Conflit entre Cevital et l’EPB : le FFS rencontre Rebrab durant plus de 8 heures

Issad Rebrab
Issad Rebrab. New Press

Dans un communiqué rendu public cet après-midi sur sa page Facebook, le président du groupe parlementaire du FFS, Chafaa Bouaiche, indique qu’une délégation de la fédération de Béjaïa du plus vieux parti de l’opposition a rencontré aujourd’hui Isaad Rebrab, PDG du groupe Cevital, son DG et son directeur au niveau de Béjaïa. La délégation du FFS était composée de Rachid Chabati, premier secrétaire fédéral, Chafaa Bouaiche, chef du groupe parlementaire, Nacer Abdoune, député, Youcef Boukoucha et Sadek Amara, élus APW, et Hmanou Hmitri, membre du secrétariat fédéral.

La rencontre, qui a duré plus de huit heures, précise la même source, a été une occasion pour la délégation du FFS de demander des clarifications sur le conflit opposant depuis des semaines Cevital à la direction de l’Entreprise du port de Béjaïa (EPB). «Les échanges étaient très sincères et francs. Les conclusions de la rencontre seront rendues publiques bientôt», ajoute Chafaa Bouaiche. Cevital accuse l’EPB de bloquer son projet de construction d’une unité de trituration de graines oléagineuses au niveau du port, où le groupe dispose d’une raffinerie d’huile.

Bien que le gouvernement se soit saisi du dossier, le conflit entre le Port de Béjaïa et le groupe Cevital est loin de connaître son épilogue. Le comité de soutien aux travailleurs de Cevital a lancé, jeudi 29 juin, un appel à une nouvelle marche populaire pour demain lundi afin de dénoncer les «blocages de l’EPB». Dans son appel, le comité en question a réclamé également le départ du directeur du Port de Béjaïa et l’ouverture d’une enquête sur sa gestion.

De son côté, l’Entreprise du port de Béjaïa nie tout blocage des investissements du groupe Cevital. Dans un communiqué rendu public la semaine dernière, l’EPB indique qu’elle a notifié au premier groupe privé algérien depuis 2016 «l’impossibilité d’installation d’une unité de trituration de graines oléagineuses à l’intérieur du domaine portuaire» pour cause de saturation.

Sadek S.

Comment (2)

    MELLO
    2 juillet 2017 - 20 h 23 min

    Le FFS réaffirme ses engagements dans le strict respect de ses valeurs et idéaux et de son projet économique et social . Le FFS ne cherche pas à cultiver l’illusion ou le désespoir, il entend repolitiser la société , afin qu’elle soit armée contre les manœuvres qui vont devenir plus lourdes à mesure que la situation économique s’alourdit du fait de la mauvaise gestion par les tenants du pouvoir. Rebrab à l’écoute du FFS, ce n’est pas un débat stérile, c’est un échange franc car les mots ont tous un sens. Quand le FFS parle de consensus, c’est pour remettre le pays entre les mains de ses enfants, de ses vrais enfants capables de lui donner plus de valeurs.

    lhadi
    2 juillet 2017 - 0 h 20 min

    Je ne peux qu’être solidaire du communiqué rendu public la semaine dernière par l’EPB qui indique qu’elle a notifié au premier groupe privé algérien depuis 2016 « l’impossibilité d’installation d’une unité de trituration de graines oléagineuses à l’intérieur du domaine portuaire pour cause de saturation ».

    Pourquoi ?

    Parce que pour remédier, déjà, à ce problème, il a fallu, en 2014, construire à Tixter ( Wilaya de Bordj Bou Arreridj) un port sec affecté au port de Béjaia. cette zone extra portuaire été la seule solution trouvée pour désengorger le port de béjaia.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.