Deux ans de silence face au génocide du peuple yéménite (I)

Par Houria Aït Kaci – Les crimes de guerre commis depuis deux ans contre le Yémen par la coalition arabo-occidentale menée par l’Arabie Saoudite sous couvert de l’islam passent mal auprès de l’opinion publique de cette région du monde transformée en un brasier par les planificateurs du chaos du Grand Moyen-Orient. Ils passent d’autant plus mal qu’ils sont le fait de riches monarchies appuyées par les USA, la Grande-Bretagne et la France, contre le pays le plus pauvre et la seule République dans la région qui veut garder son indépendance. Depuis le 26 mars 2015, des bombardements incessants ciblent les civils yéménites soumis à un blocus total et à la famine entraînant des milliers de victimes. Des bombes interdites sont larguées sur les enfants yéménites. La quasi-totalité des capitales arabes et leurs médias dominants observent un silence complice sur ce génocide.

Cette guerre injuste passe d’autant plus mal que les peuples, eux-mêmes opprimés, se sentent trahis par leurs gouvernants, ceux qui prônent «l’unité arabe», «l’unité de la nation islamique» et qui sont les premiers à agresser un peuple arabe et musulman. Quelle hypocrisie ! Durant toutes ces années, les peuples ont été abreuvés de tels slogans creux servis par leurs dirigeants, contredisant leurs actions. Cette guerre a été déclenchée par le roi d’Arabie Saoudite, «gardien des Lieux-Saints», qui prétend au leadership du monde musulman !

Les peuples trahis

Contrairement à leur opinion hostile à cette guerre injuste, les médias dominants arabes et occidentaux font un traitement biaisé de ce conflit, auquel ils accordent, d’une part, peu de place, et d’autre part, ils le réduisent à un conflit confessionnel sunnites-chiites, en présentant l’agresseur (Arabie Saoudite) comme étant la victime d’un complot chiite.

On peut expliquer que ce plan médiatique soit relayé par les médias dominants des pays membres et alliés de cette coalition par soutien à la politique extérieure de leur pays et de leurs intérêts économiques et géopolitiques. Mais cela n’explique pas le suivi de cette ligne éditoriale par la presse des pays non membres ou même opposés à cette coalition anti-yéménite, comme l’Algérie. Cela relève t-il de la domination informationnelle par la presse mainstream (dominante) ? Pourtant, diverses sources d’information et d’analystes existent sur le net pour échapper un tant soit peu à cette emprise, à commencer par la presse et les sites d’information yéménites qui, malgré la guerre, continuent à faire courageusement leur travail.

Aujourd’hui, les conséquences de cette guerre qui entame sa troisième année au Yémen, avec des bombardements sans répit, l’usage d’armes prohibées, des raids contre les civils et les infrastructures civiles du pays, un blocus total (terrestre, maritime et aérien), se traduisent non seulement par un grand nombre de victimes, avec plus de 11 000 morts (dont plus de 1 546 enfants, selon l’Unicef), 42 500 blessés, mais aussi 7 millions de personnes déplacées.

17 millions de Yéménites risquent de mourir de faim

Mais la famine tue encore plus que les bombes. Elle menace 17 millions de personnes, selon la FAO, soit près de 70% de la population. Les deux gouvernorats de Taez et d’Al-Hodeïda sont les plus touchés et risquent de «sombrer dans la famine» si aucune aide humanitaire n’est apportée dans ces régions où se déroulent d’intenses combats, précise la FAO. «Nous faisons face aux taux les plus élevés de malnutrition aigüe jamais enregistrés dans l’histoire du Yémen. Parmi les 2,2 millions d’enfants souffrant de malnutrition aigüe, 462 000 souffrent de malnutrition grave et aigüe. Concrètement, cela signifie qu’un enfant souffrant de malnutrition grave et aigüe a dix fois plus de chances de mourir si non traité à temps, qu’un enfant en bonne santé du même âge», a déclaré le docteur Meritxell Relaño, représentante de l’Unicef au Yémen, qui a lancé une alerte face à la catastrophe humanitaire au Yémen.

L’insécurité créée par les attaques de la coalition arabe qui cible les moyens de subsistance des Yéménites (fermes, barques de pêche, barrages, bétail) et les combats le long de la côte ouest ont endommagé Al-Hodeida, le plus grand port yéménite. «Les violences ont notamment perturbé les importations, qui représentent 90% des principales denrées du pays. Les restrictions d’accès et les pertes de bateaux, filets et autres équipements ont mis un terme à la pêche, l’une des plus importantes sources de nourriture et de revenus», indique un rapport de l’ONU. Pas moins de 2 millions de ménages yéménites qui travaillent dans l’agriculture sont privés de semences, d’engrais et de carburant pour leurs systèmes d’irrigation.

Les enfants yéménites, qui seront affectés toute leur vie par les séquelles de la malnutrition, même s’ils arrivent à survivre à ce désastre, conserveront à jamais dans leur mémoire les images de ces bombardiers qui pilonnent sans cesse leurs maisons, leurs écoles, leurs stades, leurs marchés, leurs mosquées, hôpitaux, leurs salles de cérémonies, leurs usines, leurs fermes, leurs barques de pêche ! Tout ce qui vit et donne naissance à la vie est ciblé. Même les monuments historiques et archéologies ne sont pas épargnés, dans une tentative d’effacer l’histoire millénaire de l’une des plus anciennes civilisations.

Des armes prohibées utilisées par la coalition au mépris des conventions internationales ont entraîné des malformations chez des nouveau-nés, comme cela a été signalé à l’hôpital As-Sab’ine, dans la capitale Sanaa. Selon la chaîne Al-Massirah, qui rapporte cette information le 22 mars, «plus de 5 nouveau-nés atteints de malformations proviennent comme par hasard de la région côtière ouest, c’est-à-dire Harad et Al-Hodeïda, exposées aux raids de la coalition saoudo-américaine», qui a «utilisé des armes chimiques et testé d’autres armes prohibées contre les Yéménites».

La vie de millions de Yéménites ne mérite pas d’être sacrifiée pour remettre sur son trône le président démissionnaire contesté Abd Rabbo Mansour Hadi, qui a lancé un appel pour une intervention étrangère contre son pays, contre son peuple. Ce qui, partout dans le monde, relève d’un acte de trahison. Pourquoi «le commandement des forces de la coalition pour le soutien de la légitimité au Yémen» n’a-t-il pas laissé les Yéménites régler leurs différends entre eux par la voie du dialogue politique, au lieu de déclencher cette guerre sanglante ? La vie de millions de Yéménites méritait-elle d’être sacrifiée sous prétexte de «contrer la menace iranienne» à travers les Houthis (mouvement politico-religieux d’inspiration khomeyniste) ?

Faux prétexte

Si la révolution khomeyniste a inspiré par ses idées le mouvement des Houthis, qui s’est soulevé contre leur marginalisation par les différents gouvernements et l’injustice au Yémen, pourquoi l’Arabie Saoudite n’a-t-elle pas fait prévaloir d’autres idées, d’autres moyens pacifiques, pour contrer cette influence, au lieu de déclencher cette guerre d’extermination des Yéménites, qu’ils soient d’obédience chiite ou sunnite ? Riyad a pourtant usé de moyens importants pour financer le parti El-Islah (salafiste) et des tribus yéménites entières, notamment au sud du Yémen, qu’elle cherche à séparer du nord. Cette influence «sonnante et trébuchante» n’a-t-elle pas été payante ?

Avec l’argent dépensé dans cette guerre au Yémen, qui, selon le magazine américain Foreign Policy, s’élèverait à plus de 725 milliards dollars, l’Arabie Saoudite pouvait, pour «contrer l’influence iranienne», aider, par exemple, son voisin yéménite, le pays le plus pauvre de la région, à financer des investissements dans le développement de ses riches ressources pétrolières, au lieu de bloquer le développement de ce pays considéré comme son arrière-cour ?

Puissance et servitude du royaume Al-Saoud face à l’empire

La monarchie wahhabite a toujours tiré sa puissance et sa richesse de son pétrole et de son statut particulier auprès de l’empire anglo-saxon, qui a aidé à sa création par le roi Ibn Saoud en 1932 et qui a assuré sa protection et sa sécurité. C’est ce qui est du reste stipulé par le Pacte du Quincy, conclu le 14 février 1945, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, entre le roi Ibn Saoud et le président américain Franklin Roosevelt. Ce pacte, garantissant la fourniture de pétrole contre la protection du royaume, et valable pour une durée de 60 ans, a été renouvelé en 2005 par le président américain Georges Bush pour la même période.

Houria Aït Kaci

(Suivra)

Comment (17)

    Selecto
    27 mars 2017 - 5 h 14 min

    Le Maroc aussi fait partie de
    Le Maroc aussi fait partie de cette criminelle coalition.




    0



    0
    TOLGA-ZAÂTCHA
    26 mars 2017 - 17 h 24 min

    CE QU’IL FAUT COMPRENDRE DANS
    CE QU’IL FAUT COMPRENDRE DANS TOUT CELA, C’EST QU’UNE GUERRE TOTALE EST MENÉE CONTRE LE MONDE ARABO-MUSULMAN DEPUIS LA LOINTAINE TERRE D’AFGHANISTAN JUSQU’AUX CÔTES ATLANTIQUES DU MAROC. C’EST AINSI QUE JE COMPRENDS LA CHOSE. LE RESTE QUE PURE LITTÉRATURE. AVEC UNE SEULE IDÉE PRINCIPALE : LE CONTRÔLE DU PÉTROLE ET DES ROUTES QUI L’Y MÈNENT. ET TOUT CECI NE PROFITE A LONGUE ÉCHÉANCE QU’AU SEUL MAÎTRE DE L’EMPIRE : israel…!!! LE PAUVRE PEUPLE YÉMÉNITE NE FAIT QUE PAYER LA TRAGIQUE ADDITION D’UN CONFLIT CONCOCTÉ PAR QUI DE DROIT….. ILS ONT COMMENCÉ PAR DÉVITALISER LE MONDE ARABO-MUSULMAN AFIN DE MIEUX LE DÉTRUIRE. C’EST LA SUITE SANS FIN DE L’ACCORD SEYSE PICOT…..




    0



    0
      momo
      27 mars 2017 - 7 h 41 min

      Menée par les seoudiens.
      Menée par les seoudiens.




      0



      0
      tazoult
      27 mars 2017 - 10 h 21 min

      non monsieur Tolga .. c’est
      non monsieur Tolga .. c’est une guerre arabo-juive sous bénédiction US , contre les populations du Yémen qui ne veulent pas se soumettre aux rois et émirs wahabistes saoudiens .. voila la vérité et n’essaie pas de la contourner avec ton mousellesel pour tromper les gens avec ta supposée guerre d’Israël contre tes supposés arabo-musulmans de tes rêves et de ton cinéma .. les saoudiens , et les états arabes qui sont tous plus arabes que toi et moi , ils sont avec Israël dans le même camp et ce sont eux qui massacrent les arabes et les musulmlans en Syrie en Irak , au Yémen .. et leurs mercenaires ont massacré les algériens en commençant par l’attaque de Guemar en 92 …que nous chante -tu , réveille toi




      0



      0
    Chaffai92
    26 mars 2017 - 15 h 39 min

    Il n’y a ni sunisme ni
    Il n’y a ni sunisme ni chiisme ni rien, il y a l’exportation du pétrole qui est en jeu car si les houtis yemenites verrouillent Bab El Mendeb et les iraniens le detroit d’Ormuz les saoudiens ne l’accepteront jamais d’où cette manipulation mediático religieuse




    0



    0
    NES ELGHORBA
    26 mars 2017 - 14 h 49 min

    YA QUE UN SEUL PAYS QUI N
    YA QUE UN SEUL PAYS QUI N AIT PAS ON OTAGE C EST BIEN L IRAN LES HOMMES..AUJOURD HUI TOUT LES ARABES ET MUSULMANS ET MOI AUSSI DANS SE MONDE NOUS SOMMES EN OTAGE ACAUSE DE LA MACQUE EL HADJ….ALGERIENS ALGERIENNES MUSULMANS S.V.P EXPLIQUES MOI COMMENT UN PAYS MUSULMAN QUE NOTRE PROPHETE MOHAMADE SELE ALAH ALI OUA SALEM QUI EST NEE DANS CETTE TERRE SAINTE ET AUJOURD HUI 2017 SE PAYS SAINTE MASSACRE DES MILLIES D ENFANTS INOSSANTS MUSULMANS?????? VOUS SAVEZ TRES BIEN QUE LES JUIFS…..CORICHE….IL SONT NEE DANS CETTE TERRE……SE ROYAUME ET CORICHE JUIFS…POINT A LA LIGNE




    0



    0
    fakou
    26 mars 2017 - 13 h 13 min

    Les millions de yéménites qui
    Les millions de yéménites qui sont entrain de mourir de faim et de bombardements arabes , personne ne peut les sauver dans le silence des nations soumis au diktat wahabiste et financier saoudien … Mais tôt ou tard le monde va découvrir ce génocide arabo-islamiste Golfique , appuyé par les juifs et les états occidentaux sous tutelle sioniste ( on parle de 17 millions de morts , c’est à dire 3 fois le faux chiffre du génocide nazi sur les juifs d’Europe ) .. on ne peut pas cacher les génocides au 21 eme siècle .. ce jour là on va découvrir tous les génocides arabes au nom de la religion sur les peuples Goys ( Aadjam) en Asie et en Afrique cachés jusque- là par la propagande théologique de 14 siècles de mensonges … VOUS VERREZ




    0



    0
    algéria
    26 mars 2017 - 12 h 54 min

    je me demande où se trouve le
    je me demande où se trouve le Baathiste notoire Othman Saadi qui insultaient les berbéres algériens et les accusaient de Hizb Frassa en visant les kabyles ?? c’est lui qui disait : nos ancêtres les yéménites . Pourquoi il se tait maintenant devant l’extermination des yemenites par ses nouveaux maitres saoudiens .. il a changé de veste ? , il n’est plus yéménite ? il est devenu wahabiste ?? Qui bombarde ses ancêtres yéménites , les arabes et leurs cousins juifs ou les berbères ? qui au monde défend les yéménites , les berbères ou ses anciens maitres irakiens baathistes devenus Daesh ? ou est sa Ourouba ? il se tait ! qui livre les armes aux saoudiens pour massacrer les arabes yéménites : Firanssa ou les berbères ?




    0



    0
      Abencerage
      26 mars 2017 - 17 h 38 min

      Eh oui tu me rappelle aussi
      Eh oui tu me rappelle aussi les positions anti francophones de l’écrivain Tahar Ouettar Allah Yerhmou qui allé se faire soigner en France




      0



      0
    Lghoul
    26 mars 2017 - 12 h 03 min

    Tiens tiens, pourquoi notre
    Tiens tiens, pourquoi notre « ikhwa » ou ceux qui se sentent « arabes » n’organisent pas de marche de protestation devant l’ambassade des wahabites à alger jusque avec une toute petite banderole ? Mais les Yémenites ne sont apparemment ni arabes et ni musulmans. Il faudrait d’autres critères spéciaux.




    0



    0
      Zoro
      27 mars 2017 - 9 h 18 min

      @ sahbi el ghoul Ceux qui
      @ sahbi el ghoul Ceux qui se sentent arabes pourront manifester a ALGER quand ceux qui se disent AMAZIGH (hommes libres) manifesteront leur LIBERTE.au meme lieu. .tanmirt




      0



      0
        Lghoul
        27 mars 2017 - 14 h 56 min

        Ya Zoro ! Mais ceux qui se
        Ya Zoro ! Mais ceux qui se sentent toujours hommes libres l’ont toujours fait sauf ceux qui croient qu’ils sont arabes car je ne les ai jamais vus défendre leurs « frères » a moins que quand le « frère » tue un autre « frère » c’est juste un jeu de « mort ou vivant ».




        0



        0
          Zoro
          27 mars 2017 - 18 h 27 min

          Peut etre tu as raison mais
          Peut etre tu as raison mais a ma connaissance il est strictement interdit de manifester a Alger et aux alentours depuis belle lurette a moins que les ambassades ne se trouvent plus a alger.




          0



          0
    Mohamedz
    26 mars 2017 - 11 h 51 min

    La paix ne reviendra dans le
    La paix ne reviendra dans le monde musulman qu’après la disparition de toutes ces feodales monarchies arabes (pays du Golfe- Jordanie- Maroc) qui ont terni l’image de notre Islam . C’est ma profonde conviction de musulman.




    0



    0
    Nour
    26 mars 2017 - 11 h 44 min

    Ce qui m’embête c’est
    Ce qui m’embête c’est certains journaux algériens qui entrent dans la guéguerre que fait l’Arabie Saoudite à l’Iran au nom d’un madhabisme d’un autre âge, pour tout simplement envelopper le rôle fonctionnel de l’Arabie Saoudite dans l’échiquier moyen oriental.Heureusement qu’il y a AP pour me rappeler qu’il y a encore dans ce pays des journalistes qui ont fait leur classes dans d’autres écoles que celles de l’aliénation produites par BENBOUZID.




    0



    0
    RasElHanout
    26 mars 2017 - 11 h 41 min

    Après avoir détruit la Syrie,
    Après avoir détruit la Syrie, les terroristes de l’Arabie Yahoudite sont en train de détruire le Yémen grâce à la chair au canon marocaine.




    0



    0
    ELHAQ
    26 mars 2017 - 11 h 37 min

    LES PLUS GRANDS ENNEMIS DE L
    LES PLUS GRANDS ENNEMIS DE L’ISLAM ET DES PAYS ARABES SONT le royaume saoudien, créé par l’angleterre, les royaumes jordanien et marocain, les roitelets et émirs du golfe, la « république dite « arabe » d’ Egypte » tous valets de l’impérialo-sionisme. Deux solutions s’imposent: 1 ) dissoudre l’ O.C.I. (siège à Jeddah), tant qu’elle est prise en otage par tous ces traitre . 2 ) dissoudre la ligue arabe, (siège au Caire) tant qu’elle est prise en otage par ces mêmes traitres.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.