Importation : la liste des produits fixée la semaine prochaine

Abdelmadjid Tebboune. New Press

La liste et les quotas des produits soumis au régime des licences d’importation seront définis lundi prochain, a indiqué mardi à Alger le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville et ministre du Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune.

«La liste des produits concernés par les licences d’importation et leurs quotas seront définis le 13 février en cours lors d’une réunion interministérielle (commerce, finances, industrie et agriculture) présidée par le Premier ministre», a précisé M. Tebboune à la presse en marge d’une rencontre avec les cadres du secteur du commerce. «C’est cette réunion qui va définir les quotas et les nouveaux produits concernés» par le dispositif des licences, a-t-il fait savoir.

Pour rappel, jusqu’à présent, ce sont les véhicules, le ciment et le rond à béton qui sont soumis, depuis janvier 2016, au régime des licences d’importation, auxquels se sont ajoutés récemment les agrumes dont les domiciliations bancaires pour importations ont été gelées. Interrogé par l’APS sur une éventuelle révision du quota d’importation de véhicules, M. Tebboune a répondu : «Je ne peux rien vous dire. Le quota sera arrêté par le Premier ministre. A l’intérieur du quota, il y aura des licences proportionnelles aux capacités d’importation des uns et des autres et à la qualité de l’importation.» En 2016, le contingent quantitatif d’importation de véhicules a été fixé finalement à 98.374 unités.

S’agissant du gel récent des domiciliations d’importation de véhicules par les entreprises pour propre compte, M. Tebboune a indiqué que ce type d’importation sera, désormais, comptabilisé dans le quota d’importation des véhicules qui sera arrêté par le Premier ministre. En 2016, il a été attribué 225 licences d’importations de véhicules, de ciment et de rond à béton par la commission interministérielle chargée de délivrance de ces documents.

Augmentation des prix des produits subventionnés : la mise en garde de Tebboune

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, ministre du Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune, a mis en garde, ce mardi à Alger, contre l’augmentation des prix des produits subventionnés, avertissant que les spéculateurs seront frappés de sanctions maximales.

Tebboune, qui présidait une rencontre avec les cadres du ministère du Commerce, la première depuis sa désignation à la tête du secteur, en janvier écoulé, a affirmé que les infractions liées au non-respect des prix des produits subventionnés et codifiés par l’Etat relevaient d’un détournement de deniers publics et d’un détournement illicite de ses aides. Il a souligné l’impératif de protéger les citoyens contre le monopole exercé par certains commerçants sur les marchandises pour favoriser la spéculation et la pénurie qui se trouvent à l’origine de la flambée des prix touchant même ceux des produits subventionnés par l’Etat. «Ils subiront des sanctions maximales, nous ne tolérerons aucune atteinte à l’économie nationale ni à l’intérêt du citoyen», a martelé le ministre.

Il a cité à titre d’exemple le prix du ciment qui a connu une hausse vertigineuse du fait d’une panne technique d’une unité dont la production ne dépasse pas les 750 000 tonnes/an. «Notre production nationale s’élève à quelque 19 millions de tonnes par an, il n’est pas pensable que l’arrêt d’une unité puisse impacter la production sur le marché national», a fait remarquer Tebboune pour qui il est également inacceptable que les prix grimpent à des niveaux aussi élevés.

Evoquant le dossier d’importation, le ministre du Commerce par intérim a fait savoir que le gouvernement cherchait les meilleurs moyens de protéger l’économie nationale et préserver les ressources extérieures du pays. Il n’est pas question d’austérité, mais de rationalisation des dépenses, a-t-il dit. 

R. E. 

Comment (11)

    Anonymous
    9 février 2017 - 1 h 38 min

    N’importez pas de la

    N’importez pas de la Mayonnaise, du pain , de la pizza, des oignons, wallah 3ib 3likoum. Vous jetez l’Argent par la fenêtre.




    0



    0
    Anonymous
    9 février 2017 - 1 h 34 min

    On ne veut plus de votre KIWI

    On ne veut plus de votre KIWI ni de PAPAYA, et surtout pas de BANANES VERTES. Nous appartenons à la méditerranée.
    Notre organisme a besoin d’un régime compatible avec notre climat




    0



    0
    Anonymous
    9 février 2017 - 1 h 29 min

    Chaque Chakariste-bandit aura

    Chaque Chakariste-bandit aura son quota

    Ils se partagent l’Algérie comme on partage une tarte pâtissière . Par QUOTA
    Chacun pisse sur son territoire pour le marquer




    0



    0
    anonyme
    8 février 2017 - 15 h 24 min

    Les quotas reversés aux
    Les quotas reversés aux escrocs protégés et leurs protecteurs voyous en cols blancs comme d’hab.




    0



    0
    kahina
    8 février 2017 - 13 h 40 min

    Il faut aussi renforcer le

    Il faut aussi renforcer le contrôle de ces produits importés. Pas de racaille SVP, même en petite quantité c’est inacceptables. Les Algériens ont eu assez de déchets. Qu’on arrête ce laisser-aller.




    0



    0
    Rascasse
    8 février 2017 - 10 h 16 min

    L’une des solutions à
    L’une des solutions à préconiser est de sanctionner le citoyen qui achète sur les trottoirs en dehors des circuits formels, j’ai vu de mes propres yeux des commis de l’état acheter des cailles sur la routes et d’autres des fruits et légumes , faut sanctionner les citoyens qui achètent la contrefaçon afin de ne pas encourager les voyous importatateurs , en plus des mesures en amont il faut aussi en aval, il faut aussi apprendre dès le jeune âge ( école) nos enfants à consommer local et sainement au lieu de les bourrés au foot et au mystique,




    0



    0
    La Cigale
    7 février 2017 - 21 h 14 min

    Continuer comme ça pour
    Continuer comme ça pour sauver la maison Algérie et son peuple.
    Nous devons prendre des décisions des réformes non appréciables aujourd’hui mais qui permettront de sauver l’Algérie de demain pour nos enfants.
    L’heure n’est pas à la chasse aux sorcières l’heure est à la solidarités nationale.
    Les fautifs les coupables les responsables de l’impasse ou nous sommes aujourd’hui tous le monde est au courant qui ils sont je ne vais pas le répéter encore une fois ce que vous savez tous déjà.
    Ça ne réglera pas le problème plus vite où tout de suite.




    0



    0
    Mouloud
    7 février 2017 - 20 h 07 min

    Quelle manque de vision, de
    Quelle manque de vision, de stratégie! C’est une gestion digne d’un épicier. Comment peut on gérer un pays comme l’Algérie avec des décisions de la sorte. La fiscalité est un moyen de booster les investissements et de limiter les importations MAIS le gouvernement est dans l’incapacité de mettre en place les bons leviers pour réguler le marché de façon intelligente. Quelle honte pour notre pays d’avoir ce manque de vision et d’ambition économique et politique. Je suis triste et cela me déprime.




    0



    0
    anonyme
    7 février 2017 - 18 h 35 min

    Vous avez quoi pour agir vite
    Vous avez quoi pour agir vite.
    Vous attendez que le pays soit entièrement à genou pour faire quelque chose conte ces voyous..




    0



    0
    anonyme
    7 février 2017 - 18 h 26 min

    Depuis des années, on dit
    Depuis des années, on dit toujours le mois prochain, la semaine prochaine………ect…..
    Il ne savent pas ……………..




    0



    0
    Salim Khoubzi
    7 février 2017 - 18 h 24 min

    De Mercure à Tebboune !!!

    De Mercure à Tebboune !!!

    On se croirait revenu au temps de Rome et sa mythologie, où l’on célébrait Mercure, dieu du commerce. Assimilé à l’Hermès grec, inventeur des poids et des mesures, gardien des routes et des carrefours, de la grande mosquée. et de l’AADL, les LSP, les LPP et toutes les saloperies siglées !!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.