Les errements de Belaïz

Par Rafik Meddour – Le ministre de l’Intérieur, Tayeb Belaïz, exclut tout mouvement de protestation dans le corps de la Protection civile, attribuant les dernières informations ayant circulé sur ce sujet aux «fonctionnaires révoqués». Selon lui, un tel mouvement n’est pas envisageable dans un tel corps chargé de la sécurité des citoyens. «La grève ou le débrayage dans ces corps chargés d'assurer la sécurité sont interdits en Algérie et même ailleurs», a-t-il précisé. Pourtant, cette interdiction n’a pas empêché des milliers de policiers, en charge eux aussi de la sécurité des biens et des personnes, d’investir la présidence de la République dans un mouvement de protestation inédit en Algérie. Ces policiers, qui ont effectivement bravé l’interdit, n’ont pas pu être sanctionnés parce qu’ils étaient forts nombreux et bénéficiaient du soutien des autres fonctionnaires de la police. Le ministre de l’Intérieur ignorerait-il qu’il n’existe aucun texte de loi qui interdise à des pompiers, des policiers ou des douaniers de débrayer pour réclamer leurs droits socioprofessionnels ? D’ailleurs, le corps de la Protection civile est doté d’un syndicat reconnu officiellement, puisqu’il appartient à l’UGTA, tout comme le corps des douaniers qui relève, par ailleurs, du secteur des Finances. Ce dernier a enregistré de nombreux mouvements de protestation au cours de ces quinze dernières années. Mais Tayeb Belaïz semble ignorer ce détail au point de dire que «l'idée de créer un syndicat propre à ces corps n'est pas à exclure et qu’une réflexion pourrait être lancée autour de cette proposition qui sera examinée sous tous ses aspects juridiques et autres». Hallucinant ! Le ministre de l’Intérieur, ancien magistrat, ne sait donc pas qu’il existe déjà des syndicats au sein de la Protection civile et des Douanes, contrairement à la police qui reste privée de ce droit consacré par la Constitution. Le ministre de l’Intérieur n’est pas à une contradiction près. D’un côté, il déclare interdits tous grève ou débrayage dans ces trois corps paramilitaires et, d’un autre côté, il n’écarte pas l’idée d’autoriser la création de syndicats au sein de ces mêmes corporations. Comment peut-on autoriser l’activité syndicale et, en même temps, interdire le droit à la grève consacré par la loi ? Par ailleurs, s’il n’existe pas un réel risque de protestation au sein de la Protection civile, comme l’affirme le ministre de l’Intérieur, pourquoi le gouvernement a-t-il décidé d’élargir les mesures prises en faveur de la police aux pompiers et aux douaniers ? La réponse semble évidente.
R. M.

Comment (11)

    karimdjazair
    26 octobre 2014 - 4 h 59 min

    Dans la logique, ces corps
    Dans la logique, ces corps que constituent la police, la protection civile, et encore moins la gendarmerie, ne doivent pas faire grève. Cela n est pas propre à notre pays mais l est également dans les pays dits democratiques.

    Pour autant, le malaise est parfois tellement important, que ces corps n en peuvent plus, et qu ils sont contraints de manifester, cela se vérifie également en europe.

    C est pourquoi, pour éviter ces manifestations qui font désordre, dans des corps qui sont normalement loyaux et representent tout de meme l Etat, il faut non seulement autoriser, mais également reconnaitre les syndicats dans ces corps, hormis la gendarmerie et l armée, et discuter avec ces derniers quand cela ne va pas.




    0



    0
    New kid
    25 octobre 2014 - 17 h 13 min

    Nos ministres errent ….
    Nos ministres errent …. dans le pâturage.
    l’herbe de son voisin est toujours plus verte. La panse pleine,ils ne s’arrêtent jamais de brouter car c’est la chose qu’ils savent faire. donc errer dans les pâturages est ancré dans leur cervelle comme tous dinosaures dignes de ce nom.




    0



    0
    Anonyme
    25 octobre 2014 - 14 h 34 min

    Les enfants des ministres
    Les enfants des ministres Algériens confirment la découverte scientifique qui démontre que le comportement de l’individu est influencé par sa carte génétique, hériditaire. ( ce n’est pas une blague…Mais c’est vraiment des travaux de recherches fiables).

    Que pensez-vous ya Mr. le ministre de son intérieur.

    Lisez, SVP, cet article publié par Algérie-Focus :

    Rabah Saadane spolié par la fille d’un ancien ministre ? –
    See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2014/10/rabah-saadane-spolie-par-la-fille-dun-ancien-ministre/#sthash.sQOt7mPW.dpuf

    Le tribunal de Bir Mourad Rais à Alger a été, jeudi après-midi, le théâtre d’une affaire d’escroquerie dont aurait été victime l’ancien sélectionneur national, Rabah Saadane. Il reproche à la fille d’un ancien ministre de lui avoir extorqué plus de 9 milliards de centimes de DA.
    Rabah Saadane a-t-il été spolié par la fille d’un ancien ministre ? L’ancien entraîneur de l’équipe d’Algérie dit avoir perdu, dans une machination qui remonte à deux ans selon lui, pas moins de 92 millions de DA (9,2 milliards de centimes). Et la personne qui lui a extorqué cet argent n’est autre que la fille d’un ancien ministre, prénommée H. Nawel, indique le quotidien arabophone El Khabar. Celle-ci, employée chez une entreprise qui commercialise de l’équipement sportif espagnol en Algérie, a, dans un premier temps, contacté le fils de l’ancien sélectionneur. Après quelques temps, elle lui a proposé d’investir dans l’immobilier espagnol. C’est ainsi que Rabah Saadane s’est retrouvé impliqué dans l’affaire.
    La juge du tribunal de Bir Mourad Raïs à Alger n’a pas manqué de demander à Saadane pourquoi il a aussi vite fait confiance à une jeune femme qu’il connaissait à peine, lui confiance la coquette somme de 9,2 milliards de centimes. L’homme a simplement répondu qu’il avait fait une erreur. Le technicien à la retraite n’a pas pu compter sur le soutien de ses enfants. Jeudi, au tribunal, les deux fils de Saadane, pourtant témoins principaux du litige, n’ont effectivement pas assisté à l’audience.
    La jeune femme mise en cause s’est, quant à elle, défendue en accusant l’ancien entraîneur de l’équipe d’Algérie d’avoir aidé une diplomate espagnol à sortir illégalement du pays la somme de 720 000 euros.
    Le procureur de la République a réclamé une peine de 5 ans de prisons à l’encontre de la jeune fille. La juge a reporté l’annonce le verdict.
    – See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2014/10/rabah-saadane-spolie-par-la-fille-dun-ancien-ministre/#sthash.sQOt7mPW.dpuf




    0



    0
    Anonyme
    25 octobre 2014 - 14 h 31 min

    l’essentiel c’est
    l’essentiel c’est l’allégeance ,l’habileté ,l’intégrité et la compétence ne font pas partie du programme ;
    qui a dit que la fidélité ne se conjuguait pas avec l’engagement envers le pays ,l’intégrité et la compétence ?




    0



    0
    Anonyme
    25 octobre 2014 - 13 h 21 min

    Il est aussi interdit aux

    Il est aussi interdit aux ministres de voler et de piller les caisses d’état.

    C’est un ministre en état de léthargie absent sur le terrain. Il donne l’air de vivre dans un monde parallèle à la société Algérienne. Il n’a jamais rien régler.Il ne se sent pas concerné.
    Ce ministre applique bien la loi de RAGDA WA TMANGER.

    On ne sait vraiment pas à quoi vous servez ya l’eternel absent.
    Finalement, ils sont tous des Fantômes.




    0



    0
    anonyme
    25 octobre 2014 - 13 h 14 min

    C’est lui qui a blanchi sont
    C’est lui qui a blanchi sont fils et celui de Missoum Sbih l’ex ambassade d’Algérie en France?




    0



    0
    Anonyme
    25 octobre 2014 - 10 h 50 min

    @Par Anonyme (non vérifié) |
    @Par Anonyme (non vérifié) | 25. octobre 2014 – 8:10

    La fièvre aphteuse a échappé au contrôle devant l’impuissance et l’incompétence des autorités. Alors pour Ebola, un scénario catastrophe est prévisible.

    Ils ne savent rien gérer




    0



    0
    Soultani
    25 octobre 2014 - 10 h 25 min

    S’il est interdit aux
    S’il est interdit aux policiers de manifester, pourquoi des commissaires ont-ils encadré la marche des URS au lieu d’appliquer cette interdiction? S’il est possible de créer un syndicat dans la police, pourquoi n’a-t-il pas été retenu lors du Conseil interministériel. Ma conclusion est que ce ministre parler juste pour parler,




    0



    0
    Achdali
    25 octobre 2014 - 10 h 20 min

    Que du vent! Ces gens au
    Que du vent! Ces gens au pouvoir toise le peuple et le traite comme du bétail. Ils se permettent tout, l’insulter, le considérer immature, le priver de ses droits…Ils se prennent pour des lumières dans ce pays qu’ils ont assombri par leur incompétence et soif de pouvoir. Qu’ils se taisent!




    0



    0
    Abou Stroff
    25 octobre 2014 - 9 h 23 min

    « Les errements de Belaïz ».
    « Les errements de Belaïz ». Belaïz est là où il est parce qu’il est un laudateur attitré et reconnu comme tel de son bienaimé fakhamatouhou national. quant à ses errements, il sont une partie intégrante des errements de son bienaimé fakhamatouhou national et de la cour (dont belaïz fait partie) qui lui sert de serpillère.
    PS: n’est ce belaïz junior qui a été confondu avec un malfrat notoirement connu parce qu’ils portaient, comme par hasard, les mêmes noms et prénoms? décidément, la marabunta qui nous gouverne ne fait qu’accumuler des gaffes, à l’insu de son plein gré, n’est ce pas?




    0



    0
    Anonyme
    25 octobre 2014 - 7 h 10 min

    Autorités bidons je me
    Autorités bidons je me demande comment ils vont s’y prendre pour nous protéger de la maladie Ebola car elle est juste à nos frontières …souvenez-vous des maladies médiévales éradiquées depuis des lustres et qui ont fait leurs apparitions oh Allah protège nous car said la tchippa est inapte … Voir peut-être du côté de drabki et ghoul ou mr goudron qui refait chaque mois des pièces du côté de Boukhalfa ( Tizi ) entre autres et bouira …




    0



    0

Les commentaires sont fermés.