Démocratie participative : l’appel du ministère de l’Intérieur

Le ministère de l’Intérieur invite tous les citoyens à apporter leur contribution à l'enrichissement de l'avant-projet de loi
Noureddine Bedoui. New Press

Par Hani Abdi – Le ministère de l’Intérieur lance un appel à contribution pour enrichir l’avant-projet de loi relatif à la démocratie participative. Le ministère affirme ainsi la volonté de l’Etat de consacrer cette nouvelle forme de gouvernance pour le bien des citoyens. Le département de Noureddine Bedoui invite ainsi tous les citoyens à apporter leur contribution à l’enrichissement de l’avant-projet de loi, assurant que les contributions «feront l’objet d’un examen approfondi par une équipe pluridisciplinaire chargée de l’élaboration du projet de texte portant démocratie participative».

Le ministère de l’Intérieur dit «accorder une attention particulière quant à la réussite du processus» et encourage dans ce sens «la promotion de la participation citoyenne dans la gestion locale». Cet appel intervient juste après l’annonce des résultats provisoires des élections locales. Les participants à ces élections, candidats et partis, avaient beaucoup insisté sur la décentralisation et sur le renforcement des pouvoirs de l’assemblée populaire locale. Les nouveaux élus locaux fondent beaucoup d’espoir sur l’avant-projet de loi dont le ministre de l’Intérieur a parlé bien avant la campagne électorale pour les locales. Il s’agit d’un avant-projet de loi qui permettra aux citoyens de contribuer à la gestion de leur cité, en plus de l’apport capital de leurs représentants au sein des assemblées électives.

Dans son avant-projet de loi, le ministère de l’Intérieur définit la démocratie participative comme un cadre de la promotion à la fois de l’initiative citoyenne et de la gouvernance participative. «C’est aussi un partage du pouvoir dans l’élaboration ou la prise de décision ; c’est une participation citoyenne volontaire et favorisée ; c’est un mode de gouvernance publique ; c’est aussi une participation entrepreneuriale dans l’élaboration et la mise en œuvre de décisions ou de projets publics», soutient le département de Noureddine Bedoui, précisant que la démocratie participative est basée sur l’information, la consultation, la concertation et la codécision.

Il s’agit pour le ministère d’un texte qui aura trait à l’exercice de libertés citoyennes collectives dans le cadre du principe de représentativité, ce qui nécessite un encadrement légal. Plusieurs catégories de citoyens sont concernées par la participation. Outre tout citoyen disposant de ses droits civiques, les associations légalement constituées, les personnes consultées en raison de leur compétence, le groupe d’associations agissant communément et les collectifs regroupant associations, comité de quartiers et citoyens non adhérents à celles-ci. La participation citoyenne pourrait se décliner de différentes manières : à travers des débats publics, des enquêtes, des sondages, la réalisation de projets d’utilité publique…

H. A.

Comment (8)

    anonyme
    2 décembre 2017 - 9 h 16 min

    Pourquoi ne pas encourager la démocratie tout court au lieu utiliser des concepts pour ensuite les noyer dans la pratique??? on pourrait peut être commencer par des élections libres et sans tricherie!!!.




    1



    0
    Anonyme
    1 décembre 2017 - 18 h 31 min

    Partager le pouvoir ;rien que ça ? quand on sait qu un homme de plus de 😯 ans malade s accroche au pouvoir soutenu par ould abbes de 84 ans et qui déclare  » qu on restera 100 ans au pouvoir « ; c est des paroles errih echbek !




    4



    0
    Anonyme
    1 décembre 2017 - 18 h 07 min

    CETTE PROPOSITION C EST POUR LE FLN ET LE RND ! le peuple a dit son mot : partez ! et avec vous les walis et les chefs de daira et laissez les élues apw gérer la wlaya et la daira ! le peuple c est la majorité abstentionnistes ; si vous êtes sincère ya si bedoui vous seriez le premier a démissionner après les scandales des fraudes des législatifs et puis celle des apc ! le peuple ne vous fait plus confiance ni a toute les institutions sans exceptions ! ni aux partis khobsistes ni aux 200 OOO associations bidons et budgétivores ,danseuses au service du système périmé !




    5



    0
    HAMMACHE HASSINA INGÉNIEUR EXPERTE EN CONSTRUCTION
    1 décembre 2017 - 18 h 03 min

    D’abord il faut rouvrir les places publiques comme dans le temps à l’exemple de celle d’El Biar, de la grande poste… car ces places publiques sont des lieux pour la démocratie participative dans une ville donnée. Pour les villes nouvelles il ne faut pas omettre de les réaliser, ces places publiques marquent la naissance d’un forum, d’un débat et d’une pluralité. Les avoirs enlevés à l’époque je pense ça n’a pas été fait de manière innocente. (A la veille de l’ouverture démocratique) Oui Monsieur le Ministre il ‘y a beaucoup de chose à corriger et je vous souhaite bon courage.




    12



    0
    Argentroi
    1 décembre 2017 - 15 h 57 min

    Quand on connait l’obédience de la majorité des associations et des comités de quartiers, on sait déjà comment le débat va être mené! Cette question de bonne gouvernance ne doit pas être encore une occasion pour creuser l’écart entre les citoyens et les institutions étatiques. Ce serait alors le comble de l’ironie puisque le concept de la bonne gouvernance vise à mettre le citoyen au centre de tout processus de prise de décision le concernant directement. Voilà peut-être donc une occasion de réduire de l’acuité du scepticisme ambiant. Mais déjà un accroc vient ternir l’effet d’annonce de ce projet éminemment politique: ce n’est que le ministre de l’intérieur qui nous le révèle, à moins que Monsieur Bedoui ait toute la latitude politique pour mener à bien ce projet!




    1



    6
    Abou Stroff
    1 décembre 2017 - 13 h 35 min

    « Démocratie participative : l’appel du ministère de l’Intérieur » titre H. A..
    le ministre de l’intérieur essayerait il de « court-circuiter » la représentation nationale?
    en effet, pourquoi avons nous élu nos représentants aux différentes assemblées s »ils ne portent pas nos voix et se battent pour réaliser nos espérances?
    PS: je précise que je ne vote plus depuis les élections présidentielles qui ont permis à Mr Zeroual de devenir président de la république.




    4



    4
      LOUCIF
      1 décembre 2017 - 14 h 26 min

      Cher @Abou Stroff , avec tout mon respect vous savez mieux que tous que l'(APN) est un tambour, une caisse de résonance pas plus ni moins ! Je ne sais pas si vous avez vu les vidéos d’un journaliste qui a questionné les députés sur leurs lectures et les livres, de même que celui qui a demandé aux député de définir ce qu’est la balance commerciale? Personne n’a pu répondre à une question aussi simple de même qu’il n’y en a pas beaucoup qui savent ce qu’est une Loi des Finances qu’ils sont censés adopter chaque année !
      Avec nos députés, on ne peut simplement parler avec eux que de leur paie, leurs indemnités, leur ventre et leur bas ventre, pour tout le reste koulech fi yeud rabi comme ils se plaisent à le répéter. Salutations.




      3



      0
    Salim SALAMAT
    1 décembre 2017 - 13 h 25 min

    A bon, la démocratie participative, tiens , tiens ? Depuis quand le pouvoir consulte-t-il les citoyens , hadhi jdida !!!
    Mais tonton Noureddine Bedoui ne nous a pas dit à quelle adresse et qu’elle service il faut envoyer nos doléances et propositions pour la décentralisation, la déconcentration et la démocratie participative au niveau local ! Est-ce qu’il existe un service qui va réceptionner nos envois par lettre recommandée avec accusé de réception !

    PS : bizarrement, tonton Noureddine Bedoui zappe complément les partis politiques. Est-ce qu’ils ont le droit ou non de faire des propositions , ou bien est-ce que ce qu’il annonce c’est juste du bla-bla-bla comme d’hab !??




    4



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.