Obama devant la CPI

Par Kamel Moulfi – En inventant le principe dit de «compétence universelle» et en instrumentalisant des pseudo-ONG, certains Etats européens ont trouvé le moyen, par le biais de leurs tribunaux et sous prétexte de l’indépendance de la justice, de porter atteinte à la souveraineté d'autres Etats. L’Algérie a été victime de cette pratique qui donne à un Etat européen la compétence de poursuivre des responsables algériens «coupables» d’avoir mené la lutte antiterroriste et d’avoir contribué à ramener la paix dans le pays. Pour la «compétence universelle», cela s’appelle un crime et la personne concernée est poursuivie et jugée non pas par les autorités de l’Etat sur le territoire duquel l’infraction aurait été commise, conformément au droit en vigueur dans cet Etat, mais par d’autres, actionnées par une ONG manipulée. L’Algérie vient de rejeter officiellement ce principe en disant non à l’ouverture d’enquêtes judiciaires par les tribunaux européens à l’encontre de dirigeants africains, parce qu’elle tend à «imposer indûment» une présomption de culpabilité, a expliqué le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans son discours à Addis-Abeba (Ethiopie), au sommet de l’Union africaine consacré à la révision de la relation avec la Cour pénale internationale (CPI). «Sur cette problématique se greffe la question des abus avérés, par des juridictions étrangères, de la pratique dite compétence universelle» a-t-il souligné. Le Premier ministre, qui représente le président Bouteflika à ce sommet, a fait observer que les activités de la CPI durant ses onze dernières années d’existence ont porté «exclusivement» sur l’Afrique, alors que, a-t-il ajouté, «des situations inacceptables dans d’autres régions du monde ont été ignorées», allusion évidente à Israël. En fait, nous l’avions écrit dans Algeriepatriotique (éditorial du 6 avril 2013), «le droit international est une énorme tromperie. Dépourvus de la moindre impartialité et entièrement au service des pays occidentaux, les jugements prononcés en son nom sont la négation de la justice». Et «le temple de ce grand leurre, c’est évidemment la Cour pénale internationale, la fameuse CPI». C’est Human Rights Watch (HRW), une organisation qui a pourtant tendance à s’occuper des droits de l’Homme dans un sens unique, qui avait relevé les contradictions de la CPI à propos de la Côte d’Ivoire. «Sur plus de 150 personnes qui ont été inculpées pour des crimes perpétrés lors des violences postélectorales, aucun des inculpés ne provient des forces pro-Ouattara», constatait HRW. «Deux poids, deux mesures», cette formule irait parfaitement sur le fronton du siège de la CPI. «L’impunité pour l’un, la condamnation pour l’autre en fonction de ce qui se décide dans les cercles occidentaux», avions-nous écrit. Beaucoup de dirigeants aux Etats-Unis, les premiers à violer les principes du droit international, méritent de passer devant la CPI, si l’on suit la Haut Commissaire aux droits de l'Homme des Nations unies, Mme Navi Pillay, qui, parlant de Guantanamo, avait déclaré que le maintien en détention indéfinie d'un aussi grand nombre de détenus équivaut à de la «détention arbitraire» et «viole les lois internationales». Mais les regards des juges de la CPI ne sont tournés que du côté des pays à maintenir dans un état de domination.
K. M.
 

Comment (13)

    MEHDI
    1 novembre 2013 - 23 h 38 min

    les journaleux extremistes
    les journaleux extremistes d’Elwatan et consorts avaient bien reclamé un jour que l’Algerie adhere à la CPI comme gage de democratie.Ce journal extremiste caressait ole reve de voir les dirigents algerens defile devant le Procueur argentin aujud’hi remplacé.Il ne courtise et cite le brave ,patriote et honorable General Nazar que lorsqu’il peut manipuler ses propos.




    0



    0
    RAMO
    14 octobre 2013 - 0 h 29 min

    TOUT D ABORD CE CPI N EST
    TOUT D ABORD CE CPI N EST PAS ET NE SERA JAMAIS ÉQUITABLE,QU ILS JUGENT BUSH PÈRE ET FILS,ET L ÉTAT SIONISTE D ISRAËL, ET C EST A PARTIE DE LA QU IL SERA CRÉDIBLE.




    0



    0
    Antisioniste
    13 octobre 2013 - 23 h 29 min

    Salamou 3alikoum
    Je ne suis

    Salamou 3alikoum

    Je ne suis pas un fan du nazisme, mais je tiens juste à partager avec vous la réponse de l’ancien SS Erich Priebke décédé il y a 2 jours, au sujet de la justice et du procès de Nuremberg.

    « Que peut-on dire d’un prétendu tribunal qui juge seulement les crimes des vaincus et non ceux des vainqueurs ; où le vainqueur est en même temps accusateur public, juge et partie lésée et où les articles du délit ont été spécialement créés après la constatation des faits, autrement dit pour condamner rétroactivement ? »




    0



    0
    Anonyme
    13 octobre 2013 - 21 h 00 min

    Même au sein de l’Afrique il
    Même au sein de l’Afrique il y a des criminels qui ne sont pas visée par le CPI, il suffit qu’ils soient du bon bord (Américano-sionistes) ils ne seront jamais inquiétés, je prends pour exemple la monarchie marocaine criminelle qui colonise un peuple sans défense, l’enferme dans une prison à ciel ouvert, le martyrise, le spolie de toutes ses richesses, sans suciter la moindre réaction des prétendues démocraties, qui tentent de jouer les justiciers des nations faibles ou celles qui ne courbent pas l’échine face à leur diktat. Israël qui commet des crimes contre l’humanité en Palestine sans qu’il ne soit inquiété du prétendu CPI. Bush qui a détruit tout l’IRak non plus, les vrais criminels mondieux dorment sur leurs deux oreilles sant être inquiétés. Ouatara est concerné par les massacres en Côte d’Ivoire, mais comme il est copain copain avec la France surtout celle de Sarkozy il est considéré comme un démocrate irréprochable.




    0



    0
    Anonyme
    13 octobre 2013 - 16 h 30 min

    Comme Desmond Tutu vient de
    Comme Desmond Tutu vient de le déclarer, la voyoucratie génocidaire des gouvernants africains ne devra plus jamais se sentir en sécurité où qu’elle aille de par le monde ! J’encourage le jugement de tous ceux qui ont le sang de leur peuple sur les mains. Le mode de gouvernance de la CPI doit être contrôlé et investi par tous les africains qui ont à cœur la justice dans leur continent.
    Cette réunion d’Addis-Abeba est pathétique et renseigne des priorités des pouvoirs africains illégitimes et corrompus.




    0



    0
    Raselkhit
    13 octobre 2013 - 15 h 35 min

    Rien de nouveau . Pour
    Rien de nouveau . Pour l’occident les autres ont toujours tord(les animaux malades de la peste)Ce n’est pas Lafontaine mais Esope Alors pourquoi ne pas juger tous les criminels de la colonisation Quand des officiers français reconnaissent qu’ils ont violé et torturé en Algérie comme à travers toutes les colonies et ils bénéficient de la loi d’amnistie prononcée par ces mêmes généraux Le génocide au Viet Nam par l’armée américaine après celui de Korê .Je ne voudrais pas remonter jusqu’à l’extermination des peuples Amérindiens par les blancs d’Europe et au passage rappeler le code noir




    0



    0
    fatah
    13 octobre 2013 - 15 h 27 min

    si la justice existait en nos
    si la justice existait en nos contrées aucune chance de voir la naissance de la cpi.. je vous rappelle que depuis sa creation, beaucoup de responsables font attention et ne se considerent plus comme des reb edzair!




    0



    0
    Nenuphar
    13 octobre 2013 - 14 h 41 min

    Ah l’Afrique ! Il y a du fric
    Ah l’Afrique ! Il y a du fric dans ce nom et tous les dirigeants de cette Afrique ne pense jamais à leurs concitoyens. Ils préfèrent détourner des sommes astronomiques vers l’Occident que de le placer ou l’investir dans leur propre continent.

    .

    Ils croient, vu leurs attitudes, acheter le silence de cet Occident, oubliant bien vite que d’autres qu’eux, dans cette Afrique sont aux aguets pour prendre leur place et qu’alors la roue ayant tourné, ils se retrouvent pourchassés par ceux qui les ont remplacés.

    .

    Les dirigeants africains du sud au nord et d’est en ouest, sont tous à mettre dans le même panier, de crabes évidemment. Ils se laissent bercer d’illusion et même berner par leurs protecteurs du moment.

    .

    Si le CPI existe, avant tout il faut le reprocher aux dirigeants africains eux-mêmes car enfin, il faut être logique, s’ils n’ont rien à se reprocher pourquoi craindraient-ils cette Cour internationale pour laquelle ils ont pratiquement tous adhéré sous l’ONU à laquelle ils sont membres. L’Algérie ayant signé mais pas encore ratifié le statut de la CPI.

    .

    Venir maintenant nous chanter que cette Cour est inadaptée car elle ne poursuit que des faits se trouvant en Afrique en particulier c’est éluder le fait que c’est justement en Afrique qu’il y a les plus grands conflits, les plus grands crimes et les plus grands génocides.

    .

    Les dirigeants africains n’ont donc qu’à balayer devant leurs portes y compris celles dérobées, avant de jouer à la vierge effarouchée. Ils doivent se remettre en cause au lieu de vouloir rester sur des koursi qu’ils considèrent comme leur appartenir Ad vitam æternam.




    0



    0
    Anonyme
    13 octobre 2013 - 14 h 11 min

    Ce CPI est une manière de
    Ce CPI est une manière de contrôler les pays africains il prend en otage, les peuples d’Afrique, il menace les dirigeants africains qui veulent s’affranchir de l’emprise impérialo sioniste, comme c’est le cas de Laurent Bagbo et cie. Mais bien à y penser, c’est bien fait pour ces gros c…qui asservissent leur peuple et qui vont chercher leur prétendues légitimités chez les impérialos sionistes, mais quand ils se réveillent ils veulent se la jouer indépendants des grandes puissances qui les ont placés, des puissances diaboliques qui les tiennent par les (…) La seule façon de se libérer du diktat impérialo sioniste, c’est de donner le pouvoir au peuple par le biais des élections libres et démocratiques. Montronss à ces pseudos démocaties impérialos sionistes, que nous pouvons instaurer de vraies démocraties dans nos pays, des démocraties qui existaient bien avant que dans les pays dits « démocratiques et développés » le peuple amazighe est libre dans sa tête depuis des millénaires, amazighe veut dire peuple libre, il pourrait bien donner des leçons de démocratie à ces pseudos démocraties occidentales rapaces prédatrices violentes belliqueuses qui ont détruit des civilisations entières. Le cas Moubarak est un cas d’école, un allié de l’impérialisme et du sioniste déchu par ses propres maitres qui veulent installer plus dociles que les dicatateurs, à savoir les islamistes,l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Maroc et cie sont là pour nous le rappeler




    0



    0
    Anonyme
    13 octobre 2013 - 14 h 06 min

    combien même cette justice
    combien même cette justice n’a pas encore touché des non africains ,elle a certainement limité les exactions commises par des dictateurs et autres à l’encontre de leurs peuples sans défense;des dossiers bien ficelés ont été constitués et n’attendent que le moment opportun pour être traités;
    malheureusement , cette épée de Damoclès a parfois refroidi des dirigeants qui ont cédé sur les intérêts de leurs pays pour demeurer au pouvoir et se retrouver sans »immunité » ;
    que faire quand la justice de son propre pays est aveugle et sourde?




    0



    0
    Abou Stroff
    13 octobre 2013 - 10 h 29 min

    comme l’a dit La Fontaine:
    comme l’a dit La Fontaine: « la raison du plus fort est toujours la meilleure ». le reste, tout le reste n’est que du bla-bla.




    0



    0
    salim
    13 octobre 2013 - 10 h 20 min

    L’Amérique se réveille :
    L’Amérique se réveille : Washington bloqué par les chauffeurs

    Une manifestation commune, sans précédent et de taille, aura lieu, dans quelques jours, aux États-Unis.

    Plus d’un million de chauffeurs de camion, avec leurs véhicules, pendant trois jours, vont, délibérément, ralentir la circulation, sur les routes menant à Washington, pour protester contre la fermeture du gouvernement, demandant l’arrestation des membres du Congrès et la restauration de la Constitution originale des Etats-Unis. Les chauffeurs de camion ont affirmé que les Etats-Unis ne doivent pas soutenir Al-Qaïda, que des législateurs américains, comme John McCain et Lindsey Graham, ont trahi, dans cette affaire, le peuple américain, et qu’ils doivent se retirer, immédiatement, de leur poste.




    0



    0
    salim
    13 octobre 2013 - 10 h 18 min

    En ce qui concerne cette Cour
    En ce qui concerne cette Cour Pénale Internationale, les questions à se poser.

    Qui est derrière les magistrats de cette cour pour les inciter à n’intervenir qu’en Afrique.?

    Éclaircir ce problème avec les magistrats eux-mêmes, le code avec lequel ils travaillent mentionne il Code Pénal ou Code des Africains.

    Les lois avec lesquelles ces juges travailles sont elles régionales ou à compétence internationale.

    Les responsables qui font des erreurs passibles des tribunaux, sont ils seulement les africains ou y a t-il un mur du côté Occidental empêchant les juges de voir ce qui se passe derrière ce mur.

    Les œillères sont faites pour les animaux, pas pour les hommes et surtout des magistrats censé travailler en leur âme et conscience.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.