, le PDG d’Alliance Assurances avait affirmé que l’entreprise de transport Tahkout était client de sa compagnie «pour la totalité de sa flotte de bus de 2007 à 2011». Il avait précisé que les trois premières années, Tahkout avait bénéficié d’un crédit d’assurance et payé ses dettes à hauteur de 71% du montant dû en 2007, 72% en 2008 et 100% en 2009, démontrant ainsi une certaine volonté de régularisation. Mais les choses ont plutôt mal tourné en 2010. Alliance Assurances était contrainte donc de recourir à la justice pour le recouvrement de sa créance. La compagnie réclame 500 millions de dinars à la société de transport Tahkout. Un montant qui représente deux années de primes d’assurances impayées, selon cette compagnie cotée à la Bourse d’Alger. Aujourd’hui, Alliance Assurances espère que justice lui sera rendue.
Sonia B.

Comment (2)

    Alison
    5 avril 2013 - 12 h 26 min

    Thanks for taking the time to
    Thanks for taking the time to post. It’s lifted the level of deabte




    0



    0
    zochero
    17 mars 2013 - 20 h 18 min

    qui derrière tahkout c’est
    qui derrière tahkout c’est un prête nom la réponse et clair on veut voire la face caché




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.