«…, vive le roi !»

Par M. Aït Amara – Si Abdelmalek Sellal a dû répondre à un Amar Saïdani se répandant en invectives contre l’armée et les services de sécurité dans les médias étrangers, c’est qu’une guerre de succession se déroule déjà sous nos yeux, sans que nous nous en rendions compte. Dans les pléthoriques scénarii qui précédent l’élection présidentielle de 2014, tous les regards sont rivés vers le président sortant dont on ne sait pas si, oui ou non, il compte rempiler. Pourtant, à côté des tractations qui vont bon train dans les arcanes du pouvoir et les coulisses de l’opposition, il doit s’en passer des choses ! La réplique du chef de l’Exécutif, qui a pris sur lui de maintenir le contact en permanence entre le gouvernement et la population pour combler le vide laissé par l’absence du chef de l’Etat, prend toute sa signification : il n’existe pas un bloc soudé dans l’aréopage d’Abdelaziz Bouteflika, mais un ensemble disparate, allant du fidèle lieutenant au courtisan opportuniste, en passant par le grand commis de l’Etat politiquement incolore et confortablement installé entre les deux. Le noir total qui règne dans le «Palais du sultan» empêche de voir les manœuvres qui s’y déroulent, mais c’est connu à travers l’histoire de l’humanité, quand le roi perd pied, les premiers à préparer son cercueil sont ses plus grands louangeurs qui s’en iront crier, quand tout sera fini : «Le roi est mort, vive le roi !» En rappelant aux citoyens qu’il ne pouvait exister d’intermédiaires entre eux et le Président – allusion à Amar Saïdani, mais pas que –, Sellal se place dans la position de celui qui, tout en défendant le bilan de celui qui l’a hissé à ce poste, répugne à se considérer comme le mégaphone d’un système sourd aux revendications d’un changement radical du mode de gouvernance fossile, autour duquel des brontosaures ont dressé un mur infranchissable pour diviser et régner jusqu’à mourir étouffés par l’omnipotence.
M. A.-A.
 

Comment (9)

    Chemlal
    30 octobre 2013 - 20 h 50 min

    Nul ne peut prédire de quel
    Nul ne peut prédire de quel avenir sera l’Algérie dans quelques mois, personne ne comprend ce qui se passe au sommet de l’État.Saidani le (…) , peut s’adonner a la danse du ventre, mais sans peser réellement sur les décisions , il fait semblant d’être dans le secret du pouvoir, mais c’est faux Car c’est lui, en cas de changement, sera le fossoyeur du F L N, le clone, lequel est constamment en crise. Pour nous simples citoyens, nous ne pouvons qu’assister,a ce qu’on nous prépare,
    et vu l’incapacité des partis politiques de s’unir et faire bloc,ce sera encore un homme providentiel qui sera proposé et tout ce beau monde applaudira t se mettra a ramper, dans l’espoir de ramasser les « miettes ».




    0



    0
    selecto
    30 octobre 2013 - 18 h 10 min

    @Anonyme
    @Kimpa

    @Anonyme
    @Kimpa MAZIGH
    Dommage que dans cette affaire le perdant c’est nous car l’argent détourné sera saisie sans compter les biens immobiliers et cet argent appartient au peuple algérien, les Américains et les Italiens ne vont passer à côté de centaines de millions de dollars, peut être même des milliards d’argent sale.
    Chakib Khelil finira sa vie dans un pénitencier ou les cellules VIP n’existent pas.




    0



    0
    Mohamed EMaadi
    30 octobre 2013 - 16 h 51 min

    «…, vive le roi !»
    Lequel

    «…, vive le roi !»

    Lequel algérien ou Marocain? car on ne sait plus ! vu ce qui se passe cela m’étonnerait qui vous nous ressortiez un titre pareil car on va vous accuser de dénigrer le roi du Maroc et c’est interdit par El mouradia et la cinquième colonne qui dirige ce pays …Mais moi je continuerais je suis algerien




    0



    0
    Anonyme
    30 octobre 2013 - 16 h 27 min

    L’Algérie ne pardonne jamais
    L’Algérie ne pardonne jamais aux traitres : cet aventurier finira dans les geôles américaines pour le reste de ses jours ;
    il y a une justice pour peu que les intérêts bien compris des uns et des autres soient préservés ; ses « protections  » auront été vaines .




    0



    0
    Anonyme
    30 octobre 2013 - 15 h 00 min

    vive bouteflika, héros
    vive bouteflika, héros national.




    0



    0
    Kimpa MAZIGH
    30 octobre 2013 - 13 h 00 min

    Merci Selecto. Enfin une
    Merci Selecto. Enfin une bonne nouvelle. Que ce harki qui a voulu vendre le sol algérien aux étranger pourrisse en enfer ! En revanche, les tenants d’un changement radical de ce mode de gouvernance fossile, autour duquel des brontosaures ont dressé un mur infranchissable devrait casser ce mur.

    Car aujourd’hui, les algériens rêvent de faire le mur. Moi je rêve que ce mur s’effondre tel celui de Jéricho ! Que la providence soit avec notre pays et que naisse une Algérie algérienne forte, moderne et démocratique.

    Et puis, Bien que j’ai des choses à redire sur l’option arabiste prise au lendemain de l’indépendance. Je suis nostalgique de cette Algérie des années 70 qui fut à la tête des non alignés et qui a damé le pion à tout le monde. Un Boumedienne algérien de souche amazighe et démocrate, je dis pas non !




    0



    0
    Abou Stroff
    30 octobre 2013 - 12 h 59 min

    « Sellal se place dans la
    « Sellal se place dans la position de celui qui, tout en défendant le bilan de celui qui l’a hissé à ce poste, répugne à se considérer comme le mégaphone d’un système sourd aux revendications d’un changement radical du mode de gouvernance fossile, autour duquel des brontosaures ont dressé un mur infranchissable pour diviser et régner jusqu’à mourir étouffés par l’omnipotence. » dixit M. A. A. et dire qu’à chaque fois que je qualifie nos augustes dirigeants de « fossiles vivants », AP supprime ce qualificatif tout à fait pertinent. et les brontosaures, seraient ils des dinosaures des temps présents? pour revenir au texte, il n’y a pas 36 explications à ce qui se passe en ce moment dans les hautes sphères du pouvoir. contrairement à ce que raconte sellal, « ils » ne sont d’accord sur rien et les couacs que les individus lambda observent, signifient qu’une lutte intense est en train d’avoir lieu. en caricaturant, on peut avancer qu’il y a deux forces principales en présence. il y a, d’un côté, ceux qui ont brouté ou plutôt dévoré, grâce à bouteflika, des portions importantes de la rente et qui considèrent que son départ mettrait en danger aussi bien leurs intérêts que leur vie. ceux-ci représentent des couches compradores qui ne voient l’avenir de l’algérie qu’à travers leurs propres poches ou leur propre bien-être. de l’autre côté, il y a ceux qui ont l’algérie dans le coeur (c’est à dire des patriotes) et qui considèrent qu’il est temps de mettre fin à la gabegie bouteflikienne. de cette lutte à mort se décidera l’avenir de l’algérie et des algériens. que ceux qui ont l’algérie dans les tripes montrent (d’une manière ou d’une autre) au second groupe, c’est à dire aux patriotes que la victoire est possible et qu’il est nécessaire et suffisant de se débarrasser de bouteflika et du système pourri dont il est l’incarnation pour que l’algérie sorte du cercle vicieux de l’archaïsme et réintègre la dynamque de l’histoire humaine




    0



    0
    Bounif
    30 octobre 2013 - 12 h 18 min

    Décidément la ville de Sétif
    Décidément la ville de Sétif va, après les massacres du 8 Mai 1945,une fois encore entrer dans l’histoire algérienne pour deux raisons :

    1°Le mensonge de Bouteflika quand il avait déclaré, il y a presque deux ans « Tab edjanana » alors qu’il pensait l’inverse et préparait activement l’investiture pour un 4ème mandat.

    Le mini AVC divin a tout faussé. Elli yehsseb ouahdou ichitlou.

    2° Sellal a, dans le discours qu’il a prononcé hier à Sétif, sonné le glas pour le couple maudit formé par Said Bouteflika, dont l’épouse est d’El Oued ( une alliance avec le Sud contre le Cente et l’Est ) et Ammar Saidani.

    Ce couple diabolique voulait mettre le pays devant le fait accompli en forçant la main au Président impotent pour qu’il accepte de se porter, par devers lui, candidat pour un impossible 4ème mandat, que ce couple va gérer comme il l’entend afin de préparer la succession qu’il désire, sans doute eu profit du diable de Said Boteflika, qui liquidera le moment venu Ammar Saidani.

    Ce discours est doublement historique car il annonce à la fois, en filigrane, la non candidature de Bouteflika et la candidature de Sellal.




    0



    0
    selecto
    30 octobre 2013 - 9 h 56 min

    Chers compatriotes, il y a
    Chers compatriotes, il y a une bonne nouvelle qui vient des États Unis qui révèle que la justice de ce pays s’intéresse aux magouilles de Chakib Khelil et qu’il y a une course entre les juges de ce pays et ceux de l’Italie pour le magot détourné par Chakib et Cie, il n’a plus le droit de quitter les USA, il va regretter la « justice » algérienne où il pourrait sortir blanchit.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.