L’Algérie multiplie les contacts pour éviter une intervention en Libye

Libye
Abdelkader Messahel en compagnie de Ghassane Salamé. D. R.

Par Ramdane Yacine – La diplomatie algérienne est montée au front pour empêcher que l’ingérence étrangère ne devienne l’ultime solution pour démêler l’écheveau libyen. L’Algérie est convaincue que si rien n’est fait pour éviter ce scénario, les Libyens s’acheminent droit vers un autre bombardement de leur pays, comme révélé par Algeriepatriotique dans un article paru le 8 septembre.

Fidèle à ses principes de non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats et de rejet de toute intervention étrangère, l’Algérie travaille d’arrache-pied actuellement afin de donner une chance à la solution politique et pacifique en Libye et éloigner les sirènes de la guerre de ce pays. Dans ce sens, le ministre des Affaires étrangères a réaffirmé, hier à Brazzaville (Congo) la position de l’Algérie pour une solution politique à la crise en Libye. Abdelkader Messahel – qui représentait le président Bouteflika aux travaux du quatrième sommet du comité de haut niveau de l’Union africaine sur la Libye – a réitéré, dans son intervention, la position de l’Algérie sur la crise libyenne en faveur d’une solution politique basée sur le dialogue inclusif et la réconciliation nationale, en dehors de toute ingérence étrangère. L’«option militaire ne saurait être acceptée car elle mènerait à la partition et au chaos en Libye et profiterait aux forces du mal à savoir les groupes criminels et terroristes» et l’Accord politique libyen signé le 17 décembre 2015 «reste le seul cadre de règlement à cette crise, et qu’il appartient aux seuls tout amendement pouvant permettre de surmonter les divergences actuelles».

M. Messahel a également rappelé les efforts que l’Algérie a consentis depuis le début de la crise en vue de rapprocher les positions des acteurs libyens et favoriser l’émergence d’une solution politique consensuelle qui n’est possible qu’à travers une approche inclusive de dialogue et de réconciliation.

En marge de ce sommet, le représentant de l’Algérie s’est entretenu avec le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour la Libye, Ghassane Salamé. Le représentant onusien a exprimé à l’occasion son appréciation des efforts «continus» de l’Algérie en faveur du règlement de la crise libyenne, tout en soulignant que «de tels efforts ont contribué au rapprochement des acteurs libyens».

M. Messahel a également rencontré son homologue tunisien, Khemaies Jhinaoui, avec lequel il a souligné «une convergence des positions de l’Algérie et de la Tunisie, tous deux pays voisins de la Libye, qui appellent constamment à un règlement politique rapide de la crise en Libye à travers le dialogue inclusif et la réconciliation nationale». Les deux ministres ont convenu de poursuivre la coordination et la concertation entre les deux pays en vue de contribuer aux efforts visant à hâter l’aboutissement de la solution politique dans ce pays frère et voisin.
R. Y.

Comment (21)

    jerome savonarole
    13 septembre 2017 - 12 h 36 min

    Avant l’invasion

    Après l’invasion ?????????

    Regards régionaux sur la gouvernance mondiale  » Afrique  »

    Perçus souvent plus comme un problème à résoudre que comme un peuple ou une région ayant son mot à dire dans la politique internationale, les Africains et l’Afrique peuvent inspirer et participer à la construction de la gouvernance mondiale, à partir entre autres de leur tradition philosophique de solidarité communautaire et sociale. C’est ainsi que la société civile africaine commence à élaborer des propositions concernant la gouvernance du continent qui prennent en compte toutes les dimensions (locale, africaine, mondiale) en même temps. À titre d’exemple, les propositions du réseau Gouvernance en Afrique
    ont trait à la construction d’une « gouvernance locale légitime » ; une refondation des États « capable de relever les défis du développement du continent » ; et enfin « une gouvernance régionale efficace pour sortir l’Afrique de sa marginalité.




    0



    0
    jerome savonarole
    13 septembre 2017 - 11 h 59 min

    le processus de partition de la Libye, n’ est que la suite logique du plan de l’invasion et la chute du régime de
    Mouammar Kadhafi




    0



    0
    karimdz
    10 septembre 2017 - 20 h 14 min

    Je salue le travail considérable et efficace de Messahel, qui oeuvre dans le sens du rapprochement des partis en conflit en Lybie et leur réconciliation alors que les trois pays terroristes qui ont le culot d incarner la communauté internationale (amérique, france, angleterre) ne cherchent qu à détruire et semer le chaos.

    Leur but est clair, occuper la Lybie et pomper le sous sol très riche en pétrole et gaz.

    Ces vampires et criminels ne reculent devant rien, sacrifiant peuples, états sur l autel de leurs seuls intérêts.




    5



    1
    Sprinkler
    10 septembre 2017 - 18 h 29 min

    Bonsoir  » Anti Maghreb Marocain  » ! Moi ce qui me plaît c’est ton pseudo qui résume bien notre  » allergie  » aux  » vertus  » de ce  » pot-pourri  » dans lequel  » Fafa  » veut nous  » conserver  » , un  » bazar  » culturel et politique exotique, entre les  » Dom-Tom  » et le  » néo-colonialisme  » : le  » Maghreb « , une vilaine  » appellation d’origine douteuse  » au code barre imprimé au Quai d’Orsay… Quant à la Libye ou ce qu’il en reste, je ne crois pas que les efforts de notre diplomatie pourront la nuée de vautours qui planent au-dessus de sa dépouille. Amicalement.




    5



    2
      Anti maghreb Marocain !!
      10 septembre 2017 - 22 h 41 min

      Merci Super Sprinkler, mais j’avoue que la première fois que j’ai entendu le mot maghreb je n’y voyais aucun vice caché mais c’est en creusant et en m’interrogeant souvent sur les aliés véritables et des intenssions traitre du Maroc que j’ai compris ou ces vautours voulaient en venir avec ce mot suptile de leur maghreb qui je crois vient du Maroc, sans vous annoncer que la France ose créer des associations gouvernementale de ce projet douteux  » Responsable du maghreb lol » que même les Algériens ne semble pas être au courant de cette supercherie et tentative d’ingérence..
      Le faite de dire maghreb c’est oubliez le nom ALGÉRIE et ce serait évidemment une autre forme de colonisation de l’Algérie ! Et les Algériens n’aurons plus leurs mot à dire au vu des signatures néfaste à l’Algérie si par malheur elle fait l’erreur de concrétiser cette arnaque.
      Peut être que je me trompes mais l’Algérie est assujetti depuis quelques temps à beaucoup d’espionnages, de plans qui permettent son affaiblissement économique pour un de leurs vieux fantasmes de soulèvement du peuple ( DIVISER POUR MIEU REGNER) et des voleurs du FMI, ajouté à cela un encerclement actuel et douteu du territoire Algérien qui est à mon sens pas très claire ! Sachant que le bras droit du président POUTINE nous avait déja prévenu , et pour clore la conversation il faut ressencer les éventuels traitres à la nation qui eux sont sans scupule pour vendre l’Algérie tant qu’il y a de l’argent en jeu !?
      Enfin même sur ce site les ennemis de l’Algérie travail en s’y infiltrants pour nous manipuler et nous mettre des pouces baissés quant la vérité les blaissent !
      A bonne entendeur salut !!!




      5



      0
    Rayés Al Bahriya
    10 septembre 2017 - 18 h 21 min

    C’est le plus long et difficile conflit régional et voir même international depuis la fin des grands conflits

    La Russie laisse faire couver ce conflit pour ne pas perdre pied en Syrie….

    Mais les libyens doivent comprendre que l’intérêt dans la sauvegarde de l’état et de la nation dois primer sur touts autres

    Raisins d’état ou intérêts égoïstes….

    Advitam AETERNAM.




    2



    1
    elkhayam
    10 septembre 2017 - 16 h 52 min

    Le Japon a reçu deux bombes nucléaires et a renaît de ses cendres pour devenir une puissance économique . L’Allemagne nazi a été rasé et de sa poussière est née une puissance économique et militaire. Alors se peut -il qu’il ne reste que cette solution pour les pays musulmans qui empoisonnent l’humanité avec leurs éternelles guerres ?




    3



    4
      Kilma
      10 septembre 2017 - 17 h 47 min

      Elkhayam,tu parles sans savoir… Qui a attaqué la Libye si ce n’est l’occident,comme d’ailleurs l’irak,la Syrie etc etc etc, alors arrête de mêler les musulmans à ces histoires. La Libye est un chaos par ce que Tes soi disant pays laïcs(alors qu’ils sont musulmans) sont des lâches et des incapables,ont lâché ce pays frère.stp va jouer ailleurs




      3



      0
    benchikh
    10 septembre 2017 - 16 h 23 min

    Je me dirige vers nos dirigeants ,en leur disant, que vous faites un grand job ,ce n’est pas facile de gouverner une société qui est contre sa nature,le cas chez nous est nos voisins est west .Mr Messahel à une mission des messagers pour éviter la haine entre les rangs des Libyens (وَاعْتَصِمُوا بِحَبْلِ اللَّهِ جَمِيعًا وَلَا تَفَرَّقُوا ۚ وَاذْكُرُوا نِعْمَتَ اللَّهِ عَلَيْكُمْ إِذْ
    كُنتُمْ أَعْدَاءً فَأَلَّفَ بَيْنَ قُلُوبِكُمْ فَأَصْبَحْتُم بِنِعْمَتِهِ إِخْوَانًا وَكُنتُمْ عَلَىٰ شَفَا حُفْرَةٍ مِّنَ النَّارِ فَأَنقَذَكُم مِّنْهَا ۗ كَذَٰلِكَ يُبَيِّنُ اللَّهُ لَكُمْ آيَاتِهِ لَعَلَّكُمْ تَهْتَدُونَ (103) سورة ال عمران ,je suis fière d’être dans cette patrie qui défend des causes juste merci l’Algérie et nos compatriotes,et près à servir .




    7



    2
    le niveau
    10 septembre 2017 - 16 h 12 min

    bonne initiave monsieur Abdelkader Messahel mais ca sert a rien si les yankee ou bhl ( ….) veulent revenir et detruire encore une fois la libye ils ne ferons aucun bruit …ils attaquent tout simplement




    7



    1
    Anti maghreb Marocain !!
    10 septembre 2017 - 15 h 28 min

    Une intervenssion en Lybie c’est une intervention de plus dans les frontières Algérienne nous sommes encerclés comprendra qui voudra mais si ils entrent en Algérie si ils ne sont pas déja rentré depuis ? ce jour la il n’y aura plus d’ami et se sera la réquisition des bien mal aqui des voleurs Algériens en France croyer moi !!!




    1



    7
    Abou Stroff
    10 septembre 2017 - 14 h 41 min

    la diplomatie algérienne est d’une naïveté maladive à moins que toutes ses gesticulations ne fassent partie de la politique de la diversion dans laquelle excelle le pouvoir en place. en effet, que pèse l’algérie dans le concert des nations? rien absolument rien. quant à la libye, reconnaissons que les libyens n’ont jamais formé une nation et qu’à ce titre, ils ne vécurent ensemble que grâce à la main de fer de gueddafi et à sa politique de distribution de la rente aux divers chefs de tribus qui constituaient un peuple artificiel.
    moralité de l’histoire: au regard de notre potentiel, nous ne pouvons qu’observer l’histoire qui se fait sans nous.nous pouvons toujours gigoter pour nous donner l’illusion de vivre. mais nous sommes morts (en dehors de l’histoire) depuis longtemps




    7



    11
      Nasser
      10 septembre 2017 - 14 h 59 min

      la Diplomatie Algérienne n’ est pa d’ une naïveté maladive, elle est constant et cohérente dans sa position et son engagement malgré tous les obstacles tendus par certains pays afin de faire échouer ses actions mais le langage de la diplomatie vaincra sur celui de la poudre si les libyens écoute la voix de la sagesse et non celle de la division prôné par ces pays là




      12



      5
      Anonyme
      10 septembre 2017 - 16 h 43 min

      tu veux parler de la narcomonarchie oui




      3



      2
      Manonymous
      10 septembre 2017 - 19 h 39 min

      Tu interviens encore apostrophe avec tes inepties que tu débinais déjà sur TSA (Tout Sauf l’Algérie)?




      1



      2
    Sprinkler
    10 septembre 2017 - 14 h 39 min

    L’Algérie sait que le destin des Libyens n’est pas entre leurs mains mais bien des terroristes de l’OTAN et de leurs vassaux du Golfe. Elle sait donc que la partition de la Libye entre les différentes puissances ingérentes est inéluctable.




    10



    2
      Anti maghreb Marocain !!
      10 septembre 2017 - 15 h 36 min

      SPRINKLER , J’aime ta clairevoyance, cela change du coté naïve de certaine personnes.et qui pensse que nous vivons dans un monde de bisounours !!
      ( Le plus beau coup des partisants du diable c’est de nous faire croire qu’ils n’existent pas !)




      3



      3
    Mohamed El Maadi
    10 septembre 2017 - 14 h 28 min

    Comme ont dit qui ne tente rien n’a rien .




    3



    1
    Abou Stroff
    10 septembre 2017 - 14 h 20 min

    je pense que le pouvoir algérien peut gesticuler autant qu’il veut, rien n’arrêtera le dépeçage de la libye, dépeçage décidé par les grandes puissances et facilité par les peuplades libyennes qui n’ont jamais formé une nation
    en outre, gardons les pieds sur terre: l’algérie, elle même, est menacée de dépeçage car elle fait partie intégrante de l’ensemble à dépecer défini par le « plan Yinon ».
    moralité de l’histoire: au lieu de continuer à poursuivre une chimère (la soi disant réconciliation nationale qui ne fait que retarder l’heure des règlements de comptes), n’est il pas plus pertinent d’aider la ou les parties, avec lesquelles nous partageons des intérêts, à éliminer leurs ennemis?
    PS: reconnaissons enfin, en oubliant notre vanité légendaire, que l’algérie ne pèse d’aucun poids au niveau international




    7



    10
    Moskosdz
    10 septembre 2017 - 13 h 53 min

    Comme les mercenaires se proclamant de l’islam n’ont pas de notion d’état dans leurs têtes,ce sont eux qui font tout pour attirer les pays de l’occident à bombarder leur pays afin de croire aux moutons que c’est l’islam qui est attaqué pour gonfler d’avantage leurs rangs,alors que la réalité est tout autre.




    4



    1
    Felfel Har
    10 septembre 2017 - 13 h 11 min

    L’intention est noble, mais les Libyens y souscriront-ils? L’Occident a beau jeu d’exarcerber les tensions entre tribus pour rendre possible un quelconque arrangement qui mettrait fin au conflit. Ni l’ONU, ni l’UA ne réussira à faire asseoir à la même table les Libyens en vue d’une paix salutaire pour leur pays. Les chef de tribus ne voient que le bout de leur nez et leurs intérêts étriqués, pas la sauvegarde de leur patrie, de leur nation. La partition du pays les séduit, chacun rêvant de recevoir un bon « morceau » du gâteau. Qu’ils se méfient de leurs conseillers occidentaux, ils veulent rafler la mise (le pétrole et le gaz) à leur barbe. Nos cheikhs,aujourd’hui belliqueux et intransigeants, retourneront à leur tente et à leur mode de vie de bédouins. Triste fin pour une révolution qui a tant apporté aux Libyens!




    4



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.