Pourquoi les Occidentaux ont fait marche arrière sur la Syrie

L’histoire ressemble bizarrement à la fin des Ottomans qui ont entraîné, je pense, la chute brutale du fils de Haroun Rachid. Cette fois-ci, la scène se joue entre des acteurs de second plan, les princes du Qatar et les Saoudiens. A la différence fondamentale que les actes sont décidés sur un autre continent par des acteurs de premier plan de religion non musulmane. On donne mission aux exécutants (les monarchies orientales) de monter une armée musulmane (brigades musulmanes internationales) avec l’aide des spécialistes qui ont une très longue expérience, depuis des siècles, qu’on nomme aujourd’hui Turcs. Il faut préciser que les plans sont très anciens. Saddam Hussein avait commencé à les mettre en pratique dans les années quatre-vingt, mais il les avait interrompus dix ans après. On l’a pendu pour ça. Vous me direz pourquoi les Occidentaux diabolisent l’islam, les musulmans et leur Prophète d’une part, et ils les arment contre leurs gouvernements, d’autre part ?
Les stratèges occidentaux travaillent par étapes :
1) Ils préparaient leur peuple à considérer les musulmans comme des terroristes y compris leur Prophète avec les campagnes médiatiques (caricatures du Prophète, films et discours haineux de politiciens).
2) Ils aident militairement les terroristes à détruire leurs Etats.
3) Ensuite, ils interviendront au nom de l’ONU pour détruire les terroristes.
C’est une colonisation à moindres frais. Je dirais gratuite.
Acte 1 : l’ancien président égyptien Morsi a commencé immédiatement après son arrivée au pouvoir à écarter quelques militaires hauts gradés qui lui étaient hostiles. Il a offert le Sinaï à une fraction de Palestiniens et aux djihadistes ; il obligera Israël à intervenir dans cette région semi-aride. Il enverra l’armée égyptienne à la boucherie israélienne, de cette façon, il écartera l’armée du pouvoir. Il aurait réussi si l’Egypte était déconnectée du monde. Il a oublié que l’Egypte était une pièce d’un ensemble mécanique. Comme on dit chez nous li yahsseb ouahdou ychetlou.
Acte 2 : les militaires le mettent en garde et l’obligent à revoir sa politique.
Acte 3 : les Russes bloquent toute initiative américaine sur la Syrie au Conseil de sécurité. Sans l’aval du Conseil de sécurité, Obama ne pouvait pas se permettre de déclencher une guerre qu’il savait perdue d’avance. Il n’avait pas peur seulement des Russes, mais aussi et surtout des Chinois qui n’ont pas pris position sur le conflit en Syrie. Les Américains savaient que les Chinois les attendaient au coin de la rue nord-coréenne pour ouvrir un autre front.
Acte 4 : c’est là où les Américains ont sorti des tiroirs l’idée des Ottomans. Ils ont décidé de passer outre le Conseil de sécurité et de transmettre l’affaire aux Arabes. Cette idée datait du temps où la Syrie était exclue de la Ligue arabe. Ils ont actionné les pétromonarchies qui avaient la mainmise sur la Ligue. La Russie serait obligée d’abdiquer au profit des brigades djihadistes internationales et du calife Morsi. Ce dernier rompt les relations diplomatiques avec la Syrie et demande aux Russes de ne pas se mêler des affaires arabes. Il allait reprendre le flambeau abandonné par Saddam Hussein et défendre les intérêts qui n’étaient ni égyptiens ni arabes.
Acte 5 : les Russes n’étaient pas de cet avis. Les militaires égyptiens n’aiment pas être entraînés vers l’inconnu. Le projet américain est confisqué.
Acte 6 : Obama annule sa visite chez Poutine puisque son projet a été étouffé dans l’œuf. Obama menace et mobilise ses avions et ses missiles pour bombarder la Syrie. Les Russes mobilisaient leur système d’écoute et antiaérien (S300), tout comme les Chinois avec leur système d’écoute sous-marin et leurs armes antisatellite. Le Hezbollah rassemblait ses troupes dans le Sud-Liban et préparait des rampes de lancement de missiles. L’Iran mobilisait sa marine dans le détroit d’Ormuz. Obama a réalisé qu’il s’est fait piéger de la plus belle façon et qu'on l’attendait de pied ferme pour en finir avec l’Occident de manière définitive. Arrêtons-nous deux secondes et voyons ce qui aurait pu se passer si Obama avait mis ses menaces à exécution. Les S300 russes ne détruisent pas seulement les avions, mais les missiles aussi. Les Russes feront valoir le droit de poursuite. Ils attaqueraient des bases à Malte, Italie, Espagne et Turquie. Ils finiraient par contrôler la Méditerranée. Israël ne resterait pas les bras croisés, et l’Europe serait obligée d’intervenir. L’Occident dans son ensemble y compris le Japon et Israël est lié par un pacte de défense mutuelle. La plus grande base américaine est située aux Emirats. Elle est encerclée par la Syrie, l’Irak et l’Iran. Le détroit d’Ormuz serait bloqué, le ravitaillement des troupes américaines dans cette zone passe par ce détroit. Ces derniers seraient obligés d’attaquer l’Iran pour libérer ce passage. Les missiles iraniens se feraient entendre sur toute la région en attendant l’arrivée des Chinois qui ont fait savoir aux Américains qu’ils entreraient en guerre si l’Iran est attaqué. Les Chinois seraient sur deux fronts (le Proche-Orient et l’Extrême-Orient). Ils ont une technologie qui leur permet de détruire des satellites ennemis et de retourner des missiles à l’envoyeur (ils ne peuvent pas être accusés de crimes de guerre). Ils autoriseront la Corée du Nord à occuper la Corée du Sud. Les Américains ne peuvent pas tenir plus d’un mois sur plusieurs fronts. La seule inconnue c’est l’Allemagne, elle ferait en sorte de ne pas trop se mouiller dans ce conflit. Elle s’en sortira plus ou moins indemne de cette situation. L’Angleterre, la France et les Etats-Unis finiront par rendre des comptes à 150 Etats et 5 milliards d’individus. Ils ne se relèveront plus jamais.
Acte 7 : Obama ne veut pas être responsable des conséquences d’une guerre généralisée et ne veut pas se voir accuser devant un tribunal. Donc, il fait machine arrière et renvoie la décision à ceux qui l’ont poussé à promettre une intervention en Syrie, c’est-à-dire aux congressistes va-t-en-guerre, représentant les lobbies sionistes de l’industrie militaire. A leur tour, ils ont refusé de décider d’une intervention en Syrie par peur d’être entraînés devant les tribunaux et accusés de crimes de guerre.
Acte 8 : les congressistes refusent de voter le budget pour se venger contre Obama de les avoir dévoilés. S’ils ne votent pas le budget, l’Amérique se met en faillite. Les Chinois n’accepteront pas que les Etats-Unis se mettent en faillite, car ils ont une créance de plus de 800 milliards de dollars.
Acte 9 : la suite est très intéressante, car elle appartient à la nécrologie.
Imad Arabi
 

Commentaires

    redouane Bessaiah
    15 octobre 2013 - 22 h 14 min

    Parce qu’ils ont foutu la
    Parce qu’ils ont foutu la merde(respect) avec leurs bombes chimiques.




    0



    0

Répondre à redouane Bessaiah Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.