DRS : entre fatalité et espoir

Par Youcef Benzatat – Comment expliquer l’empathie de la majorité des Algériens avec le clan de Mohamed Mediene dans la lutte qui l’oppose à celui de Bouteflika ? Sachant que l’un et l’autre avaient contribué solidairement à la cristallisation du consensus qui a édifié le système de pouvoir ayant confisqué l’indépendance de l’Algérie au profit d’une oligarchie responsable de leur avilissement. Les Algériens n’ont jamais eu leur destin entre leurs mains. Dépossédés de leur souveraineté et de leurs richesses, leurs révoltes réprimées dans le sang et la torture, ils ont fini par admettre leur impuissance en se réfugiant dans la résignation et la fatalité. Maintenant que le système de pouvoir est entré dans un processus d’implosion, qui était déjà latent depuis que le sommet de sa hiérarchie s’était divisé en pro et anti-4e mandat au profit du président sortant Abdelaziz Bouteflika, portant l’affrontement sur la place publique à coup de procès politiques et de violences verbales, d’une part, et de défis frontaux, d’autre part, les Algériens semblent, dans leur majorité, avoir choisi leur camp. Ils jettent leur dévolu sur le clan qui leur semble le moins mauvais, celui du DRS, faute de mieux. Laminés par une dépolitisation massive sous les coups du chantage économique et social et de la terreur répressive, trahis dans leur désir d’émancipation citoyenne par une opposition compromise, divisée, anachronique par ses tendances idéologiques extrémistes, religieuses et identitaires, abandonnés par les intellectuels et les consciences éclairées ayant choisi l’exil ou la compromission, ils se sont résolus à confier leur destin à leurs bourreaux, en espérant sauver la patrie à défaut de sauver leurs âmes et consciences. Il y a dans leur soutien au clan du DRS comme un aveu d’impuissance à renouer avec la quête de leur destin. Privilégiant la sauvegarde de la seule richesse commune qui leur soit encore possible de préserver : leur patrie. Car le clan rival semble de plus en plus enclin à marchander sa survie en la bradant au plus offrant. Leur soutien au clan qui apparaît comme le moins mauvais dans cette lutte à mort, celui du DRS, ne traduit pas moins la lucidité patriotique de la conscience collective, restée intacte malgré tant de brimades et de privations. Un sursaut d’orgueil qui pourrait faire renaître l’espoir pour peu que les intellectuels et les consciences éclairées reviennent de leur démission.
Y. B.

Comment (54)

    Anonyme
    13 décembre 2015 - 8 h 19 min

    le clan doit savoir que les
    le clan doit savoir que les Algériens qui aiment et défendent leur pays veulent lui éviter une seconde guerre civile qu’il veut faire éclater en cas d’échec de son alternance familiale et dynastique au pouvoir ;
    pour Ces Algériens ni les puissances étrangères ni leurs services spéciaux ne peuvent les empêcher de mettre en œuvre le Solution qui convient à la crise politique que vit leur pays ;
    l’Embargo ,le TPI et autres moyens de pression (BM ,FMI,,,)ne seront d’aucune utilité lorsqu’il s’agit de sauver la pays ,son intégrité territoriale ,son unité ,ses richesses et son peuple jusque là très conscient et résistant à toutes les provocations .




    0



    0
    sofiane
    13 décembre 2015 - 6 h 34 min

    …Le président très affaibli
    …Le président très affaibli par sa maladie ne souhaite qu une chose, se reposer en paix et terminer sa fin de vie tranquillement, mais il en est empéché, il est quelque part de par les pressions, un otage à el mouradia.

    Il faut que dans l ANP, émerge des officiers honnetes qui mettent fin au système qui stagne toute évolution sérieuse dans le pays.




    0



    0
    Anonyme
    13 décembre 2015 - 2 h 41 min

    Certains ne trouvent leurs
    Certains ne trouvent leurs plaisirs qu’en se flagellant;la vraie question c’est choisir entre un régime purement civile et un regime militaire qui se cache derrière des anciens militaires civilisés,l’essentiel est de se débarrasser civilement CAD PACIFIQUEMENT de la structure politique post 1962 ;le légitimité révolutionnaire ne peut plus etre de mise,




    0



    0
    Mohamed l'Algérien
    13 décembre 2015 - 1 h 31 min

    Même l’Amérique, dans des
    Même l’Amérique, dans des situations très difficiles, a fait appel au grand général Ike EISENHOWER, pour la relever et la développer jusqu’à ce qu’elle devienne la première économie du monde.

    Je n’ai pas le choix en cette période douloureuse pour notre pays. En plus le temps ne nous le permet pas. Je pense sincèrement que le choix le moins mauvais, pour notre pays est le général TOUFIK. C’est l’homme de la situation extrêmement difficile et extrêmement dangereuse, que vit l’Algérie, qui est encerclée d’une part, par des pays en guerre, infestés de terroristes criminels et barbares parachutés armés et financés par nos pires ennemis et d’autre part, de pays ennemis comme voisins.

    Le général TOUFIK est reconnu par les grands pays du monde, pour ses compétences en matière de lutte contre le terrorisme et son patriotisme. Le général doit être rappelé pour un seul mandat, pour mettre l’Algérie sur les bons rails, récupérer les 260 milliards de dollars que les Bouteflika ont voulu récemment blanchir aux USA, nettoyer l’état des traîtres et des espions, qui ne sont même pas des Algériens, enlever tous les articles-complots de la constitution laissés illégalement par Bouteflika, juger les corrompus pris la main dans le sac dans toutes les affaires louches et les scandales qui ont terni durablement et douloureusement l’Algérie, permettre aux véritables industriels Algériens de réaliser leurs projets, relancer tous les investissement gelés par les traîtres Bouteflika, créer une industrie de pointe civile et surtout militaire, produire un armement de pointe Algérien, terminer les deux grands barrages verts, pour stopper l’avancée du désert et fertiliser des millions d’ha, qui transformeront l’Algérie en une puissance agricole mondiale, lancer le projet DESERTEC ……
    Le prix du baril restera dramatiquement jusqu’en 2020. L’Algérie ne tiendra pas jusque là.

    Dans cette période très difficile et très dangereuse, pour notre pays, où la mafia des traîtres Bouteflika est en train de vendre le pays à la France, notamment. Il n’y a qu’un seul homme, le général TOUFIK, qui pourra donner de l’espoir au peuple Algérien et relever le pays, comme EISENHOWER a relevé l’Amérique.

    Vive l’Algérie et vive le peuple Algérien.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.