Restituer ses droits au peuple algérien

Par Youcef Benzatat – Au terme des législatives du 4 mai 2017, la dictature algérienne a atteint la perfection, au point où les électeurs, la société civile, les médias, les élites et les intellectuels ont renoncé volontairement à leurs droits politiques et l’opposition a cessé de jouer son rôle, soit pour venir gonfler les rangs du pouvoir, le consolider et le légitimer, soit de s’abstenir de toute activité politique.

Alors que le pouvoir manifeste avec cynisme son édification de la façade démocratique dans la plus grande transparence, avec une fraude électorale massive au grand jour dont les preuves ont été retransmises en direct dans les médias et les réseaux sociaux, ainsi que la falsification du taux de participation, qui invalideraient de fait les suffrages exprimés et les voix comptabilisées, tous ces segments de la société se contentent de constater dans la résignation le parachèvement de la perfection de la dictature.

De quoi les Algériens ont-ils peur pour revendiquer leurs droits politiques ? Pourtant, ceux-ci sont garantis par la Constitution !

Qu’est-ce qui fait que tous ces segments de la société, censés être souverains, se résignent dans la servitude, en abandonnant leurs droits politiques et d’être incapables de traduire en actes leur amertume et leur désespoir ? C’est cela aussi la perfection de la dictature : inhiber toute potentialité de réaction de contestation des droits politiques, aussi bien dans les médias ou sur la place publique.

Après avoir subi la terreur de la guerre contre le terrorisme islamiste et sa méfiance du chaos que pourrait engendrer des manifestations spontanées dans la rue, à l’image des pays voisins, le peuple attend d’être éclairé et encadré pour manifester pacifiquement son sentiment d’injustice et revendiquer ses droits politiques, sans menacer la paix civile ni hypothéquer de quelque manière la souveraineté nationale. Son attitude passive relève plus de la précaution que de la résignation.

Ce sont les autres segments de la société qui semblent le plus aliénés dans la résignation. Car ils refusent d’assumer leur devoir de citoyens à ne pas vouloir s’engager auprès du peuple pour l’amener à contester ses droits politiques. Généralement, ils ont peur pour leurs privilèges, ou alors de la répression, ou bien des deux à la fois, il faut le dire. Certains le font, timidement, mais c’est surtout pour marquer leur territoire. Ce sont généralement des embusqués, des calculateurs qui se projettent dans le futur : des partis politiques, agréés ou non, ou des personnalités ambitieuses qui attendent leur heure.

Il est de leur devoir d’impulser le mouvement de contestation des droits politiques et de la démocratie. C’est leur devoir de dénoncer la dictature, aidés en cela par les médias, qui s’autoproclament souverains, de les soutenir et de faire œuvre pédagogique envers le peuple. Il ne suffit pas d’évoquer l’autisme du pouvoir, il faut le combattre, en l’amenant à abandonner la dictature et à céder les droits politiques du peuple. Ce pouvoir est illégitime et il faut le contraindre à restituer le pays à ses propriétaires. L’Algérie n’est pas une propriété privée, elle appartient à tout le peuple. Le colonialisme a été défait par les aînés pour lui restituer sa patrie et sa liberté. L’Algérie revient de droit à tous les Algériens et il est du devoir de tout Algérien de militer pour restituer ce droit.

Y. B.

Comment (54)

    Moulay Chentouf
    21 mai 2017 - 8 h 14 min

    Merci mon ami Youcef pour
    Merci mon ami Youcef pour cette analyse fort pertinente, permets de moi d’apporter ma contribution à ce débat.
    Au lendemain de cette mascarade électorale du 4 mai 2017, il est nécessaire que ceux qui ont appelé au boycott puissent se retrouver, comme, Talai Elhouriat, Jil Djadid, UDS, les fédérations du MDS qui ont rejeté la mascarade du 4 mai, le PLD, les différentes personnalités et associations comme le FCDR, à se retrouver autour d’une table pour analyser la situation actuelle, faire des propositions et se préparer à refuser toute future «élection» (locales et présidentielle anticipée) sans passer par l’étape d’une transition pacifique.
    Nous soumettons à votre appréciation les propositions du PLD. Pour épargner les commentaires de style, vous n’avez aucune alternative.

    1- Arrêt du processus actuel avec dissolution de toutes les institutions « élues » et les syndicats et associations maison,
    2- Mise en place d’une transition nationale,
    3- Nomination d’un gouvernement de combat républicain pour gérer la transition,
    4- Adoption d’une nouvelle Constitution en clarifiant le projet de société qui permettra à l’Algérie de devenir une RÉPUBLIQUE, DÉMOCRATIQUE, MODERNE, SOCIALE et LAÏQUE,
    5- Adoption d’une nouvelle loi sur les partis politiques et leur financement, ce qui permettra le renouvellement de la classe politique,
    6- Organiser un référendum pour faire adopter par le peuple toutes les projets de loi de la transition,
    7- Après la transition, les partis devront se conformer aux nouvelles lois,
    8- Organiser les premières élections libres et démocratiques (législatives, communales et présidentielle).
    L’ANP doit être la garante de cette transition.




    0



    0
      Mello
      21 mai 2017 - 12 h 57 min

      Mosieur Chentouf, les
      Mosieur Chentouf, les propositions ont, certe, des valeurs de sortie de crise, comme je l’appelle, mais . Il y a un mais, toutes ces propositions emaneraient d’une entite politique d’opposition mais je ne pense pas comment ce pouvoir pourra acceder a votre demarche s’il n’est pas, lui meme , associe. Je ne vois vraiment pas comment il va arreter le processus en cours et dissoudre toutes les institutions elues en cours, les syndicats et toutes les associations maison. Comment il va enclencher un processus de changement de la constitution,comment il va adopter une nouvelle loi sur les partis politiques.
      Cette demarche se realiserait bien , apres un regrouppement total de tous les partis politiques democratiques , sans exclusion. L’instance qui emanerait , aura la majorite du peuple derriere elle, et poussera le regime en place a negocier son depart. Une nouvelle page se tournera, inchallah, vers une republique democratique et moderne.




      0



      0
      leputois
      21 mai 2017 - 13 h 31 min

      Chacun voit midi à suia porte
      Chacun voit midi à suia porte et chacun cherche ses intérêts personnels d’abord, de sa famille ensuite, puis de ses proches et de ses amis, puis les intérêts de son quartier, puis ceux de sa commune, ensuite ceux de région, ensuite ceux de sa ville, ensuite les intérêts de son pays puis enfin ceux de l’humanité. C’est ainsi que ça travaille partout dans le monde que vous le vouliez ou non. Et dans l’égoïsme naturel de l’homme naît fatalement dans son comportement de la domination, de la prédation, du désir d’expansion et de conquête… Bref tout ce qu’a pu nous enseigner l’histoire de l’humanité depuis que l’homme est sur terre. Il n y a eu de guerres, croisades, massacres, expansions, colonisations, exterminations…etc. Et l’histoire est toujours là pour le montrer. En bref, l’intérêt de l’être humain échappe à sa propre personne même. Il est instinctif. Et don fatalement en ce qui nous concerne nous peuple Algérien cela se poursuivra aussi à l’instinct. Le passage à une véritable démocratie passera inévitablement par une révolte.




      0



      0
      Youcef Benzatat
      22 mai 2017 - 10 h 12 min

      Merci à vous monsieur
      Merci à vous monsieur Chentouf d’intervenir dans ce débat. Vous savez autant que moi la difficulté de créer une dynamique de solidarité et de concertation entre les différents segments qui constituent la véritable opposition, non pas à l’image de la CLTD, hasardeuse et arbitraire dès sa mise en place, mais une opposition en mesure de canaliser la colère du peuple et de constituer un véritable contre-pouvoir capable d’imposer au pouvoir une feuille de route pour une transition pacifique.
      Je pense pour ma part que c’est à cette tâche de solidarité et de concertation que l’on doit s’atteler au préalable avant de commencer à enregistrer des propositions. Nous connaissons vos propositions de longue date, ainsi que celles d’autres formations politiques incarnant le changement, seulement il me semble qu’il est impératif pour l’heure de chercher l’alliance entre ces formations pour constituer ce contre-pouvoir tant attendu par l’ensemble du peuple, sur qui il pourra projeter sa confiance et ses espoirs.




      0



      0
        Moulay Chentouf
        24 mai 2017 - 9 h 52 min

        Vous avez entièrement raison
        Vous avez entièrement raison monsieur Benzatat, de dire qu’il faut chercher une alliance entre les formations qui partagent le changement que nous souhaitons. Pour l’heure nous avons pris contact avec tous ceux qui ont décidé de boycotter la mascarade électorale du 4 mai, partis (Jil Eldjadi, Talaie Elhouria, les dissidents du MDS, et différentes associations démocratiques de la société civile dont le FCDR). Pour nous il s’agit de confirmer cette opposition aux mascarades électorales, en décidant de rejeter celles des locales d’octobre 2017, et d’une éventuelle « élection » présidentielle anticipée. Quand toutes les forces du pays comprendront la gravité de la situation actuelle du pays, elles exigeront une transition pour aller vers la deuxième république. Les propositions du PLD sont mise au débat, toutes les suggestions seront les bienvenues.




        0



        0
    Tangoweb54
    18 mai 2017 - 9 h 01 min

    C est ce pouvoir qui s
    C est ce pouvoir qui s éternise qui nous a imposé des lois importantes pour le destin des Algériens sans consulter le peuple par référendum comme l exige toute démocratie dans le monde, nous subissons des contraires sans pouvoir donner notre en tant peuple souverain.




    0



    0
    LE CASTOR
    17 mai 2017 - 9 h 42 min

    YA BENZATAT /EN ALGERIE IL Y
    YA BENZATAT /EN ALGERIE IL Y A DEUX PEUPLES DE LA MEME GENETIQUE MAIS DIFFERENTS EN TOUT
    A)PEUPLE ARABE SON DESIRE ETRE TOUJOURS SOUS LA COUPE DES ANCIENS BOUMEDIENNISTE AVOIR UNE SEULE LANGUE ET CULTURE LA LANGUE ARABE ET L ISLAM PURE ET DURE .ANNEXEE L ALGERIE AU MOYEN ORIENT REDEVENIR LA MECQUE DU PANARABISME ET ETENDRE L ISLAM ET L ARABITE SUR TOUT LE CONTINENT ET L AFRIQUE NOIRE.
    B°)PEUPLE AMAZIGH DE KABYLIE/ ELEVER TAMAZIGHT COMME LANGUE NUMERO1 AU PAYS ET PROVINCES KABYLES .LAICITE DEMOCRATIE ET ADHESION TOTALE AUX PAYS DE LA MÉDITERRANÉE .SORTIR DE LA LIGUE ARABE ET OUVERTURE SUR LE MONDE .EN FINIR AVEC LE CLAN D OUDJDA UNE FOIS POUR TOUTE AVEC L ELECTION D UN PRESIDENT AGE DE 40 ANS GRAND MAXI.
    DONC YA SI BENZATAT TU PARLES DE QUEL PEUPLE ? A OU B ?




    0



    0
      ZORO
      17 mai 2017 - 20 h 18 min

      Il parles du peuple ( A. + B
      Il parles du peuple ( A. + B) – (les separatistes berberistes + les extremistes de tout bord ) =majorite des algeriens.




      0



      0
      Anonymous
      18 mai 2017 - 8 h 20 min

      Le [email protected], en somme vous
      Le [email protected], en somme vous voulez faire de l Algerie et des Algériens l appendice de l Europe et d Israël, votre skchizofrénie vous poussea ne citer que la Kabylie comme si en Algerie il n y a que des Kabyles et que tout le reste des habitants de l Algerie comptent pour du beurre.heureusement qu’ il n y a pas beaucoup de raciste et régionaliste sinon ça serai là catastrophe .




      0



      0
        anonymous amazigh
        18 mai 2017 - 18 h 59 min

        ta haine envers les kabyles
        ta haine envers les kabyles chaouis mozabites et touaregs montre que ta paranoïa est horrible .LES KABYLES SONT PARTOUT ET MEME AU POLE NORD A YA KHARABE AFOUHAN.REGARDE AUTOUR DE TOI A ALGER BLIDA ORAN ANNABA IL YA DES MILLIONS QUI PARLENT ARABE ET QUI NE SONT PAS ARABES .ENTENDRE KABYLES CHAOUIS MOZABITES ET SAHRAOUIS…….. LE VOISIN QUE TU VOIS A ANNABA QUE TU CROIS ARABE A DES ORIGINES KABYLES OU CHAOUIYA DONC IL YA DANGER POUR TOI .FAIS GAFFE A TES FESSES




        0



        0
      Tangoweb54
      18 mai 2017 - 8 h 39 min

      [email protected] j ajoute qu en
      [email protected] j ajoute qu en Algerie il y a une majorité absolue de la population d origine Arabe ou Arabise depuis 15 siècles et ce n est pas un petit mangeur de Ramadhan de ton espèce qui va changer quoi que se soit,alors il te reste à couver ta haine de raciste rrgionaliste et a mourir à petit feu




      0



      0
    azrou
    16 mai 2017 - 23 h 30 min

    Vous avez dit le peuple? Je
    Vous avez dit le peuple? Je vous assure que le peuple dans sa majorité écrasante est islamiste malheureusement. Essayer de faire quelque chose de bien social, economique ou culturel dans un village ou cartier …aucun écho……mais si tu proposes de construire une nouvelle mosquée eh bien même les soulard et les drogués adhèrent!




    0



    0
      ZORO
      17 mai 2017 - 11 h 46 min

      Heureusement qu en Algerie le
      Heureusement qu’en Algerie le peuple est musulman ,sinon nous aurions trouvez autant d’etats que de partis. Remerciez Dieu de nous avoir donné cette religion qui nous unit malgré les divergences qu on veut nous imposer.




      0



      0
        khanfri
        17 mai 2017 - 16 h 57 min

        Noter la nuance entre
        Noter la nuance entre musulman et islamiste. Musulman y a rien a dire mais islamiste veut dire : être pour l Islam exclusif pour l application de lois religieuses pour l uniformité de la société quelle différence avec l Etat isalmique




        0



        0
        azrou
        18 mai 2017 - 0 h 14 min

        J’ai rien dit à propos des
        J’ai rien dit à propos des musulmans. J’ai dit islamiste, c’est à dire des gens qui utilisent la religion pour faire se faire passer pour des sains.
        J’ai 46 ans et j’ai vécu 32 ans en Algérie, j’ai arrêté de faire le carême à 18 ans et je ne l’ai jamais caché, je mangé le plus normalement à la maison et me mes parents qui sont pratiquants ne m’ont jamais dit rien. Je leur rend un grand homage.




        0



        0
      Mello
      18 mai 2017 - 9 h 10 min

      La sociologie est bien trop
      La sociologie est bien trop complexe en Algerie, par la faute de nos gouvernants. Ils nous guident sur des terrains etrngers a notre culture, a notre identite. Le debat sur l’identite prendra ,certainement, un temps immense pour pouvoir nous la definir.
      Pour revenir a votre remarque, dans mon quartier, une petition a ete redigee pour la construction d’une ecole primaire, deux classes de premiere annee; quatre signataires. Suit apres une deuxieme petition pour la construction d’une mosquee; 95 signatures. A vous d’en tirer les conclusions.




      0



      0
        Zoro
        19 mai 2017 - 18 h 09 min

        La conclusion se trouve chez
        La conclusion se trouve chez ibn badis: chaabou el jazair mouslimoun wa ila el3ouroubati yantassib !!!! its so clear my friend ,don t worry be happy and do like i do. i !! ZORO…….Z……




        0



        0
    khanfri
    16 mai 2017 - 7 h 34 min

    Le peuple a mon avis est le
    Le peuple a mon avis est le dernier a blâmer: il capte des signes et s adapte. pour le moment on est tente de le considérer comme fataliste: quel projet de société veut il? Se pose t il simplement la question . Il est maintenu endormi par les discours ronflants et les subventions.
    L opposition qui siège en assemblée a une grande part de responsabilité:
    – s est elle révolté contre le régionalisme pourtant avéré ?
    – Les partis a base religieuse sont interdits pas la Constitution et pourtant ils activent au su et vu de tout le monde
    – la vacance du pouvoir est criante et pourtant cet article 102 de la constitution est reste deliberement inapplicable en l état actuel: qu a propose l opposition pour sa réelle application?
    S il n y a pas de réaction saine devant des cas flagrants, comment veut on que le peuple bouge? on dit que près de 800 000 algériens ont quitté le pays depuis 2000: n est ce pas une des réponses. A la recherche de l émancipation quelle qu elle soit, plutôt que la tutelle.




    0



    0
    Felfel Har
    15 mai 2017 - 23 h 57 min

    On a raison de s’inquiéter de
    On a raison de s’inquiéter de nos droits constitutionnels, de ces droits pour lesquels nous nous sommes battus en 1988, mais que personne n’évoque aujourd’hui. Si nous ne nous battons pas pour les garder, le pouvoir nous les confisquera. Le seul droit qui nous restera c’est celui que promeut un certain Miranda « Vous avez le droit de vous taire car tout ce que vous direz pourra être utilisé contre vous dans une cour de justice.  » C’est ainsi qu’on traite les criminels, le monde à l’envers: des despotes qui rendent la justice. La mouche tsé-tsé nous a bel et bien piqués. Silence, on dort, ZZZZZZZ!!!




    0



    0
    MOMO
    15 mai 2017 - 20 h 41 min

    POUR CE POUVOIR TOUT LE MONDE
    POUR CE POUVOIR TOUT LE MONDE A UN PRIX ET MALEUREUSEMENT C VRAI




    0



    0
    Un patriote
    15 mai 2017 - 16 h 48 min

    Bravo.

    Bravo.
    Le silence = lâcheté.
    Oui, nous nous voulons pas la vente du pays à des voyous,




    0



    0
    Anonymous
    15 mai 2017 - 14 h 55 min

    Les algériens ne veulent que
    Les algériens ne veulent que la paix, merci




    0



    0
      Lghoul
      15 mai 2017 - 17 h 50 min

      Ce sont ceux qui s’accrochent
      Ce sont ceux qui s’accrochent sans dignité au pouvoir avec la fraude et ouvertement même a 84 ans qui ne veulent pas la paix. Sinon quand 75% du peuple les rejette et est fatigué de voir toujours les mêmes pour plus de 50 ans qu’est ce qui les retient pour partir et donner une chance aux jeunes ? Mais la rente rend fou, n’est ce pas ?




      0



      0
    Mello
    15 mai 2017 - 12 h 55 min

    Voila une vision juste ,d’une
    Voila une vision juste ,d’une situation paradoxale. Le peuple attend il un changement ? . C’est son droit le plus elementaire,mais le desire il tant ? La question merite d’etre posee car le segment porteur de ce changement, a savoir les elites , semble se complaire dans cette situation d’auto-suffisance, une espece de piege que lui tend ce pouvoir . Cette courroie de transmission est assez usee par une minable redistribution de la rente que ce pouvoir manie a merveille, qui touche sournoisement une partie de ce peuple qui profite des quotients insignifiants mais qui rapportent beaucoup a cette tranche. Que diriez vous de tous ces electeurs qui avaient vote pour le FLN ou le RND ?. Que diriez vous de tous ces beneficiaires de l’ANSEJ, de l’ANDI ou autres prets bancaires a tous ces charlatans de l’importation de toute sorte ? Que diriez vous de toutes ces personnes qui commerce sans etre inquietes par les impots ? Dificile de repondre, paradoxale n’est ce pas ?




    0



    0
      youcef benzatat
      15 mai 2017 - 13 h 49 min

      La solution qui me semble la
      La solution qui me semble la plus envisageable aujourd’hui pour en finir avec la dictature serait que l’opposition prenne le peuple à témoin et manifeste indéfiniment devant le Conseil constitutionnel jusqu’à l’obtention de l’annulation des élections législatives et leur report, qu’organiserait une commission électorale véritablement indépendante ?




      0



      0
        patriote
        15 mai 2017 - 17 h 00 min

        Merci
        Merci




        0



        0
        Miss Tara
        15 mai 2017 - 17 h 16 min

        Comme si l’opposition ne
        Comme si l’opposition ne savait pas quoi faire si elle voulait faire quoi que ce soit. Non, la solution ne viendra ni du pouvoir ni de la soi disant opposition. Pour vous le vote blanc et l’abstention sont des soutiens à l’opposition?




        0



        0
        TERNINOU
        15 mai 2017 - 17 h 59 min

        Ya Si Youcef BENZATAT khaf
        Ya Si Youcef BENZATAT khaf moulak ! Mais de quelle « opposition » parlez-vous Allah yahdik… Une opposition créée complètement sinon totalement par les services du pouvoir auquel elle est inféodée. Parlez-nous de la VÉRITABLE opposition qui sortira des entrailles des enfants du peuple et non pas des tirroirs du pouvoir…… Allah yahdik ya khouya ! Wallah yesmahlek danya ou akhira… Point n’est besoin d’une « opposition » menée par une « opposante » type Khalida MESSAOUDI alias Khalida TOUMI et j’en passe… Yaw faqou ou mergou !!! Le peuple est assez sinon très ou trop politisé contrairement à ce que vous pourriez penser… Capiche ?




        0



        0
        Mello
        16 mai 2017 - 13 h 41 min

        Prendre le peuple a temoins,
        Prendre le peuple a temoins, je vous l’accorde, mais un prealable est indispensable. Quel prealable ? Tous ces partis d’opposition ,contrairement a ceux qui disent qu ‘ il en existe pas, alors faut il les reinventer ? Donc tous ces partis d’opposition, les politiciens de tout bord, les intellectuels, les syndicalistes libres sont tenus de se mettre autour d’une table, comme cette conference sur la transition en mettent en place des bases consensuelles sur le changement avec un agenda bien definit. Condition sine qua non d’une reussite avenir d’un changement pacifique.




        0



        0
          Youcef Benzatat
          16 mai 2017 - 14 h 02 min

          Une seule condition à la
          Une seule condition à la réussite d’une telle conférence nationale ! Celle-ci doit se réunir autour d’un seul objectif : La fondation d’un État souverain en évacuant toute référence religieuse, identitaire et militaire.




          0



          0
          ZORO
          16 mai 2017 - 14 h 42 min

          A cette condition ya si
          A cette condition ya si youcef je ne vois que les laics que le peuple a toujours refusé.Que faire alors ???laissons les nous diriger jusqu’à ce que nos descendants soient mûrs !!




          0



          0
          Youcef Benzatat
          16 mai 2017 - 22 h 30 min

          Dire que le peuple a toujours
          Dire que le peuple a toujours refusé les laïcs est une idée bien entretenue par ceux qui peuvent en tirer des avantages de ce faux état des lieux. Le peuple après tout n’est que ce que l’on voudrait qu’il soit à force de propagande, de prêches et un système éducatif taillé sur mesure. Ceci dit une partie importante de ce peuple est émancipé de l’aliénation mythologique, malgré le poids de la société et malgré la terreur infligée à celui qui est candidat à l’idée de sortie de la religion et serait très enchanté à l’idée d’un régime laïc. Sans laïcité il n’y a point de démocratie, seulement une démocratie islamique ! Or la démocratie n’a pas besoin d’un adjectif, elle se suffit à elle même.




          0



          0
          leputois
          17 mai 2017 - 6 h 25 min

          Finalement Si Benzatat, c’est
          Finalement Si Benzatat, c’est la nature de l’homme qui prend le dessus sur tout. Chacun voit midi à sa porte et chacun voit ses intérêts en premier. Et comme la nature de l’homme comporte aussi l’égoïsme, le désir d’émancipation rapide, les désirs tout court de ses envies, tout cela implique une compétition à tous les niveaux vis à vis de ses prochains. Et comme en parallèle l’homme développe une intelligence qui s’amplifie au cours du temps, on observera toute sorte d’artifices utilisés par ce dernier pour arriver à ses fins, toute sorte de ruses et de malices pour aboutir à ses objectifs. Et cela passe aussi par l’hypocrisie car parmi les subterfuges développé par l’homme il y a sa façon de montrer le visage « tolérant » « bienfaisant » « humaniste » « altruiste »…etc pour couvrir ses avidités que l’on a cité plus haut. En remontant le cours de l’histoire on trouvera ces comportements de l’homme durant des siècles voir des millénaires qui expliquent d’ailleurs toutes les guerres qu’a connu l’humanité. Ses comportements ont été évolutifs et ils continuent d »évoluer, la preuve vous en citez pas mal dans vos interventions Mr Benzatat en confirmant par là implicitement ce comportement somme tout naturel de l’homme sans l’écrire explicitement.




          0



          0
          Zoro
          17 mai 2017 - 13 h 02 min

          sans laicite ,il n y a pas de
          sans laicite ,il n y a pas de democratie vous dites??????C est nouveau ca ,ce que je sais de la democratie c est le pouvoir au peuple ,c est a lui de dire s il veut etre laic ou pas!!!




          0



          0
          Youcef Benzatat
          17 mai 2017 - 13 h 18 min

          Vous avez tout à fait raison.
          Vous avez tout à fait raison. Il faudra donc au préalable restituer le peuple à lui-même , car depuis plus d’un demi siècle, ce peuple, à force de lavage de cerveau, de mensonge sur son identité et de sa privation de toute forme de liberté, ils en ont fait un zombie capable de commettre toute forme de barbarie comme celle des années 1990 et aujourd’hui ils essayent de le faire avec les berberistes,




          0



          0
          ZORO
          17 mai 2017 - 15 h 40 min

          Sincerement monsieur ,je suis
          Sincerement monsieur ,je suis un algerien qui a vecu dans un quartier populaire d une ville algerienne il y a avait des juifs quelques espagnols des arabes ,des kabyles et des mozabites qui etaient plutot reserves n empeche que c etsit des gens de valeur.Arabes,kabyles mozabites et meme les juifs et espagnols parlaient l arabe de la rue dont ils avaient besoin dans leur quotidien.personne ne forcait l autre a apprendre sa langue ou vouloir le dominer , ou changer son identite c etait le besion de l homme qui le poussait a choisir la langue qui servait ses interet sinon pourquoi un juif et un espagnol aurait il choisi l arabe et non le berbere pour s exprimer???Quand j etais gosse je me rappelle avoir pose une question a mon pere,lui disant pourquoi mes petits amis a la rue , parlent ils comme moi et avec leur pere je ne les comprends pas, il m a repondu c est des kbailes ,ils sont arabes avec un langage different, on allait a l ecole ,au jamma en plus d etre arabe nous etions tous musulmans, le pouvoir n a jamais interfere dans nos rapport a la langue..J aimereai bien que les Algeriens soient des gosses innocents pour penser comme moi que le kabyle est un arabe avec un langage different.
          (Le mot arabe pourrait alors changer de sens et etre compris dans son contexte je dirai alors enfantin et innocent)




          0



          0
          Mello
          18 mai 2017 - 8 h 57 min

          Sincerement, etes vous
          Sincerement, etes vous honnete , en abordant cette question de langue qui a, tant, anime des debats de specialistes ? Honnetement, sincerement suis-je arabe parlant kabyle ? Etes vous parti dans ces villages de kabylie pour contater de visu et leur dire que vous etes des arabea parlant kabyle ? La reponse vous sonnera et changera certainement la vision que vous avez de ce probleme,car c’est un probleme qui persiste dans la tete de vos semblables. Ne pouvez vous pas dire que nous sommes des Algeriens ,tout court?. Apres le colonialisme qui nous a classe de la sorte, voila ces neo-gouvernants qui « fructifient » apres 1962, ce separatisme aussi belliqueux que ses concepteurs.
          Maintenant, ne dites plus a vos enfants que ces gens la sont arabes mais parlent kabyle.




          0



          0
          ZORO
          18 mai 2017 - 18 h 35 min

          Je n ai plus besoin de le
          Je n ai plus besoin de le dire puisque c est vous le dites, mais sincerement c est ce que je pensais quand j etais gosse Mais quand j ai grandi ,les autres m ont montre la difference ,ils se sont endormi des siecles et des siecles et quand la france les a reveilles ils veulent mettre tout le monde dans leur propre sac. Ce n es pas comme ca que ca marche mello ,pardonnez moi ,votre isolement vous a cause beaucoup de retard que vous voulez rattrappez en un laps de temps.la faute a qui .???? surement pas aux arabes!! SIGNE ZORO…….Z……




          0



          0
          Mello
          16 mai 2017 - 15 h 27 min

          Un Etat souverain , extirpe
          Un Etat souverain , extirpe de toute cette notion d’arabite , d’amazighite et surtout d’islamite. Eviter d’en faire des references ou de ces fameuses constantes nationales.
          Un pays souverain appartenant universellement a un continent qu’est l’ Afrique. Cette conference sortira avec un contrat qui recele:
          – Le rejet de la violence comme moyens de gestion et de reglements de conflits.
          – La non utilisation de la religion a des fins de restrictions des libertes
          – Le respect du pluralisme politique, syndical, luinguistique ,culturel et confessionnel
          – Le respect des libertes fondamentales individuelles et collectives
          – Le respect et la promotion des droits de la personne humaine
          – L’ouverture immediat du champ mediatique en garantissant l’acces libre et equitable aux medias publics notament la television.
          C’est au peuple Algerien et a lui seul, qu’il appartient de reconstruire son Etat en lui donnant des fondements garantissant la separation et l’equilibre des pouvoir consacrant une gestion administrative decentralisatrice et responsable.
          Voila un axe de travail pour un changement pacifique et apaise.




          0



          0
          Youcef Benzatat
          16 mai 2017 - 22 h 39 min

          Pourquoi seulement l’Afrique
          Pourquoi seulement l’Afrique ? Nous sommes méditerranéens aussi, orientaux et européens par nos métissages et par notre transculturalité… Le pluralisme linguistique et culturel sont des idées un peu sournoises qui laissent entrevoir l’idée de pureté, synonyme d’exclusion et de conflits…




          0



          0
          Mello
          17 mai 2017 - 11 h 03 min

          Les continents sont ceux,a
          Les continents sont a même d’offrir une appartenance quasi-existentielle a une Nation. Les groupes régionaux ne sont ,en fait que l’oeuvre des humains ou des politiciens. L’appartenance au giron Méditerranéen nous enfouit dans des relations purement stratégiques avec les pays du pourtour de la Mediterranee ,ce qui présente un ‘os’ avec Israel. Nous connaissons tous ce qu’il est advenu de l’UPM chère a Sarkozy.
          Pour le moyen-orient et les pays Arabes, il y a lieu de faire une halte a l’effet d’un point de situation. Qu’avait gagne l’Algerie durant sa jeune existence au sein de cette Ligue Arabe ?. Le pluralisme linguistique et culturel représente une richesse pour le pays et participe au droit fondamental d’un peuple a s’exprimer comme il veut: ce sont des libertés individuelles et collectives (…).




          0



          0
          Youcef Benzatat
          17 mai 2017 - 11 h 56 min

          il faut savoir de quoi on
          il faut savoir de quoi on parle, il me semble que la question posée était d’ordre anthropologique et non géopolitique!




          0



          0
          Mello
          17 mai 2017 - 14 h 02 min

          Entierement d’accord avec
          Entierement d’accord avec vous, la question est d’ordre anthropologique et non geopolitique. Cette notion d’anthropologie permet au peuple de se reconnaitre et de retrouver son identite. Une Algerie Algerienne appartenant au continent Africain est largement suffisante pour nous extirper de toute cette geopolitique nous liant au moyent orient ou au bassin mediterraneen. Soyons nous-memes c’est a dire Algerien et fiers de l’etre, sans autre attachement . Je pense que c’est cette notion qui nous a fait faux bond juste a l’independance, c’est a dire etre ALGERIEN.




          0



          0
        Realiste
        20 mai 2017 - 13 h 48 min

        l’opposition mais de laquelle
        l’opposition, mais de laquelle parlez vous? elle s’acoquine avec le pouvoir quand ça l’arrange.. il n’y a pas d’opposition en Algérie c’est de la poudre aux yeux.. chaque parti dit d’opposition ne cherche que son intérêt .. un véritable parti s’opposerait par tout moyen légal en prenant a témoin les Algériens et en proposant de vraies reformes en dénonçant la manipulation de ces voyous .. .d’ailleurs certains ont participé déjà à ce pouvoir. les vrais patriotes sont soit sous terre, soit en exil, elle est là la réalité.




        0



        0
    Lghoul
    15 mai 2017 - 12 h 37 min

    Une majorité du peuple ne
    Une majorité du peuple ne connait meme pas ses droits car on lui a inculqué qu’elle doit etre redevable meme pour avoir la chance de respirer . Depuis que le terme « hogra » est devenu courant dans le langage quotidien, le citoyen a confirmé qu’il accepte sa condition car utiliser le mot « hogra » veut dire qu’on reconnait qu’on est dominé et qu’on est devenu passif. Sellal a même dit aux citoyens du sud que l’Algerie est le seul pays au monde a « acheter des médicaments pour les hopitaux ». C’est quoi ce charabia ? Sait-il que les citoyens des pays européens ne payent pas pour leurs soins dans des hôpitaux ? Qu’ils n’ont pas besoin de prendre leurs draps et leur nourriture a l’hôpital ? Qu’on ne les oriente pas vers des cliniques privées pour leur faire payer 20 millions pour une simple operation d’appendicite ? Et tout cela malgré qu’ils payent l’impot sur le revenu a la source.
    Depuis des décennies on a conditonné le citoyen a penser qu’il n’a que des devoirs. Pour le citoyen par exemple, le policier dans le rue fait peur car il ne sait pas que normalement la fonction d’un policier est de le protèger.
    On rentre dans l’administration pour un simple papier et on se croirait que l’administration est un établissement privé ou il faut payer pour ce papier. Une culture de corruption et de manigance a pris racine dans toutes les institutions. Ajouter a cela l’apport de la religion exploitée pour faire du mal par les ennemis de Dieu, du charlatantisme pour formater les esprits afin accepter son « sort » et remettre toute misère a l’au-delaà. Au lieu d’éduquer, d’aider et d’orienter le citoyen, le système l’abrutit et le désoriente.
    Le même état d’esprit se retrouve dans les consulats, Air Algerie, les hopitaux et du wali a l’agent de bureau, tout le monde fait la pluie et le beau temps sur le dos du citoyen naif.
    Personne ne connait ses devoirs envers le peuple et le peuple n’a jamais appris a connaitre ses droits.
    Pour connaitre ses droits, le peuple doit etre éduqué. il doit etre protégé par une justice indépendante et équitables (…) « . Avons nous cela pour connaitre et faire respecter nos droits ? Voila ou il faudrait commencer: Une justice forte qui pourra enfin éliminer une bonne fois pour toute la corruption, (meme s’il faut faire appel a l’armée pour protéger cette justice car elle est l’essence de la démocratie .
    Une fois la corruption éliminée, le peuple aura confiance en tout et sera meme « redevable » envers cette justice qui le protège et sauvegarde ses droits. Il fera tout pour défendre son pays et tout le peuple, il ira voter pas a 20% mais a 100 % pour élire dans la transparence et la confiance envers un gouvernement digne; pas pour élire des voyous qui s’entretuent pour être têtes de liste et qui accaparent des institutions comme si le pays et ses richesses leur appartenaient. Voila pourquoi le peuple est totalement déconnecté des politiciens et ne croit plus en la justice car ces politiciens ont tout confisqué : De la justice aux richesses. Alors pour qui le citoyen demandera ses droits ?




    0



    0
      lehbilla
      15 mai 2017 - 13 h 19 min

      Pour résumer vos dires: On n
      Pour résumer vos dires: On n’aura jamais compris nous les Algériens que les dirigeants du pays, le pouvoir, le système les mafieux, n’ont absolument rien à foutre du pays encore moins des Algériens qui y vivent. Leur seul intérêt se trouve dans la rente pétrolière qui leur permet de garder le pouvoir aussi longtemps que le prix du baril et le volume des hydrocarbures qui restent dans le sous sol du pays le permettront. Autrement, le reste, tout le reste, ils n’en ont absolument rien à cirer. Tout le travail se fait pour se maintenir au pouvoir point barre. Partant de là, que reste t’il au peuple Algérien? de deux choses l’une. Ou bien il prend son destin en main et vite et il n y a qu’une seule chose à faire. ou bien il attend que la nature fasse les choses (qui sera exactement pareil que ce qu’il doit faire maintenant en prenant en charge son destin) et ça se passera dans un siècle et demi à deux.




      0



      0
        Lghoul
        15 mai 2017 - 13 h 44 min

        @lehbilla – Une chose est
        @lehbilla – Une chose est sure: Reformer la justice et l’éducation et lutter sans merci contre la corruption aura le soutien des plus fort du peuple, le soutien de cette majorité silencieuse qui est restée chez un certain 4 mai. En fait c’etait son message: Elle veut un nettoyage de son pays et de ses institutions, sinon elle n’y croit a rien, sinon par exemple, comment croire a quoi que ce soit quand on trouve des listes et du cash sur le fils du haut respondable du FLN avant des elections ? Comment croire quand ce meme responsable affirme a la presse qu’il n’a pas besoin de faire une campagne (= pas besoin de peuple pour gagner) car il est « sur » de gagner ? Alors Le jour ou ces pratiques de fraude disparaitront, la corruption s’effacera d’elle meme car une justice de fer et inflexible fera son travail proprement et le peuple y croira. Le peuple suivra meme les yeux fermés car il sentira profondemment qu’il est guidé par les « siens » c’est a dire ceux qui sont surs que leur avenir et celui de leurs enfants est en Algerie, leur pays, pas ailleurs.




        0



        0
    FLN Canal Historique
    15 mai 2017 - 11 h 44 min

    Ya Si Youcef, le problème ce
    Ya Si Youcef, le problème ce n’est pas le président Bouteflika (Allah ychafih) le problème avec les vautours qui l’entour le problème avec les nouveaux milliardaires qui imposent leur diktat, le problème enfin avec la médiocrité d’un peuple qui a perdu ses valeurs d’antan. Même Sidna Gabrielle ne pouvait diriger l’Algérie avec les Satans qui en profitent.

    Enfin si on avait un système dictatorial, votre publication ne verra pas le jour. Merci de votre approche .




    0



    0
      Lghoul
      15 mai 2017 - 12 h 52 min

      Qui autorise et donne le
      Qui autorise et donne le champ libre a ces « vautours » ? Pourquoi alors Bouteflika ne demande pas a la justice de poursuivre ces criminels, et tous ceux qui sont affichés partout dans le monde et ceux qui ont détourné ces milliards devant ses yeux ? Pour la « médiocrité » du peuple ils lui ont donné la direction d’une « république royaliste » pour qu’il soit passif et devienne zombie comme au maroc – La drougue provenant de ce pays et la religion salafiste de l’autre royaume wahhabite y aidant. Alors on a deux royaumes qui nous fournissent les medicaments necessaires pour devenir aussi un « royaume » des ténèbres et des reatrds historiques. Compare l’Algerie de 1970/80 a celle d’aujourd’hui. Si tout l’argent gaspillé, depuis que le pétrole frisait 150 dollars était investi sur la science et le progress on n’aura rien a envier aux pays d’europe dans tous les domaine de development humain et matériel. A l’époque déja on avait nos cadres, on avait nos principes, on avait notre honneur, on avait notre intelligence, on avait le respect entre nous, du religieux a l’athée, le tout groupé dans le meme pays comme un bloque. Aujourd’hui tout est desintégré, tout est parti dans d’autres cieux et il ne reste plus sur le champs de bataille économique et civilisationelle que les vrais ennemis de Dieu et le charlatantisme comme mode d’emploi.




      0



      0
    MOH TCHEKNINOU
    15 mai 2017 - 11 h 06 min

    Ya Si Youcef BENZATAT, ce n
    Ya Si Youcef BENZATAT, ce n’est pas UNIQUEMENT « … qui invalideraient – de fait – les suffrages etc… etc… ». Mais SURTOUT qui invaliderait – de fait et DE JURE – les suffrages. C’est de fait et… DE DROIT !!! Donc, please, Cher Monsieur, Veuillez rectifier. Toutes mes amitiés.




    0



    0
    nation
    15 mai 2017 - 10 h 25 min

    les choses sont plus
    les choses sont plus complexes que ne les imagine monsieur Zatat .. LA QUESTION NATIONALE n’est pas tranchée pour que les droits politiques soient aussi clairs que ne le pense cet article .. certes le pouvoir FLNRND profite de cette situation pour installer son régime de rapine généralisée , de gabegie et de corruption ; mais il y a aussi les questions cruciales de la nation et de la démocratie dans ce pays qui ne peuvent se trancher sans que les choses soient dites et clarifiées et ne doivent pas passer sous silence dans le brouillard .. jamais la démocratie comme elle se pratique dans le monde et telle que la vivent les peuples de la terre , ne verra le jour en Algérie et dans le monde arabe et musulman , tant que subsistera la Terreur islamique wahabiste , inspirée , financée et armée par la monarchie arabe saoudienne et le projet califal des frères musulmans égyptiens inspirée et soutenue par Erdoganet le Qatar .. Penser que la démocratie est possible dans de telles conditions serait une naïveté politiqué manifeste et une illusion mortelle … A moins que le peuple algérien fasse une rupture historique radicale de grande ampleur par la restauration de la nation algérienne sur la base de sa véritable identité et son entrée triomphale dans une révolution nationale ( comme il l’a fait avec la France ) , l’aventure démocratique restera une menace pour ce pays et le conduira a coup sûr vers la guerre civile comme en 92 .. le peuple algérien sait tout ca , donc il boycotte le pouvoir pour protester pacifiquement contre sa corruption mais ne fait rien qui soit dangereux contre l’état et l’armée nationale .. le peuple dans sa sagesse profonde a tiré les leçons de 90… IL ATTEND car il sait que la solution démocratique ne se trouve pas en Algérie mais en Orient , en Arabie … il attend la fin de la guerre mondiale du Moyen Orient , pour passer à moindre frais en démocratie reelle




    0



    0
      lehbilla
      15 mai 2017 - 10 h 39 min

      Pas d’accord. La nature
      Pas d’accord. La nature humaine étant ce qu’elle est et qu’elle ne changera surement pas de sitôt, l’égoïsme et la malhonnêteté étant prépondérants, le peuple Algérien attendra longtemps effectivement, mais la fin de la guerre en Orient. Il attendra simplement le moment venu car le changement devra avoir lieu. Il attendra que l’environnement naturellement s’y prêtera pour faire sa propre révolution. Il attendra que les conditions soient réunies dans le pays pour passer du régime oligarchique à un autre, démocratique peut être. Car rien ne dit, avec cette nature humaine, qu’il n y aura pas une autre bande de malfrats, après la révolte du peuple, qui monopolisera encore les commandes du pays pour une nouvelle dictature. La post indépendance nous l’a bien enseigné. espérons alors pour ce peuple qu’à ce moment là la transition sera la bonne. Mais on attendra certainement longtemps…en tous les cas ce n’est certainement pas pour demain et on ne sera certainement plus là pour le constater.




      0



      0
    lehbilla
    15 mai 2017 - 10 h 04 min

    La question que je me pose
    La question que je me pose tous les jours depuis deux dizaines d’années maintenant est celle ci: Quand est ce que l’on comprendra nous les Algériens que les dirigeants du pays, le pouvoir, le système les mafieux, n’ont absolument rien à foutre du pays encore moins des Algériens qui y vivent. Leur seul intérêt se trouve dans la rente pétrolière qui leur permet de garder le pouvoir aussi longtemps que le prix du baril et le volume des hydrocarbures qui restent dans le sous sol du pays le permettront. Autrement, le reste, tout le reste, ils n’en ont absolument rien à cirer. Tout le travail se fait pour se maintenir au pouvoir point barre. Les mises en scènes d’à côté c’est juste soit pour amuser la salle, soit pour fortifier ses assises. Citez moi un seul qui soit passé par le pouvoir et qui n’a pas été éjecté par celui ci (ou liquidé par celui ci) qui a œuvré pour le pays et qui ne s’est pas rempli les poches? la liste est quasiment vide. Par contre, citez moi les gens qui ont figuré parmi les tenants du pouvoir et qui comptent beaucoup dans leurs comptes en banque et la liste est vraiment longue, très longue et n’est pas prête de se clôturer. C’est mon avis. S’il y a un avis contraire je voudrais bien voir des arguments.




    0



    0
    muhand
    15 mai 2017 - 9 h 35 min

    Pour qu’un peuple demande ses
    Pour qu’un peuple demande ses droits les plus élémentaires il faut qu’il est une éducation une culture et qu’il soit intelligent pour ne pas jouer le jeu de ceux qui cherchent le statu quo . Les quelques rares intellectuels qui restent au pays sont silencieux et ne font rien pour éveiller les consciences endormies par tant d’années de vide culturel et intellectuel. L’école sinistrée des Benbouzide et compagnie a durant des décennies formaté nos enfants à la convenance des dirigeants. Les quatre cinquième de la population n’ont pas voté pourtant l’élection est validée et le peuple qui a dit non à ce carnaval est rentré chez lui sans crier sa rage. C’est la déliquescence. Les peuples du monde entier évoluent, le peuple algerien est resté figé, errant accepte la fatalité. Parce que nous voulons coûte que coûte faire parti d’un monde arabe avec qui pourtant nous ne partageons rien, nous sommes restés les derniers. L’Allemagne a été ruinée après la 2em guerre mondiale, en moins de 20 ans elle s’est développée. La Corée du Sud en moins d’un demi siècle est devenue une puissance industrielle, le Japon, et bien d’autres pays se sont développés en quelques décennies, l’algerie plus de 50 années après son indépendance a fait un bon gigantesque en arrière. Le pays vit toujours de rente pétrolière. Voilà où nous a conduit notre attelage avec le monde arabe. Aucune nation arabe n’est développée , aucune. La seule petite lueur qui donne de l’espoir pour un changement est la chute du prix du pétrole. Peut être que la faim fera sortir les citoyens dans la rue pour chasser les prédateurs . Prions.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.