Diana Johnstone à Algeriepatriotique : «La majorité des Américains a d’autres soucis que d’aller faire la guerre»

Algeriepatriotique : Les néo-conservateurs pro-israéliens du projet pour le nouveau siècle vont-ils arriver à pousser Obama dans la guerre contre la Syrie, celle-ci n’étant que reportée ?

Algeriepatriotique : Les néo-conservateurs pro-israéliens du projet pour le nouveau siècle vont-ils arriver à pousser Obama dans la guerre contre la Syrie, celle-ci n’étant que reportée ?
Diana Johnstone : C’est difficile à dire et ce que je voudrais souligner, c’est qu’il y a un combat d’idées à Washington. Nous avons un establishment, une communauté des affaires étrangères et ses diverses influences qui sont extrêmement divisés. Obama a été obligé d’accepter la proposition russe pour ne pas se soumettre au vote du Congrès qu’il allait perdre, car il est clair que le Congrès allait voter contre le bombardement de la Syrie. Cela aurait constitué une défaite cinglante pour le président, donc, il a accepté cette proposition russe, mais ceux qui veulent aller à la guerre, et ce ne sont pas seulement les néo-conservateurs, sont furieux et cherchent toujours un moyen de bombarder la Syrie. La situation est donc toujours très dangereuse, à mon avis.
Y a-t-il une chance de paix, même ténue, avec Genève 2 ?
Maintenant, tout est focalisé sur la question des armes chimiques. Aujourd’hui même, il paraît que la France et les Etats-Unis veulent utiliser l’accord contre les armes chimiques pour justifier une frappe militaire au cas où la Syrie n’irait pas assez vite pour remplir les termes de l’accord, c'est-à-dire de se débarrasser des armes chimiques, ce qui ne peut être fait en une semaine, ni même une année. Il faut souligner que les Etats-Unis qui ont signé la convention contre les armes chimiques ne se sont jamais débarrassés de leur arsenal qui est beaucoup plus grand que celui de la Syrie.
Responsabilité de protéger (R2P), impérialisme humanitaire, interventionnisme humanitaire sont des concepts que vous évoquez souvent dans vos travaux. Pensez-vous que ces nouveaux concepts ne sont pas juste un leurre pour détruire des pays et des civilisations ?
Je remarque que tous les empires, britannique, français et autres, ont toujours été construits sur l’idée qu’on allait aider quelqu’un dans le pays en question contre les autorités en place. Comment l’Angleterre aurait-elle pu conquérir l’Inde sans les querelles internes et certaines forces en Inde qui voulaient l’aide de l’Angleterre ? C’est à chaque fois le même procédé, aller protéger les gens est seulement une reformulation des prétextes qui sont toujours utilisés pour envahir et conquérir les pays.
L’Aipac multiplie ses pressions sur les membres du Congrès américain et le témoignage de James Abourezk, ancien sénateur du Dakota du Sud, est plus que révélateur sur le rôle du lobby israélien qui impose sa loi aux USA. La guerre qui vise, entre autres, l’Iran serait-elle inévitable ?
J’espère bien que non et si je devais décider oui ou non, je dirais non, mais il y a toujours un danger de manipulation. C’est sûr que la population américaine ne veut plus de guerre. Elle en a marre après l’Afghanistan, l’Irak, etc., et ne veut plus de guerres, mais le lobby israélien est convaincu qu’il serait bon pour Israël que les Etats-Unis détruisent la Syrie et puis affaiblissent l’Iran pour qu’Israël reste la seule puissance dans la région. Le problème, c’est que bien que l’opinion américaine ne veuille pas de ces guerres, elle ne comprend pas encore, sauf une partie très avertie, que derrière tout cela, il y a un projet israélien. Je pense que si le public le comprenait, il serait encore plus farouchement opposé à ces guerres. Nous essayons d’éveiller l’opinion publique, mais jusqu’à présent, même si le public est contraire aux guerres, il ne comprend pas vraiment à quel point cette guerre n’est absolument pas dans l’intérêt des Américains. Ce ne sont pas les Etats-Unis qui sont menacés, et seulement une partie, croissante, de l’opinion saisit le fait que c’est Israël qui veut ces guerres, mais c’est encore une minorité qui est consciente de cela. Donc, la propagande humanitaire, ça ne marche pas non plus. Les Américains ne veulent absolument pas aller faire la guerre pour protéger des gens, contrairement à l’idée véhiculée par ce qu’on appelle ici les «bobos». Vouloir aller protéger les gens est un luxe, une illusion qui a trait à une certaine couche de la population, mais la plupart des gens ont d’autres soucis.
Pensez-vous que l’opinion publique américaine restera mobilisée contre la guerre en Syrie, et ne serait-ce pas tout simplement une guerre du lobby sioniste ?
A mon avis, la majorité de la population, qu’elle soit américaine ou autre, est passive. La plupart des gens ont leurs problèmes personnels, etc., mais parmi les gens qui sont actifs se mène un combat entre ceux qui sont mobilisés contre la guerre, de simples citoyens sans aucun pouvoir, et j’en connais qui sont très actifs et qui se mobilisent, et de l’autre côté, il y a le lobby pro-israélien. Aux côtés du lobby pro-israélien, il y a cette tendance de guerre soi-disant humanitaire qui est très puissante dans l’administration d’Obama, représentée surtout par certaines femmes, dont Susan Rice, son conseiller pour la sécurité nationale, et la nouvelle ambassadrice aux Nations Unies, Samantha Power, qui sont des propagandistes pour la guerre humanitaire et qui sont très proches d’Obama. Donc, est-ce qu’il va écouter le lobby des guerres ou est-ce qu’il va écouter l’opinion publique ? C’est tout le conflit actuel.
Ce qui se passe actuellement n’évoque-t-il pas pour vous la période de la guerre du Vietnam contre laquelle vous étiez une militante engagée ?
C’est très différent, à mon avis. Il y avait à l’époque le contexte de l’anticommunisme et la différence, c’est que l’absence du communisme fait que beaucoup de gens, des personnes qui étaient de droite parce qu’elles étaient anticommunistes et qui soutenaient les guerres parce qu’elles pensaient que les guerres nous protégeaient du communisme, n’ont plus cette motivation. Maintenant, on trouve à droite beaucoup des opposants à la guerre parmi les plus fermes.
En effet, j’ai interviewé récemment Paul Craig Roberts, et il est effectivement antiguerre…
Exactement, et je pense que quand l’adversaire était censé être le communisme, il était facile d’effrayer beaucoup de gens conservateurs qui pensaient que le communisme était un danger, que les communistes allaient les tuer, etc. Ce n’était pas vrai, mais l’anticommunisme faisait que la droite était pour la guerre. Sans cela, les prétextes évoqués actuellement pour les guerres ne semblent pas convaincants pour beaucoup de conservateurs. Bien sûr, il y a les néo-conservateurs qui ne sont ni «néo» ni «conservateurs» (rires), mais qui sont des impérialo-idéalistes et dont l’étiquette est artificielle. Ces gens-là pensent en effet que la domination mondiale des Etats-Unis est profitable pour Israël et que celui-ci avec les Etats-Unis doivent se battre ensemble pour cette domination. Mais ce n’est pas une cause qui intéresse les vrais conservateurs et cela fait qu’actuellement l’opposition à la guerre n’est pas de gauche, mais sans parti.
Je remarque qu’il existe une similitude par rapport à l’instrumentalisation de l’antisémitisme. Avant, on agitait le communisme pour faire peur, et maintenant on brandit l’antisémitisme dès que le sujet du sionisme est abordé ou que l’on accuse Israël. La position de la France avec les Bernard-Henri Lévy et consorts est très virulente et sa position est va-t-en-guerre. L’Occident semble pris en otage par rapport à la question de l’antisémitisme. Qu’en pensez-vous ?
Je trouve que ce chantage est beaucoup plus fort en France qu’aux Etats-Unis. Evidemment, dans les deux pays, on parle beaucoup de l’Holocauste, mais la différence c’est que la France a été occupée par l’Allemagne nazie et dans les trente dernières années, on a créé un énorme sentiment de culpabilité en France qui est disproportionné, parce qu’en effet, il y a eu moins de déportations et de tueries des juifs en France que dans d’autres pays européens. Ce sentiment de culpabilité qui est entretenu dans les écoles et dans la société fait que ce chantage à l’antisémitisme et l’influence d’Israël sont plus forts sur le plan sentimental en France qu’aux Etats-Unis.
Même avec l’influence de l’Aipac aux Etats-Unis ?
Oui, parce que l’influence de l’Aipac se fait directement sur le Congrès et ce n’est pas seulement d’ordre sentimental, mais surtout financier. Aux Etats-Unis, contrairement à d’autres pays, il faut énormément d’argent pour faire une campagne électorale. Il faut acheter les publicités à la télévision, etc. Les membres du Congrès qui doivent être élus tous les deux ans ont besoin de beaucoup d’argent, et une proportion très considérable de leurs contributions de campagne viennent des groupes sionistes. Donc, c’est une question purement matérielle et pas du tout sentimentale.
Mon pays, l’Algérie, qui s’est toujours positionné contre la politique fasciste d’Israël et du sionisme, serait-il à votre avis une cible potentielle comme la Syrie ou l’Iran ? Michel Collon m’a dit naguère au cours d’une interview que nous pourrions être visés un jour ou l’autre. Qu’en pensez-vous ?
Actuellement, ils sont un peu occupés dans l’environnement d’Israël, mais il est évident que si les Etats-Unis réussissent, comme ils l’ont fait en Libye, à détruire un pays, ça les encourage à continuer. Il est très important de suivre ce qui se passe actuellement parce que si le projet échoue en Syrie, cela peut influencer un changement politique aux Etats-Unis. Il y a maintenant des forces qui voudraient arrêter cette politique agressive internationale, mais si le projet de détruire la Syrie réussit, évidemment, tout pays qui n’est pas obéissant est menacé à terme. Regardez ce qui s’est passé en Yougoslavie. Elle n’avait pourtant rien fait de mal, mais elle était considérée comme en dehors du reste de l’Europe.
En effet, la Yougoslavie était très proche de l’Algérie…
La Yougoslavie ne menaçait personne, mais elle était gérée par une sorte de socialisme qui n’était pas soviétique, mais qui n’était pas non plus occidental, elle était membre des non-alignés et elle entretenait beaucoup de contacts avec les pays arabes, donc «autant l’éliminer».
Justement, nous avons eu notre guerre civile pratiquement au même moment que le démantèlement de la Yougoslavie. Je sais que vous avez effectué des travaux là-bas, et c’est la raison pour laquelle je vous pose cette question. Comme nous n’avons pas de relations diplomatiques avec Israël, que nous avons une grande armée qui est pratiquement la seule armée qui reste debout dans le monde arabe (on a vu l’Irak détruit, actuellement la Syrie, l’Egypte qui connaît de graves problèmes, la Libye démantelée), en tant qu’Américaine informée, ne pensez-vous pas que nous serons visés un jour ?
Je pense que vous devez être sur vos gardes. Les Américains, quand ils font une guerre, parlent de «coalition of the willing» (coalition de ceux qui veulent), mais il faut une coalition de ceux qui ne veulent pas !
Un front de refus et de résistance…
Il faut quand même que les Etats-Unis et la France cessent de se proclamer la communauté internationale et qu’il n’y a que la Russie et la Chine qui s’opposent à la «communauté internationale». Il faut comprendre que la Russie et la Chine, vous et les autres, font aussi partie de la communauté internationale, et qu’il faut isoler les USA et la France diplomatiquement. Il faut mettre fin à la prétention des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France d’être la seule communauté internationale et que les pays qui ne sont pas d’accord avec eux sont des trouble-fête isolés. On voit une campagne terrible contre Poutine. La diplomatie russe est le plus grand obstacle à la guerre actuellement, et il faut que d’autres pays soutiennent de manière visible la Russie dans sa tentative de sauver la paix.
L’Algérie a voté au sein de la Ligue arabe contre l’octroi du siège de la Syrie aux mercenaires que l’on nomme «opposants», mais qui en fait ne sont qu’un ramassis de terroristes et de djihadistes, mais nous étions isolés, nous et l’Irak. Le reste des pays arabes s’est aligné sur la position du Qatar et de l’Arabie Saoudite. La Ligue arabe étant devenue propriété privée du Qatar et ensuite de l’Arabie Saoudite…
Il faut instaurer un front de diplomatie contre la guerre parce que je ne veux pas voir de guerre mondiale opposant un côté à l’autre, et je suis convaincue que la majorité du monde ne veut pas la guerre. Il est scandaleux que ceux qui veulent la guerre se présentent comme la communauté internationale. Ce n’est pas vrai et il faut que cela se sache.
Vous luttez pour un monde qui se débarrassera de l’hégémonie américaine ?
Oui. En tous cas, un monde où l’on règle ses problèmes par la diplomatie, par les Nations unies, par des moyens pacifiques.
C’est justement la position de l’Algérie qui veut régler la question syrienne politiquement…
Ça ne m’étonne pas (rires). Je suis d’accord.
Entretien réalisé par Mohsen Abdelmoumen
Biographie succincte :
Diana Johnstone est née en Minnesota, USA, mais a passé sa jeunesse à Washington, où ses parents étaient hauts fonctionnaires. Etudiante, elle a passé plusieurs mois en Yougoslavie, pour un diplôme en études slaves. Elle a un doctorat en littérature française, avec dissertation sur André Malraux. Elle a enseigné à l’université du Minnesota, où elle a participé au mouvement contre la guerre du Viêt Nam. En France, elle a travaillé pour l’Agence France Presse, puis comme correspondante en Europe de l’hebdomadaire socialiste In These Times tout en contribuant à de nombreux périodiques et livres collectifs. Elle est auteur de The Politics of Euromissiles: Europe in America’s World (Verso, 1982) et Fools’ Crusade: Yugoslavia, NATO and Western Delusions (PlutoPress/Monthly Review, 2002), traduit en français, portugais, suédois, finlandais, serbe et turque.
 

Comment (3)

    Argent Sur Le Net
    19 décembre 2013 - 15 h 02 min

    Je n ai pas vus le temps
    Je n ai pas vus le temps passer, je vous remercie pour ce plaisir passe a vous lire.
    Argent Sur Le Net http://ow.ly/rUScV

    salim
    21 septembre 2013 - 13 h 00 min

    C’est à vos responsable qu’il
    C’est à vos responsable qu’il faut le dire, que vous peuple ou citoyens américains êtes contre la guerre.

    On voit que vous êtes silencieux, à par quelques manifestations de ci et de là.

    Il faut mettre le paquet afin que vos responsables prennent conscience.

    Car le silence est signe d’acquiescement. Ou qui ne dit rien consent.

    Et vous êtes silencieux ! On ne vous entend pas.

    Abou Stroff
    21 septembre 2013 - 10 h 35 min

    « le lobby israélien est
    « le lobby israélien est convaincu qu’il serait bon pour Israël que les Etats-Unis détruisent la Syrie et puis affaiblissent l’Iran pour qu’Israël reste la seule puissance dans la région. » dixit D. J.. en fait, il suffit de taper sur google « plan yinon » pour saisir la stratégie à moyen et à long terme du sionisme en général et de l’entité sioniste en particulier. les sionistes ont clairement affiché leurs objectifs, malheureusement, pendant que les nations avancées (dont l’entité sioniste) s’apprêtent à coloniser la planète Mars, les peuples concernés (les peuples dits arabes, en particulier) continuent à s’interroger sur le sexe des anges, sur ce qui est haram et ce qui est halal et enfin sur la nécessité pour les femmes de cacher leurs rondeurs car ces dernières font oublier aux augustes messieurs leurs divers devoirs de « croyants ». ceci dit, il ne s’agit pas de se plaindre quant à la « sollicitude » que l’entité sioniste affiche à notre égard. en effet, les sionistes défendent leurs intérêts bien compris et ils ne sont guère à blâmer. ceux qui sont à blâmer sont les peuples qui acceptent d’être dirigés par des couches compradores (certaines portent parfois des gandouras et dansent en faisant frémir leurs popotins), lesquelles couches sont, d’abord et avant tout, au service de l’impérialisme et du sionisme. en effet, le grand Mao Zé dong a avancé la proposition suivante: lorsque un oeuf et un caillou reçoivent la même quantité de chaleur, l’oeuf se transforme en poussin tandis que le caillou demeure caillou. replacé dans le contexte qui nous préoccupe, la proposition de Mao signifie tout simplement que l’état de délabrement avancé des sociétés dites arabes est d’abord et avant tout le produit de contradictions internes. si le sionisme est fort, c’est parce que nous sommes faibles et nous sommes faibles parce que nous acceptons d’être gouvernés par des fossiles vivants dont la seule caractéristique pertinente est qu’ils sont des fossiles. moralité de l’histoire: tant que les peules dits arabes n’auront pas neutralisé les couches compradores qui les dominent (en faisant la révolution), l’impérialisme en général et le sionisme en particulier trouveront au niveau des sociétés dites arabes, le terrain le plus favorable à la matérialisation de leurs objectifs de domination.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.