Algérie-Russie : pour un partenariat dynamique et élargi à divers secteurs

Russie
Dmitry Medvedev. D. R.

La Russie et l’Algérie comptent imprégner une nouvelle dynamique à leur partenariat économique en élargissant le champ de coopération bilatérale à travers la signature de contrats dans divers secteurs d’activités, a indiqué le Premier ministre russe, Dmitry Medvedev, qui effectue mardi une visite en Algérie.

«Nous envisageons de signer plusieurs accords de partenariat dans différents domaines. Nous avons la possibilité d’augmenter considérablement le volume des échanges dans les années à venir grâce à de nouveaux secteurs de travail que nous examinons activement aujourd’hui», a déclaré M. Medvedev à l’APS, à la veille de son déplacement en Algérie.

Rappelant que le volume des échanges russo-algériens a doublé l’année dernière, pour atteindre près de 4 milliards de dollars, le Premier ministre russe a estimé que «c’est déjà assez bien, mais il nous faut progresser davantage. (…) Je suis certain que nos pays ont le même intérêt à développer leur partenariat dans plusieurs domaines. Nous en avons les possibilités».

Les deux parties examineront, en effet, de nouvelles branches de partenariat à inclure ou à renforcer davantage dans le programme de partenariat. M. Medvedev cite le secteur énergétique nucléaire, l’industrie agroalimentaire, l’extraction de ressources, le transport maritime, les hautes technologies et de l’espace, le bâtiment et l’industrie pharmaceutique.

S’agissant de la coopération dans le secteur énergétique nucléaire, M. Medvedev indique qu’«une base juridique solide a été créée dans ce domaine. Si l’Algérie décidait de créer une industrie nucléaire nationale, nous serions prêts à offrir nos technologies et nos solutions techniques. (…) Nous sommes également prêts à étudier des projets concernant la production d’électricité ‘‘propre’’ par les installations éoliennes ou solaires».

Sceller un partenariat multisectoriel

Une coopération plus active dans le secteur de l’industrie agroalimentaire pourrait avoir une «influence positive sur notre balance commerciale», a poursuivi M. Medvedev, qui s’est félicité, par ailleurs, de la coopération active dans le domaine énergétique où «plusieurs projets rencontrent un vrai succès dans le secteur pétro-gazier». «La Russie et l’Algérie sont des exportateurs importants de gaz vers l’Europe. Ce fait nous aide à coopérer de manière concertée au sein des plateformes internationales telles que le Forum des pays exportateurs de gaz ou l’Opep s’il s’agit du pétrole. La Russie apprécie grandement ce dialogue et les possibilités de trouver des compromis», estime-t-il.

Le partenariat économique peut être boosté à travers les forums économiques et le renforcement des liens d’affaires entre les opérateurs des deux pays, a fait remarquer M. Medvedev, estimant que de telles actions «posent les fondations de nouveaux projets conjoints, ce qui approfondit naturellement notre coopération». Dans ce contexte, le Premier ministre russe a rappelé «le rôle clé» confié à la commission intergouvernementale mixte algéro-russe de coopération commerciale, économique, scientifique et technique. Celle-ci a tenu sa 8e réunion en septembre dernier à Alger et a permis de définir des «projets de coopération dans les domaines de l’industrie, des transports, du bâtiment, de la géologie, de l’agriculture, de la santé publique, de la science, de l’espace et de l’informatique».

Au niveau des milieux d’affaires, le Premier ministre russe a noté également l’apport du conseil d’affaires russo-arabe et du conseil d’affaires algéro-russe dans le développement des échanges bilatéraux. «Depuis des années, l’Algérie fait partie des partenaires commerciaux et économiques principaux de la Russie en Afrique et dans le monde arabe», a noté M. Medvedev, exprimant sa certitude que la coopération économique russo-algérienne se développera davantage dans les années à venir.

R. N.

Comment (12)

    anonyme
    8 octobre 2017 - 23 h 37 min

    Les russes souffrant de l’embargo, cherchent à diversifier leur économie, par une offensive économique, tout azimuth, toute direction
    Envers leurs anciens alliés
    Mais la devise russe n’est plus idéologique, de propagation du communisme utopique,
    Où du socialisme bureaucratique étatique corrompue, et stagnant dans le monde
    Mais en rusés, et habiles affairistes: « les bons comptes font les bons amis »
    A nous les algériens de s’organiser, de s’unir, et de savoir ce qu’on veut des russes, et ce qu’on peut avec les russes
    Formations de qualité, et maitrises des technologies modernes

    Mr. V. Poutine, notre « Rambo » se prépare, pour un autre mandat présidentiel, avec un bilan économique satisfaisant,
    Et des carnets de commandes pleins (imposé son système S400, et d’autres armes, et centrales à des pays, jadis, hostiles)
    Sans oublier le culte de sa personnalité, comme l’a fait J. Staline, son maitre, et son exemple




    0



    2
    CHIBL
    8 octobre 2017 - 22 h 57 min

    Tres bonne chose,les Russes,les moins mauvaiss




    0



    0
    Bison
    8 octobre 2017 - 16 h 15 min

    On va coopérer, coopérons! 60 ans de coopération à sens unique et d’achat d’armes chez les russes jusqu’aujourdhui pas seule petite usinette ( meme pour la forme) de fabrication locale pour nous transférer un peu de technologie même celle du siècle dernier, celle de l’air de Lénine! Comme il le font avec les indiens, les chinois ( a chaque achat, une partie est produite localement)…et l’Arabie ( qui n’est pourtant pas acheteur tradionnel, tout comme la Turquie membre de l’OTAN depuis 52) qui ont conclu non seulement d’acheter les S400 ( or nous, nous n’ avons, que je saches, que les S300) mais de les produire localement (pour l’arabie saoudite, selon les médias)! Et bientôt ces S400 vont sûrement se retrouver chez nos voisins de l’ouest! Les Russes sont certes fiables mais avec des partenaires fiables qui défendent leurs intérêts ( les intérêts de leurs pays bien entendu)!

    PS.: (( » le volume des échanges russo-algériens a doublé l’année dernière, pour atteindre près de 4 milliards de dollars, le Premier ministre russe a estimé que «c’est déjà assez bien, mais il nous faut progresser davantage. »))! Dans ces 4milliards d’échange qui est la part de l’algerie ! Des miettes que rapporte nos quelques cagettes de « deglet nour » même celle là il nous reste rien depuis que les tunisiens ont mis main dessus! Pour dire que le patriotisme atteint des sommets chez les défenseurs de nos intérêts, nos négociateurs attitrés !




    6



    6
      Mello
      8 octobre 2017 - 18 h 23 min

      Pour avoir une cooperation digne de ce nom, il faut etre d’egale valeur. La Russie n’est plus celle des annees 80, mais bel et bien une puissance economique, industrielle et militaire, alors il faudrait des negociateurs Algeriens de haut niveau, pas comme ceux qui ne pensent qu’a gonfler leur compte en banque. Les domaines qui peuvent nous interresser sont l’agroalimentaire, la sante domaine hautement qualitatif en Russie, domaine industriel et mecanique, notre pays aura beaucoup a gagner.




      8



      0
      Chaoui
      8 octobre 2017 - 19 h 43 min

      Calme-toi ! Les…S400 sont chez-nous, et ce depuis 2 ans. Nous sommes les premiers après les Russes eux-mêmes à les avoir (les infos sont publiques et en ligne). Le « transfert » de technologie et d’unités de fabrication/production, là aussi tu pêches un peu…(les infos existent). Certes, nous n’avançons pas assez vite, mais nous avançons…
      On peut critiquer nos dirigeants – et souvent à raison – mais sur ces sujets de « transfert » ils s’activent même si leur rythme reste lent…(c’est à nous de les inciter à accélérer le pas…).




      5



      3
    Bison
    8 octobre 2017 - 16 h 11 min

    On va coopérer, coopérons! 60 ans de coopération à sens unique et d’achat d’armes chez les russes jusqu’aujourdhui pas seule petite usinette ( meme pour la forme) de fabrication locale pour nous transférer un peu de sa technologie même celle du siècle dernier, celle de l’air de Lénine! Comme il le font avec les indiens, les chinois ( a chaque achat, une partie est produite localement)…et l’Arabie ( qui n’est pas acheteur tradionnel, tout comme la Turquie) qui ont conclu non seulement d’acheter les S400 ( or nous, nous n’ avons, que je saches, que les S300) mais de les produire localement (selon les médias)! Et bientôt ces S400 vont se retrouver chez nos voisins de l’ouest! Les Russes sont certes fiables mais avec des partenaires fiables qui défendent leurs intérêts!

    PS.: (( » le volume des échanges russo-algériens a doublé l’année dernière, pour atteindre près de 4 milliards de dollars, le Premier ministre russe a estimé que «c’est déjà assez bien, mais il nous faut progresser davantage. »))! Dans ces 4milliards d’échange qui est la part de l’algerie ! Des miettes que rapporte nos quelques cagettes de « deglet nour » même celle là il nous reste rien depuis que les tunisiens ont mis main dessus! Pour dire que le patriotisme atteint des sommets chez les défenseurs de nos intérêts, nos négociateurs attitrés !




    1



    4
    Plutot un accord de défense
    8 octobre 2017 - 15 h 34 min

    sceller plutot un accord privilégié , en cas d’intrusion militaire par une super puissance , car aujourd’hui la Russie est la seule à pouvoir dire franchement NON aux USA et de passer à l’action, contrairement aux chinois . regardez en syrie : sans l’intervention Russe ( contre les enfants daechiens fabriqués de toute piéce par la cia ) , la syrie serait aujourd’hui complétement sous le diktat de sales barbus endoctrinés…
    bréf : on a tout inétéret à signer ce genre d’accord avec le Tsar Poutine !




    7



    2
    elhadj
    8 octobre 2017 - 15 h 19 min

    arrêtons d acheter simplement de la quincaillerie obsolète alors qu une véritable coopération a l instar de ce qui se fait avec l inde et bientôt avec l Arabie saoudite c est un véritable partenariat consistant a créer dans leurs propres pays des infrastructures industrielles de montage, de rénovation et de transfert de technologie pour le matériel militaire acquis.faire du CKD ou du SKD n est pas une fin en soi pour assurer la défense du pays si on ne produit pas une partie des matériels militaires nécessaires.en si peu de temps et avec un budget militaire réduit beaucoup de pays se sont hisses a un certain niveau de développement enviable. le pays et en particulier cette institution devra utiliser pleinement les compétences nationales et au besoin avec le concours citoyen de notre diaspora pour la recherche,l innovation, l invention,la réalisation.pour peu qu on lui accorde un peu de considération la cadre algérien ici ou la reste tout de meme un patriote engage pour servir loyalement son pays.




    4



    1
    Algérien Nationaliste
    8 octobre 2017 - 13 h 24 min

    C’est une très bonne chose, le russe, le mandarin ainsi que le coréen doivent être des langues pratiquées et maîtrisées par nos jeunes algériens dans les écoles dès le préparatoire, les partenariats avec ces pays vont être de plus en plus important ces trente prochaines années.




    10



    5
      bird
      8 octobre 2017 - 19 h 33 min

      Le commerce se fait en anglais ,êtes-vous sorti du bled un jour ,les chinois ,russes ,coréens apprennent l’anglais .Déjà que les jeunes et moins jeunes ne maîtrisent ,ni l’arabe ,ni le français vous n’êtes pas sorti de l’auberge comme ont dit de façon populaire .




      2



      1
    Nasser
    8 octobre 2017 - 12 h 39 min

    en passant des accords la Russie va prioriser ses propres intérêts, quoi de plus normal et cela devrait être la règle pour l’ Algérie mais le doute est permis au vue d’ accords passés par certains commis de l’état et je veux parler d’ accords mal ficelés juridiquement et de pertinences économiques plus que douteuses et pour lesquels les arbitrages internationaux ou les accords à l’ amiables étaient en notre défaveur et qui nous coûtent chers (l’ automobile , Total,Technip pour la Sonatrach, une société canadienne pour Air Algérie etc….), reste que la Russie peut être un partenaire fiable il suffit pour cela de se rappeler de l’ affaire des chasseurs de l’armée




    8



    1
      elhadj
      8 octobre 2017 - 15 h 32 min

      votre remarque est pertinente par suite des nombreuses affaires scabreuses qui ont gravement coûté très cher au pays Andarco,Djezzy,SIM,SN MITTAL etc .En ce qui concerne les marches militaires et du fait que le budget de ce secteur n est pas soumis a la cour des comptes, l APN et le Senat y sont exclus il est normal que de nouvelles dispositions légales soient envisagées pour décortiquer dans la confidentialité l exécution correcte de ce budget des lors qu il s agit de ressources publiques donc biens du peuple.
      une bonne gestion des ressources du pays implique que chaque centime dépensé soit vérifié.




      6



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.