Geoff D. Porter à Algeriepatriotique : «Il est peu probable qu’il y ait des troubles en Algérie»

Dr Geoff D. Porter. D. R.

Algeriepatriotique : En tant qu’expert américain, comment analysez-vous la situation qui prévaut en Algérie actuellement ?

Algeriepatriotique : En tant qu’expert américain, comment analysez-vous la situation qui prévaut en Algérie actuellement ?

Dr Geoff D. Porter : L’Algérie est à un tournant politique des plus importants depuis deux décennies. Si le président Bouteflika pose sa candidature à la réélection, les Algériens devront choisir entre la présidence continue de Bouteflika ou voter pour le premier nouveau chef d’Etat depuis 1999. Si Bouteflika ne se présente pas, le choix sera encore plus difficile pour déterminer quel sera le candidat le plus approprié pour le poste suprême de l’Algérie dans sa nouvelle ère. Il est important de se souvenir que Bouteflika a été président plus longtemps qu’un autre leader algérien, y compris Houari Boumediene. Le potentiel de changement dans l’ère post-Bouteflika est donc énorme.

Un institut démocrate américain a averti qu’il y avait un risque de troubles et de chaos en Algérie si le président Bouteflika était réélu pour le quatrième mandat. Quelle est votre opinion à ce sujet ?

Si le président Bouteflika est élu à un quatrième mandat et que les élections sont transparentes, libres et justes, il n’y aura pas de désordre ni de chaos. Bouteflika reste largement populaire dans le pays et il a une bonne chance de remporter la majorité des voix s’il se présente. Même s’il y a des problèmes avec les élections (fraude, falsification des bulletins de vote, etc.), il est peu probable qu’il y aura des troubles. Les gens qui ont des plaintes à formuler contre le processus électoral peuvent se tourner vers le système judiciaire algérien qui examinera les plaintes et effectuera des enquêtes s’il estime qu’il y a effectivement un problème.

Pensez-vous que les Etats-Unis soutiennent le quatrième mandat du président Bouteflika ?

Les Etats-Unis soutiendront le choix des électeurs algériens, quel qu’il soit. Je ne crois pas que les Etats-Unis ont une préférence, ils respectent la souveraineté de l’Etat algérien. Ils ne s’immisceront pas, même indirectement, dans la politique intérieure de l’Algérie. Si le président Bouteflika est réélu, les Etats-Unis soutiendront son leadership. S’il ne pose pas sa candidature à la réélection, ils supporteront celui qui sera le président suivant. Le président Bouteflika a entretenu une bonne relation avec les Etats-Unis et ceux-ci essayeront d’établir également de bonnes relations avec quiconque succédera au président Bouteflika.

Vous avez fait une analyse sur l’Algérie dans le Washington Post et vous savez que l’armée algérienne et nos services secrets sont la cible d’éléments internes et étrangers. Ne pensez-vous pas que ce soit dangereux de jouer avec la sécurité du continent africain, du monde arabe, voire de toute la planète ? Quel est votre avis sur l’efficacité des services d’information algériens ?

Il est difficile d’évaluer l’efficacité de n’importe quel service de renseignement parce qu’une grande partie de ce qu’ils font reste secrète et n’est pas destinée au public – ceci étant par essence la nature de leur travail. Il en va de même pour les services de renseignements de l’Algérie. L’opinion populaire est que les services sont très efficaces. Bien sûr, il y a eu quelques remaniements dans les structures des services et ceci aura un impact sur l’organisation (apprentissage des nouveaux rôles, adaptation à la nouvelle direction, promotion de membres plus jeunes, etc.), mais à terme, les services resteront efficaces et compétents.

Entretien réalisé par Mohsen Abdelmoumen

Professeur d’histoire du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, Geoff D. Porter est titulaire d’un doctorat en histoire du Moyen-Orient et études islamiques et d’une maîtrise en arabe classique, il parle également plusieurs dialectes d’Afrique du Nord. Il a été directeur du programme Moyen-Orient dans un cabinet de gestion du risque politique et a ensuite fondé la société ANCOR, spécialisée dans l’étude des risques politiques en Afrique du Nord et au Sahara. Il a également été instructeur à West Point. Il publie régulièrement dans les grands médias tels le New York Times ou le Washington Post, etc.

Pas de commentaires! Soyez le premier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.