Le message de Bouteflika aux puissances économiques et aux institutions financières

Le président Bouteflika avec Christine Lagarde, directrice générale du FMI. New Press

Le cabinet de consulting britannique Oxford Business Group (OBG) a accompagné son rapport annuel relatif à 2016 sur l’Algérie par une interview du président Bouteflika qui s’adresse ainsi à travers cette publication aux étrangers, principalement les milieux d’affaires qui ont sans doute besoin de savoir ce qu’il en est réellement dans notre pays. Habituellement, OBG donne ses appréciations propres – sans avoir spécialement recours à des responsables algériens – sur la situation économique de l’Algérie et le contexte qui la détermine.

Au début des années 2000, le rapport était rédigé de façon plutôt tendancieuse, mais depuis quelques années, il a pris un accent complaisant, en évitant de se lancer, comme la Banque mondiale (BM) ou le Fonds monétaire international (FMI), dans la critique des orientations officielles. L’intérêt d’OBG de faire intervenir le chef de l’Etat dans ce rapport est évident, il lui permet de rehausser la qualité et renforcer la crédibilité de son document par des informations et appréciations données directement par le premier responsable du pays.

Pour le président Bouteflika, c’est l’occasion de réaffirmer qu’il est le concepteur de la nouvelle politique mise en œuvre comme riposte à la crise financière créée par la chute des prix du pétrole depuis la mi-2014. Il choisit de le faire dans une publication, celle d’OBG, qui a fait usage de propos très flatteurs à son égard dans son précédent rapport annuel (2015) sur l’Algérie, en le présentant comme celui qui a apporté «une plus grande stabilité et un retour à la normale pour le pays, ce qui a permis une paix sociale et une relance économique pendant tous ses mandats».

Indirectement, le président Bouteflika s’adresse également à l’opinion publique algérienne qui prend connaissance de l’interview par l’APS qui, à défaut de la restituer in extenso, en a diffusé de larges extraits repris par les médias publics, dont la télévision qui a ouvert son journal d’hier soir avec cet événement. Mais le Président adresse son message qui se veut rassurant d’abord aux étrangers : «Le pays est dans une position « sûre » malgré la baisse des prix du pétrole.» Il dresse un bilan positif de ses quatre mandats à la tête du pays. En affirmant sa volonté de «favoriser le monde des affaires», il utilise des termes, en particulier celui d’«affaires» récurrent dans l’interview, qui correspondent aux attentes d’OBG et de ceux auxquels ce type de publications est destiné. «Tout est fait, affirme le président Bouteflika, pour encourager l’investissement et le développement d’affaires, et pour améliorer l’environnement d’affaires.»

Il parle de «climat d’affaires gagnant-gagnant». Il y a ici, certainement, en arrière-fond, un écho à l’obsession de la Banque mondiale pour «l’amélioration du climat des affaires». On sait que les ministres et autres responsables s’efforcent de montrer qu’ils tiennent compte de cette préoccupation en la reprenant dans sa formulation originale en anglais de «Doing Business».

Le président Bouteflika ne manque pas de citer les mesures prises pour booster le climat des affaires en Algérie. En fait, il ne fait aucune révélation, y compris concernant le nouveau modèle de croissance économique, dont l’innovation, qui consiste à se fonder sur des stratégies budgétaires à court et à moyen terme (période 2016-19) pour tenir compte de l’environnement économique actuel, a été déjà évoquée à plusieurs reprises. Il en est de même à propos de l’Etat qui «continue d’offrir un soutien social aux personnes défavorisées», une option déjà confirmée par le Premier ministre Abdelmalek Sellal.

L’interview dans OBG permet d’afficher l’ambition de l’Algérie d’être «un acteur majeur en Afrique, au Moyen-Orient, en Méditerranée et dans le monde». Dans cette énumération, la priorité africaine est mise en évidence. Par cette intervention dans le rapport d’OBG, le président Bouteflika renoue-t-il avec la série des longues interviews qu’il avait accordées au début de son premier mandat à la presse internationale ?

Houari Achouri

Comment (36)

    anonyme
    21 janvier 2017 - 20 h 12 min

    le comble!

    le comble!
    comme le ridicule ne tue pas ,on y va à fond!
    aucune consquence à court terme ;
    mais l’Histoire qu’ on sollicite dans ces moments est intraitable ;
    aprèe moi ,le deluge !oui mais
    elle condamne !!!!!

    issam
    21 janvier 2017 - 13 h 32 min

    Je serais à la place de
    Je serais à la place de boutef,je ferais comme trump j’investirais plus dans le peuple ,j’encouragerais les élites expatriez à revenir s’investir massivement et faire de l’Algérie un pôle de l’excellence et du savoir .

    AMIN
    20 janvier 2017 - 18 h 13 min

    les grands chantiers de
    les grands chantiers de monsieur bouteflika;enrichir ses amis exemple chakikb,ghoul;saidani;haddad et d’autres pour crée une classe de bourgeoisie a l’algérienne;pour exploité une autre partie de la population algérienne; une politique a la marocaine;fermé l’oiel sur l’injustice et la corruption qu’une majorité d’algérien soient contaminé;ou cas ou il aurait un changement impossible de jugé toute la bourgeoisie

    Anonymous
    20 janvier 2017 - 15 h 05 min

    Anonymous,

    Anonymous,
    apprend le français correctement avant de semer ta sale graine sur le site…espèce de bougre.

      Anonymous
      20 janvier 2017 - 17 h 50 min

      anonymous 16h05 ;une chose
      anonymous 16h05 ;une chose est sure tu n’as jamais reçu d’éducation tu es une personne de plusieurs gènes;et fort possible d’ouajda et environs

    Anonymous
    20 janvier 2017 - 14 h 06 min

    Message de bouteflika aux
    Message de bouteflika aux économistes;chers amis ne vous découragez pas l’algérie est un pays riche;et ses habitants obéissent comme des moutons;y’a encore des richesses a pilés venez ne craigniez rien les intégristes sont devenus aussi des pilleurs comme khelil et ghoul; l’argent n’a pas d’odeurs pauvre peuple né pour souffrir

      Nasser
      20 janvier 2017 - 20 h 14 min

      @ Anonymous

      @ Anonymous
      Bonsoir
      ça n’ engage que vous lorsque vous écrivez « pauvre peuple né pour souffrir »vos propos sont plutôt défaitiste et pas rassurants aujourd’hui vous critiquez les orientations du président Bouteflika comme d’ autres en leur temps ont critiqué celles feu Boumedienne et Chadli, certes tout n’ est pas parfait et nous ne vivons pas dans un monde de bisounours? certes il y a eu et il y a des ministres incompétents parce qu’ il y a eu des erreurs de casting ou du copinnage , bien sur il y a de la corruption et de la gadgie …des projets qui s’ avèrent êtes des gouffres financiers, mais vous en conviendrez ce n’ est pas propre à l’ Algérie… l’ état ne peut pas tout…c’ est aussi l’affaire des algériens et algériennes (et beaucoup l’ ont bien compris), alors si vous avez un programme qui tient la route et si pensez faire mieux que ceux et celles qui sont aux manettes de notre pays et bien je vous invite fortement à vous manifester pour servir votre pays ainsi vous pourrez mettre à profit vos idées.
      pour ma part je reste optimiste je me félicite de ses déclarations et il a raison d’ être rassurant sinon ça ferait fuir de futurs investisseurs, et je vous rappellerai que les erreurs d’ hier sont devenus ou deviendront des succès(par exemple des procès que Sonatrach avait perdu et bien aujourd’hui elle les gagne parce cette fois ci elle a bien ficelé le volet juridique « des compétences algeriennes » des contrats passés avec des partenaires étrangers

      bon weekend

    Anonymaoui
    20 janvier 2017 - 8 h 12 min

    C’est trop compliqué comme
    C’est trop compliqué comme moyen de communication avec son peuple. Un simple discours même enregistré aurait suffi. Si au moins ce cabinet à fait accompagner son rapport d’une vidéo de cette interview. Autrement personne n’est assez crétine pour croire à ce rapport sur commande.

    dounia
    20 janvier 2017 - 7 h 17 min

    C’est bien ceux qui lui
    C’est bien ceux qui lui crache au visage, ceux a qui, il a permis de s’enrichir. Ns payons notre survie à travers la cherté, les gens compétents sont écartés, délestés de tt, nos élités ne sont pas respectés, on les invite indirectement de se casser, ceux qui sont morts motus. On ns parle de nationalisme alos que c’est faux. En ce qui concerne ces patenaires imposez des lois, comptent-ils pesister à sou-estimé nos compétences, comptent-ils considéré les algeriens comme des mains-d’oeuvre, comment peut-on parlé de patenaires lorsqu’ils ns imposent le visa, combien gagnent-ils à travers ce trajet, losqu’ils parlent de droits alors qu’ils m’interdisent de voyager subtillement avec un change paraléle scaandaleux. Ou est notre poisson, sommes-ns protégés, rien de tt cela, maintenant que j’ai pris de l’âge, I don’t care, mon erreur a été que je sois honnête. Christian lagarde je ne peux pas la voir en couleur. En ce qui concerne la culture, changez ce monde, il représente très mal notre pays, ceux qui peuvent donner sont attaqués de partout, néanmoins je n’en veux pas à Bouteflika je sais que c’est un grand monsieur mal entouré, mal orienté, un protocol down. Mais monsiieur le président des algeriens, comme je ne considére pas que vs êtes le mien depuis longtemps, vu que je n’ai aucun atome crochu avec ceux qui détiennent la folie des grandeus, vs tenez plus à ceux qui ont su tt prendre, ah que la decennie noire les a enrichie pa la diablesse d’un plan puissant pr ocuupe leus peuples dit: developpé et leu trouve un boulot chez ns pr taire leur cuiosité, ils, ont su, oui ts sur le dos des morts, faîtes la distingtion entre un bouchon de carafe d’un vrai diamon. Ce qui est cetain mon enfant quittera note pays, ca je ne laisserai jamais entre les mains qui ne connaissent pas sa compétence. Cetains disent, on est nombeux su tee, il faut diminue la population que dalle, qui aurait cru que finallement il ne faut ête honnete à commence pa les pays des droits de l’homme. Les prix nobel d’ailleurs nobel c’est qui, celui, qui a inventé la poudre, c’est fou, fou.. Ce qui compte pou moi que l’Algerie soit forte en s’imposant par son intelligence et son peuple combien désorientés. PS: abroger une loi pour respecter les handicapés qu’on ne les blesse pas c’est tès important. Merci.

    5colonne
    20 janvier 2017 - 7 h 04 min

    Arreter se cauchemar s’ils
    Arreter se cauchemar s’ils vous plait, depuis lomgtemps Mr bouteflika ne dirige plus , arreté cette mascarade . Vous allez le regretter et le payé tres chere personne au monde na reussis sur ce chemin stopé stopé vous allez mettre le pays en piece ont est tres eveillé ont vous se qui se passe

      Anonymous
      20 janvier 2017 - 10 h 00 min

      Pitié le harki arrête d
      Pitié le harki arrête d’écrire en français si tu ne maîtrise pas la langue de Voltaire quel minable que tu fais à critiquer le président tu es une véritable pourriture un déchet humain pour critiquer un président souverain va critiquer ton père qui t’a donné une éducation de chien espèce d’inculte mal éduqué clochard mendiant

        Anonymous
        20 janvier 2017 - 11 h 15 min

        [email protected] 00;le harki est
        [email protected] 00;le harki est bien toi;tu es né juste lècher et ciré les babouches de tes maitres venant du maroc;demande a ta mère d’ou l’origine de ton père

          Anonymous
          20 janvier 2017 - 12 h 32 min

          Bela foumek ya kelb anti
          Bela foumek ya kelb anti boutef.
          je suis algérien de souche et je vis mieux que vous parce que je respecte mon Président il n’y a pas d’orgueil dans mon cœur contrairement à vous bande de chiens hypocrite jaloux vous êtes des traîtres de notre cher pays l’Algérie.
          je pense que ta mère doit avoir des origines marocaine moi je suis 100 % algérien de l’Ouest 100 % arabes pas de Meylan chez nous sang pour sang arabe je répète pas de sens de traîtres comme vous autres qui passez votre temps à critiquer notre gouvernement et notre pays allez va voir si tu as de l’eau dans le robinet histoire que tu prenne une douche parce que d’ici j’arrive à sentir votre odeur nauséabonde une fois par semaine le hammam ce n’est pas suffisant nous sommes en 2017 c’est une le matin une le soir je parle des douches allez bon après-midi bande de crasseux jaloux.
          vous êtes des harkis votre mère a du son de harkis et votre père est un résiduel de PQ.
          l’Algérie appartient à des hommes comme nous et non pas aux traîtres qui cherchent à la vendre vive l’Algérie à bas les traîtres de votre genre

          Alilapointe59
          20 janvier 2017 - 18 h 03 min

          Continue patriote, surtout ne
          Continue patriote, surtout ne lache rien.

        Alilapointe59
        20 janvier 2017 - 12 h 02 min

        Ne perd pas ton temps avec c
        Ne perd pas ton temps avec c harkis Anonymous… Ils sont des centaines à venir critiquer l’Algérie, ils ne vivent que pour essayer de nous diviser et rendre l’Algérie à leurs mère la France. Boutlefika n’a plus rien à prouver, le pays avance malgré la crise, donc il n’a pas besoin de ce justifier. Il est malade, oui, mais ça ne change rien à çapolitique. Donner moi un pays au monde qui investit autant que l’Algérie, bonne de laches. Les chiens aboient et l’Algérie passe.

          Anonymous
          20 janvier 2017 - 13 h 28 min

          aliladinde59 13h02;toi le
          aliladinde59 13h02;toi le fils de harki tu sali la mémoire d’un grand homme moudjahid ALI-LAPOINTE.toi le cireur de babouche du clan d’ouajda;toi le lècheur des mains des marocains;tu devrais rester dans l’anonymat car tes maitres n’auront pas pour longtemps la relève et pour bientot;et tu sera expulser au maroc chez tes siens

          Alilapointe59
          20 janvier 2017 - 17 h 58 min

          Mdr… On est tous des
          Mdr… On est tous des marocains pour toi, espèce de malade. Va te soigné, et surtout va apprendre l’histoire de l’Algérie que ci Ali la pointe serait vivant, il exterminerait les gens comme toi qui à longueur de journée insulte des vrais algeriens patriotes, qui pour 1 euro vend sont pays, et essaie de le déstabiliser. Continue tu me fais rire, idiot. Moi marocain, clan d’oujda, hahahaha. Vive boutlefika, vive l’état.

          Anonymous
          21 janvier 2017 - 17 h 19 min

          C’est justement là ou tu te
          C’est justement là ou tu te trompes. Ali Lapointe ou Ben Mhidi t’extermineront toi et le Clan qui te finance pour venir sur les forums, le Clan qui a vendu à la France le pays qu’ils ont libéré.

      anonyme
      21 janvier 2017 - 19 h 54 min

      y a t il pire trahison que
      y a t il pire trahison que celle ci ?
      Ils trouvent de bonnes raisons d’avoir opter justement pour leur choix ;
      les prédateurs renforcent leurs rangs et s’unissent pour mieux se defendre contre les djiyahes ;
      les autres « hors la loi » qui piétinent les lois s’enrichissent au vu et au su de ceux , rendus impuissants qui sont en charge de faire appliquer la loi ;
      les chouhadas se retournent dans leurs tombes dans l’indifférence générale ;
      la propagande ,la desinformation et la manipulation ont eu raison du patriotisme des plus endurcis avec le soutien interessé et onéreux des » puissances » qui se sont devenues censeurs distribuant ici et là des notes de  » bonne gouvernance  » ;
      KAMA TOUDINE TOUDANE
      dans ce genre de situation le réveil surprend sans aucun doute et même si on croit n’avoir rien à perdre on continue à se tromper ;
      y a t il encore une chance ?

    Anonymous
    20 janvier 2017 - 5 h 06 min

    LE PAYS DES MIRACLES CE N’EST
    LE PAYS DES MIRACLES CE N’EST PLUS LA VILLE DE LOURDES C’EST BIEN L’ALGERIE INVENTION DES UNES CAMELEON DES URNES QUI TRANSFORME LES BULLETINS PAR APPORT AUX VOEUX DE LA MAJORITE OU POUVOIR.UNIQUE OU MONDE MODERNE

    pro gouvernement
    19 janvier 2017 - 23 h 40 min

    Respecter notre président
    Respecter notre président monsieur Abdelaziz Bouteflika qui est venu en 99 il marche et il était en bonne santé l’Algérie lui a pris sa santé et aujourd’hui une bonne partie des Algériens lui crache dessus comme s’il était mieux que lui ou alors avez-vous oublié le confort que vous avez grâce à notre président si aujourd’hui vous utilisez internet et un PC ça veut dire que l’Algérie a évolué c’est quand même grâce au président que aujourd’hui vous avez un ordinateur une ligne ADSL Internet et j’en passe et aujourd’hui il est malade au lieu de le soutenir vous cracher votre venin sur lui c’est grâce au grand président Abdelaziz Bouteflika que l’Algérie a été remis sur la scène internationale il a payé toutes les dettes l’Algérie a fait un développement depuis son arrivée incroyable vous êtes que des ingrats vous ne méritez pas un présent quand Bouteflika.
    arrêter de cracher dans la soupe je vous assure que vous allez vraiment le regretter si l’État islamique pose un pied en Algérie vous allez voir si Internet boire des cafés fumer des cigarettes critiquer le gouvernement sera possible on verra avec les terroristes de l’État islamique comment vous allez souffrir rappelez-vous ce que vous avez souffert avec le terrorisme du GIA et du FIS c’est grâce au généraux que l’Algérie n’a pas sombrer dans le terrorisme et aujourd’hui c’est grâce au président Bouteflika que l’Algérie est respecté dans le monde vous êtes vraiment minable je m’adresse aux Algériens mécontents (…)

      Alilapointe59
      20 janvier 2017 - 12 h 13 min

      Ils ont oublié beaucoup de
      Ils ont oublié beaucoup de choses, et malgré la crise le gouvernement continue à les aider. Mais non ça ne va pas ils veulent l’argent du pétrole et gaz. Ne veulent pas travailler, il y a plus de 800 000 postes dans l’agriculture, plus 300 000 dans l’industrie. Non ils en veulent à boutlefika parceque c’est fini le pistons, le gars ne c pas lire il travaille en mairie, le gars n’a aucun diplôme, il était ingénieur. C’est fini travailler ou comme l’a dit boutlefika, je ramènerai les étrangers pour avancer notre pays, il ne c pas lire il n’a pas de diplôme il etait professeur. Voilà pourquoi nous avançons pas parceque c gens la travaillent encore et sont incompétents et ne font pas leurs boulots et quand tu cries au scandale ils veulent nous faire croire que c de la faute a l’état. L’état n’est pas au courant des maires et députés que nous votons. Ci vous voulez un état de droit commencer par changer vos habitudes de fitnas, corrompre les institutions, même les maçons ils les corrompent pour qui lache le chantier sur lequel il travaille pour travailler chez le plus offrant. Le plus grand corrompu est le peuples déjà.

        Anonymous
        20 janvier 2017 - 13 h 30 min

        Aliladinde dégage sale fils
        Aliladinde dégage sale fils de harki;collabo et traitre;ton pays c’est le maroc

      Anonymous
      20 janvier 2017 - 16 h 04 min

      Les Algeriens respectés a l
      Les Algeriens respectés a l’etranger ! arrete tu me fais rire on rase les murs partout !

      5colonne
      20 janvier 2017 - 21 h 12 min

      L’ALGERIEN etait respecté
      L’ALGERIEN etait respecté quand y avait HOUARI BOUMEDIENNE alla lrramou c’est tout , arreter de vous mentir les algeriens sont abandonné a leur sort se defende tout seul , sorter un peu de chez vous voir la realité

    amel
    19 janvier 2017 - 22 h 24 min

    la malade: je suis malade
    la malade: je suis malade docteur
    le médecin: qu’éce qui vous fait mal
    la malade: pfff tout quoi
    le médecin: alors dites-moi au moins de quoi vous êtes malade,m adame
    la malade: du 4ème mandat
    Le médecin: ce qu’il vous faut c’est un psychiaatre madame ou au moins un taleb qui vous fera oublier le rêve des chouhada. le médecin se tournant vers son infirmière: je ne comprend pas ces gens là. pourtant les soixandeusart ( les gens rentrés en algérie à la fin de la guerre) leur ont raconté l’histoire le l’oeuf en détail.
    l’infirmière: l’histoire de l’oeuf? je connas pas.
    le médecin: ah non? tu ne connais pas amachaho, il était une fois quelqu’un qui a trouvé un poussin, l’a élevé. le poussin devint poule et lui donna un oeuf. un voleur lui piqua l’oeuf. alors qu’il s’apprétait à le vendre le vendeur de tthé´le subtilisa et le cacha dans l’eau bouillante. le serveur trouva l’oeuf dans la theère et le goba d’un trait. le vendeur de thé demanda au serveur: où est mon oeuf? ton oeuf est dans la louche, le feu a bouffé la louche, l’eau a étteint le feu, le boeuf a bu l’eau et il s’est enfui en entendant le coucou. zalaghmani ktkit. hada sbabou 7abba bit.
    et vaccinés plusieurs fois en rappel, remarqua l’nfirmière
    L’idéalisme est une malade incurable, rappela le médecin.

    Moussa
    19 janvier 2017 - 22 h 17 min

    La photo les photos de
    La photo les photos de Bouteflika dans les journaux, ses portraits dans les bureaux et édifices publics me font rire et tombent dans le ridicule. Ce Monsieur n’a pas vieilli on dirait. Cela me rappelle l’Union soviétique de Brejnev ou la Corée du Sud. El kechfa. Mais le ridicule ne tue pas hélas. Il veut peut-être que le peuple se prosterne devant lui. Allahou akbar

    amel
    19 janvier 2017 - 21 h 52 min

    oui, il a évité à l’algérie
    oui, il a évité à l’algérie le pire.
    Notre pays, comme dit slmane azem allah yarahmou dans sa chanson: aziniyi 3 yo9jane ( 3 chiens se sont ligués contre moi) le maroc, israel sous la bénédiction de notre fafa qui nous porte dans son coeur comme le ferait une marâtre.

    yugarithen
    19 janvier 2017 - 21 h 50 min

    c’est comme il a réellement
    c’est comme il a réellement accordé une interview, je parie qu on a payé ce journal pour acheter une interview et gagner encore du temps.garder le pouvoir à tout prix, quitte à sacrifier un pays et un peuple pour satisfaire la soif du pouvoir.on ne sait quoi dire devant cette folie .pharaon n’a pas fait ça.

    amel
    19 janvier 2017 - 21 h 35 min

    Il faut dire ce qu’il en est:
    Il faut dire ce qu’il en est: le président abdelaziz a évité le pire pour l’algérie, vu que notre pays était cité avant même celui de l’irak et de l’afganistan aux lendemains du 11 septembre.
    Par ses pirouettes il a évité au pays d’être bombardé soyez-en sûrs et certains. a3ni ay azalik ay assa? Même si j’ai critiqué le 4ème mandat – j’en ai même été littéralement malade – je n’oublierais jamais que si c’était quelqu’un d’autre qui était à sa place à l’époque, nous aurions eu de gros ennuis. Dieu sait qu’èce qu’il a promis et avec qui il a dû coucher, l’essentiel, n’oublons jamais qu’il a 100% évité au pays un sort afgan ou irakien.

      Illetre
      20 janvier 2017 - 10 h 02 min

      Bonjour, a ceux qui ne voient
      Bonjour, a ceux qui ne voient que du Noir. J’aimerais bien voir ces Longues Langues de Bois,nous faire une petite analyse financiere sur : combien coute le soutien des prix, les logements ADL, LPP, Sociaux et autres a l’Etat. Je ne sais pas si tout cela se trouve dans d’autres pays meme les plus riches comme les petromonarchies. Personne ne travaille ( le rendement de l’Algerien et le plus bas dans le Monde) et comme un Ingrat l’Algerien demande un profit qu’il n’a pas produit. A7ashmou shwiya. Quand aux voleurs on les trouve dans tous les pays du Monde. Ne justifions pas cela pour INSULTER L’ALGERIE.

    Anonymous
    19 janvier 2017 - 18 h 42 min

    Que se passe t il? La
    Que se passe t il? La tirelire est vide? La Fontaine de Jouvence est tarie? Ou sont les derniers 100 milliards afin qu’ on puisse subsister jusqu’ a ????? Ou est le Plan de développement? Discours du niveau de l ‘horoscope, qui veut tout dire et rien dire du tout. Que de l’ improvisation. « Acteur majeur en Afrique, je veux bien mais notre économie est la dernière ». Toujours les mêmes refrains et, il ose encore dire que nous dépendons du pétrole. «Le pays est dans une position « sûre » malgré la baisse des prix du pétrole.». En plus, « Il dresse un bilan positif de ses quatre mandats à la tête du pays. ».Donc tout va très bien Madame La Marquise.
    Je laisse ma plume aux économistes de peur de me tromper.

    Anonymous
    19 janvier 2017 - 17 h 58 min

    la seule ambition c’est l’eau
    la seule ambition c’est l’eau et l’agriculture……Oxford baiseness group….

    lhadi
    19 janvier 2017 - 16 h 45 min

    Les racines du mal prennent
    Les racines du mal prennent source dans cette mauvaise gouvernance qui, à travers ses actions, atteste que le Président de la république et ses griots pissent sur le peuple tout en lui faisant croire que c’est de la pluie. Le vrai problème ? Il est d’ordre politique : facteur de cicatrices, de fractures, des inégalités, d’exclusions. Qui pourrait croire que la politique actuelle aura une incidence positive sur les grands problèmes nationaux dans la vie politique, économique, sociale et morale du pays si le premier magistrat du pays incarne l’Etat à lui tout seul ? Rien n’est possible avec un Président de la république érigé monarque dans un système patriarcal qui adhère à la formule bien connue : « L’Etat ! c’est moi » de Louis XIV. Les gesticulations démagogiques avec son cortège de mensonges ne peuvent masquer l’aiguisement de la crise politique, économique, sociale, culturelle et morale que connait notre pays. Ainsi, l’aggravation dangereuse de la politique autoritaire et antisociale du pouvoir, la montée du mécontentement populaire imposent la nécessité d’une conscience nationale : condition sine qua non pour allier la conscience révolutionnaire à l’efficacité des sociétés modernes. Il importe donc de mettre à nu cette gouvernance insane ferrée dans ses certitudes et bercée par le ronronnement de la bonne fée de la rente des hydrocarbures (noirs et bleus) qui lui a permis de privilégier le talon épargne que la valeur travail, de sacrifier le point de croissance pour ne pas énerver la société. Il faut le dire ! le Président de la république et ses récipiendaires de l’absurde ont été pris à contre-pied par la crise actuelle qui frappe le pays. Ils ont navigué à vue dans une passe pleine de remous et de périls : le vaisseau Algérie n’a pas sombré ; mais il n’a pas non plus été préparé à affronter les difficultés de notre siècle. Appelons un chat un chat ! Auto-satisfaits par le travail de Sysiphe, c’est-à-dire le bricolage permanent, !Ils ont omis de prévoir l’orage par beau temps. Pour masquer leurs erreurs, leurs errements et leur panne des idées, ils s’emploient à nous faire croire que c’est les puces des chiens qui font miauler les chats ; c’est-à-dire la faute des autres. Les locataires actuels et les caciques devraient, pour plus de crédibilité faire leur mea-culpa. La vérité, celle qui ne ment jamais à la vérité, c’est-à-dire celle des faits, atteste qu’au jour d’aujourd’hui, la maison Algérie souffre de la mal gouvernance. Elle brule et le premier des magistrats ainsi que ses hommes liges regardent ailleurs. Il est temps qu’ils dessillent les yeux sur les signaux d’alerte qui s’allument : qu’ils soient politiques, économiques, sociaux et moraux. Je persiste à dire qu’il peut y avoir de développement économique, social, culturel et moral sans développement politique. Pourquoi ? Parce que le Président de la république dicte une politique indifférente aux préoccupations. de la nation Algérienne, pratique le pouvoir personnel, trahit l’esprit de la constitution, marginalise le gouvernement et le Parlement par l’infaillibilité du chef qui veut concentrer sur lui l’intérêt, la curiosité, les passions de la nation pour dépolitiser ses erreurs et ses errements. En agissant de la sorte, il ne personnifie pas la république dans ce qu’il y a de plus fort, plus élevé et de plus exigeant, lui qui sait ce que la crise des années quatre vingt a couté en terme de souffrances et d’humiliations. La haute idée que je me fais du rôle dévolu au Président de la république et de la responsabilité qui lui incombe, je ne la trouve pas à travers sa politique, sa gouvernance. Le Président de la république ne comprend pas que sa légitimité, à moins de se tromper de fonction, dépend, d’une part, de sa capacité à dépasser les clivages, à incarner l’Algérie dans toute sa diversité et à rassembler le peuple Algérien dans son entier. et d’autre part, s’identifier à l’autorité souveraine que la constitution lui octroie et dont il doit toujours être prompt et attentif à affirmer la prééminence qui s’y attache. Pour accompagner l’entrée de l’Algérie, forte et unie dans le troisième millénaire qui s’annonce porteur de bouleversements gigantesques, probablement source d’autant de progrès et d’innovations que de drames, de crises, de conflits et d’instabilité, le Président de la république se doit de doter le pays d’une équipe dirigeante de compétences sans faille, forte, cohérente, loyale, déterminée et d’un chef de gouvernement dénué de tout souci de complaisance, de stature intellectuelle, de rigueur morale et dont la force de ses convictions sont exprimées avec un talent oratoire exceptionnel . Il n’est d’autres solutions pour le développement d’un Etat fort, d’une république solide, d’une Algérie moderne, apaisée que d’oeuvrer pour une nouvelle gouvernance affranchie de l’alpha et l’omega de la médiocrité, de tout dogme idéologique et résolue à saisir, sans idée préconçue, les formidables opportunités que lui offre, dans tous les domaines, un monde qui n’a jamais paru aussi ouvert, aussi prometteur, même s’il n’a rien perdu en lui même de sa complexité. Fraternellement lhadi ([email protected])

      Anonymous
      19 janvier 2017 - 20 h 20 min

      un monde aussi ouvert,aussi
      un monde aussi ouvert,aussi prometteur…? je ne sais pas ce que tu prends …mais j’en veux….la seule chose importante dans ce nouveau millennaire c’est une bonne agriculture et une bonne armée…le reste c’est du superflu.

      Anonymous
      20 janvier 2017 - 16 h 23 min

      Une analyse clairevoyante de
      Une analyse clairevoyante de la situation ,Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.