Gdeim Izik : l’ONU appelée à mener une enquête «urgente» sur la situation des prisonniers

Gdeim Izik ONU prisonniers sahraouis
Jytte Guteland, présidente de l'intergroupe. D. R.

L’intergroupe sur le Sahara Occidental au Parlement européen à appelé, ce samedi, le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies à mener une enquête «urgente» sur la situation des prisonniers politiques sahraouis du groupe de Gdeim Izik, dénonçant la situation «dramatique» des droits de l’Homme dans les territoires occupés du Sahara occidental.

«Nous appelons le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies à mener une enquête urgente sur la situation des prisonniers de Gdeim Izik», a réclamé l’intergroupe dans une déclaration publiée après le report, une nouvelle fois, du procès en appel de ces prisonniers. «Une fois de plus, nous dénonçons la dramatique situation des droits de l’Homme dans les territoires occupés du Sahara Occidental», a-t-il ajouté dans cette déclaration, rappelant le droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination, un droit qui doit être exercé, selon l’intergroupe, par référendum conformément au droit international et aux résolutions de l’ONU.

Réaffirmant le droit des militants sahraouis de Gdeim Izik à «un procès équitable», l’intergroupe sur le Sahara Occidental a condamné «fermement» la violation du droit international dans ce procès à «motivation politique». L’intergroupe a appelé, en outre, à la libération provisoire «immédiate» des prisonniers sahraouis, réclamant une enquête sur toutes les allégations de torture pour identifier leurs auteurs qui «doivent être tenus pour responsables». «Nous demandons instamment à l’Union européenne (UE) et à ses Etats membres de soulever la question du sort des prisonniers de Gdeim Izik avec les autorités marocaines, au plus haut niveau, d’aller à la rencontre de ces prisonniers et de surveiller les procédures judiciaires, conformément aux engagements de l’UE sur les droits de l’Homme», a plaidé l’intergroupe.

La présidente de l’intergroupe, l’eurodéputée suédoise Jytte Guteland, a réitéré l’appel de l’ONG Amnesty International à un procès «juste et équitable» pour les prisonniers sahraouis, soulignant la nécessité d’enquêter sur les violations des droits de l’Homme dans la mesure où les rapports des observateurs internationaux sont «inquiétants». Qualifiant le procès des prisonniers de Gdeim Izik de «farce», le député européen Fabio Massimo Castaldo a affirmé que la procédure suivie par les autorités marocaines «n’est pas conforme aux principes fondamentaux sur le droit à un procès équitable tel qu’énoncé dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme et dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques».

En février 2013, 25 militants et défenseurs de droits de l’Homme sahraouis ont été condamnés par un tribunal militaire marocain à de lourdes peines en raison de leur participation au camp de protestation sahraoui de Gdeim Izik en 2010. Les condamnations ont été prononcées sur la base d’aveux obtenus sous la torture, à l’issue d’un procès inique marqué, notamment, par le refus d’entendre des témoins cités par la défense, ont dénoncé des ONG de défense des droits de l’Homme telles qu’Amnesty International, HRW et l’ACAT.

Le 27 juillet 2016, la Cour de cassation marocaine avait annulé, sous la pression d’organisations internationales de défense de droits de l’Homme et de juristes militants, la condamnation injuste prononcée par un tribunal militaire à l’encontre de ces militants sahraouis. Le procès en appel, qui a repris début juin, a été reporté au 11 juillet prochain. Il s’agit du cinquième report.

R. I.

Comment (3)

    HANNIBAL
    25 juin 2017 - 1 h 08 min

    Le mar »ok reprend sa bouderie capricieuse il rappelle son ambassadeur des Pays Bas pour soit disant extrader un dealer alors que le roitelet est le plus gros narcotrafiquant parmi les mar »oké il ferait mieux d’éteindre le feu qui crame les bidonvilles et de conforter les immeubles de Fes qui s’effondrent toutes les semaines tout ce beau monde va passer la nuit a la belle etoile offert par bouffi VI dans ce joyeux lupanar ou tout baigne de démocratie ou la moindre contestation c’est la prison comme pour les Rifains alors que les Saharaouis le makhnaz a une peur bleu de prononcer un jugement illicite c’est pour ça qu’il reporte sans cesse la date bouffi VI est assit sur les braises avec le Rif plus le Sahara occidental
    sans compter que Macron va l’appeler pour élucider le meurtre du français assassiné en plus par une prostituée du royaume du plaisir les touristes doivent se détourner de ce royaume du vice ou on peut y laisser la vie une plainte a l’ONU est justifié tyrraniser son peuple c’est un crime contre l’humanité sequestrer le peuple du Sahara occidental aussi !!




    0



    0
    Benhabra brahim
    24 juin 2017 - 21 h 45 min

    Hassen dos aussi avait toujours nie l existance du bagne de tazmamart(fonde en 73)….Et ce n est que grace a un journaliste puis la mobilisation de plusieurs ong que le makhzane fut oblige de liberer les prisonniers et fermer le bagne(1980)…….Le camp de Gdeim Izik etait un bagne a ciel ouvert,les prisonniers ont essaye de s en liberer,et c est grace a eux que le monde a su et vu que le regime entaa el marroqui a quel point il etait brutale et sauvage envers les sahraouis.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.