Benhabyles : «L’Algérie ne renoncera pas à sa politique d’aide aux réfugiés africains»

Benhabyles, Croissant-Rouge,
Saïda Benhabyles. New Press

La présidente du Croissant-Rouge algérien (CRA), Saïda Benhabyles, a indiqué lundi que l’Algérie ne renoncera jamais à aider les réfugiés africains venus en Algérie en raison de la situation dramatique et des conditions sociales difficiles qui prévalent dans leur pays. «L’Algérie est attachée à ses valeurs humanitaires et solidaires inspirées des principes de l’islam et son authenticité fondée sur les principes de solidarité», a déclaré Mme Benhabyles à la presse à l’issue de sa visite au lieu de regroupement des ressortissants africains dans la localité d’Oued El-Kerma (Alger).

«Nous continuons à apporter le soutien et les aides à tous les réfugiés africains, notamment ceux qui se trouvent au sein de ce lieu de regroupement dont le nombre dépasse 1 600 personnes», a-t-elle soutenu. Dans ce cadre, Mme Benhabyles a estimé que «les attaques récentes contre l’Algérie par certaines parties concernant la situation des réfugiés africains sont infondées», soulignant que ceux qui critiquent «ignorent notre culture, nos us et valeurs humaines inspirées de l’islam et nos valeurs d’authenticité fondées sur les principes de solidarité, d’entraide et de fraternité».

Dans le même contexte, Mme Benhabyles a ajouté que cette visite effectuée par la délégation du CRA au lieu de regroupement des réfugiés africains «s’inscrit dans le cadre du raffermissement de l’action humanitaire. C’est aussi l’occasion pour partager avec ces familles africaines, dont la majorité sont du Niger, la joie de l’Aïd El-Fitr et réaffirmer l’intérêt de l’Algérie à aider ces réfugiées qui ont fui leur pays en raison de la situation dramatique qui y prévaut».

Concernant la récente décision du gouvernement quant à la nécessité d’élaborer un fichier sur ces réfugiés et de codifier les aides qui leur sont destinées, Mme Benhabyles s’est félicitée de cette mesure qui met en exergue «les efforts déployés par l’Algérie pour alléger les souffrances de ces derniers».

R. N.

Comment (25)

    jones
    10 juillet 2017 - 16 h 03 min

    le japon 100 fois plus riche que l’algerie pays du tiers monde n’accueille aucun migrant,,l’australie idem,,,l’algerie dont l’economie depend du pays joue a un jeu dangereux avec l’acueil des noirs subsahariens,,que dire de la gale ,d’ebola et de la drepanocytose vehiculees par ces populations dont le taux de natalite depasse l’entendement




    0



    0
    EL HEF
    28 juin 2017 - 20 h 38 min

    Mme benhabiles j » ai vu a la tele que vous vous etes activer a distribuer des quantites importantes de denrees alimentaires dans un » camps  » de migrants a alger _ le probleme c’est que le lendemain c ‘est meme migrant revenait a la mendicite conclusion :::))ces migrants se foutent de vous et vous :::::))vous vous foutez de nous




    0



    0
      Moh TZIRI
      28 juin 2017 - 23 h 30 min

      Ceux qui nous critiquent, qu’ils prennent ces réfugiés africains chez eux. Le peuple est dans la merde. Il faut tout d’abord aider les siens. Le peuple vit le calvaire tous les jours et vous voulez nous imposer encore des charges insupportables. C’est une bombe à retardement plus dangereuse qu’une bombe nucléaire. Insérer les dans le pays et 20 ans plutard ils revendiqueront par les armes une part du pays et voila ce que vous voulez laisser à nos futures générations. Non merci. Donnez leur ce dont ils ont besoin et faites les retourner chez eux. Il n’y a pas de guerre chez eux. En plus les européens vous demandent de les bloquer en Algérie, et vous les suivez comme des toutous, voila la vérité que tout le monde doit connaître. C’est de l’hypocrisie
      De la part des tenants du pouvoir, ils ont trouvé l’astuce pour occuper les citoyens pour faire leur sale trafic de tout genre. Pauvre pays, mais on sent loin de la goutte qui sera de trop.




      0



      0
    Point de vue
    28 juin 2017 - 18 h 03 min

    Point de vue venant d’ailleurs !!!
    Etant très surpris par différentes réactions suite à cet article sur l’accueil des réfugiés ou migrants voulant entrer en Algérie. Je me permets de citer quelques chiffres qui caractérisent l’immigration des Algériens vers d’autres pays.
    Immigration globale : environ 7 millions d’Algériens vivent dans des pays étrangers dont environ 5 millions en France, 200000 en Amérique du Nord Canada compris, 250000 au Royaume-Uni, 25000 en Espagne, 50000 en Italie, 50000 en Belgique, 22000 en Allemagne, 13000 en Suisse etc etc etc.
    Si des citoyens de ces pays disaient : « On ne peut pas accueillir toute la misère du monde » en parlant des immigrés Algériens. Qu’en penseriez vous ????




    0



    0
      Algérienne
      28 juin 2017 - 18 h 53 min

      Je vous informe que la majorité des Algériens qui immigrent sont des diplômes déjà formés …Ce qui est à l’avantage des pays qui les accueillent.
      Alors que chez nous, le makhzan fait tout pour inonder l’Algérie de ses narco-trafiquants.
      En plus, sachez que dans les pays occidentaux les clandestins sont menottés et envoyés chez eux dans des avions spéciaux.
      Arrêtons d’être des naifs. Nous avons aussi le droit de dire NON AUX voyous clandestins envoyés par le Maroc.




      0



      0
      Hamza
      28 juin 2017 - 19 h 07 min

      Ce point de vue est fallacieux ! Vous confondez l’Algérie tiers mondiste avec tous ces pays d’Europe et d’Amérique du nord que vous citez dans votre exemple. Pourquoi donc des membres de gouvernements des pays africains concernés, riches en matière premières vivent-ils dans l’opulence, la corruption et la gabegie…et méprisent-ils tant leurs citoyens vivant dans la pauvreté et la misère au point de s’en débarrasser sur le dos des autres « à titre humanitaire ».
      N’est-ce-pas aussi les politiques hégémoniques occidentales, et à leur tête les Usa qui sont à l’origine de tous ses exodes de réfugiés dans le monde. Les guerres au Moyen-Orient, la dilapidation des richesses africaines parfois avec même la complicité de certains gouvernements locaux, ne sont-ils pas tout compte fait l’œuvre de ce monde dit libre, démocratique et où on respecte dit-on les droits de l’homme. Ils en sont les seuls responsables, et doivent assumer les conséquences de leurs politiques.
      C’est tout comme le chaos que les occidentaux ont foutu en Lybie, et veulent que les autres en supportent les conséquences. Non merci ! Ce que Madame Benhabyles déclare personnellement au nom de son association humanitaire n’engage en rien les citoyens ou leurs représentants légaux. Car il s’agit faut-il le rappeler à Madame Benhabyles d’une arme à double tranchant. Je vous invite Madame à travers cette modeste réponse de lire les différents commentaires à AP à ce sujet. Lorsque les forces du mal ont échoué à entrainer l’Algérie et son armée dans le conflit terroriste en Lybie, veulent-t-elles par hasard ces mêmes forces de piéger le front intérieur en lui-même déjà fragilisé.
      Pourquoi selon vous, à titre d’exemple l’Assemblée nationale française vient tout juste comme par hasard de refuser ce genre d’émigration à plus de 50% bien qu’il s’agit de la France qui n’est pas le seul pays européen qui redoute à moyen et à long terme les conséquences fâcheuses de cette situation qui prend de plus de l’ampleur.




      0



      0
      CINQ FI AINIK
      28 juin 2017 - 20 h 12 min

      5 fi ainiiik pourquoi vous compter pas les mokokos comme toi? qui sont partout en france belgique hollande espagne europe ect…mais contrairemznt a votre race courbee les algeriens expatier sont des bijoux pour les pays d acueil __le makhnez est ultra raciste voys refuser d acuellir 10 syriens et vous venez nous donner des lzvon de droit de l homme




      0



      0
    Kahina
    28 juin 2017 - 17 h 56 min

    L’Algérie est visée par un plan diabolique, et vous avez trop dormi.
    Il faut régler ce problème.
    Les réfugiés dans des camps bien organisés aux frontières. C’est la sécurité des Algériens que vous mettez en danger en les laissant errer dans nos villes.




    0



    0
    Kahina
    28 juin 2017 - 17 h 38 min

    Occupez vous des Algériens sans abris .
    Les narco-trafiquants, il faut les reconduire chez eux.
    Soyez fermes comme tous les autres pays qui savent se défendre. (…)




    0



    0
    Az
    27 juin 2017 - 18 h 33 min

    l’Algérie n’a pas les moyens pour venir en aide de façon durable et correcte aux réfugiés . Car il ne faut pas se leurrer , leur donner des papiers pour qu’ils puissent travailler aura pour conséquence logique leur prise en charge à tous les niveaux au même titre que les algériens eux même sinon des voix tonitruantes et très audibles d’ici et d’ailleurs crieront aussitôt à la discrimination et au racisme.
    Cette situation est risible si elle n’était pas malheureusement dramatique.
    Sans démagogie aucune, L’Etat algérien est il capable d’assurer une fois les papiers délivrés une couverture sociale ( Travail, logement, éducation) et sanitaire aux étrangers alors qu’il éprouve Les pires difficultés à le faire pour sa propre population.
    Quand bien même il le pourrait vous vous imaginez l’appel d’air que cela provoquerait et les centaines de milliers de nouveaux arrivants affluer chez nous ? On fera quoi alors ? Leur donner des papiers encore et encore ?
    Si cette population n’est pas prise en charge correctement alors le monde entier sautera sur cette occasion , inespérée il est vrai , en invoquent le droit des minorités ,pour accentuer encore la pression sur l’Algérie en vue de l’affaiblir d’avantage.
    C’est pourquoi seule la reconduction aux frontières dans le respect de la dignité humaine , procédure qui ,faut il le rappeler, demeure conforme à l’usage et au droit international parait comme viable , juste , humaine pour tout le monde et épargnera à notre pays une source d’ennuis dont certains responsables semblent malheureusement loin d’en mesurer les effets dévastateurs sur sa stabilité .




    0



    0
    Hamza
    27 juin 2017 - 18 h 19 min

    Tout compte fait, la gravité de ce problème de réfugies semble échapper totalement aux autorités concernées. Que Dieu préserve l’Algérie!




    0



    0
    Mus
    27 juin 2017 - 17 h 23 min

    L’image véhiculée depuis plusieurs mois pas les migrants en majorité clandestins semblent a juste titre inquiéter l’opinion publique nationale et les esprits « bienfaisants » parmi les organismes étrangers charges des refugies et autres migrants internationaux. Ce qui n’était, il y un ou deux ans, que l’exception avec quelques rares mendiants sur le bord des routes, s’est progressivement transformé en flux humain chaque jour grandissant et étendant ses tentacules dans tous les quartiers, rues, cites, marchés, mosquées…de nos villes et même de nombreux villages isolés et les plus reculés du pays. A l’exception de quelques jeunes audacieux qui sont arrivés a se trouver un emploi, le plus souvent dans le secteur du bâtiment, la majorité des migrants s’adonne a la mendicité, devenue apparemment la principale voire unique source de « revenu ». Le phénomène est tellement nouveau chez nous que même nos mendiants y ont perdu leur…latin et ont commencé a se plaindre d’une « concurrence étrangère déloyale ». Profitant du laxisme voire de la démission des autorités algériennes, surtout la veille d’un récent sommet africain sur les migrations (crainte de déplaire aux dirigeants « frères » africains, pourtant principaux responsables des guerres et la mauvaise gouvernance dans leurs pays) et abusant de la générosité légendaire des Algériens surtout en période de Ramadhan, ces migrants ont cru que les portes du « paradis » leurs étaient enfin ouvertes pour sortir de la misère dans laquelle leurs dirigeants les ont confinés depuis de nombreuses années, parfois depuis l’indépendance. Avec le temps et le nombre de migrants arrivés en masse avec leurs familles comprenant parfois des bébés très fragiles, les réactions ont commencé variant de la plus accueillante a celle franchement hostile a leur présence sur le territoire national. Les réseaux sociaux ont été le canal le plus approprié pour ce faire. Comment faire et qui doit faire et quoi faire pour remédier a cette situation? Quels sont les défis et les aspects positifs induits par cette migration d’un genre et d’une ampleur jamais connus auparavant dans notre pays?
    Les défis sont d’ordre sécuritaire, économique et social.
    Les défis sécuritaires proviennent du fait qu’un flux non contrôlé a la frontière, répertorié et suivi durant son séjour risque de poser d’énormes problèmes sécuritaires du fait que les concernés proviennent d’une zone de conflits endémiques dans la région du Sahel. Boko Haram, Ansar Eddine ou autres groupuscules terroristes y verraient un moyen « sécurisé » de se déplacer, de s’implanter et de commettre leurs méfaits sans beaucoup de contraintes, en Algérie et ailleurs. La foule des déplacés est le meilleur paravent pour les terroristes. Donc il y danger potentiel contre le pays. Laisser faire, c’est faciliter la tache aux criminels.
    Défi économique: Il est encore plus complexe. Accepter de recevoir des migrants économiques, c’est leur prévoir un minimum de moyens financiers et matériels que seul l’Etat pourrait assurer, dans le cas ou il en serait capable. Or l’Algérie est un pays du Tiers Monde et qui se débat actuellement dans une crise économique et financière réelle qui menace les grands équilibres de son économie et le bien être de sa population. Le fait d’y ajouter une population étrangère totalement démunie pourrait grever les deniers de l’Etat, aggraver la crise et paupériser d’avantage la population algérienne autochtone. De plus, le défi ne se limite pas a l’emploi régulier a assurer aux visiteurs.. Arrivés de plus en plus en familles entières, ils auraient besoin d’un logement que leurs maigres ressources et la cherté de l’immobilier ne leur permettent pas d’acquérir. L’Etat a t il les moyens de leur régler ce problème fondamental, a l’heure ou les projets nationaux de logements sociaux sont menaces d’arrêt? assurément non. Faut il les laisser squatter les trottoirs et les ponts dans des conditions sanitaires et de promiscuité intolérables? a l’évidence, non.
    Par ailleurs, ces personnes ont besoin de soins et de couverture sanitaire. En tant que migrants clandestins n’ont ils pas droit aux soins surtout d’urgence et concernant les plus vulnérables d’entre eux comme les personnes âgées, les femmes enceintes et les bébés? la gratuité des soins dans le secteur public n’est pas valable dans le secteur privé. Elle a parfois un cout exorbitant que règle le contribuable.
    Si cette migration s’installe dans la durée, il faudra que ses enfants bénéficient des crèches, de l’éducation et de la formation dont ils auraient besoin. Qui supportera les frais y afférents? et quelle serait la langue d’enseignement ?
    Sans stigmatiser qui que ce soit, il est impératif que les autorités nationales évaluent l’état de sante de chaque migrant. Les maladies tropicales font des ravages dans presque tous les pays africains subsahariens. La fièvre jaune, la fièvre dengue, l’Ebola, le paludisme …ne sont pas une simple vue de l’esprit. Leurs couts humains et financiers sont énormes en cas d’épidémie. Un contrôle sanitaire rigoureux aux frontière s’impose.
    De plus, nécessité faisant loi surtout auprès de nos jeunes blasés,, les risques de propagation de maladies sexuellement transmissibles, notamment le sida, au sein et en dehors de cette communauté, sont a prendre au sérieux. Les rixes et bagarres entre jeunes des deux camps peuvent surgir.
    Quant a l’aspect social, il se résumerait dans le fait que s’agissant d’une migration pauvre et sans qualifications professionnelles particulières c’est a l’Etat et au mouvement associatif de prendre en charge l’essentiel des doléances de cette catégorie de visiteurs en signe de solidarité humaine.
    L’aspect positif de cette migration résiderait dans le fait qu’une fois contrôlée et ordonnée, ses éléments les plus disposes a l’emploi pourraient bénéficier d’emplois dans les secteurs demandeurs de main d’œuvre pas qualifiée comme l’agriculture et le bâtiment. A charge pour l’Etat de veiller a ce que ces travailleurs étrangers puissent bénéficier de tous leurs droits prévus dans la législation du travail du pays. Il ne faut pas qu’ils servent d’esclavages aux employeurs sans foi ni loi.
    Pour le reste, en accord avec les autorités de leurs pays respectifs et en collaboration avec les ONG et autres organismes concernes ou intéressés, les autorités algériennes devraient faire rapatrier les migrants illégaux dans les meilleures conditions possibles, a partir des camps de regroupement qui leur ont été installes et contrôler plus sérieusement nos frontières. Non, les Algériens ne sont pas racistes. Ils s’inquiètent de l’ampleur d’un problème qu’ils n’avaient jamais connu auparavant. Eux qui étaient des migrants en Europe s’étonnent de voir leur pays envahi non pas de migrants, mais de mendiants!
    Quant aux critiques des esprits malfaisant des ONG qui font plus dans le messianisme et l’espionnage au profit de la CIA et autres nids d’espionnage, ils n’ont pas de leçon a donner a notre pays en la matière. L’Algérie a de tout temps été une terre d’accueil. Je leur rappelle que ces migrants ne sont chez nous que parce que le riche Occident leur a fermé la porte au nez. Je reproche a nos autorités de tarder a réagir et je soutiens leur volonté récemment déclarée de « mettre de l’ordre » dans ce problème potentiellement « explosif », s’il n’est pas maitrise a temps.




    0



    0
    BEKADDOUR
    27 juin 2017 - 15 h 50 min

    Commencez Ma/Dame par recenser les réfugiés algériens, ceux que « Le Système » du piston exclue même d’une supposée « Notre » histoire… Pour accueillir, ça suppose d’avoir un chez soi !




    0



    0
    ah bon ...
    27 juin 2017 - 15 h 28 min

    dés que vous aurez une maladie virale mortelle dans le pays ( Ebola , choléra ….) , repensez alors à votre affirmation « nationaliste » ….




    0



    0
    lhadi
    27 juin 2017 - 12 h 58 min

    Je salue, naturellement, et je respecte la générosité désintéressée, les dévouements méritoires que suscite la volonté de venir en aide à ceux qui sont aux prises avec les pires difficultés.

    Il ne faut pas hésiter à prendre, dans toute la mesure de nos moyens, notre part de cet élan humain.

    Je considère toutefois que celui-ci ne saurait absolument pas suppléer ni s’opposer à l’action indispensable pour donner à ces peuples les moyens de s’engager eux-mêmes dans la solution de leurs problèmes, dans la voie d’un développement rapide et régulier.

    L’action de l’Algérie doit s’orienter, particulièrement, dans cette direction.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
      Az
      27 juin 2017 - 18 h 28 min

      l’Algérie n’a pas les moyens pour venir en aide de façon durable et correcte aux réfugiés . Car il ne faut pas se leurrer , leur donner des papiers pour qu’ils puissent travailler aura pour conséquence logique leur prise en charge à tous les niveaux au même titre que les algériens eux même sinon des voix tonitruantes et très audibles d’ici et d’ailleurs crieront aussitôt à la discrimination et au racisme.
      Cette situation est risible si elle n’était pas malheureusement dramatique.
      Sans démagogie aucune,L’Etat algérien est il capable d’assurer une fois les papiers délivrés une couverture sociale ( Travail, logement, éducation) et sanitaire aux étrangers alors qu’il éprouve Les pires difficultés à le faire pour sa propre population.
      Quand bien même il le pourrait vous vous imaginez l’appel d’air que cela provoquerait et les centaines de milliers de nouveaux arrivants affluer chez nous ? On fera quoi alors ? Leur donner des papiers encore et encore ?
      Si cette population n’est pas prise en charge correctement alors le monde entier sautera sur cette occasion , inespérée il est vrai , en invoquent le droit des minorités ,pour accentuer encore la pression sur l’Algérie en vue de l’affaiblir d’avantage.
      C’est pourquoi seule la reconduction aux frontières dans le respect de la dignité humaine , procédure qui ,faut il le rappeler, demeure conforme à l’usage et au droit international parait comme viable , juste , humaine pour tout le monde et épargnera à notre pays une source d’ennuis dont certains responsables semblent malheureusement loin d’en mesurer les effets dévastateurs sur sa stabilité .




      0



      0
    khanfri
    27 juin 2017 - 12 h 42 min

    Mme Benhabyles En tant que Présidente du CRA cela ne vous choque t il pas de voir ces syriens et africains mendier sur les routes en plein soleil, bébés sous le bras??? Et d abord pourquoi sont ils contraints de mendier: l aide du CRA est elle insuffisante, inexistante … Les voir mendier ainsi est irrespectueux pour eux, pour les algériens et pour vous et votre entité. Franchement si votre organisme manque de fonds vous n avez qu a en sollicilter aupres de qui de droit…. mais prenez les en charge correctement plutot que de nous servir des discours diplomatiques!!




    0



    0
      elhadj
      27 juin 2017 - 16 h 54 min

      les gouvernements des pays d origine devront être sensibilises sur cette question de migration clandestine pour tenter de préserver notre securite;notre environnement et la sante publique ; s il est humainement admis qu il faut les assister cela ne doit permettre des déplacements massifs de populations pour mettre en péril notre tranquillité et éviter donc des frictions comme cela a été constate a travers certaines villes du pays.




      0



      0
    Bezaf
    27 juin 2017 - 12 h 26 min

    De quel droit vous parlez au nom des algeriens et vous osez dire que ses etrangers seront regulariser rien que par le souci de garder votre poste ,vous depassez vos prerogatives!! restez dans l humanitaire cette affaire serieuse pour le pays vous depasse…




    0



    0
    Anonyme
    27 juin 2017 - 12 h 16 min

    quelle stupide déclarations «d’humanisme» (…) ce régime veut redorer son blason avec ces envahisseurs sahéliens au détriment de la stabilité, la sécurité, la paix, la volonté du peuple qui ne veut pas être envahi par des sahéliens qui trainent dans tous les recoins des villes algériennes. Une invasion dramatique, inquiétante, que ce régime minimise ou fait semblant de ne pas voir et qui affecte la vie des citoyens et massacre le paysage urbain, sans compter le manque de moyens sanitaires.
    Appliquer la loi sur l’immigration illégale invasive, ce n’est pas être raciste, c’est nécessaire et ce que veut le peuple algérien. Ceci dit, faire de telles déclarations pour améliorer l’image du régime à l’étranger, c’est stupide, car tous les pays appliquent leurs propres lois sur l’immigration illégale. De plus, donner du travail à ces sahéliens et les laisser errer dans nos rues pour faire de la mendicité organisée par des mafieux africains, c’est les encourager à débarquer par millions en Algérie.




    0



    0
    Yakada Dz
    27 juin 2017 - 12 h 01 min

    Le mot « REFUGIE » n est pas approprie pour le cas de notre pays; le terme IMMIGRATION CLANDESTINE serait plus approprié. Parler de refugie equivaut a se pieger et à pieger le pays, qui se trouverait dans l’obligation de regularisation des flux migratoires presents et a venir. Ne creons pas nous-memes le cheval de Troie qui se nomme REFUGIES. SVP pensez a la securite du pays avant celle d autrui!!




    0



    0
      elhadj
      27 juin 2017 - 16 h 46 min

      effectivement c est l avis des citoyens pour encadrer héberger tous les migrants dans des endroits contrôlés et sécurisés et de sanctionner avec rigueur les passeurs clandestins .votre déclaration madame est plutôt un appel d air a une forme d invasion et une incitation a une migration massive le fait de leur promettre du travail au moment ou le pays vit une crise sans précédent. il faut être réaliste en tenant compte de l opinion de la population




      0



      0
    Grave
    27 juin 2017 - 11 h 22 min

    l’algerie ne peut pas supporter tout ce flux migratoire qui envahit le pays chaque jour, les moyens de base et l’outil nécessaire pour accueillir tout ce monde sont quasi-nuls. La politique dont parle madame benhabyles est celle du discours et de la théorie. Dans la réalité, dans la vraie vie, il faut changer de politique et essayer de renoncer a certaines idées qui cause encore plus de mal que de bien.




    0



    0
    africain du nord
    27 juin 2017 - 9 h 44 min

    j ai une idee pour toi saida , prends les tous chez toi .




    0



    0
    youcef
    27 juin 2017 - 9 h 32 min

    Nous avons besoin d une politique claire et pérenne et non de la langue de bois de cette respectable dame rescapée et recyclée d un système dépasse du parti unique !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.