Raf Custers à Algeriepatriotique : «Le Palais maintient l’occupation du Sahara occidental pour y faire fortune»

Algeriepatriotique : Vous avez commencé votre livre Chasseurs de matières premières avec un chapitre sur le Maroc, et notamment son exploitation du phosphate dont les bénéfices ne servent pas au peuple marocain. Le choix de commencer votre livre avec le Maroc comporte-t-il une symbolique particulière ou est-ce juste un hasard ?

Algeriepatriotique : Vous avez commencé votre livre Chasseurs de matières premières avec un chapitre sur le Maroc, et notamment son exploitation du phosphate dont les bénéfices ne servent pas au peuple marocain. Le choix de commencer votre livre avec le Maroc comporte-t-il une symbolique particulière ou est-ce juste un hasard ?
Raf Custers : Le Maroc est un cas parmi d’autres. En 2008, j’ai voyagé en auto de Bruxelles à Bamako. Nous avons traversé le Maroc, le Sahara occidental et la Mauritanie pour arriver au Mali. Dans mon livre, je décris ce que j’ai appelé des «monuments de l’industrie de transportation» rencontrés en cours de route. Le premier était le tapis roulant de Boukraa à Laayoun, au Sahara occidental. Il est long de 100 km et droit comme une épingle. Il ne sert qu’à transporter les phosphates du Sahara occidental au port de Laayoun où ils sont chargés sur des navires pour les exporter. Ceci est le fait d’une entreprise marocaine, l’Office chérifien des phosphates, l’OCP. Ensuite, nous avons visité le delta intérieur sur le fleuve Niger au Mali, où jadis la France coloniale a construit un système d’irrigation pour produire du coton pour les industries de textile en France. Le livre suit le même trajet, tout au moins au début. Pour cette raison, il commence par des récits qui se déroulent au Maroc et au Mali.
Comment analysez-vous la cupidité de la famille royale marocaine ?
La monarchie marocaine est copropriétaire de l’OCP. Elle est coresponsable de la spoliation des richesses du Sahara occidental. C’est elle qui maintient l’occupation par le Maroc du Sahara occidental pour y faire sa fortune. Le régime marocain est un pilier pour assurer l’exploitation occidentale de l’Afrique. Ce régime est plein de contradictions, il est à la fois ultra-autoritaire sur le plan intérieur – en témoigne la répression de la révolte de Sidi Ifni, que je décris dans mon livre – et ultralibéral sur le plan international. Son libéralisme s’exprime par la volonté de figurer parmi les grands exportateurs de minerais du monde, mais ceci en dépit du développement social et économique du pays. Le pays possède des phosphates et pourrait les utiliser pour rendre ses terres plus fertiles, mais le régime préfère miser sur les opportunités de la mondialisation et exporter les phosphates parce qu’il voit un profit sur le marché international. Bref, c’est, à mes yeux, un régime antipopulaire.
Peut-on dire qu'il y a actuellement dans le monde un processus de recolonisation globale sous l'égide des multinationales dans leurs croisades vers les matières premières ?
Il y a effectivement une course pour les matières premières qui est menée par des entreprises multinationales, surtout anglo-saxonnes (du Canada, de l’Australie, des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne). Elles font tout pour obtenir des concessions d’exploration et d’exploitation, et sont épaulées dans cette course par leurs gouvernements et par bon nombre d’institutions comme la Commission européenne ou l’Organisation mondiale du commerce. La course se fait dans ce qu’on appelle la périphérie, c’est-à-dire les dizaines de pays qui n’appartiennent pas à l’Occident et qui sont situés en Afrique, en Amérique du Sud, dans l’Est de l’Europe et en Asie. Mais cette course s’accentue aussi pour les océans et pour l’Arctique. Cette compétition de plus en plus ardente se heurte à l’émergence de nouveaux pays puissants comme la Chine ou le Brésil qui, en développant une économie domestique, ont besoin de leurs matières premières et se rendent de plus en plus à l’extérieur pour s’approvisionner. L’Union européenne ou les Etats-Unis en sont extrêmement frustrés et arrivent à peine à voiler leur colère. Mais l’UE ou les Etats-Unis ne sont heureusement plus les seuls maîtres du monde. D’ailleurs, ces dernières années, c’est grâce à la Chine que l’économie mondiale tient debout.
Sur fond d'espionnage massif et de montée de l'extrême droite, avec quels outils peut résister l'intellectuel engagé en Occident ?
En ce qui concerne l’extrême droite, j’ai toujours trouvé que c’est une honte que nos gouvernements laissent évoluer et grandir les héritiers d’Hitler avec l’alibi que nous vivons dans des démocraties. Nous ne vivons pas dans de vraies démocraties. Voyez la Grèce, la montée des néonazis accompagne une politique antipopulaire qui est extrêmement agressive et le gouvernement grec a besoin de l’extrême droite pour mater la résistance du peuple. L’extrême droite trouve des sympathies parce que les gens se laissent influencer par l’obscurantisme et le mensonge. Pour cette raison, je dis que toute personne engagée devrait davantage s’informer auprès des sources d’information indépendantes et nourrir à son tour les médias indépendants. C’est ce que j’essaie de faire comme journaliste, c’est d’ailleurs mon devoir professionnel et éthique. Je suis au Brésil actuellement, et dans ce pays l’information est tronquée à l’extrême parce qu’elle est entre les mains de quelques monopoles, à commencer par le groupe O Gobo, qui mènent une politique d’intoxication consciente et de désinformation honteuse. Malgré cela, des centaines de milliers de Brésiliens sont descendus dans la rue en juin et juillet, puisque les contradictions sociales, économiques et politiques étaient devenues trop pressantes. La corruption au Brésil fait qu’un clan de riches achète une clique de politiciens et qu’ensemble ils exploitent un pays, qui a un potentiel inouï, pour leur propre profit. Personne ne s’attendait à une révolte, mais elle a eu lieu. Il faut s’informer. Il faut investiguer. Il faut interroger les gens sur leurs conditions de travail. Il faut faire des trous dans l’appareil d’«imbécilisation». Vous parlez d’espionnage massif. Mais l’espionnage massif des Etats-Unis a finalement été révélé par une personne courageuse et nous devons dépasser l’intimidation et la répression pour faire de même. Cela doit se faire en réseau et de façon organisée. Le mouvement des indignados exprime le mécontentement et la volonté de révolte, mais ce mouvement est dispersé. Je reprends l’exemple du Brésil : dans les manifs, on rencontre toute une série de revendications, les composantes de ce mouvement se concertent et le mouvement devient politique. Maintenant, la conscience est là qu’il faut se battre pour le pouvoir politique. Cela demande un niveau supérieur d’organisation et un travail de longue haleine pour libérer l’espace publique de l‘emprise d’une classe de riches.
Pouvez-vous nous dire un mot sur vos travaux et vos expériences en Amérique latine ?
Je suis en voyage d’études en Amérique du Sud pour approfondir les conclusions de mon livre Chasseurs de matières premières. Dans ce livre, j’explique les mécanismes de la course pour les minerais et de la colonisation des pays riches en matières premières. Comme je l’ai dit, ce sont les entreprises multinationales avec leurs alliés dans les gouvernements occidentaux qui mènent cette course contre les peuples de ladite périphérie et contre l’avenir de la planète. Mais il reste beaucoup d’inconnues. Comment analyser les multinationales du Sud ? Sont-elles aussi impérialistes que les multinationales occidentales ? Je prends un exemple : la compagnie brésilienne Vale est dominée par le capital privé, mais l’Etat brésilien est présent dans le capital. Vale était d’ailleurs une entreprise étatique, mais elle a été privatisée dans les années 1990. Vale est la deuxième compagnie minière du monde, elle pratique une exploitation à outrance contre des communautés entières au Brésil, mais aussi en dehors du Brésil et surtout en Afrique. A terme, l’issue d’une lutte politique au Brésil peut être telle que l’Etat brésilien commence à mener une politique pour le peuple et oblige Vale à devenir une entreprise pour le développement. Ne nous faisons pas d’illusions, ce sera une lutte politique qui devra renverser la société brésilienne. Est-ce possible ? C’est à ce sujet que je suis en train d’avoir des expériences ici. Le voyage dure un an. Je visiterai d’autres pays comme le Chili où le mouvement social est engagé dans une lutte dure avec le gouvernement, ou comme la Bolivie où le président Morales a été porté au pouvoir par un mouvement populaire après deux décennies d’organisation, de patience et d’agitation. Toute chose a plusieurs aspects, positifs, moins positifs, carrément négatifs. Mais ici je veux rencontrer les indices d’un nouveau monde.
Entretien réalisé par Mohsen Abdelmoumen

Qui est Raf Custers ?
Raf Custers, né en 1954, est historien à l’Université catholique de Louvain et, depuis trente ans, journaliste pour la presse écrite, la radio et la télévision. Il a publié plusieurs livres (dont Blinde Cargo sur des passagers clandestins de l’Afrique de l’Ouest, en 1996, Manuel de média-activisme en 2004, et Chasseurs de matières premièresen 2013) et réalisé une dizaine de documentaires (dont Cri d’alarme du Kivu sur la résistance armée contre l’occupation rwandaise, 2001, et Lithium, bienfait ou malédiction pour la Bolivie, 2010, ont été primés). Il travaille actuellement comme chercheur pour le GRESEA à Bruxelles.
 

Comment (5)

    00213
    23 novembre 2013 - 18 h 55 min

    Le Panama vient de retirer sa
    Le Panama vient de retirer sa reconnaissance officielle du Sahara occidental.
    Dans un premier temps je fut étonné qu’un pays si proche des libres guérilleros prennent ce type de positionnement.
    Puis je me suis rendu compte qu’il faisait parti des rares pays à avoir voter contre un état palestinien observateur à l’ONU (Novembre 2012).
    Finalement qui se ressemble se rassemble.

    ammmar
    23 novembre 2013 - 18 h 12 min

    un royaume hors la loi,fondé
    un royaume hors la loi,fondé sur la loi du brigand le plus fort a quand meme trop duré dans ce pays,le maroc et reussi a mettre au pas tout un peuple(populace) et finissant carrement par l’encanailler bien sure avec son aval et sa soumission totale.Cette secte de brigands et bordelistes alaouite ,importée de tres loin est intronisée a la tete du maroc par les français et les sionistes colons de l’epoque pour leur fidelité a l’oppresseur contre les pauvres sujets marocains colonisés,cette race alaouite est genetiquement multiraciale ou le spermatozoide sioniste a largement contribué dans sa metamorphose en deracinés capables que du pire,leurs seuls leitmotives d’existence sont,la traitrise,la lacheté,le mepris,le mensonge et le vol et rien d’autre,tout est basé sur le bluff et surtout bluffer les sujets marocains surtout,la france,israel et les americains ,tous connaissent parfaitement bien la nature de cette monarchie feodale et ses mecanismes,seulement font passer leurs enormes interets dans ce maudit pays devenu un pissoir et un grand bordel attirant les vacanciers passionnés des sensations fortes qui sont garantie par cette secte aalaouite en rabattant par la force marocaines et marocains, en contre partie de leur silence et leurs soutiens multiformes .Ainsi est le veritable visage de ce royaume pourri jusqu’a la moelle epiniere qui continu de tremper et faire diversion pour perenniser son etrange systeme dictatorial,mais le bluff peut pas tenir eternellement meme si l’on s’allie au diable.achaque fois dire et redire des choses au sujet des intentions de ce pays le maroc et surtout de son grand jeux permanent de poker, ce pays et son makhzen excslle dans le bluff et ke jeu de poker est tout le temps aidé par la france surtout pour concurencer l’algerie et oeuvrer a chaque fois da,s le sens de contrecarrer ses ambitions naturelles de grand pays,puissant et riche sans lequel rien ne se fera dans cette partie de l’afrique, surtout sur le plan securitaire.Le maroc aidé dans sa strategie du bluff par la france qui connait parfaitement le fond de ce pays et mesure bien l’etat de deliquescence generalisé dans lequel baigne,continue de le soutenir en bluffant aussi ,ce maroc a toujours fait semblant de posseder les moyens de ses ambitions et parfois fait des efforts enormes pour faire diversion en jouant le regulateur jisqu’au gabon et un peu plus loin en envoyant meme des troupes pour marquer sa presence et exiber une certaine personnalité alors qu’il ne possedait rien de tout ça,croyant qu’il peut tremper eternellement son monde comme la si bien fait avec les marocains et tout ça n’est ni plus ni moins que pour concurencer d’une part l’algerie et tenter de lui faire de l’ombre dans sa posture strategique de pays riche porte de l’afrique, grand et puissant militairement s’imposant naturellement pivot incontournable et leader d’afrique et d’autre part,ce maroc expansioniste d’essence et hegemonique averé,continu d’occuper illegallement et par la force des terres sahraouis ,tente continuellement de prouver une fausse serenité du pays puissant possedant les moyens de sa politique aggressive pour dissuader et faire peur surtout l’algerie,comme un petit enfant d’ecole et meme l’affaire rescente du drapeau algerien rentrait dans ce cadre bien precis, tellement terrotisé par la possibilité de voir le polisario aidé par ses amis reprendre les armes sachant que son armée retranchée depuis plus de 25 ans derriere le mur de sable cpnstruit par israel,est completement laminée et usée,ainsi est l’etat de ce royaume pourri commandé par des nabots pervers qui misaient sur le bluff pour perdurer et faire vivre les marocains dans de interminables promesses utopiques,ainsi est l’etat d’esprit d’une descendance royale qui croyait etre genetiquement de race plus intelligente que tous et verifie maintenant a leur depend l’ampleur de leur drame en subissant la loi du retour de la manivelle,d’une part l’abondon de ses pseudos alliés qui ont tout rempli au maroc et n’ont plus ou pisser et d’autre part le retour naturellement des choses en place dans notre region nord africcaine,ou l’algerie qui a tt le temps fait semblant intelligement de ne rien savoir et venu le temps qu’elle dise en chuchotant a l’oreille du roitelet aux abois, JE TE CONNAIS PARFAITEMENT BIEN O MON TROU, SI NON JE T ‘AURAIS PRIS POUR UN CANON,qalors renrez dans les rangs et vite,c’est du moins ce que pense aujourd’hui et reellellement l’algerien lambda apolytique,honnete,directe et sans detour,quand a nos politiques c’est leur affaire………………………….QU ILS GERENT………………………

    azwou
    22 novembre 2013 - 23 h 13 min

    OCP est une société publique
    OCP est une société publique ,elle n’appartient pas au roi.Au sahara les phosphates sont gérés par PHOSBOUCRAA société privée 50% OCP,50% ESPAGNOL

    MACIZEL
    22 novembre 2013 - 20 h 13 min

    Lisez l’histoire de cette
    Lisez l’histoire de cette région, vous allez comprendre les dessous de cette arnaque qu’est le Sahara Westernn:

    http://www.mr.refer.org/numweb/spip.php?article23&artpage=6-18#nb14

    Kouidri
    22 novembre 2013 - 16 h 07 min

    Oui « …il faut se battre
    Oui « …il faut se battre pour le pouvoir politique. Cela demande un niveau supérieur d’organisation et un travail de longue haleine pour libérer l’espace publique de l‘emprise d’une classe de riches » et j’ajoute de toutes autres emprises qui en Algérie se caractérise par un mépris du peuple de la part des gouvernants, des fonctionnaires…de citoyens envers d’autres citoyens. Un mépris, qui a mon avis n’est que la carapace des plus incompétents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.