Affaire des 82 kilos de cocaïne : le procès en appel reporté au 29 novembre

drogue cocaïne
L'affaire des 82 kg de cocaïne remonte au 25 janvier 2015. New Press

Le procès en appel de l’affaire des 82 kilos de cocaïne, devant s’ouvrir mercredi devant la cour d’appel d’Oran, a été renvoyé au 29 novembre pour absence de trois mis en cause retenus en instruction dans d’autres affaires. Le verdict de l’affaire des 82 kilos de cocaïne, en instruction depuis plus de deux ans et demi, qui intervient après deux reports successifs le 27 septembre dernier par le pôle pénal spécialisé, est tombé le 11 octobre dernier.

Seize accusés ont été condamnés à 15 ans de prison ferme. 8, en fuite, avaient écopé de 20 ans de prison ferme par contumace et 7 autres qui se trouvaient sous contrôle judiciaire avaient été relaxés. Des mandats d’arrêt avaient été également émis contre 8 autres mis en cause, actuellement en fuite.

La genèse de cette affaire remonte au 25 janvier 2015 lorsque les éléments de la brigade de Gendarmerie nationale de Bouzedjar avaient reçu un appel téléphonique des gardes-côtes, faisant part de 63 plaquettes de cocaïne découvertes par des pêcheurs en pleine mer. Selon les premiers éléments de l’enquête, cette quantité de drogue dure, répartie en trois sacs, a été trouvée par des pêcheurs au large du village côtier de Bouzedjar, dont l’un a contacté les autorités compétentes au port de Bouzedjar, qui lui recommandèrent de ne toucher à rien, en attendant leur arrivée.

Des opérations de saisie d’autres quantités de cocaïne de même qualité suivirent, à savoir 500 grammes (g) à Oued Fodda le 13 mars 2015, 1 kg à Blida le 22 mars 2015 et 100 g à proximité de Tlemcen le 15 janvier 2015. Les analyses réalisées sur ces quantités saisies ont conclu qu’il s’agissait, en fait, du même produit, issu du même stock.

L’enquête diligentée, après ces conclusions, a fait penser à quatre sacs repêchés et non pas trois comme déclaré par les pêcheurs et les enquêteurs ont abouti à l’éventualité d’un sac détourné que les pêcheurs réfutèrent durant l’instruction, avant de révéler avoir vendu une grande quantité de la cocaïne détournée. Plus d’une vingtaine de mis en cause ont été ensuite interpellés après que des signes de richesse ostentatoires ont apparu de manière soudaine dans leur train de vie, a-t-on révélé.

R. N. 

Comment (3)

    Mello
    16 novembre 2017 - 12 h 21 min

    Affaire scabreuse dans un pays qui ne compte ni sur son peuple, ni sur sa justice. On sait que des tonnes de drogues de toute sorte sont saisies par les services de securite, mais on ne connait pas leur destination , bien qu’on sache la provenance. L’Etat doit etre sans pitie envers tous les receleurs. La drogue est comme cet islamisme qui vous enroule pour en faire , non pas un citoyen , mais un androide.




    7



    0
    Koueyla
    15 novembre 2017 - 20 h 59 min

    Pourquoi consommer la cocaïne qui est très chère, alors qu’il y a la religion gratis et halal et qui produit les mêmes débats au cerveau .




    5



    4
    Kahina
    15 novembre 2017 - 20 h 50 min

    L’Algérie doit s’inspirer de la MALAISIE qui ne pardonne à aucun narcotrafiquant. Peine de mort sans droit au recours.
    Peine de capitale aux drogués de moumou-Haschich.




    12



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.