Les jours de Berraf seraient comptés à la tête du Comité olympique algérien

Berraf COA
Mustapha Berraf lorsde l'Assemblée générale élective houleuse de mai dernier. New Press

Par Karim B. – Des sources informées ont indiqué à Algeriepatriotique que le départ de Mustapha Berraf du Comité olympique algérien (COA) «est une question de temps». Ces sources expliquent que les conditions légales pour la destitution de celui qui a, jusque-là, réussi à tenir tête au ministre de la Jeunesse et des Sports et aux présidents des fédérations contestataires ont été réunies pour ce faire. Le quorum aurait donc été atteint et une Assemblée générale extraordinaire devrait être convoquée incessamment.

La réélection de Mustapha Berraf à la tête du COA avait, pour rappel, donné lieu à une levée de boucliers et suscité de vifs commentaires en raison de ce qui avait été qualifié de «mascarade». Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Ould Ali El-Hadi, avait appelé Mustapha Berraf à «faire preuve de sagesse en faisant passer l’intérêt du sport national avant le sien» au sujet du conflit qui l’avait opposé à des présidents de fédérations, lui conseillant de se retirer «pour le bien du sport algérien».

«Si j’étais à la place de Berraf, avait déclaré le ministre, j’aurais déjà plié bagage pour éviter au sport national cette situation de blocage qui l’expose désormais à un avenir incertain. On a tous vu comment l’Assemblée générale élective s’était déroulée, et le fait que la quasi-totalité des présidents des fédérations refusent d’intégrer le bureau exécutif du Comité olympique et recourent au Tribunal arbitral sportif (TAS) devraient donner matière à réfléchir au président du COA», avait-il insisté.

L’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid-Ali Lebib, s’était, pour sa part, retiré de la course à la présidence du Comité olympique algérien quelques instants avant le début des travaux de l’Assemblée générale élective. Lebib avait déclaré qu’il ne cautionnerait pas cette «mascarade», dénonçant ce qu’il avait qualifié d’«interférences de l’administration centrale des sports».

Dans une lettre qu’il avait lue devant les membres de l’Assemblée générale du COA, l’ancien président de la fédération de judo avait estimé que «devant cette cacophonie, le manque de sérénité et l’insoumission à l’obligation de réserve et de neutralité de l’administration, je me sens dans l’obligation morale de ne pas cautionner une mascarade préméditée».

K. B.

Comment (20)

    zaoui mohamed.médaillé olympique.
    27 septembre 2017 - 15 h 21 min

    IL SERAIT TEMPS QUE CEUX QUI ONT PLACES CE PERSONNAGE INUTILE AUX SPORTS DE SE RENDENT COMPTE DE SA NULLITE A DIRIGER OU PLUTOT QUI DIVISE POUR MIEUX REGNER SUR CE COMITE QUI LE SOUTIENS MALGRE TOUTES CES DEPENSES PHARAONIQUES ET AUSSI CETTE HOTEL CACHé DANS CE MUSEE. OU IL RECOIS CEUX QUI LE MAINTIENENT A CETTE ENDROIT??SON DEPART RENDRA SERVICE A LA COLLECTIVITE ET COMMENT APRES TOUTES CES MALVERSATIONS ET LES MILLIARDS DEPENSéS QUI APPARTIENNENT A UN PEUPLE EN PLEINE ((AUSTERITE)) ET SE SERVIR DES AVIONS D AIR ALGERIE POUR FAIRE DU TOURISME A RIO APRES AVOIR DEPENSé PLUS DE 25 MILLIARDS,?? POUR MA PART, CETTE PERSONNE RETIENS MA ((MEDAILLE OLYMPIQUE)) DEPUIS MARS 2004. ET SUITE A SA VIDEO OU il prétend que je ne lui ai jamais remis ma médaille contre son aide et la régularisation de ma situation et cela devant ma famille qu’il insinue etre des menteurs? au commissaire de sa réINSTALLATION QUI AURAIT DU S’OCCUPER DE L INSTRUIRE DANS SA JEUNESSE AVANT DE L IMPOSER A NOTRE PAYS. et ses paroles me concernant ou il insinuerais que j ai des ((problèmes SOCIAUX,?? QU’IL REMERCIE SON PAPA QUI LUI GARDE SON FAUTEUIL QUAND IL EST ABSENT POUR LES RAISONS QU IL CONNAIT EN REPONSE ..monsieur? J’AI ASSISTé AU MARIAGE DE MA FILLE.pendant que d’autres sont en prison pour le mariage de leurs filles? et pour ma part ma mère ne vis pas avec mon père et le seul point commun notre prénom et le nom d un AUTRE MORT AVANT MA NAISSANCE .. ET L INSTRUCTION COMMENCE A 6 ANS ETANT TROP TARD POUR CERTAINS QUI ESSAYERAIENT DE COURIR APRES LE PASSE ET LE DEPART DE SES PROFITEURS SANS COMPLEXES FERAIT DU BIEN A NOTRE NATION ET NOTRE PEUPLE QUI VIT L AUSTERITE ET SUITE A LEURS ERREURS DE GESTION VERRONT LES PRODUIT DE PREMIERES NECESSITéS AUGMENTéS ..son depart fera un bien énorme pour notre économie et MERCI A CEUX QUI LE DIRIGERONT VERS LA SORTIE APRES LUI AVOIR RECLAMER MA MEDAILLE OU A LAUSANNE J IRAIS LUI REPRENDRE ET LABAS IL ME DIRA TOUT HAUT CE QU IL DIT.. CONTINUEZ ET MONTREZ LUI LA SORTIE A LUI ET CES SOUTIENS??MERCI A CEUX QUI AIMENT MON PAYS




    7



    1
      H'mida
      27 septembre 2017 - 22 h 43 min

      @ Monsieur Zaoui. Je te salue et( je compatis à ta triste histoire: ton seul crime a été d’aimer l’Algérie avec tes tripes, alors que d’autres, comme ce président, l’aiment avec leurs poches bien remplies de devises destinées aux athlètes mais détournées à leur profit et à celui de leurs familles. Je me souviens d’un boxeur émigré qui quitta son club parisien qui le renvoya parce qu’il est allaé représenter l’Algérie aux JO de Los Angelès de 1984. Victime de l’arbitre qui le déposséda de sa médaille, il pleura à chaudes larmes et rentra directement en Algérie. Sans club, sans source de revenus, il fut reçu par les autorités de sa ville natale (Mosta) qui ne trouvèrent pas mieux pour le consoler que de lui offrir la carte d’adhérent au FLN. On était sous le parti unique et 4 ans après c’était le 5 octobre 1988. Alors Monsieur Zaoui, courage. Ta médaille, il peut la garder. Au mieux il pourra l’utliiser comme un porte-clef.




      5



      1
    anonyme
    27 septembre 2017 - 14 h 13 min

    Le sport algérien (à part quelques disciplines rares) a besoin, de coups de balai, de nettoyages, et de grand manège
    ça pu de partout, du sport algérien, en état avancé de décomposition (en faillite)
    Pourquoi le Football algérien – actuellement en faillite, et trop couteux – détourne le budget sportif des autres disciplines sportives
    Plus performantes que le football algérien, actuel, très faible, et trop couteux (trop chère) ?
    1°) – Un peu de justice dans la distribution du budget des sports, du ministère de la jeunesse, et des sports
    2°) – priorités aux financements, et encouragements des disciplines sportives les plus performantes, et les plus rentables
    3°) – Formations, et rajeunissements massifs des sportifs algériens, par le sport de masses, à tout le territoire nationale
    Pour découvrir, et dénicher, les brillants, les génies (les échecs plus où moins performants), les talons marginalisés, et négligés
    Où inconnus, qui demandent de l’organisation, de la gestion, et de la prise en charge (suivis) sérieuses, et sans failles
    Des directions sportives des Wilayas (très bureaucratisées, conditions nombreuses, paperasses, et temps perdus inutiles)
    Où directement, par le ministère de la jeunesse et des sports




    3



    0
    anonyme
    26 septembre 2017 - 17 h 06 min

    Une réforme, et une refonte totales du sport algérien, en mort clinique, et en en agonie,
    Gagné par le clientélisme, le clanisme, l’affairisme, et la corruption, de personnes encombrantes, magouilleurs, douteuses,
    Peu crédibles, et peu fiables : scandale des contre performances aux jeux olympiques de Rio, en Juillet 2016, toujours, à l’esprit

    Les jours de Berraf seraient comptés à la tête du Comité olympique algérien

    Sans rendre des comptes, et de mesures coercitives à l’encontre des laxistes incompétents, au CIO, et à la FAF peu performants
    Protégés par des clans affairistes puissants au sommet de l’état
    Ca serait une réaction pale, laxiste, trop clémente, et trop tardive, et un mauvais signal donné d’encouragements aux incompétents




    8



    0
    Le Patriote
    26 septembre 2017 - 15 h 23 min

    Les gens qui sont derrière lui sur la photo semblent soit le retenir pour l’empêcher de se suicider, soit vouloir le pousser vers la sortie. Selon l’issue du bras de fer, ils auront tous le loisir de dire leur intention: s’il est débarqué, ils diront « c’est nous qui lui avions savonné la planche ». S’il reste, ils courront lui affirmer qu’il « avait bien fait de resister ».




    5



    0
    Felfel Har
    26 septembre 2017 - 12 h 59 min

    S’il a vraiment à coeur d’éviter au COA des scandales à répétition et pour préserver sa santé que l’on sait défaillante, Mr. Berraf devrait faire preuve de sagesse et tirer sa révérence. Il ne gagne rien à perpétuer cette situation préjudiciable au pays. Peut-être donnera-t-il une leçon à notre bien-aimé président? La devise « hna imout Kaci » ne fait qu’alimenter les rancoeurs et accentuer les difficultés qui, en allant crescendo, finiront par provoquer l’explosion qui emporteront tout sur son passage. Ista3mal edhaka ya si Mustapha!




    10



    4
      E=MC2
      26 septembre 2017 - 16 h 31 min

      Ainsi, j’entends que qu’on l’encourage à rester à la barre, grand bien lui fasse. Qu’il se prépare alors à vivre des moments pénibles! Ses maladies (diabète, hypertension) ne feront qu’empirer. Le pouvoir (ou l’illusion du pouvoir) rend les gens déraisonnables, presque fous. Il est alors inutile de leur faire entendre raison.




      6



      0
      Erracham
      26 septembre 2017 - 16 h 39 min

      Sans l’Algérie de Bouteflika, on ne change pas une équipe qui perd. Berraf tient tête au MJS sur conseil de Raouaraoua, son ami, son mentor. Sans doute s’est-il rappelé de la tirade de Robespierre: « Nous sommes là par la volonté du peuple et nous n’en sortirons que par la force des bâillonnettes. »? Trés téméraire, jusqu’au-boutiste, le Maximilien l’a été jusqu’au jour où il a été guillotiné.




      10



      0
        Le Patriote
        26 septembre 2017 - 21 h 32 min

        et quand elle perd beaucoup on lui conseille de se faire oublier et de la recycler plus tard. C’est ce l’on appelle le jeu des chaises musicales. Sauf que chez nous, on entend la même musique depuis des années: t’herdet oua l’hamdoulillah.




        4



        0
        zoheir
        27 septembre 2017 - 9 h 57 min

        Mirabeau pas Robespierre!
        Rendons a Cesar ce qui appartient a Cesar!
        Amicalement votre.




        3



        0
          H'mida
          27 septembre 2017 - 12 h 39 min

          il faut lui pardonner @ Erecham pour cette confondaison. Je donnerais ma tête « à couper » que notre ami, comme Robespierre (dit ‘le Juste »), avait « la tête ailleurs ». Et puis quand il s’agit de César, c’est plus « juste » de lui « rendre ce qui appartient à Jules ». Bonne journée.




          3



          0
          Felfel Har
          27 septembre 2017 - 12 h 43 min

          Bien vu! Ma mémoire m’a trahi. Mea culpa! Salutations.




          3



          0
    Anonyme
    26 septembre 2017 - 12 h 43 min

    a mon avis mr Berraf doit démissionné de son poste , le mandat de chacun doit être mesurer par-apport a ses résultat et performance , maintenant que se monsieur a échoué il doit impérativement rendre des compte et laisser la place a une personne plus compétente et motivé que lui , il doit aussi savoir qu’une démission est un acte civilisé et approuver par l’être soit par son raté ou par un principe , faut pas essayé de s’enraciné dans un poste après plusieurs revers .




    10



    2
    Tout Compte Fait
    26 septembre 2017 - 12 h 12 min

    La règle d’or en Algérie, pour accéder à un poste de responsabilité, a toujours été, et surtout maintenant de COMPTER sur un parent, ou un parrain, eux-mêmes bien placés, COMPTANT sur une appartenance ethnique, régionale.Tout le monde est CONTENT et le système fonctionne bien jusqu’au jour où l’intéressé n’intéresse plus personne, devient un PARIA et ne peut plus donc COMPTER sur ses soutiens. Alors on dit, comme le signale le titre, que ses jours sont « COMPTÉS ». Alors on assiste (on « craint »?) le déclenchement de la théorie du domino qui va concerner le segment de dont le bout est ce responsable.




    4



    1
    Ladjouze Smail
    26 septembre 2017 - 11 h 56 min

    Je préfère de très, très loin Mustapha Berraf au ministre de la Jeunesse et des Sports, Ould Ali El-Hadi. Ya pas photo comme on dit !




    5



    13
    Ammar
    26 septembre 2017 - 9 h 50 min

    Ould Ali El-Hadi, est appelé à faire preuve de sagesse en faisant passer l’intérêt du sport national avant le sien et plier bagage pour éviter au sport national se qu’il endure, depuis qu’il est ministre. le sport national se trouve dans une situation d’agonie




    7



    10
    elhadj
    26 septembre 2017 - 8 h 51 min

    le malheur dans ce pays c est qu on s accroche au fauteuil au mépris de toutes les règles de bienséance et quelles que soient les conséquences désastreuses qui en découlent . cela se passe ici chez nous au niveau de tous les secteurs politiques;économiques et autres. des responsables grabataires qui dépassent de très loin l age limite de la retraite exercent encore au lieu et place d un judicieux renouvellement générationnel qui aurait permis l émergence sur le terrain d une nouvelle élite de cadres compétents, physiquement actifs ,de reprendre le flambeau pour bien gérer et développer ce pays qui au demeurant est confronte a un piteux marasme .




    10



    1
      Zouit Rouit
      26 septembre 2017 - 14 h 57 min

      tu n’a pas le droit d’approuver ce KDS. D’ailleurs il n’en a pas besoin puisqu’il les a tous à l’oeil.




      1



      2
    chibl
    26 septembre 2017 - 8 h 48 min

    L’article 102 a été appliqué a Berraf !!




    10



    0
    Anonyme
    26 septembre 2017 - 8 h 10 min

    Que de millions de dollars dilapides pour que des sportifs reviennent des competions sans aucune medaille ni meme une participation honorable. Tout le monde a remarque que la seule presence de nos representants dans le stade se limite uniquement lors de la ceremonie d’ouverture, ensuite ils declarent forfait et vont au shopping.
    Dans un souci de preserver notre economie, je suggere a notre premier ministre de fabriquer des medailles et les remettre a ces sportifs, a l’instar du recours a la planche a billets!!!




    14



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.