Hommage au chahid Badèche Benhamdi

mémoire nationale
Le chahid Didouche Mourad : «Si nous venons à disparaître, défendez nos mémoires.»

Le 25 juillet 1957 à 3h30, la tête du chahid Badèche Benhamdi tombait sous le couperet de la guillotine, actionnée par le bourreau, l’innommable criminel Maurice Meissonnier, à la prison Serkadji (ex-Barberousse). Accusé dans l’attentat qui coûta la vie à Amédée Froger, maire de Boufarik et président de la Fédérations des maires d’Algérie, chef incontesté et véritable pilier de la colonisation, dans la matinée du 28 décembre 1956, au niveau du 8, rue Michelet (Didouche-Mourad).

Badèche Benhamdi, 27 ans, journalier, célibataire, natif de la commune d’Ouled Slimane, près de Boussaâda (wilaya de M’sila), vivant dans une baraque-dortoir du bidonville de la cité Mahieddine (wilaya d’Alger, Sidi-M’hamed), où il a été interpellé dans la soirée du 25 février 1957 par les paras légionnaires, les Bérets verts du 1er régiment des étrangers, parachutistes (1re République).

Condamné à mort le 11 avril 1957

Transféré à la villa Sésini, il subit les pires sévices de la part des sicaires tortionnaires (son coaccusé dans cette affaire, le chahid Belkacem Belebame, succomba aux tortures) ; écroué à la prison Serkadji, il est jugé est condamné à mort le 11 avril 1957 (moins de deux mois après son arrestation). La mort d’Amédée Froger donna lieu aux pires représailles des colons contre la population algérienne. La chasse à l’homme, les lynchages et les descentes punitives coûtèrent la vie à des centaines de victimes innocentes.

La furie et la rage des pieds-noirs étaient à leur paroxysme, et pour cause, attenter à la vie d’Amédée Froger, c’était porter atteinte à un symbole sacré, un totem de la colonisation, un sacrilège qui provoqua l’hystérie guerrière des ultras et le bain de sang qui s’en est suivi (prémices aux actions criminelles et génocidaires de la sinistre OAS).

Cet épisode historique (le plus meurtrier à Alger avec l’attentat de la rue de Thèbes), deux années à peine après l’appel du 1er Novembre 1954, fut certainement un moment crucial dans notre lutte de libération nationale, exacerbant les clivages entre les antagonistes, le fossé qui séparait les deux communautés ne cessait irrémédiablement de s’approfondir. Ce déversement de haine, de radicalisations, de positions des apôtres de la colonisation qui après la cuisante et humiliante défaite de Diên Biên Phu, au Vietnam, ne tenaient surtout pas à courir le risque de perdre l’Algérie, joyau de la couronne de l’empire colonial français.

De Dunkerque à Tamanrasset, tel était alors leur credo (cher surtout à un ancien président socialiste, ex-ministre de la Justice qui signa la mise à mort du chahid Badèche Benhamdi). Des moyens militaires et civils énormes sont alors engagés pour venir à bout de ce mouvement de rébellion mené par le FLN ; les pouvoirs spéciaux sont accordés à l’armée d’occupation, le général Massu avait carte blanche pour pacifier cette contrée.

Du côté algérien, cette fuite en avant meurtrière des pieds-noirs, le grand nombre de victimes qu’elle provoqua, jeta des pans entiers de sceptiques et de réticents de la population dans les rangs de la lutte armée, dissipant les illusions velléitaires des tenants de la solution politique ou encore le rejet du chimérique et fumeux projet d’intégration de l’Algérie, dotée d’une large autonomie au sein d’une fédération française prônée par un illustre prix Nobel pied-noir, enfant de Belcourt (quartier du chahid Badèche Benhamdi, pour lequel il ne daigna même pas lever le petit doigt pour le sauver du couperet de la guillotine).

Deux mois après la mort de Froger, le CCE d’Abane Ramdane et de Larbi Ben M’hidi déclencha la grève des 8 jours, c’est le commencement de la «bataille», ou plutôt du génocide d’Alger.

Il est toutefois étonnant qu’un événement aussi lourd de conséquences sur les décisions politiques et militaires des belligérants engagés dans le conflit algérien soit si peu connu chez nous ; il est donc légitime de se poser des questions sur le pourquoi d’une telle omission. Aux historiens de nous apporter un éclairage objectif sur cet épisode aussi important de notre lutte de libération !

La grève des 8 jours

Le chahid Badèche Benhamdi lui aussi n’échappa pas aux aléas de ce syndrome de l’oubli qui gangrène notre mémoire collective après son supplice le 25 juillet. Enterré au cimetière El-Alia, il n’eut même pas droit à une sépulture ; avec le temps, sa tombe devint un terrain de parcours piétiné par tous les passants.

Il a fallu l’obstination de certains citoyens de la cité Mahieddine, qui, même s’ils n’ont pas vécu cette époque, vont militer et œuvrer inlassablement pour la réhabilitation de la mémoire d’un de leurs «oulid el houma» pour qu’enfin, et avec la participation du mouvement associatif, il eut, en septembre 2013, une tombe digne d’un chahid qui fit don de sa vie pour l’indépendance de notre pays. Son nom, hormis sur la plaque commémorative dédiée aux chouhada guillotinés de la prison Serkadji, ne figure nulle part ailleurs.

Le chahid Didouche Mourad disait : «Si nous venons à disparaître, défendez nos mémoires.» Il nous incombe, par conséquent, à nous citoyens de la cité Mahieddine et de la commune de Sidi-M’hamed, ainsi que nos frères de la commune d’Ouled Slimane (wilaya de M’sila), le double devoir de défendre et d’honorer la mémoire de nos chouhada et en particulier celle du martyr Badèche Behamdi, l’unique guillotiné de notre commune.

Cependant, il ne suffit pas de célébrer l’héroïsme de nos martyrs ou de glorifier leur bravoure par des chants et des hymnes panégyriques, il est surtout important d’expliquer à notre jeunesse actuelle, victime des méfaits et des carences d’une époque de désenchantement, aux horizons incertains qui vit un malaise identitaire, en mal de repères et de modèles positifs, le pourquoi du sacrifice de ces aïeux de leur âge, pour qui les notions de patriotisme, d’amour de la patrie, le don de soi n’étaient pas de vains mots, des slogans creux galvaudés, désincarnés et rébarbatifs, bien au contraire, ils avaient valeur tout à la fois de principes, de repères, de programmes politiques et de projets de société et qui donnaient surtout du sens à leur vie et à leur combat contre le joug colonial.

Il est aussi impérieux de transmettre et d’inculquer à cette jeunesse (il serait honnête de reconnaître notre responsabilité collective dans l’échec de cette entreprise, ce qui explique probablement ce sentiment de désespérance qui semble tétaniser nos jeunes d’aujourd’hui) les valeurs et les idéaux de nos martyrs, ces combattants pour la liberté qui à leur époque ont profité des soi-disant bienfaits du colonialisme, c’est-à-dire de la misère, de l’ignorance, de l’humiliation et de la discrimination raciale.

Face au luxe fastueux et à l’arrogance orgueilleuse des pieds-noirs, leur seul luxe, c’était leur sens de la dignité et de l’honneur (bafoués et foulés au pied par la horde coloniale) et surtout cette fraternelle solidarité qui leur permit de transcender les clivages régionaux, eux les damnés de la terre, venus de tous les coins du pays, trouvaient refuge pour survivre à la misère dans les gourbis des bidonvilles de la capitale, à l’instar de la cité Mahieddine, réserve d’indigènes, ghetto ou township pour sous-humains, enclavés dans une prospère et jouissive ville prospère, ils en firent des creusets de la nation algérienne et des foyers du patriotisme dont tant d’enfants offrirent leur vie pour l’indépendance de notre chère patrie.

Envers ces chouhada, ces justes qui rendirent l’espoir et la fierté au peuple algérien, nous avons la dette d’espérance à rendre non seulement à notre jeunesse, mais aussi à toute l’humanité, car leur combat, le combat des opprimés, ils l’ont mené au nom de la justice et de la liberté, et leur sacrifice suprême, le plus beau, le plus noble, le don de soi, ils l’ont consenti au nom de la dignité humaine !

Les habitants de la cité Mahieddine (Alger)

Commentaires

    Lahlou
    31 juillet 2017 - 2 h 01 min

    Il faut multiplier ce genre d’initiative citoyenne et empêcher que le sacrifice de milliers d’algériens pour recouvrer l’indépendance ne soit oublié à jamais voire considéré par certains…comme une erreur.
    Ce héros oublié de l’histoire officielle, devenu un anonyme comme tant d’autres, parce que noyé dans le slogan « un seul héros, le peuple », mérite d’être mieux connu.
    Son geste -l’élimination d’Amédé Froger, ignoble symbole de l’exploitation coloniale- qui n’est ni une acte de violence pure ni une action de vengeance individuelle doit être reconnue comme un acte de résistance et d’engagement. Le colonialisme et ses soutiens – toutes nuances confondues y compris parmi les autochtones- n’a laissé aux algériens que le choix d’engager une lutte armée sans merci avec le comme arme le courage et le sens du sacrifice pour que vive l’Algérie éternellement.
    Puisse l’exemple de ce Chahid et des tous les autres inspirer notre peuple et surtout sa jeunesse pour qu’il fasse preuve en ces temps de paix d’ardeur et de rigueur au travail , du sens de l’innovation pour défendre sa souveraineté et sa liberté chèrement payés et qu’elles ne soient pas un vain mot prononcés dans des discours officiels par des indus moudjahid




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.