La LADDH dénonce les poursuites contre les militants associatifs

Noureddine Benissad, président de la LADDH. New Press

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH) réclame l’élargissement de Slimane Bouhafs, un converti au christianisme condamné à cinq de prison pour atteinte au Prophète. Dans une déclaration rendue publique aujourd’hui, après avoir pris connaissance du dossier médical du condamné, cette ONG, dirigée par l’avocat et défenseur des droits de l’Homme Noureddine Benissad, interpelle les hautes autorités du pays pour qu’elles prennent en considération «la dégradation de la santé de ce condamné» qui ne doit plus rester en prison. 

La LADDH, qui estime que Slimane Bouhafs n’a fait qu’exprimer publiquement son opinion relative à son appartenance à une autre religion que l’islam, demande la libération de ce condamné. La LADDH a motivé sa demande par le fait que la liberté de culte est garantie par la Constitution algérienne et par les conventions internationales relatives aux droits de l’Homme qui ont été ratifiées par l’Algérie.

Cette ONG a réagi également sur la condamnation d’une autre personne pour «délit d’opinion» dont l’état de santé est également inquiétant. Il s’agit du journaliste Mohamed Talmat, qui est tombé dans le coma depuis plusieurs jours. La LADDH revient dans la même déclaration sur l’emprisonnement, sans jugement, depuis des mois de militants des droits de l’Homme à Ghardaïa. Il s’agit, selon cette ONG, de «militants qui n’ont fait qu’exprimer pacifiquement leur opinion». La LADDH demande à ce que les autorités cessent les poursuites judiciaires lancées contre les militants des droits de l’Homme.

Cette Ligue dénonce, dans ce sillage, les atteintes aux libertés individuelles et collectives qui continuent d’être commises par les agents de l’Etat. Elle appelle à cesser la répression des manifestations pacifiques des associations et des syndicats qui réclament les droits de leurs représentants.

Sonia Baker

Comment (10)

    Mohamed El Maadi
    6 septembre 2016 - 11 h 50 min

    La ligue algerienne qui
    La ligue algerienne qui defend les tangos ne trouve aucune grace a mes yeux.




    0



    0
      Ayen ayen
      6 septembre 2016 - 17 h 04 min

      Heureusement t’es pas le bon
      Heureusement t’es pas le bon Dieu qui fait grâce.

      Ta place est par ailleurs avec Daich et non pas en Algérie où chacun est libre dans ses convictions religieuses.




      0



      0
        Mohamed El Maadi
        7 septembre 2016 - 11 h 03 min

        Tu es hors sujet .J’ ai quand
        Tu es hors sujet .J’ ai quand meme le droit de ne pas porter cette ligue dans mon coeur et leur reprocher de nous emmerder pour des cacahouètes.




        0



        0
    Ayen ayen
    6 septembre 2016 - 10 h 53 min

    Citez-moi juste une seule
    Citez-moi juste une seule religion que l’islam n’a pas critiquée pour que je considère cette religion comme tolérante.
    Sinon le mal est dans la racine et non dans le fruit !




    0



    0
      daoui
      6 septembre 2016 - 11 h 56 min

      Votre acrimonie à l’egard de
      Votre acrimonie à l’egard de l’Islam démontre pour le moins votre manque de recul par rapport à beaucoup d´elements qui semble vous échapper peut-être parce que vous réagissez plus avec vos « tripes » qu’avec votre cerveau, Que faites vous de tous ces croyants qui vivent leur foi en cherchant la paix. Je ne parle pas de ceux qui instrumentalisent la religionà des fins politiques, les exemples ne manquent pas depuis la nuit des temps sous toutes les latitudes. I ne suffit pas de prendre l’épée pour tuer, la langue aussi peut-être eurtrière surtout si elle est éffilée comme le fil du rasoir , aux yeux de Dieu c’est un crime une langue méchante.




      0



      0
    RABEH
    6 septembre 2016 - 10 h 34 min

    CE REGIME CRAPULEUX A MEME
    CE REGIME A MEME PEUR DE LA PETITE MOUCHE … CAR IL SAIT TRES BIEN QU IL EST ILLEGITME …




    0



    0
    chaklalla
    6 septembre 2016 - 8 h 27 min

    Juste une parenthèse
    Juste une parenthèse concernant ce Bouhafs, faire l’apologie de ses convictions ne veut pas dire qu’il faut blesser ou insulter ce qui est considéré comme saint chez les autres. Une peine réduite et une amende conséquente.
    D’autre part le ministère des cultes devrait veiller à la parité et au respect des différents cultes représentés chez nous, pour éviter une mauvaise réputation de notre pays à l’extérieur de celui-ci, le dialogue dans ce domaine n’est pas à négliger, nous vivons dans un monde internet-connecté.




    0



    0
    fakou
    6 septembre 2016 - 8 h 01 min

    c’est une « civilisation »
    c’est une « civilisation » sémitique et cannibale d’intolérance et de racisme inhumain ( dans ses deux versions judeo-arabe ) et qui veut donner des leçons aux autres .. parfois j’ai honte de cette justice algérienne fanatique de rabbins despotique devant les innocents et veule devant ceux qui ont tué en masse les algériens .. juste parce que au nom de la religion des hypocrites et des égorgeurs ….Mais le monde commence à bien comprendre , on ne peut plus rien cacher




    0



    0
    Anonymous
    6 septembre 2016 - 4 h 33 min

    En tant que musulman ,cette
    En tant que musulman ,cette personne qui vit en Algérie à peut être fait une erreur mais je ne pense pas qu’elle a critiqué le prophète volentairement, qu’elle subisse une sanction ok. Le problème c’est la justice qui condamne pour un oui ou pour un non très sévèrement alors que certains ont fait pire et la justice a fermé les yeux.




    0



    0
    momo
    5 septembre 2016 - 20 h 37 min

    QUE DIRE DE PLUS LE PARDON ES
    QUE DIRE DE PLUS LE PARDON ES AUSSI UNE BELLE CHOSE




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.