Textile : l’Algérie et la France tissent un nouveau partenariat

En pleine relance, le secteur du textile en Algérie suscite beaucoup d’intérêt dans l’Hexagone. Plusieurs entreprises françaises spécialisées dans le domaine prendront part activement à un colloque dédié aux nouvelles technologies pour l’industrie du textile et des textiles techniques. Ce colloque, qui se tiendra demain à l’hôtel Mercure d’Alger, est organisé conjointement par l’Union des constructeurs de matériel textile de France (UCMTF) et l’Agence française pour le développement international des entreprises (UbiFrance), avec le concours de la mission économique de l’ambassade de France. En plus des sociétés spécialisées dans la fabrication d’équipements et de matériels destinés à cette industrie, des représentants de grandes écoles de formation dans les métiers du textile prendront part à cette grande rencontre qui sonne également la reprise des affaires algéro-françaises dans le domaine. Deux écoles françaises spécialisées dans la formation d’ingénieurs textiles feront d’ailleurs des communications sur la formation dans ce secteur : l’Institut textile et chimique de Lyon (Itech Lyon) et l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs du sud de l’Alsace (Ensisa). Durant ce colloque, de nombreux cadres techniques et des dirigeants d’entreprises algériennes, des responsables et un expert technique de l’UCMTF, ainsi que des représentants de neuf entreprises françaises adhérentes à cette organisation débattront des problèmes relatifs au développement technologique dans le domaine du textile. Bien que son textile continue de subir des revers à cause notamment de la rude concurrence de tissu bon marché chinois, la France dispose d’un capital expérience très important, qui pourra être très bénéfique pour la relance de notre industrie textile. Les fabricants français de machines textiles figurent parmi les leaders mondiaux dans les créneaux technologiques qu’ils occupent. Ils sont présents sur les marchés textiles avec des matériels et des technologies extrêmement ciblés. Employant plus de 8 000 salariés avec un chiffre d’affaires de 850 millions d’euros et une part de marché mondial en constante progression, appuyés par des services techniques et de recherche-développement solides, ils occupent une position de premier plan dans certaines spécialités, excédant parfois 60% du marché mondial. Ces entreprises dynamiques se sont regroupées depuis de nombreuses années au sein de l’UCMTF, une organisation professionnelle privée dont l’un des objectifs est d’assurer la promotion des constructeurs français. Outre la possible fourniture d’équipements modernes et de qualité, la France, par ses grandes écoles et ses instituts de formation, pourrait aider les entreprises algériennes à former leur personnel et améliorer de ce fait leur performance. Les industriels français auront ainsi l’occasion de présenter leurs produits, louer leurs performances et étaler leur savoir-faire dans le domaine. Un savoir-faire nécessaire pour faire sortir nos entreprises du vieux tissu et les inciter à la créativité. Surtout que le secteur du textile est au cœur de la relance de la machine industrielle. Pour ce faire, elle a bien besoin d’habits neufs.
Sonia Baker

Comment (6)

    Anonyme
    23 octobre 2013 - 21 h 25 min

    il y a lieu de faire
    il y a lieu de faire attention a cette soudaine envie par les
    les offres françaises de partenariat après avoir attendu et
    saborde pendant 50 ans d indépendance de l Algérie toutes les
    tentatives algériennes de développement économique par
    différentes manœuvres tendant a maintenir et perpétuer des
    rapports de domination quant a l application des accords
    d evian dans le domaine du partenariat entre la France et l Algérie.LA mondialisation et la crise de 2008 ayant largement
    entame le plans diaboliques conquêtes par les occidentaux afin
    de renouveler des rapports de dépendance envers l Afrique voici
    venu le temps ET LE DESIR DE FAIRE DU BUSNES BONNES ARRIERES PENSEES ?hhah2




    0



    0
    00213
    23 octobre 2013 - 10 h 53 min

    Partenariat ?
    Nous attendons

    Partenariat ?
    Nous attendons de voir ce qu’ils vont bien pouvoir nous vendre !
    .
    Dans un pays où tous les projets sont vendus 3 fois plus chers que n’importe où au monde.
    Cela reste une bonne initiative dans les discours, mais dorénavant on ne croit que ce que l’on voit.
    .
    D’ailleurs, pensez vous vraiment que les barons de l’import-import associés à nos politiques vont laisser faire…




    0



    0
    nippon
    23 octobre 2013 - 9 h 26 min

    Pourquoi ne pas afin de
    Pourquoi ne pas afin de contrer le hibz français acheter des machines textiles,du matériel, yéménite, ou soudanais puis envoyer nos ingénieurs en formation dans des pays tels que le Tadjikistan, la Mauritanie ou le Qatar au demeurant pays émergeant très respectueux des droits de l’homme.




    0



    0
    Fouzia
    23 octobre 2013 - 5 h 58 min

    Je crois que le clan de hizb
    Je crois que le clan de hizb francais se plait dans son rôle de valet à la france malgré les positions clairement anti-algérienne de ce dernier (voir dossier du Sahara Occidental- l’endémique dépendance alimentaire de l’Algérie vis à vis de fafa etc…etc…).
    Rien que pour cela je dirais VIVEMENT CETTE 2ème REPUBLIQUE ALGERIENNE LIBRE ET INDEPENDANTE et à la tête de l’aquelle il serait interdit aux détenteurs de la double nationalités d’occuper des postes de responsabilité décisionnelle




    0



    0
    Inspektor TAHAR
    22 octobre 2013 - 22 h 22 min

    Textile : l’Algérie et la
    Textile : l’Algérie et la France tissent un nouveau partenariat..Ils veulent vendre leur materiel de fabrication de tissue et former des ingenieurs algeriens pour qu ils deviennent dependants des equipement de textiles francais…un attrappe nigauds pour vendre ses machines a l Algerie depuis 1962 qui achete tout….tout …de la bouffe a l elecronique ……sauf naturellement le bon Jambon et sauccisses et les bons vins francais. Peut etre qu ils achetent ce genre de produits Haram….en secrt et en cachette




    0



    0
    selecto
    22 octobre 2013 - 21 h 45 min

    Les salopards, ils ont saboté
    Les salopards, ils ont saboté SONITEX le fleuron du textile algérien pour faire appel à des sociétés étrangères, il parait que Renault a reçu une commande de 1000 ambulances sans appel d’offre et l’affaire n’a été connue que la semaine dernière après que les livraisons avaient commencé, on a bien travaillé au Val de Grâce pour l’avenir….




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.