La science zappe le rite

Par Kamel Moulfi – Les mois de Ramadhan se suivent et se ressemblent ? Oui, si on a observé la ruée, ce matin, vers les marchés et la course vers les boulangeries pour le pain, on constate que rien n’a changé. Dans la presse, les journalistes se préparent à écrire les mêmes articles sur les prix des produits alimentaires qui flambent et vont rapporter les sempiternels discours officiels sur le tonnage des denrées importées pour que la demande irraisonnée des gens soit satisfaite. Les excès en tout seront autorisés et la loi sera plus souple. Avec, toutefois, une petite nuance : la tension coutumière qui s’empare des jeûneurs est plus forte qu’avant. Mais le changement n’est pas là. Cette année, le Ramadhan a été précédé par une vraie rupture. Le rite traditionnel de l’observation du croissant lunaire pour commencer à jeûner a été zappé par les prévisions scientifiques qui ont permis aux Algériens de savoir plusieurs jours à l’avance, la date du début du mois de Ramadhan. La nuit du doute a eu pour fonction de confirmer cette information. Le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, a banalisé ce fait qui va devenir «normal» les prochaines années. Beaucoup de personnalités politiques mais aussi religieuses estiment que l’islam en Algérie a besoin d’une réforme. On peut penser que cela a commencé timidement avec la nouvelle forme d’annonce du début du mois de jeûne. A partir de là, il est tentant de spéculer sur l’évolution du niveau de piété des Algériens. Ils restent fortement attachés à leur religion, tout en s’inscrivant, pour beaucoup, dans la démarche de déradicalisation engagée par le ministre. Par contre, la rupture avec la tradition n’a pas été produite par la fête de la musique organisée à Alger la veille du Ramadhan, moment réservé par les familles et les jeunes à autre chose qu’aux concerts. Sinon, comment expliquer le fiasco de cet événement carrément boudé par les jeunes algérois alors que toutes les conditions ont été réunies pour les attirer sans que cela nécessite le moindre effort ? Gratuité, accès facile, carrefour fermé à la circulation… Comportement invariant chez les Algériens : cette année, la ferveur religieuse n’a pas raté son rendez-vous avec le Ramadhan.
K. M. 

Comment (6)

    Anonyme
    18 juin 2015 - 21 h 43 min

    Par Lahouaria الهوارية. (non
    Par Lahouaria الهوارية. (non vérifié) | 18. juin 2015 – 19:33

    Les rites ou pas rites, c’est la santé qui compte pour le jeûneur!

    Happy Ramadhan Karim à tous les musulmans et musulmanes des 4 Continents…!

    Bon Ramadhan.
    Le jeune permet au foie, empeche de se manger, de se nourrir des toxines laisses dans le corps et qu’il n’avait pas traite.
    C’est une detoxification puissante du corps.
    Un jeune bien fait libere l’esprit.




    0



    0
    Macizel
    18 juin 2015 - 20 h 58 min

    @new kid: avant l’événement
    @new kid: avant l’événement de l’islam les peuples d’Orient J eunaient 40 jours. D’ailleurs l’islam a commencé pendant le 27 ème jour. Leilat el qadr. Les gens doivent lire et comprendre mieux les choses. Il faut sépare la foi du politique. Par contre les horaires pour jeûner chez les esquimaux c’est quoi¿




    0



    0
    Lahouaria الهوارية.
    18 juin 2015 - 18 h 33 min

    Les rites ou pas rites, c’est
    Les rites ou pas rites, c’est la santé qui compte pour le jeûneur!

    Happy Ramadhan Karim à tous les musulmans et musulmanes des 4 Continents…!




    0



    0
    Anonyme
    18 juin 2015 - 16 h 48 min

    Le pacte « pétrole contre
    Le pacte « pétrole contre protection » qui a été conclu sur le croiseur USS Quincy le 14 février 1945 entre le roi Abdelaziz ben Abderrahman ben Fayçal Al Saoud et le président des États-Unis, Franklin Delano Roosevelt, a donné aux Américains le pouvoir sur la gestion politique de l’Islam.
    En effet, c’est à partir de ce moment que la gestion de l’Islam, religion de paix et de pardon, a échappé aux musulmans. Car, face à la force spirituelle impressionnante de cette religion qui faisait peur à beaucoup de forces et d’intérêts, il fallait se placer dans le cœur pour bien paralyser le corps. Qui est mieux placé qu’un royaume qui a émergé sur la terre qui a vu sa lumière jaillir ?
    Suite à quoi, des forces internes, produites dans des labos sophistiqués, étaient chargées de détruire son essence avant son image.
    Il est temps de faire la part des choses et d’éviter les amalgames. La vision religieuse de Cheikh Mohend Oulhocine, par exemple, n’a rien à voir avec celle de Mohamed Ben Abdelwahab, fondateur du royaume Wahabite. Absolument rien ne les rapproche, ni dans le fond, ni dans la forme. Dire le contraire, c’est mal penser les choses et se suffire de clichés à la place d’idées qui, elles, sont dynamiques et vivantes. Deux mondes, deux réalités, deux visions différentes l’une de l’autre. –




    0



    0
    Anonyme
    18 juin 2015 - 16 h 46 min

    Bonne nouvelle, mon boucher a
    Bonne nouvelle, mon boucher a baissé ses prix !! Je vous jure que c’est vrai !!!




    0



    0
    New kid
    18 juin 2015 - 16 h 34 min

    Le ramadhan et les musulmans
    Le ramadhan et les musulmans aigris.
    Oui le carême avance à grand pas. Comme chaque année les hadjis douteux et ces musulmans spéculateurs et corrompus en Algérie amassent fortune sur le dos du chaab. Ce ne sont point des chrétiens commerçants qui nous rendent la vie chère et misérable!
    L’état, ou plutôt l’inexistence de cette entité qui aurait produit une économie de base afin d’assurer le minimum à son peuple arrange l’informel islamique lequel remplira ses immenses shkaras.
    Les bénéfices de ce mois sacré, feront des nouveaux riches pour rejoindre l’armada parisienne des quelconques propriétaires immobiliers ; ainsi va la vie
    Dour bihoum ya chibani dour bihoum ! Jette cette racaille à sarkadji.
    Mais comme chaque année, le chaab ne fait que débourser et se taire, alors
    que le non-jeuneur se fait matraquer et jeté en tôle !
    l’ironie de la justice Algérienne !




    0



    0

Les commentaires sont fermés.