Soulèvement du 5 Octobre 1988 : le RAJ appelle à un rassemblement à Alger

RAJ Octobre 1988
Chaque année, le RAJ se souvient des événements d'Octobre 1988. New Press

Par Hani Abdi – Pour commémorer les événements d’Octobre 1988 et s’incliner à la mémoire des victimes, le Rassemblement Action Jeunesse (RAJ) appelle à un rassemblement pacifique le jeudi 5 octobre 2017 au niveau de la Grande-Poste, à Alger-Centre. Par cette action de rue, le RAJ veut tirer la sonnette d’alarme et mettre en garde les pouvoirs publics contre la politique d’entêtement et de sourde oreille opposée aux revendications légitimes des Algériens. Le Raj considère que «seule la restitution de la parole au peuple algérien et la construction d’un Etat de droit et de justice sociale constituent les vrais leviers pour faire face à la crise».

Cette organisation dédiée à la jeunesse relève l’impératif de la sauvegarde des acquis sociaux et du secteur économique public et la libération des initiatives, dans la transparence et l’égalité, afin de permettre la construction d’une économie nationale productive et libérée de la dépendance aux hydrocarbures.

Réaffirmant son attachement à la lutte pacifique pour la réappropriation des espaces de libre débat et pour le respect des droits de l’homme et des libertés, le RAJ appelle la société civile, les mouvements sociaux, les syndicats, les partis politiques et toutes les forces progressistes à «la mobilisation pour la construction d’un large front capable d’amorcer un processus démocratique pour l’avènement d’une république démocratique et sociale». Il estime qu’il y a urgence d’aller vers un changement pacifique. Car le pays traverse une conjoncture pleine d’incertitudes.

Le RAJ dénonce «le diktat d’un régime autoritaire dont l’unique souci est sa survie ; un régime illégitime, incompétent, assis sur des institutions de façade et une ‘démocratie’ de la matraque et du bâton». Pour ce mouvement de jeunes, «le pays est otage d’une mauvaise gouvernance marquée par l’improvisation, l’amateurisme et accentuée, désormais, par la crise financière». Et il estime que la manne pétrolière n’est d’aucun secours pour l’achat de la paix sociale et des consciences.

Pour le RAJ, «les crises successives et multiples remettent en cause les fondements même de l’Etat et aggravent la crise de confiance entre les pouvoirs publics et la société». «Faute de stratégie de développement et d’un plan de sortie de crise, les pouvoirs publics choisissent la politique de la fuite en avant, à travers l’adoption d’une politique d’austérité contraignant le simple citoyen à payer les errements des décideurs», relève non sans inquiétude cette organisation selon laquelle la liberté d’association, de réunion et d’expression continuent d’être malmenées à travers un arsenal de lois répressives et arbitraires. Le RAJ plaide dans ce sillage pour que «la journée du 5 octobre soit une journée nationale de la démocratie».

H. A.

Comment (4)

    LE NUMIDE
    4 octobre 2017 - 15 h 12 min

    Le RAJ : l’UNJA du FFS , est en retard de 40 ans sur la situation algérienne .. On veut en Algérie une république militaire qui enlève aux jeunes (qui sont devenus des vieux) , leur Kamis et leurs Bechmak du Khalij et du Moyen Age et leur mette des Battle Dress ( ou des costumes cravates ) pour leur donner une jeunesse et une beauté et une virilité nationaliste , pour reboiser les collines et travailler un peu leur pays en parlant le moins possible pour apprendre à réfléchir et en se rassemblant dans le calme, le dynamisme et la sérénité en rangs droits et en ordre serré comme les vraies nations et pas comme des hordes qui sortent casser leurs villes et leurs villages comme des dégénérés … Plus tard quand la Jeunesse ne sera plus sous l’emprise des sorciers , des charlatans et des pervers et des voyous déguisés en Gourous des stades ou des mosquées , elle apprendra les concepts de Nation, de citoyens et de discipline républicaine …. La démocratie se fera d’elle-même comme partout ailleurs … Passage obligé : l’Armée , les valeurs aristocratiques de l’Armée .. Toujours ce sont les Armées qui ont éduqué les peuples et fondé les Républiques et les belles nations




    4



    3
    naceur
    4 octobre 2017 - 5 h 31 min

    on a mare, il faut que ces dinosaures déguerpissent
    Place aux compétents et aux intègres
    marre des haddad, chikhoun …




    3



    0
    Anti khafafich
    4 octobre 2017 - 3 h 39 min

    Le RAJ ne peut en aucun etre la solution, la seule solution des Algeriens c est le changement de leur facon de voir la vie le tout couronne par le travail assidu. Repeter le même disque tel que « manne petroliere, incompétence…. » c est devenu a la mode. Tout le monde pense que l Algerie est riche et que tout le monde vole a gauche et a droite, 30 milliard de $ est la recette annuelle des exportations tous domaine confondus, cette somme est faite par une simple compagnie de chaussures tel que la marque Nike.
    Message a RAJ: Cessez de rever et mettez vous au travail, le changement viendra tout seul et si vous n etes pas egoistes ce seront vos enfants ou vos arriere enfants qui le verront, n attendez plus rien des dinausaures qui sont a la tete de l Algérie. Commencez par vous memes sinon fermez-la ! (…)




    7



    2
    mouatène
    3 octobre 2017 - 16 h 39 min

    je suis entièrement OK , sauf sur un détail, la date du 5 octobre. pourquoi ? cette précision brouille un peu les pistes, et pour cause, il suffit de se documenter aupès de la pressse (archives) du 1er au 10 octobre 1988, et vous allez vous rendre compte de vous meme que cette précision du 5 est erronée. cette précision nous rappelle uniquement qu’à l’époque il existait une bande de voyous avides et sanguinaires qui ont réussi à mettre notre pays dans la tourmente et qui a causé la perte de la jeunesse émergente et bien sur a laissé les traces difficilement effaçables qui sont  » les orphelinats  » à travers tout le territoire. SOYEZ MAUDITS VOUS LA BANDE DE VOYOUX à votre tete abbassi et belhadj.




    11



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.