Nigériens en situation irrégulière en Algérie : reprise des opérations de rapatriement

rapatriement Nigériens
1er août, reprise des opérations de rapatriement. Ici, des Subsahariens à Annaba. New Press

Les Nigériens en situation irrégulière en Algérie feront l’objet d’opérations de rapatriement, et ce à compter du 1er août 2017, a indiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, qui souligne aussi que cette décision a été prise par les autorités algériennes en étroite coordination avec leurs homologues nigériennes.

«Dans l’objectif de mieux faire face au phénomène de l’immigration irrégulière et lutter contre les réseaux de la traite des personnes, les autorités algériennes ont décidé, en étroite coordination avec leurs homologues nigériennes, de la reprise, à compter du 1er août 2017, des opérations de rapatriement de ressortissants nigériens en situation irrégulière en Algérie», a indiqué Benali Cherif dans une déclaration à la presse.

Il a précisé que ces opérations «s’intègrent dans le cadre d’une série de mesures prises par le gouvernement algérien en vue de renforcer la coopération avec les pays de l’Afrique subsaharienne, notamment le Niger et le Mali, à l’effet de juguler les flux migratoires irréguliers auxquels notre pays se trouve confronté». Pour ce faire, «un dispositif associant tous les secteurs et acteurs concernés, dont le Croissant-Rouge algérien, a été mis en place en vue de permettre la mise en œuvre des opérations de rapatriement dans les meilleures conditions possibles et dans le strict respect de la dignité et des droits humains, conformément aux engagements internationaux de l’Algérie en la matière», a relevé le porte-parole du MAE.

Dans ce cadre, les autorités algériennes «ont veillé à ce que les opérations de rapatriement s’effectuent, tout au long de ses différentes étapes, dans des conditions optimales de confort et de sécurité», a-t-il souligné, ajoutant que «le dispositif ainsi mis en place est dûment complété par une prise en charge médicale et psychologique».

R. I.

Comment (16)

    Nostalgia
    3 août 2017 - 19 h 20 min

    S’il y a un seul Algérien qui accepte de voir massivement envahir son pays, ou il est fou inconscient ou bien il participe à la destruction de ce pays.
    Allez dans ce lien et voyez ce qui nous attend si nous n’érigeons pas un mur de feu, oui de feu, à nos confins sud. Nous disparaîtrions sinon, alors que nos ancêtres ont lutté pour avoir un Etat à nous malgré toutes les imperfections actuelles. L’avenir serait mille fois pire. Et au diable les ONG des « droits de l’homme », nous aussi avons le droit de défendre notre territoire; il y a va de notre survie.
    https://fr.news.yahoo.com/niger-pr%C3%A9sident-issoufou-inquiet-dune-d%C3%A9mographie-galopante-125700604.html




    0



    0
    HANane
    2 août 2017 - 22 h 52 min

    sur la route de Sidi Fredj, c’est effrayant ces gosses et nourrissons sur la chaussée mendiant des sous ! ils sont et mettent les automobilistes en danger !!!!!!!!!!!!!!!! ils s’amusent sur la chaussée sous un soleil de plomb , des femmes enceintes avec des bebes dans les bras courent sur la chaussée et bordent les trottoirs!!! on n’a jamais vu ça !!! comment sont-ils entrés en Algérie???? C’est des milliers avec le même tableau sur la route de Ain Taya!!!! c’est vraiment horrible…




    0



    0
    Ahmed
    2 août 2017 - 20 h 50 min

    Concernant la question des migrants subsahariens ( clandestins ?) en Algérie certains s’érigent en « spécialistes » et en donneurs de leçons.
    Que les ONG occidentales fassent pression sur nos autorités, pour nous culpabiliser et nous fourguer une misère que leurs yeux délicats ne veulent pas voir installée chez eux, c’est de bonne guerre, elles défendent les intérêts de leurs pays, la philantropie étant le cadet de leur soucis.
    Mais que des nationaux s’érigent en « bien pensants » et jouent les idiots utiles c’est vraiment choquant.
    Ils adoptent pour cela deux postures : soit un angélisme d’enfant de choeur, soit un cynisme machiavélique.
    Les deux postures sont condamnables car elles conduiront inévitablement à la ruine de ce pays pour lequel des hommes et des femmes ont consenti le sacrifice suprême afin qu’il renaisse.
    La lecture, ce matin d’une interview sur un quotidien national, d’un Enseignant Algérien établi en France (et n’endurant pas par conséquent les souffrances au quotidien des Algériens restés chez-eux), m’a interpellé.
    L’interviewé donne pêle mèle des données et des conclusions hâtives et approximatives sur lesquelles il établit une théorie comparative entre l’occident et l’Afrique subsaharienne. Comparaison n’est pas raison, et là où les plus grands spécialistes mondiaux s’accordent, lui il trouve matière à contradiction et prend le contre-pied du simple bon sens.
    J’ai été choqué de lire qu’il ( A. B. ) considère le rapatriement de ces migrants illégaux chez eux dans des bus climatisés gratuitement et avec en prime des cadeaux grâcieusement offerts par l’Etat Algérien comme de la répression !
    M. A. B. je pense que vous aimez votre pays et ses habitants, alors de grâce cessez de jouer les idiots utiles par cynisme ou par angélisme. Merci pour votre compréhension.




    0



    0
    Viva l'Aldjérie
    2 août 2017 - 0 h 50 min

    L’Algérie a consacré 180 milliards de centimes à rapatrier quelques vingt mille nigériens pour rien. Les mendiants sont tous revenus au printemps suivant après avoir hiberné au pays natal, voyage payé et colis alimentaire en sus. Est ce que les autorités prendront la leçon de ce fiasco?
    N’y aurait il pas aussi quelque chose à revoir du côté de ces facilités d’entrée sur le territoire algérien accordées aux Touaregs pour des raisons évidentes et qui conduisent à des abus de la part de populations qui n’ont rien à voir avec les Touaregs ? Pauvres Touaregs, même leur capitale Tamanrasset ne leur appartient plus, elle est devenue la capitale du Sahel, leurs hôpitaux sont occupés par les Subsahariens comme aime à s’en vanter Saida Benhabylès à la recherche d’une deuxième médaille internationale en chocolat.
    Il est possible que l’Algérie aie besoin de main d’œuvre étrangère pour ses chantiers de construction et pour l’agriculture, c’est malheureusement un fait que l’ANSEJ a complètement tari le vivier des ouvriers potentiels. Mais que signifie l’arrivée de toutes ces femmes seules- presque la moité des  » migrants » sont des femmes- dans un pays musulman conservateur tel que le nôtre où elles n’ont absolument aucun espoir de trouver du travail, même pas comme femmes de ménage car même ce dernier emploi demande un minimum de compétences de la part de personnes qui savent au moins ce qu’est une maison. Et puis qui ferait rentrer dans sa maison une adepte des fétiches vaudous?
    Les études le disent, ces femmes sont vouées à se prostituer ou à se mettre en couple avec un inconnu qui bien entendu lui fera moult enfants su notre territoire. A ce sujet, j’aimerai bien savoir combien d’enfants subsahariens abandonnés se retrouvent dans nos pouponnières. J’ai lu un jour que des femmes expulsées avaient abandonné leurs enfants à Tamanrasset.
    Il faut blinder nos frontières (…)




    0



    0
      séhab
      2 août 2017 - 8 h 54 min

      >>@ Viva l’Aldjérie 2 août 2017 – 0 h 50 min<<
      bonjour compatriote votre commentaire merite
      20/20 je suis à 100%100 d'accord avec vous
      c'est vraiment ce qui se passe dans le pays
      c'est une riveté absolu!! c'est à ce demander
      si l'état et ces responsables ont des yeux
      pour voir ce qui se passe dans le pays!!?
      bien CORDIALEMENT séhab




      0



      0
    Kahina
    1 août 2017 - 21 h 22 min

    Macron veut créer des camps fixes dans les pays frontaliers avec la Libye, pour que les autorités françaises puissent étudier la situation des migrants cas par cas à `l’extérieur de la France. C ‘est sa dernière déclaration.
    Reconduisez ces migrants chez eux. La sécurité de l’Algérie est au dessus de tout et de tous. Nous avons aussi le droit de protéger notre territoire.




    0



    0
    Ahmed
    1 août 2017 - 20 h 44 min

    Enfin ce n’est trop tôt, mais mieux vaut tard que jamais, notre pays allait disparaitre sous cette colonisation de peuplement




    0



    0
    séhab
    1 août 2017 - 18 h 41 min

    les autorités ils n’arrêtes pas de nous rabâché que les frontières sont verrouiller pour empêcher les terroristes
    de rentrer dans notre pays OK mais comment qu’ils ont fait les migrants clandestin de tout ces pays
    pour traverser la frontière c’est ils étaient virement verrouiller!? ils sont pas arrivées par avion!?
    ils ont biens traverser la frontière à pied!? alors pourquoi n’ont-il pas était arrêter et que on les laisses
    atteindre le nord du pays (Alger Oran ou tizi ouzou) maintenant il faut les rapatreilles par avion qui va payer la note!!?




    0



    0
    mourad
    1 août 2017 - 17 h 36 min

    Il etait temps….je ne sais pas pourquoi les autorités ont laissé les choses s aggraver pour réagir! !!
    Y a t il eu des contrôles de gendarmerie et de police au niveau de toutes les routes qui vont du Sud au Nord ?
    Ces réfugiés ont bien emprunté nos routes pour y arriver,de plus pourquoi on rapatrie que les nigeriens ?et les autres qu est qu on en fait?
    Il faut être ferme cette foi s ci car des associations et fondations internationales, comme celle de SOROS ,bien implantées dans les pays d Afrique subsahariennes financent le voyage de ces réfugiés pour faire passer des terroristes et nous transmettre également des maladies, pour nous nuire.
    Les occidentaux sont très forts dans la manipulation..Attention




    0



    0
    Djamel BELAID
    1 août 2017 - 17 h 35 min

    Selon le Professeur Hervé Le Bras «Le Sahel est une exception démographique. Hervé Le Bras est démographe, directeur d’études à l’Institut national d’études démographiques (Ined) et enseignant à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Selon Mr Le Bras » la population de la bande sahélienne devrait tripler d’ici à 2050 pour atteindre 230 millions d’habitants. » Le plus grave également est l’instabilité politique de cette région. Nous devons nous préoccuper réellement du démarrage économique de cette région. Avec des moyens simples nous pouvons aider à la mesure de nos moyens. Djamel BELAID.




    0



    0
      Anonyme
      1 août 2017 - 20 h 30 min

      Il faudrait un contrôle des naissances dans le Sahel et chez nous aussi, la misère augmente avec l’augmentation des populations. Le Niger est le pays le plus pauvre au monde, le taux de natalité dans ce pays est extrêmement élevé le plus élevé au monde. Voilà un des graves problème.. Ce n’est pas à l’Algérie sous développé dont l’économie dépend essentiellement des hydrocarbures de venir en aide aux pays voisins qui regorgent de richesses naturelles qui profitent à la France, les dictatures de ces pays sont au service de la France affament leur population qu’ils nous envoient en Algérie qui risque de couler comme un bateau qui chavire avec cette immigration sahélienne qui nous envahit. Aucun pays au monde même riche ne peut prendre en charge les populations des pays voisins il faut y ajouter une grave menace sécuritaires, sanitaires etc… l’Algérie qui vit d’énormes problèmes de gouvernance illégitimes qui règne par un système de corruption, et de graves problèmes économiques doit se protéger de ces invasions migratoires qui nous viennent de partout y compris du Maroc voisin.




      0



      0
        Djamel BELAID
        2 août 2017 - 7 h 59 min

        Anonyme, vous écrivez « Il faudrait un contrôle des naissances dans le Sahel ». Le Pr Hervé Le Bras note « les pays du Sahel sont les seuls dans le monde, à avoir gardé un taux de fécondité aussi élevé, entre 6 et 7 enfants par femme ». Assurément, il faut un contrôle des naissances. Mais comme vous le faites justement remarquer, c’est également à cause de la misère.
        J’espère que nous, et les organisations internationales, sauront aider ce pays frère à trouver la voie du développement. En tout cas, en tant que voisin, nous ne pouvons pas rester sans rien faire. Ceci dit, apporter une aide concrète au développement peut nous être utile à nous même en terme d’efficacité économique pour notre pays. Djamel BELAID..




        0



        0
    Djamel BELAID
    1 août 2017 - 16 h 30 min

    Il faudrait envoyer des ingénieurs Algériens au Niger pour aider ce pays frère à se développer. Exemples de mini-projets: construction d’ouvrages pour épandage de crues, ateliers pour la transformation de produits agricoles, équipement d’ateliers de ferronnerie, … L’expérience des ONG peut être intéressante. Nous sommes voisins, la natalité du Niger est immense. Nous ne réussirons pas si le Niger frère stagne. Djamel BELAID.




    0



    0
      chaoui04
      2 août 2017 - 14 h 05 min

      Mon Dieu les ingénieurs à envoyer sont de ta qualité et niveau Alors adieu le développement….




      0



      0
    Mus
    1 août 2017 - 16 h 26 min

    Enfin une réaction qui semble salutaire de la part des autorités algériennes. Si le problème de l’immigration irrégulière subsaharienne n’est pas sérieusement et a temps pris en charge, il finira pas devenir incontrôlable avec tous les aspects dramatiques prévisibles pour les migrants et les problèmes politiques, économiques et de sécurité pour l’Algérie dont les capacités de résolution sont nettement en deca de ce qui est requis en pareille situation. Le problème est que l’instabilité politique et la pauvreté sont des données récurrentes a travers presque toute l’Afrique y compris du Nord, donc l’Algérie. Ces problèmes ne sont pas spécifiques au Niger et au Mali, pays frontaliers de l’Algérie. La charge de leur solution ne peut être supportée par le seul pays de destination, dans ce cas, l’Algérie. Car, fait étonnant, autant les autorités nigériennes ont toujours prouvé leur disponibilité a travailler de concert avec les autorités algériennes, les instances internationales et les ONG pour rapatrier dignement leurs ressortissants, autant celles du Mali jouent aux abonnés absents.On a même l’impression que ces dernières se complaisent a voir notre pays se démêler seul face au flux incessant de Maliens, en majorité du nord, donc musulmans. C’est comme si les autorités de Bamako ne voulaient pas s’impliquer dans la gestion de leurs ressortissants majoritairement issus de la région rebelle du nord. En tout cas qu’ils soient musulmans, chrétiens ou animistes, cela importe peu. Pour l’Algérie, il s’agit de migrants irréguliers pour lesquels le nécessaire doit être fait en associant les autorités du pays d’origine, les instances onusiennes et les ONG. Pour ceux parmi eux qui disposent ou peuvent prétendre a un emploi régulier dans le cadre d’un séjour tout aussi régulier, l’Etat devra veiller a ce que les droits de travailleurs étrangers soient garantis. Que les responsabilités de gestion de ce drame soient partagées en associant aux acteurs déjà cites, les pays riches occidentaux qui tentent de fermer hermétiquement leurs frontières a ces migrants qui, en fin de compte, s’installent la ou ils peuvent sans se soucier de leurs conditions de séjour ni de leur avenir et celui de leurs enfants.




    0



    0
    USMS
    1 août 2017 - 16 h 22 min

    Il ne faut pas oublier les autres car au-delà des nigériens, il y a les maliens qui sont les plus nombreux mais aussi ceux qui viennent de très loin comme les ivoiriens, les camerounais, les nigérians, les centre-africains etc, etc… L’Algérie est vraiment devenue dar khali mouh, on y entre comme dans un moulin.




    0



    0

Répondre à USMS Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.