Abdelmoumen Ould Kaddour : «Sonatrach n’a pas quitté la Libye»

Sonatrach
Abdelmoumen Ould-Kaddour.-D. R.

Le président-directeur général du groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a affirmé que l’entreprise n’a pas quitté la Libye, où elle détient encore des activités. S’exprimant au terme d’une visite de travail mardi à Hassi-Messaoud (900 km au sud d’Alger), M. Ould Kaddour a indiqué que «Sonatrach n’a pas quitté la Libye, malgré les circonstances sécuritaires que connaît ce pays voisin». «On a toujours un appareil de forage sur place et nous voulons continuer à être en Libye», a déclaré le PDG de Sonatrach lors d’un point de presse en marge de sa visite de terrain.

Le groupe Sonatrach, qui dispose d’un portefeuille de plus d’une centaine de filiales exerçant à l’échelle nationale ainsi que dans différents pays, dont la Libye, s’engage à développer ses relations de partenariat, comme dans le cas de l’Organisation Ourhoud, considérée comme un exemple d’une coopération réussie. «Ce projet est extrêmement important et démontre le type de relation que l’on peut avoir avec un partenaire», a-t-il souligné, ajoutant que «la relation entre les partenaires est quelque chose d’essentiel pour nous». «Chacun a un savoir-faire et si on peut marier les deux savoir-faire, de notre part et de la part du partenaire, nous pouvons aller de l’avant, raison pour laquelle nous sommes en train de revoir la loi sur les hydrocarbures qui permettra d’attirer plus d’investisseurs», a noté M. Ould Kaddour.

«Nous travaillons aussi actuellement sur la stratégie, et d’ici le début de l’année prochaine, nous aurons une vision globale, notamment sur les prévisions de l’entreprise et ses objectifs», a-t-il déclaré. Créé par Sonatrach le 1er juillet 1997, en association avec différents partenaires étrangers (Anadarko, Cepsa et Pertamina), le champ d’Ourhoud, dont la production a atteint un milliard de barils, de 2002 à ce jour, s’étend sur une superficie de 254,54 km2 au niveau du bassin de Berkine (320 km au Sud-est de Hassi-Messaoud), a-t-on fait savoir.

R. E.

Commentaires

    Anonyme
    1 décembre 2017 - 15 h 29 min

    Immobilisation, et manque à gagner pour un appareil de forage de l’E.N.T.P de type Oil Well 840 E , 1500 Hp,
    Mais combien ça a couté ?
    Comment peut on amortir des dépenses engagées, antérieurement, – Revamping, où rénovation, entre autres,… –
    Pour arriver à dégager une marge comptable sécuritaire suffisante (l’équilibre comptable)
    Location appareil = 20 000 dollar/jour ?
    Mais tout de meme la Libye reste un pays hautement stratégique, pour l’Algérie (modérée, sage, prudente, et vigilante),
    Et pour les investissements lourdes de Sonatrach qui devrait etre prudente (garanties, et partage des risques, et des bénéfices)
    (recherches, productions, commercialisations, formations diverses, coopérations, partages des risques,…..)




    3



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.