Les trois concessions du président Bouteflika à Hocine Aït Ahmed pour rallier son camp

Plusieurs faits concordants confirment le virage à 180° opéré depuis quelques mois par le FFS par rapport à la position traditionnelle qu’il a toujours adoptée depuis sa création, il y a cinquante ans en 1963, et qui a été caractérisée par une opposition farouche et inconditionnelle au pouvoir en place. Il faut, avant tout commentaire, préciser que le FFS est libre de prendre le chemin qu’il veut, il y a juste à s’interroger sur les motivations qui l’ont conduit à se rapprocher du pouvoir. Les choses ont été visiblement arrangées au sommet par un deal entre le chef historique du FFS, Hocine Aït Ahmed, qui a toujours vécu en exil en Suisse, et le président Abdelaziz Bouteflika. Si cette hypothèse se vérifie, il s’agirait alors d’une victoire historique remportée par le pouvoir face à cette formation politique que certains, par routine, continuent encore d’appeler le plus vieux parti d’opposition. Cette volte-face était déjà dans l’air quand le FFS a choisi de participer aux législatives de 2012. Un peu plus d’une année après, personne n’est surpris d’apprendre que le FFS s'achemine allègrement vers une participation à une future alliance présidentielle que le nouveau patron du FLN, Amar Saïdani, a été chargé de bâtir. Comment en est-on arrivé là ? Tous les observateurs ont noté le silence – qualifié d’énigmatique dans le brouhaha ambiant – du FFS sur la situation politique nationale après l’hospitalisation du président Bouteflika en France alors que les incertitudes les plus lourdes pesaient sur le pays. No comment ! Tous ont compris que quelque chose avait changé au FFS qui avait donné l’habitude de réagir très rapidement aux événements, même quand il fallait attendre le feu vert d’Aït Ahmed. Mais le fait le plus significatif du retournement est bien dans la présence au sein de la présidence tournante du parti de Mohand Amokrane Cherifi, qui a longtemps occupé des postes dans la haute administration et a même été ministre du Commerce. Autant dire qu’un des dirigeants les plus en vue du FFS est un homme du système que ce parti n’a cessé de combattre depuis une cinquantaine d’années. Il semblerait d’ailleurs, selon les commentaires de presse, qu’il soit un élément moteur et déterminant dans le rapprochement entre le FFS et le pouvoir. D’où cette référence, qui deviendra sans doute récurrente, au «consensus», incluant implicitement le pouvoir, au lieu du terme opposition qui remplissait les documents et discours officiels du parti. On comprend alors pourquoi des institutionnels, comme Mohamed-Seghir Babès, président du Conseil national économique et social, ont été admis à l’activité du FFS appelé «conférence économique et sociale», organisée pour la célébration du 50e anniversaire de la création du FFS. Est-ce un prélude à une démarche participationniste, tentée avec plus ou mois de «bonheur» par les dirigeants des partis rivaux, le RCD et le MPA ? Dans ce rapprochement entre le FFS et le pouvoir, un grand pas a été fait par le pouvoir, du moins c’est ainsi que les observateurs l’interprètent, avec la réorganisation des services qui serait vue comme un élément d’une démarche visant à éloigner l'armée de la politique, sujet qui tient à cœur à Aït Ahmed et au FFS qui ont en fait leur fond de commerce. Autre pas dans le même sens : l'éventualité de faire de la langue amazighe une langue officielle. Enfin, cerise sur le gâteau : la proposition de loi pour réhabiliter les anciens militants du FFS de 1963 et qui a toutes les chances d’être retenue puis adoptée. C’est une démarche gagnant-gagnant entre Aït Ahmed et Bouteflika, qui vont se prévaloir d’avoir atteint, chacun, des objectifs qui paraissaient irréalisables. Evidemment, le FFS, entretemps, aura implosé du fait de la fronde d'une partie de ses militants qui dénoncent une compromission, après avoir longtemps fermé les yeux sur une autre compromission, avec le FIS, celle-là. Que reste-t-il du slogan du FFS «ni Etat policier ni Etat intégriste» ?
Karim Bouali
 

Comment (59)

    loucof 06
    30 septembre 2013 - 20 h 57 min

    le FFs ceux sont tous des
    le FFs ceux sont tous des khobziste ya ni oppostion ni rien je connais klk individu de ffs leur but poste superieur mais et vos principes y on a pas comme leur leader de parti l’essentiel c’est d’avoir klk miete de la rente petroliere

    Anonyme
    30 septembre 2013 - 17 h 15 min

    au marocain qui sévit sous le
    au marocain qui sévit sous le pseudo de « fraicheur » qui se demande pourquoi que seulement le Maroc est critiqué par les algériens, je vais te dire espèce d’amnésique c’est que l’entité appellée Maroc est un ennemi de tous les temps de l’Algérie, cela depuis l’antiquité en passant par Bochus roi de l’ancienne Mauritanie qui incluait les territoires appelés Maroc d’aujourd’hui, la trahison de Bochus envers Jurgurtha fils et roi de Numidie (Algérie actuelle) quelques siècle plus tard, les marocains ont récidivé, avec leurs mérinides qui ont attaqué les zianides algériens, quelques siècles plus tard voilà que le Maroc reprend de plus belle dans sa haute trahison envers l’Algérie, cette fois envers l’Emir Abdelkader par le sultan marocain couronné par la Franc, à livré à la France.la trahison des marocains envers notre révolution et cela n’est pas fini la trahison persiste encore, le Maroc veut absolument détruire le peuple algérien avec sa drogue et en s’alliant avec la France et Israël pour pour pouvoir arriver à ses fins machiavéliques, nous oublierons jamais nous les algériens la trahison des marocains le lendemain de notre indépendance, une trahison fomentée avec la France. Les autres voisins de l’Algérie même hypocrites ne nous causent pas de problèmes. Voilà pourquoi nous devons garder notre frontières bien fermées avec le voisin ennemi marocain.

    samir
    30 septembre 2013 - 16 h 21 min

    Tout rapprochement entre
    Tout rapprochement entre frères est un signe encourageant et de bonne augure. Un grand hommage à Da elHo.

    Nassima
    30 septembre 2013 - 13 h 42 min

    Par Gandhi (non vérifié) |

    Par Gandhi (non vérifié) | 30. septembre 2013 – 12:47

    !?#[email protected]#*?ß!?
    Ehhhhhh ?! c´est quoi ce galimatias M. Mahatma Gandhi? J´ai beau essayé de déchiffrer vos dires mais en vain!

    Amcum
    30 septembre 2013 - 13 h 32 min

    @ Gandhi (non vérifié) | 30.
    @ Gandhi (non vérifié) | 30. septembre 2013 – 12:47
    Votre question est pertinente et me semble aussi sincère, elle mérite une réponse-échange-enrichissement dans le respect et surtout dans la vision à long terme loin de la passion et de l’ego.

    Quand on parle de langue et de constitution il faut toujours se rappeler qu’il s’agit ici de bâtir et de renforcer un pays.

    Un pays est plus grand que le vécu d’une personne, le vécu d’une famille, d’une région et même de toute une génération. Rappelons nous tous ici que la génération de novembriste a entreprit une action, en l’occurrence la révolution 1954-1962, pour la construction d’un pays libre dont elle savait qu’elle ne gouterait pas aux fruits ! Cette génération adulte et mure durant cette période s’est sacrifié pour les générations futures. C’est nous en 2013 qui profitons de la liberté de la dignité – sans évoquer le tout subventionné.

    Nous en 2013, il se trouve qu’un aspect de notre identité a été négligé pour des raisons dont l’espace ici ne permet pas d’analyser en profondeur. Sur ce point je veux attirer l’attention sur le fait que ce n’est pas un problème Kabyle. Ceux qui croient a cela se trompent et ceux qui fond croire aux autres que c’est une question Kabyle exécutent un agenda diabolique. Au sud Algérien les populations parlent Targui, une variante de la langue Amazigh. Tenez-vous bien, nos Algériens du sud ne sont même pas blanc. Si on verse dans les races, même si la génétique nous informe que la couleur de la peau ne constitue pas un trait d’une race, mais le petite peuple croie a cela. Donc nos Algériens du sud ne sont même pas de la même race que ceux du nord !!! Sur ce point aussi ne vous tromper surtout pas en évoquant la religion et ce noble Hadith de La Farka Bayna 3rabiyin wa A3djamiyin illa Bi Attakwa …(la theorie et la dure realité)

    La liste ne s’arrête pas aux Algériens du sud, on doit tous oser évoquer Beni M’zab et bien sur les Aurès que certains ici croient que Bouteflika a ignoré !!

    Je me suis permis de faire cette mise en contexte afin de mettre ici le maximum d’enjeux qui se cachent décrire cette question de langue. Dieu sait qu’il en reste bien d’autres bombes qu’il faut intelligemment désamorcer.

    La question que je veux poser ici a ceux qui ne veulent pas kon leurs impose la langue Amazigh, ou encore a ceux qui ne veulent pas kon leur impose la langue Arabe est la suivante. Si les femmes et les hommes de novembre ont sacrifié leurs vies pour que nous, nous puissions vivre libres, sommes-nous capables de vaincre notre vulgaire égoïsme pour permettre aux générations futures d’hériter d’un pays totalement immunisé contre la manipulation et l’injustice en acceptant que les deux langues des Algériens l’Arabe et le Tamazight-unifiée soient réellement nos deux langues. Ou comme l’a si bien dit Mr. Ouyahia, pour que dans 100ans l’Algérien de Maghnia parlera a ses frères de Tamanrast et de Oued Souf en Amazigh et en Arabe sans aucun difficulté.

    À mon amble avis, cette solution est plus sure, mais plus exigeante en termes d’intelligence, que la solution simpliste et combien dangereuse de langue locale qui ouvre droit à la dislocation du pays.

    Anonyme
    30 septembre 2013 - 13 h 08 min

    il s’agit bien d’un pouvoir
    il s’agit bien d’un pouvoir qui agit en dehors des lois ;
    quand au  » clan du président » , cette formule a été utilisée par un ancien ministre de l’ « équipe » au plus fort de sa puissance;

    Gandhi
    30 septembre 2013 - 11 h 47 min

    @Anonyme:
    La langue berbère

    @Anonyme:
    La langue berbère est déjà de rigueur dans les zones berbérophones, pourquoi vouloir l’imposer aux arabophones (je dis bien arabophones car les arabes purs n’existent pas en Algérie de même que les amazighs purs quoiqu’on veuille le faire croire). Et puis je trouve que le chantage de l’indépendance de la Kabylie n’a aucun sens, vous imaginez un jour des frontières fermées depuis Alger jusqu’à Sétif?!! Que feront les Kabyles installés en dehors de la Kabylie, devront-ils demander un visa ou un titre de séjour? Et les Kabyles mariés à des arabophones devront-ils entamer des procédures de regroupement familial?!! Et comment vivrait-on en Kabylie sans la rente des hydrocarbures… Arrêtons ces inepties, de grâce. La démocratie doit permettre à tout le monde de vivre comme il le conçoit. Ce que je ressens dans votre argumentaire, c’est une soif de revanche sur les arabophones, mais je vous rassure nous sommes tous Algériens et nos ennemis sont communs. A bon entendeur !

    Abou-Sultan
    30 septembre 2013 - 11 h 23 min

    @Abou-Stroff: Bravo, votre
    @Abou-Stroff: Bravo, votre commentaire est clairvoyant et à-propos. Je suis entièrement d’accord avec vous.

    Anonyme
    30 septembre 2013 - 9 h 34 min

    N’y a t-il pas de vrais
    N’y a t-il pas de vrais hommes dans ce pays pour le laisser diriger par une caste (…)qui a pour visage de proue, un vieil homme (…). Où sont les hommes de la trempe du Général Nezar pour donner un coup de pied dans la fourmiliere et mettre les choses au clair comme l’avait fait le vrai patriote qui chassa les islamistes arrivés en horde avec tenue de combat(chose interdite pour un civile de porter l’uniforme d’un corps armée. C’est inédit dans l’histoire des états) à ElMoradia et reçus par Chadli (…).

    Nassima
    30 septembre 2013 - 8 h 34 min

    tamergssift (non vérifié) |
    tamergssift (non vérifié) | 30. septembre 2013 – 1:20

    „c’est un paisible citoyen suisse qui coule des jours tranquilles grâce aux allocations qu’il perçoit à partir de l’Algérie“!!!!!!

    Mr Ait-Ahmed Hocine a beaucoup donné pour l’Algérie sans aucune contre-partie,il a toujours été fidèle a ces principes un vrai musulman democrate .Il reste un personnage historique de la lutte de liberation il a été le 1er a constituer un parti d’opposition. S´ il vit en Suisse ,c´est parcequ´il a été exilé en 1966 pourtant il n´a jamais cessé de militer pour son pays.Mr Ait Ahmed est un docteur honoris causa, il n´a pas besoin d´allocations pour se la couler douce en Suisse comme vous vouliez nous le faire entendre alors détrompez-vous et révisez l´histoire de votre pays.

    Anonyme
    30 septembre 2013 - 8 h 11 min

    Ghandi, le referendum pour la
    Ghandi, le referendum pour la langue berbère pour tous et imposée, moi, berbériste, je suis parfaitement d’accord avec vous mais au cas ou cette langue est rejeté par la majorité des Algériens, en tant que démocrate , vous ne pouvez pas d’un autre côté vous opposez à un referendum en Kabylie (je dis bien en Kabylie car ça ne concerne que les Kabyles) pour une autodétermination quant à rester dans un état qui rejette leur langue sur la terre de leur ancêtres et donc prendre le large de l’indépendance.

    laiid baiid
    30 septembre 2013 - 6 h 27 min

    Sincèrement ,c’est une grande
    Sincèrement ,c’est une grande déception..
    Dénigrer ou insulter un si grand patriote!!!
    Vos grand parents ne savaient même pas ce qu’indépendance voulait dire quand cet homme était patron de l’OS….à à 20ans!!Et je suis certain que bon nombre d’entre vous ne savent pas ce que O.S veut dire..
    Aujourd huit vous vous réveillez tous opposants???

    aya
    30 septembre 2013 - 5 h 17 min

    le touriste est de retour, il
    le touriste est de retour, il a une grande villa boulevard galliéni, opposition des salons!

    Amcum
    30 septembre 2013 - 2 h 05 min

    Le mot POUVOIR est de la pure
    Le mot POUVOIR est de la pure intox des gouvernements successifs français. Il est utilisé pour maintenir le flou et surtout décrire les autorités Algériennes civiles et militaires comme une secte ou un genre de boite noire qui agit en dehors des lois et surtout contre la volonté du peuple (comme si les français par miracle veulent du bien au peuple Algérien). Les Français face à une révolution postindépendance n’avaient pas aucun control sur l’Algérie. Le peu d’influence qui existait été d’un autre ou d’un niveau similaire aux interactions qu’un état souverain peut avoir avec un état souverain. Je ne vais pas aller ici rappeler des épisodes ou les Français ont misé sur leur soi-disant rapprochement avec Chadeli Ben Djedid, pour ensuite se faire casser les dents devant les décisions finales prises d’une façon collégiale dans le plus haut niveau de l’État Algérien et dont le président est aussi partie prenante.

    Une autre preuve de cette invention française est le fait que même les Américains ou Anglais emprunte ce termes de POUVOIR quand ils parlent d’Algérie uniquement, mais jamais utilisé si le sujet concerne un autre pays !! Pour réaliser cela il faut définitivement se libérer de l’emprise de la propagande Française en regardant des programmes en Anglais ou en Chinois ou en Russe.

    Quand on respecte un État on appelle ses hommes « Les dirigeants » et non pas le POVOIR. On peut même faire l’effort de nommer le mot « Le Président ». Et quand on parle des personnes au tour de président on doit dire « L’équipe du président » et non pas « Le clan du président ». Quand un état s’adresse a un autre état, il doit le faire dans le respect. Ne pas le faire dans le respect, c’est aussi ne pas respecter le peuple de cet état. Aussi un citoyen a le droit de critiquer son gouvernement. Mais cela doit être fait dans les respects des intuitions car les hommes partent et les institutions restent.

    Chaque pays a sa propre histoire et surtout ses propres spécificités. La décision dans notre pays ont souvent été prises par consensus politique/militaire. C’est un prolongement du couple FLN/ALN lors de la révolution 1945-4962. C’est tout à fait votre droit de contester ce schéma, mais de grâce, faites dans le respect de notre pays.

    tamergssift
    30 septembre 2013 - 0 h 20 min

    Ait Ahmed chef historique,
    Ait Ahmed chef historique, oui. Depuis au moins quarante ans, c’est un paisible citoyen suisse qui coule des jours tranquilles grâce aux allocations qu’il perçoit à partir de l’Algérie.
    Au Canada, un brillant intellectuel qui a résidé plusieurs années aux USA a voulu devenir premier ministre. Il a été rédiculisé par ses adversaires à cause de sa longue absence du pays (de 1978 à 2005). Il n’a même pas pu se faire réélire comme député.
    Libre à ceux qui rêvent de baiser la main du marabout. Le taux de participation aux élections en Kabylie n’excède pas les 25%. Le parti de Da Lho obtient dans les meilleurs des cas 50% de ces 25$. voilà chiffré. l’amour que lui portent les siens qu’il méprise de toutes façons.

    Mohamed el Maadi
    29 septembre 2013 - 22 h 30 min

    À titre personnel moi je n’ai
    À titre personnel moi je n’ai rien posté, car la bouillabaisse politicienne algérienne ne m’intéresse pas ( et puis ils me retourne le cerveau ils ont fort les Algériens pour brouiller les pistes, des vrais indiens! ) non c’est l’Algérie qui m’intéresse (son aura) et son nom dans le monde le reste je m’en fous !!

    Anonyme
    29 septembre 2013 - 21 h 01 min

    mr amcum ,le terme pouvoir
    mr amcum ,le terme pouvoir n’est pas inadapté d’autant plus que le zaim du ffs l’a tout le temps utilisé ;et c’est normal en face de l’opposition ,il y a le pouvoir ;si vous en faites partie , vous avez raison , il faut corriger vos erreurs ;

    NASSER
    29 septembre 2013 - 20 h 26 min

    FRANCHEMENT je me suis
    FRANCHEMENT je me suis toujours dit pourquoi AP laisse la publication de certains commentaires qui sur d’autres sites en Europe ne passeront jamais. Ces sites ont compris que trop de liberté tue la liberté. Certains ici sont arrivés au point d’insulter et toucher à l’honneur des personnes et personnalités dont-ils savent qu’ils ne leur répondront jamais. Certains milieux rusés ont d’abord lancé l’accusation qu’ AP était dirigé par des personnalités du « pouvoir » et des « services de sécurité » allant jusqu’à faire ou « commander » des articles dénigrant ce site comme l’avait fait le Français Salim Laïbi dit « Le Libre Penseur » et bien d’autres connus pour leur souhait d’un « printemps en Algérie ».
    Comme ils se sont aperçus que leur propagande ne tenait pas au regard des articles pertinents publiés, ils en ont profité pour en faire une tribune de diffamation, de propagande de mensonges et de manipulations par des commentaires. Ils en ont bien abusé de cette liberté d’expression ‘offerte’ par AP au point où ils ont dépêché leurs trolls et leurs manipulateurs, d’ailleurs médiocres, si ce ne sont pas eux-mêmes pour dominer le site ; allant jusqu’à brandir la « liberté d’expression » comme épée Damoclès pour mieux intimider. Bien sûr qu’il a des contre-propagandistes pour les mettre à nu et mettre en garde contre leurs intox.
    AP doit faire la part des choses et ne pas se justifier. S’il juge qu’un commentaire sort du cadre déontologique et de la bonne éducation, il est de son devoir de ne pas le publier. Aux lecteurs de rédiger avec finesse et intelligence pour se faire publier. On évitera ainsi aux autres lecteurs de devoir à chaque fois répondre à leurs conneries, souvent avec les mêmes qualificatifs, et oublier l’essentiel ; mission justement des manipulateurs des forums sur Internet qui a été l’objet, ici, d’un de mes commentaires.

    Anonyme
    29 septembre 2013 - 19 h 48 min

    Sur ce Site, qui sont
    Sur ce Site, qui sont réellement, ces individus qui veulent nous faire croire que les Syriens sont nos frères surtout ceux qui soutiennent Assad les Palestiniens sont aussi nos frères, les irakiens, ………. mais les marocains eux, sont nos ennemis !
    Retournez en Arabie étrangers !

    Anonyme
    29 septembre 2013 - 19 h 39 min

    AP critiquer un membre d’un
    AP critiquer un membre d’un clan ou tout le clan en l’occurence celui d’Oujda ou des partis politiques qui font très mal à notre pays, n’est pas de l’insulte, mais c’est au contraire une prise de conscience que tous les algériens doivent avoir pour sauver notre pays et l’extirper de ce clan mafieux machiavélique.

    Kimpa MAZIGH
    29 septembre 2013 - 19 h 36 min

    Si ce que dit cet article est
    Si ce que dit cet article est vrai alors Le vieux Hocine aurait un peu de clairvoyance à un âge si avancé. Lui qui a manqué de nombreux Rdv avec l’histoire. En tant qu’historique il aurait pu accéder à la fonction suprême plus d’une fois. Mais que nenni, il a préféré laisser la place à des personnes moins bien attentionnée pour l’algérie et moins compétente. Dommage mais vaut mieux tard que jamais. Faire avec le système, c’est changer le systèmef aire contre lui c’est le renforcer…

    Fraîcheur
    29 septembre 2013 - 19 h 03 min

    Merci AP vous êtes une
    Merci AP vous êtes une bouffée d’oxygène

    Fraîcheur
    29 septembre 2013 - 19 h 02 min

    @anonyme encore une chose ;
    @anonyme encore une chose ; si j ‘évoque le sujet du grand Maghreb ( et non pas UMA qui reste péjoratif dans un autre contexte) c était juste un débat de civiliser entre moi et selecto , alors pour toi anonyme apprend juste à ne pas distribuer les nationalités à tout ce qui ne partage pas ton point de vue.

    sportive
    29 septembre 2013 - 19 h 00 min

    Message à nos

    Message à nos lecteurs
    Certains lecteurs auront remarqué que leurs commentaires n’ont pas été publiés, nous le rappelons-le, une fois de plus, pour les raisons suivantes : «clanismes, insultes, jugements à l’emporte-pièce loin à la fois de l’éthique, de la déontologie…»
    Loin de nous l’idée de censurer les commentaires et de ne publier que ce qui nous plaît.
    AP
     

    Fraîcheur
    29 septembre 2013 - 18 h 57 min

    @ anonyme 18:54 yaw nta houwa
    @ anonyme 18:54 yaw nta houwa makhzani, la division des peuples du Maghreb arrange vos affaires , carburant des autocratiques des te téocratiques et monarchiques , le Maroc par ci le Maroc par la, le Maroc me lhik ,le Maghreb c est aussi la Mauritanie, la Tunisie la libie le Sahara occidental alors pourquoi faire une fixation sur le Maroc , je crois que les algériens de france qui ne connaissent rien de la réalité du nord africain devraient arrêter d’insulter le peuple marocain , est un peuple frère , la misère fait ce qu’elle fait de lui dans un instinct de survie , alors tout ceux qui sont contre l’union du grand Maghreb aspiration des peuples allez jeter votre venin de diviseur ailleurs.

    Mehacir
    29 septembre 2013 - 18 h 26 min

    La vraie politique d’un parti
    La vraie politique d’un parti est de militer et lutter pour faire admettre sa ligne politique et imposer ses points de vue sur l’échiquier politique national. Faire l’opposition pour l’opposition est un acte suicidaire pour un parti. Ainsi la nouvelle option du FFS ne peut qu’augmenter les sympathisants du parti pourvu qu’il ne se démarque pas de ses objectifs.

    Anonyme
    29 septembre 2013 - 17 h 54 min

    Pourquoi mon commentaire
    Pourquoi mon commentaire adressé à fraicheur le marocain n’a pas été publié, je rappelle à ce fraicheur qu’il ne sagit pas de l’UMA dans cet article, n’essaie pas de faire passer sur ce site l’UMA de dupe que les algériens rejettent, ce ne sont que les marocains qui sont intéressés par cet UMA, un moyen de nous envahir.

    Anonyme
    29 septembre 2013 - 17 h 48 min

    pourtant la raison est
    pourtant la raison est simple…c’est JUSTE  » L ALGERIE D ABORD ET AVANT TOUT »……..il y’avait le programme  » printemps arabe » lancé dans le cadre de l’installation du nouvel ordre mondial ….l’existence meme de la nation algerienne et du pays avec ses frontieres actuelle est e, jeu..comme lors de la fameuse « guerre des sables » quand mohand oulhaj laissa le maquis interieur por defendre le pays contre le maroc…idem aujourdhui le partcipation depuis les legislative de 2012 s’inscrit dans la emem logique ..renforcer la credibilité de l’institution contre ceux qui veulent detruire tout le pays en argant les defiscience reelle..nos voisins sont des exemeples.

    Anonyme
    29 septembre 2013 - 17 h 15 min

    les 3 points d ‘accord ne
    les 3 points d ‘accord ne sont pas les seuls ;il doit y avoir d’autres points non encore rendus publics ;
    On ne voit pas comment le FFS fera alliance avec le pouvoir qui implique le MPA TAJ ET consorts ;
    ceci dit après 50 ans d’opposition constante , ce parti atteint des objectifs importants sans s’être compromis avec le pouvoir qui a fini par se déjuger après 50 ans de reniement ;
    Grand merci Da L’HO , l’Histoire n’oubliera jamais votre combat;

    Amcum
    29 septembre 2013 - 17 h 04 min

    C’est une excellente chose.
    C’est une excellente chose. On s’achemine vers une réconciliation nationale complète. Je prie Dieu pour que, nous et les générations futures, on va être suffisamment armés d’intelligence et de vigilants afin de ne pas prolonger ou reconduire les divergences des acteurs de cette période postindépendance. Certains commentaires ici et même l’auteur de cet article avec l’utilisation du terme POUVOIR qui n’est pas loin des autres termes laissent penser au pire.

    Algériennes Algériens, il est temps de laisser votre ego de coté et penser a notre pays. Comment corriger nos erreurs, car nous tous on a fauté envers cette terre noble que les martyres ont abandonnément irriguée avec leur sang. De Abane a Boudiaf, de Ben Mhidi a La3imach Amar, de Messali Elhadj A l’Emir Abdelkader, de Abderrhman ben Toumert a Massinissa.

    Nadir B
    29 septembre 2013 - 16 h 59 min

    article un peu à
    article un peu à l’emporte-pièce, vous oubliez de parler de ce qui se passe autour de nos frontières, un homme comme Hocine Ait-Ahmed a conscience des dangers qui guettent l’Algérie: il a dit à ses militants: Candidat du consensus pour la présidentielle! Il est urgent que les algériens trouvent un terrain d’entente sinon on est foutu

    Gandhi
    29 septembre 2013 - 16 h 19 min

    Je suis très déçu par le FFS,
    Je suis très déçu par le FFS, n’étant pas kabyle j’ai toujours eu du respect pour ce parti jusqu’à aujourd’hui. Arrivé si bas juste pour imposer la langue amazigh… J’ai juste une question à leur poser: « quel est l’intérêt d’imposer une langue sans référendum lorsqu’on se dit démocrate ? », et quand bien même vous réussirez à le faire vous avez cessé d’être des Amazighs (hommes libres)le moment-où vous avez vendu votre âme à Boutef; en d’autres termes vous n’êtes plus dignes de la langue de vos ancêtres !

    Anonyme
    29 septembre 2013 - 15 h 53 min

    hadj, si Ait Ahmed ne peut
    hadj, si Ait Ahmed ne peut pas être contre tamazight, il n’a jamais vraiment été pour.

    Fraîcheur
    29 septembre 2013 - 15 h 50 min

    @selecto;nuances le FFS ne
    @selecto;nuances le FFS ne défend pas les thèses marocaine , jolie tentative , cela dit je ne peu que t’encourager à faire de la vraie politique , du vrai militantisme et n’on pas se chatouiller son ego derrière l’ordinateur parceque laisser le terrain libre par dégoût ou par fatalisme cela fera le jeu du système et laissera la voie libre aux drabki et compagnie maquignons milliardaire, le pays est en danger et nécessite un consensus l’élite est plus que jamais solliciter pour édifier un état libre et démocratique , comment? On réapprenant faire de la politique pour barrer la route aux impostures ; réhabiliter le politique le vrai celui qui a conduit au mouvement national libérateur du colonialisme le plus abjecte, et nous voilà aujourd’hui devant un neo-colonialisme qui annonce déjà la couleur, le danger vient de l’inertie et de la compromission de l’élite, le danger est de ne plus participer aux affaires de la cité, le danger est de voir que demain si l’ennemi revient les algériens seront les premiers a lui demander de rester,pourquoi?Dans la pédagogie de si lHocine c’est tout un héritage qui est transmis, les algériens devraient être fier d’avoir ces hommes, j’en suis fier, je cesserai toute pelimique avec toi mon ami selecto , et avec d’autres qui ne voudront voir, je prend du Hamoud à ta santé

    Sid Ahmed
    29 septembre 2013 - 15 h 49 min

    @ Qu’importe
    J’apprends que

    @ Qu’importe
    J’apprends que le boa peut avaler des tigres. Est-ce qu’il peut avaler également un mamouth?Merci de l’éclairage.

    AnonymeKELAM
    29 septembre 2013 - 14 h 45 min

    la réelle politique entre
    la réelle politique entre ALGERIENS sa réconforte le coeur:on decrait prendre exedmple :car certains problémes sob bloqués car la médiocrité est là pour créer des aérofreins ;
    donc l’ALGERIE appartient a tout les ALGERIENS et l’art de la politique c’est le compromis. il y a de la richesse sachant mieux la partagé: mieux que faire bénéficier certains loups qui ne le mérite pas.

    Abou Stroff
    29 septembre 2013 - 14 h 29 min

    permettez moi de balancer mon
    permettez moi de balancer mon grain de sel. primo, ceux qui croient qu’en algérie, il y a des partis politiques au sens conventionnel du terme, se trompent lourdement. en effet, les partis politiques émergent dans une société de classes (une société capitaliste ou moderne) où le travail créateur de plus-value est le « noyau reproducteur » autour duquel gravite la société dans sa totalité et où les intérêts sont différenciés (la contradiction capital-travail est, en même temps, la contradiction fondamentale et la contradiction principale). dans une société moderne, chaque parti politique représente alors une classe ou des couches sociales et défend les intérêts de ces couches en essayant de les présenter comme les intérêts de toute la société (voir sur ce point les politique de l’UMP et du PS en france ou celles des républicains et des démocrates aux USA ou celles des sociaux démocrates et des chrétiens démocrates en allemagne, etc..). en ce qui concerne l’algérie, les intérêts de classe ne sont pas différenciés. le travail créateur de valeur ne constitue pas le moteur de la reproduction interne mais est remplacé par la rente. les couches sociales qui contrôlent la distribution de la rente contrôle et la formation sociale et les individus qui forment cette formation (on aurait tort de qualifier les individus concernés de « citoyen »). les « partis politiques »algérien agissent ainsi et activent, non pas pour matérialiser une projet social mais n’ont pas d’autres objectif que de se rapprocher du robinet de la rente (les partis qui formaient la soi disant alliance présidentielle n’avaient pas de programme mais défendaient le programme de leur fakhamatouhoum, lequel n’avait pas de programme! découvrez la faille). dans cette optique, les dirigeants du ffs comme les dirigeants des autres partis essaient de grignoter une portion de la rente et ce comportement est tout à fait rationnel. moralité de l’histoire: en algérie il y a deux couches sociales fondamentales, les rentiers qui contrôlent la distribution de la rente et accaparent la plus grosse part et les clients qui en reçoivent une portion congrue. chaque parti politique essaie de se rapprocher de ceux qui distribuent la rente pour ne recevoir une grosse part. le reste, tout le reste n’est que littérature pour niais confirmés

    memoha
    29 septembre 2013 - 14 h 01 min

    vous reprochez au FFS d’avoir
    vous reprochez au FFS d’avoir marché avec le pouvoir mais en réalité vous voulez que ça soit vous qui marcherai avec le pouvoir malheureusement ce pouvoir ne veut pas de vous et c’est bien simple quel est le parti qui ne veut pas marcher avec le pouvoir si ce n’est le FFS seul mais cette fois ci c’est avec des concessions qu’il va avoir dont vous etes jaloux

    selecto
    29 septembre 2013 - 12 h 56 min

    @Fraîcheur (non vérifié) Le
    @Fraîcheur (non vérifié) Le FFS n’est pas le seul parti qui défend insidieusement les thèses marocaines, les islamistes aussi.
    Pour l’UMA en tant que simple citoyen je suis contre.

    Fraîcheur
    29 septembre 2013 - 12 h 37 min

    @selecto; afin d’éviter les
    @selecto; afin d’éviter les guerres les européens sont unis ; il n yaura plus de vouvray Sarajevo , de nouveau Waterloo , plus de guerre parceque unis, les États Unis la même chose depuis la guerre de céssession entre le nord et le sud, la confédération suisse et les exemples sont nombreux,l’Afrique devrait faire de même afin d’éviter les guerres étniques(Rwanda) et stopper la route aux preneurs de pouvoir par la force et la guerre, un Maghreb uni c est l’union dans la diversité la paix et la liberté ce qui fera qu’il n yaura plus de tension frontalière comme nos jours, et les dictateurs et monarques n’auront plus raison d’être car trouvant l’essence de leur règne dans la haine et la peur du voisin cogitant le spectre de la guerre à chaque secousse du trône .

    algerienmeskine
    29 septembre 2013 - 12 h 37 min

    ça aurait été tres
    ça aurait été tres interessant si da lhocine n’avait pas fleurté avec le parti terroriste FIS!!!!

    qu'importe
    29 septembre 2013 - 12 h 37 min

    j’admire la stratégie de
    j’admire la stratégie de boutef ! tel un boa constrictor caché sous la surface de l’eau ou tapis dans la végétation,invisible,indétectable il attend que la proie s’approche trop près pour la happer .il attend patiemment ,le temps qu’il faut, la proie ou le fauve qu’il enlace et resserre progressivement jusqu’à l’étouffement ,le boa avale même les tigres. tant mieux pour le FFS s’il parvient à infléchir le pouvoir dans le sens de ses idées.pour autant cela ne fera pas oublier l’alliance du FFS avec les religieux terroristes (alors qu’il avait obtenu 25% aux législatives annulées de 1991) ni san egidio,ni sa compromission avec l’internationale socialiste sous la férule de Mitterrand ( celui qui avait déclarait en 1954, alors qu’il était ministre de l’intérieur ,que le seul dialogue avec les rebelles c’est la guerre il joindra le geste à la parole et enverra 49 algériens à la guillotine)ni le livre de LOUNIS AGGOUN « la colonie française en algérie 200 ans d’inavouable,ni le fait que la suisse a pris fait et cause pour le terrorisme contre l’algérie ce qui explique que les religieux terroristes algériens trouvent asile et aide en suisse .

    NASSER
    29 septembre 2013 - 12 h 25 min

    ON NE VOIT VRAIMENT pas où
    ON NE VOIT VRAIMENT pas où est le problème de voir un parti faire alliance avec d’autres partis pour constituer une force pour gouverner. Pourquoi le FFS ne le ferait pas? Faire de l’opposition pour l’opposition est stupide pour un parti politique. La meilleure stratégie est de participer et faire avancer ses idées et projets. «ni Etat policier ni Etat intégriste» est un slogan respectable que l’on ne peut concrétiser par le bavardage. En dehors de l’exercice du pouvoir où l’on peut le concrétiser, il devient un slogan creux et ennuyeux.
    Ceux qui veulent laisser ce parti dans la paresse et s’en servir comme faire valoir ne proposent rien à ce parti de rester tel qu’il est; un parti qui perd ses militants en le cloitrant dans un espace géographique précis dans l’objectif de l’immobiliser et de le discréditer.
    Ce parti doit se ressaisir et foncer pour participer à la gouvernance !

    Securitatea
    29 septembre 2013 - 12 h 14 min

    Il n’ y a rien de constructif
    Il n’ y a rien de constructif dans tout cela: Bouteflika achète l’allégeance : il peut se vendre à n’importe quel mouvement politique car la politique bouteflikienne ne repose sur aucun principe sauf la soumission.

    Securitatea

    fatah
    29 septembre 2013 - 12 h 03 min

    votre derniere phrase a en
    votre derniere phrase a en fait repondu à vos questions: 1- si la police politique est demantelée effectivement
    2- si l’armee reprend le role qui lui est devolu à savoir la defense de l’integrité du territoire national 3-si tamazight est langue officielle – 4 si les militants ffs de 63 sont retablis dans leurs droits
    alors c’est une eclatante victoire du ffs face au pouvoir incarné depuis 62 par la negation de la realité nationale.
    De ce fait que le ffs participe ou non au gouvernement ou à l’alliance fantoche n’est pas fondamental: il a obtenu que ses revendications soient satisfaites sans etre au pouvoir. Je trouve que c’est une performance de la part de ce parti et ça prouve aussi l’extreme faiblesse du pouvoir et sa fragilité actuelle .

    selecto
    29 septembre 2013 - 12 h 00 min

    J’aime bien Ait Ahmed pour
    J’aime bien Ait Ahmed pour son passé historique mais comment faire confiance à un homme qui a l’une de ses filles mariée à un responsable marocain ? la position du FFS au sujet du Sahara occidental est ambiguë, il met toujours la construction maghrébine en avant pour diluer cette question.

    Fraîcheur
    29 septembre 2013 - 11 h 43 min

    Ce que fait le FFS est un
    Ce que fait le FFS est un bouleversement en douce , énorme et majestueux, raison pour laquelle les illuminés reste septique et angoissé, le jour ou vous comprendrai que Ait Ahmed refuse les compromissions des labos à ce moment la vous pouvez parler de tond de commerce et de danse du ventre.

    Anonyme
    29 septembre 2013 - 11 h 29 min

    ….wait and see.
    ….wait and see.

    Aguelidh modeste
    29 septembre 2013 - 11 h 04 min

    Je ne comprends pas
    Je ne comprends pas l’attitude de la presse et de certains de mes compatriotes qui sont exquis de voir toujours le FFS faire de l’opposition pour opposition et de le confiner dans la région Kabylo-kabyle. Le FFS fait de la politique ; il ne vacille pas mais il pose ses pions pour mieux développer la stratégie de l’idée démocratique qui a la peau dure dans notre pays.
    Ait Ahmed n’est pas un homme politique quelconque; il a l’une des plus légendaire histoire de visionnaire politicien avant la guerre de libération; il défend des valeurs universelles et si on l’avait écouté l’Algérie aurait fait des pas énormes dans le développement économique et social.Il est une école qui a enseigné la classe politique algérienne comment ne pas défoncer les portes ouvertes.

    hadj
    29 septembre 2013 - 10 h 53 min

    Si Mr.Ait-ahmed a atteint son
    Si Mr.Ait-ahmed a atteint son objectif politique,Tamazight comme langue officielle et séparation du pouvoir et l’armée c’est qu’il n’y a plus raison de faire de l’opposition.Ce n’est pas un parti syndical dont les membres doivent être contre l’administration pour qu’ils soient aimés et élus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.