Les dessous d’un mariage

Par R. Mahmoudi – Tout n’a pas été dit dans l’accord conclu, ce week-end, entre le FFS et le FLN. Beaucoup étaient contents, voire soulagés, de voir enfin les divergences, à l’origine fondamentales, entre les deux partis aplanies, aseptisées, le temps d’une rencontre, la deuxième en trois mois, qui n’était pourtant pas dans le programme. Or, ni Amar Saïdani n’a expliqué le revirement de dernière minute de son parti, par rapport à la conférence que son partenaire prévoit dans quelques semaines, ni la direction du FFS ne peut justifier, devant sa base, cette impréparation et cet abcès de fixation que la formation de Hocine Aït Ahmed fait sur l’ex-parti unique. Un constat qui a amené nombre de militants et d’observateurs politiques à se demander s’il n’y a vraiment que des considérations stratégiques ou idéologiques dans ce mariage de raison entre les deux vieux partis. Parce que, à voir la situation interne dans laquelle ces deux formations se débattent à l’heure actuelle, il n’y a pas lieu de s’étonner de cette solidarité viscérale, dictée par l’instinct de survie, qui est née entre eux. En manque de légitimité et attendu au virage par ses nombreux adversaires, Amar Saïdani pense avoir trouvé le bon filon pour se donner une aura nationale. Sachant son nouveau partenaire en difficulté dans son fief, la Kabylie et en manque de ressources depuis le départ d’Aït Ahmed, le patron du FLN aurait profité pour imposer ses options – celles de son clan – à la fameuse conférence de consensus initiée par le FFS et renchérir ainsi auprès de ses «parrains» qui chercheraient depuis quelque temps à s’en débarrasser. Ce dernier, en retour, peut déjà s’assurer la présence au moins d’une «grande» formation politique, après le refus opposé par tous les autres partis qui comptent. Cela lui éviterait un fiasco fatal. Dans le même temps, les dirigeants du FFS peuvent espérer «un coup de pouce» salutaire de leurs alliés pour récupérer la majorité de l’APW de Béjaïa, qui est bloquée depuis maintenant deux mois, à cause du basculement des élus FLN dans l’opposition. Même s’ils ne sont pas très sûrs du pouvoir de Saïdani sur la base. Il fut dire que la perte de cette assemblée a fortement déstabilisé la direction du FFS, au point que plusieurs députés et un sénateur de ce parti sont entrés en guerre ouverte contre le wali de Béjaïa et fourbissent actuellement leurs armes pour de grandes actions de rue. Ce qui, au passage, est en totale contradiction avec l’esprit de conciliation et de consensus qu’ils affichent.
R. M. 

Comment (11)

    Anonyme
    1 février 2015 - 3 h 27 min

    L’actuel chef de l’executif
    L’actuel chef de l’executif en italie, Matteo Renzi, officiellement président du Conseil des ministres italien (Presidente del Consiglio dei Ministri) n’a que 40 ans. Il a pris ses fonctions le 22 février 2014 alors qu’il venait à peine d’atteindre les 39 ans (39 ans, 1 mois et 11 jours). Plus jeune encore que Mussolini qui lui fut élu président du conseil du royaume d’Italie à 39 ans et 3 mois, le 31 octobre 1922.
    Avec en plus Alexis Tsipras (40 ans et demi) qui vient d’être élu en Grèce, un vent de jeunesse souffle sur la rive nord de la méditerranée.




    0



    0
    Anonymus
    31 janvier 2015 - 23 h 55 min

    @ mouatene (non vérifié) |
    @ mouatene (non vérifié) | 31. janvier 2015 – 21:13
    C’est vrai qu’il a 73 ans. Maais c’est comme le Portugal, la Grèce, l’Allemagne: dans chacun de ces pays c’est le Premier ministre (ou Président du Conseil) qui gouvernent et les présidents sont choisis parmi le 3è âge pour pas qu’ils fassent chier leur monde. Idem pour l’Espagne, l’Angleterre, la Suède, le Danemark, la Hollande où c’est le roi (ou la reine, le cas échéant) qui jouent le rôle de potiche.
    En parlant de l’âge du président italien je suis sûr que tu penses à qui tu sais, sauf que la présidence algérienne a tellement concentré les pouvoirs, qu’elle ressemble à un trou noir: tout y est absorbé et rien n’en sort Résultat; un fakakir, un ghoul, un drabki, un amara (qui a ses pieds et sa tête, même vide) et la danseuse Louisa pour ne citer que ces faiseurs de cacophonies




    0



    0
    Anonyme
    31 janvier 2015 - 23 h 49 min

    L’initiative du FFS était
    L’initiative du FFS était claire des le départ.Ralliement en contrepartie d’avantages.Maintenant ce qui va se passer? On laisse le systèmes en place,on largue Sellal ,on fait un gouvernement entre copains,on organise des élections propres ou le FFS prendra la place du RND et bien sur en passant on adopte une nouvelle constitution sur mesure.L’opposition aussi affaiblie que jamais fera figure d’opposition .et enfin Ait Ahmed aura le privilège d’être associé à Messali version 2015 par le Said Saadi actuel ou futur .




    0



    0
    mouatene
    31 janvier 2015 - 20 h 13 min

    le FFS el-djedid prépare
    le FFS el-djedid prépare l’après du FFS el-qédim. le chef historique étant dans l’incapacité de réagir, les elèves font la soirèe. au fait, aujourd’hui, l’italie, pays développé, très démocratique, a élu son présidant, agé de 73 ans.




    0



    0
    Anonyme
    31 janvier 2015 - 19 h 02 min

    C’EST SAID OUTEFLIKA QUI EST
    C’EST SAID OUTEFLIKA QUI EST A LA MANOUVRE CLAIR COMME DE L’EAU DE ROCHE….!
    QUAND DES GÉNÉRAUX VOUS DISENT QUE LE VRAI MAALEM C’EST SAID ET PAS ABDELAZIZ QUE VOULEZ VOUS DE PLUS….?????




    0



    0
    New kid
    31 janvier 2015 - 18 h 32 min

    Cette union sera-t-elle « le
    Cette union sera-t-elle « le mariage de Figaro » ; une farce, ou la tragédie des deux familles italiennes qui se terminera par le suicide?




    0



    0
    selecto
    31 janvier 2015 - 14 h 22 min

    @Par Kahina (non vérifié) |
    @Par Kahina (non vérifié) | 31. janvier 2015 – 14:10

    En effet kahina les nationalistes sont marginalisés par les escrocs et traîtres qui ont pris l’Algérie en otage avec le soutien de la France.




    0



    0
    Kahina
    31 janvier 2015 - 13 h 10 min

    Bouteflika soutient

    Bouteflika soutient l’initiative du FFS ( Ait -Ahmed).

    Deux partis qui parlent aux nom de deux personnes âgées qui ont subi les séquelles d’un AVC.
    Bouteflika et Ait Ahmed dans un état comateux ( presque) préparent un consensus national??
    non je dirais que le FLN et le FFS préparent un consensus personnel ( je mange, tu manges).
    Il faut reconnaitre qu’il n’y a plus d’hommes intègres nationalistes en Algérie. Ils sont tous juste des ventristes




    0



    0
    Anonymus
    31 janvier 2015 - 12 h 44 min

    Da L’Houcine .
    Pendant la

    Da L’Houcine .
    Pendant la décennie noire, il faisait bon de prôner la démocratie pour le peuple algérien à partir des rives calmes du Lac Léman, à un jet de pierre de Sant’Egido.Au moment où célèbre l’anniversaire de l’assassinat du regretté BenHamouda, rappelons quelques faits qui n’ont apparemment aucun lien les uns avec les autres. Questionné sur la réunion de Sant’Egidio, BenHamouda raconta que lors de réunion des 22 à Salembier qui devait décider du déclenchement de la lutte armée, un participant avait réservé sa réponse demandant un délai de reflexion puis disparut. BenHamouda conclut: « depuis, on ne l’a plus revu et sa réponse vient de parvenirde Sant’Egidio ».
    Quelques semaines plus tard, BenHamouda était assassiné d’avoiur trop aimé l’Algérie




    0



    0
    ammmar
    31 janvier 2015 - 12 h 19 min

    ait hmed n’est plus la,cette
    ait hmed n’est plus la,cette personnalité emblematique sur laquelleest construit tt l’edifice du ffs est du voup cette formation politique se retrouve orpheline et en déperdition et effectivement le ffs prouve chaque jour un peu plus qu’il a perdu ses principes de base et recuperé par d’autres parties pour s’en servir a des fins politiciennes,le fln mercantile d’aujourd’hui a consommé son cycle de perversion,un saidani placé a sa tete,continue de le creuser a sa guise en déracinant tous les fondementsde ce partie jadis glorieux,ou seule,l’argent sale, le piston et l’aplaventrisme sont ses criteres fondamentaux d’accession a la baraka de saidani ou sa se bouscule a sa porte et tout un chacun se bat pour les lui sonder,se lamenter et se faire benir le premier,alors pourq s’en faire un drame du moment que tt est claire pour cette ALGERIAN POLITIC CONNECTION de…….




    0



    0
    Anonymus
    31 janvier 2015 - 12 h 02 min

    Les fiançailles de ce mariage
    Les fiançailles de ce mariage avaient été célébrées à Sant’Egidio. La fatiha avait été lue par Madaniet le marié était accoutré en djellabah et takia fournies par Djaballah qui ricanait sous…barbe. après la cérémonie religieuse la soirée musicale débuta par le tube à la mode à l’époque: » 3alayha namout » pendant que Louisa Hanoune en danseuse du ventre (qui n’en finit pas de se perfectionner dans ce domaine), entamer un slow langoureux avec Anouar Haddam en zyeutant vers Mehri, ce que Da L’Houcine ne voyait pas d’un bon oeil…………




    0



    0

Les commentaires sont fermés.