L’opération «cinquième mandat parallèle» de Tliba et Saïdani capote

FLN Tliba Ould-Abbès Bouteflika
Jusqu'où iront les protagonistes dans leur guerre de position ? New Press

Par Karim B. – Les personnalités politiques et les institutions citées par le député d’Annaba, comme étant des partisans de (son) initiative visant à appeler à un cinquième mandat en faveur du président Bouteflika, se démarquent les unes après les autres. Après Abdelmalek Sellal, qui aurait affirmé n’être lié ni de près ni de loin à cette action, c’est au tour des confréries religieuses de démentir tout lien avec la démarche de Baha-Eddine Tliba, selon nos confrères du Soir d’Algérie.

Echec d’une manœuvre commanditée par la faction d’Amar Saïdani, qui continue de tirer les ficelles derrière le rideau, ou changement de tactique, en attendant de réajuster le tir en prévision de l’échéance électorale – décisive pour certains – de 2019 ? Il est difficile de démêler l’écheveau à ce stade de la réflexion. Mais une chose est sûre : qu’elle ait réussi ou non, la sortie des rangs du député FLN renseigne sur l’âpreté de la lutte que s’apprêtent à se livrer les différents clans pour se maintenir au pouvoir et tirer profit du prochain mandat présidentiel, que Bouteflika décide de se présenter à nouveau ou pas.

La décision – ou la menace – de Djamel Ould-Abbès de sanctionner le député issu de son parti sera le baromètre à travers lequel nous saurons jusqu’où iront les différents protagonistes dans leur bataille pour leur survie politique. Nous en saurons également plus au fur et à mesure que la date de l’élection présidentielle approchera: soit les initiateurs de l’initiative controversée de Tliba et les opposants à cette entorse à la discipline partisane passeront à l’offensive, au risque de faire imploser le FLN ou de provoquer un nouveau mouvement de redressement, soit ils s’astreindront à un positionnement en ordre de combat derrière le candidat (du système) à la présidentielle.

Dans ce brouillamini, les redresseurs conduits par Abderrahmane Belayat semblent préférer attendre avant de se prononcer. Les frondeurs, bien que s’opposant à la fois à Ould-Abbès et à Saïdani, n’en sont pas moins des partisans du président Bouteflika. Le problème ne réside donc pas dans le soutien à ce dernier, mais dans le partage des rôles d’où devront découler les retombées politiques favorables aux uns et aux autres.

K. B.

Comment (19)

    hrire
    10 février 2018 - 12 h 18 min

    Si ça capote ce n’est pas qu’ils dont ces energumenes ces larbins ces chiates, bien au contraire car a un an de l’election il y a des risques de fronde et a la derniere minute ca passe comme une pillule et ca glisse profondement……




    2



    0
    Anonyme
    10 février 2018 - 9 h 26 min

    tout ce qui sont en train de faire boutef un demi dieu le font uniquement par interet matériel (Lmada) ,ça a l air de convenir a TOUT (confirmé) le monde ,, il n y a pas la moindre fibre patriotique dans leurs projets et de la poudre aux yeux pour certains et des tonnes de promesses (en ne compte plus c est au poids) pour les rêveurs




    5



    0
    Mhand
    9 février 2018 - 23 h 53 min

    Et comme toujours, les citoyens sont complètement absents de l’avenir de leur nation




    6



    0
    Toufikdrs
    9 février 2018 - 22 h 00 min

    La tansikia du pachyderme a ete lancé sur suggestion du drebki, qui lui meme opere comme executif manager d’AGS alias le PVSDM( plus vieux soldat du monde). Le but est de pousser SAS ( son altesse serenissime) a se declarer ou pas pour pouvoir au cas ou preparer le terrain au PVSDM. J’ouvre la cinquieme bouteille de « Cuvee du President » et vous dit le pourquoi du comment dans un instant….A suivre…….




    11



    0
      Napoléon
      10 février 2018 - 0 h 07 min

      J’avais à peine 30 quand j’entrepris la campagne d’Egypte. Devant les Pyramides je m’exclamai: « du haut de ces Pyramides, 40 siècles vous contemplent ». Si je devais venir sur les hauteurs d’Alger (à el Mouradia, par exemple), je vous dirais: « du haut du Sommet de l’Etat, 3 siècles vous contemplent ».




      11



      2
    Kahina-DZ
    9 février 2018 - 21 h 40 min

    Laissez l ‘ANP gérer le pays et débarrassez nous de ces charlots du carnaval politique




    16



    6
    Linguistique
    9 février 2018 - 18 h 59 min

    On est devant une étude de texte ou plutôt d’une « étude de titre » ou tout simplement une invite à une « LECTURE ENTRE LES LIGNES ». Développons:
    Le titre proclame et dévoile: « L’opération «cinquième mandat parallèle» de Tliba et Saïdani capote ».
    1- Question: qu’est ce qui « capote »: « l’opération » ou « le 5è mandat »
    2- Question implicite: « parallèle » se rapporte-t-il à « opération » ou « mandat?
    3- Euclide qui définit sa géométrie sur la base que deux parallèles ne se rencontrent jamais, doit se retourner dans sa tombe.
    4- Tout comme Pascal le prodige qui louait et prônait « l’esprit de géométrie et de finesse ». Si la géométrie en vogue chez nous a toujours été la politique « géométrie variable », la finesse, elle n’est pas la principale qualité de ce Tliba pas plus qu’elle n’a été celle de Saïdani le drabki et encore moins de ce joueur de tamtam ….




    9



    1
    Anonyme
    9 février 2018 - 17 h 24 min

    Ce n’est pas un capotage, mais plutôt une diversion, le 5ème mandat, auquel adhèrent tous ces bavards (qui font semblant de se crêper le chignon) pour la sauvegarde de leurs intérêts, est en marche. Le reste n’est que littérature et enfumage.




    10



    0
    صالح/ الجزائر
    9 février 2018 - 17 h 10 min

    Si L’opération «cinquième mandat parallèle» , de Tliba et Saïdani , a échouée , ce n’est pas pace que Sellal et compagnie n’étaient pas dedans dans la  » tansikia « , mais parce que le secrétaire général du FLN a été , pour des raisons qui restent à déterminer , inspiré et chargé de capoter la coordination dans l’œuf .




    4



    3
    Anonyme
    9 février 2018 - 16 h 22 min

    après le tambourineur de salon,voila venu un ex marchand ambulant, promu deputé et vice-président de, cette assemblée de béniouioui ! dis nous,bouteflika,qu’as tu fais de ce pays ?? l’histoire va te juger durement pour avoir fait de ce pays,la risée du monde




    22



    0
    Anonyme
    9 février 2018 - 16 h 21 min

    L’opération «cinquième mandat parallèle» de Tliba et Saïdani capote
    On l’espére, mais les opportunistes-affairistes-corrupteurs-corrompus du F.L.N ne désarment pas,pour autant,…..
    Ils continuent à manoeuvrer jusqu’à l’exténuation de leurs forces, ils ne désarment pas, avec leurs appuis, leurs soutiens,
    Et leurs protections puissantes
    – l’enjeu de la distribution de la rente pétrolière: importations, fonciers bradés « batel », immobiliers, affaires diverses, commerces,-
    Est plus important, qu’une bataille perdue (ce n’est qu’une première bataille, pour eux, la guerre n’est pas perdue, pour autant…)
    La lutte des classes en Algérie, fait place, malheureusement, à la lutte des clans affairistes, corrompus, et protégés
    C’est l’Algérie, ses élites nationalistes démocratiques, et intègres, son économie, et son peuple qui payent un lourd tribut
    L’Algérie continue à s’enfoncer, de plus en plus, dans sa crise institutionnelle, et de légitimité




    13



    0
    Anonyme
    9 février 2018 - 15 h 11 min

    Ils sont tous des opportunistes qui signent pour le plus fort juste pour conserver leurs privilèges.
    Les intérêts de l’Algérie ne sont pas encore leur priorité.




    25



    0
    Anonyme
    9 février 2018 - 13 h 19 min

    LES LARBINS DU SYSTÈME COMPTENT TOUT SEULS . MAIS ILS OUBLIENT LE PEUPLE ALGÉRIEN ABSTENTIONNISTES QUI VEUT UN CHANGEMENT RADICAL ………….EL MAHI




    18



    0
    Anonyme
    9 février 2018 - 13 h 04 min

    Une entité clownesque, fédéré par des requins opportunistes et des poules mouillées. Tous une insulte à la mère patrie de nos valeureux martyrs.
    Il faut retirer le sigle auquel ces imposteurs prétendent adhérer.
    Qu’il soit rendu au peuple et déclaré patrimoine national.
    Quant au 5eme mandat, laissez le soin au peuple de s’exprimer




    18



    0
    Anonyme
    9 février 2018 - 12 h 54 min

    En fait ils se disputent tous le leadership pour un cinquième mandat d un homme malade et diminué physiquement?
    Ont ils un minimum de cervelle où seuls leurs intérêts comptent?
    Ont ils l Algérie dans leur cœur ou veulent t ils au contraire faire couler ce qu il en reste?
    Si j étais Bouteflika ou ceux qui gouvernent je …,ils ne méritent plus de gérer le pays..




    15



    1
    elhadj
    9 février 2018 - 12 h 53 min

    qu on le veuille ou pas l initiative intrigante,malheureuse et douteuse de ce député militant du FLN a pollue le climat politique et a crée au sein de la société civile des doutes légitimes sur ce qui se trame en haut lieu de nature a mépriser la voie du peuple seul souverain a choisir librement , en toute liberté et transparence le candidat valable qui relèvera le pays de sa situation déplorable actuelle et n a nullement besoin dans l immédiat de tuteurs pour leur imposer de force les desiderata des uns ou des autres .en tout état de cause le prestige du parti en question est fortement atteint par les agissements néfastes de cet individu a radier des rangs.




    11



    2
    lhadi
    9 février 2018 - 12 h 32 min

    On cherche midi à quatorze heures alors que les choses sont simples pour peu qu’on porte un regard lucide sur le paysage politique algérien.

    A ce propos, toutes les gesticulations de surface de ces griots de la république de copains et de coquins sont le prélude à la course à l’échalote pour être dans la bonne grâce de celui qui, comme Louis xiv, considère « l’Etat, c’est moi » ou comme le rapporta Léon Trotsky dans la bouche de Staline ; « La société, c’est moi ».

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    14



    1
    El Fellag
    9 février 2018 - 12 h 19 min

    Que reste-il pour un pays lorsque un b’nadri et vendeur de chema venant de nul part,règnent ou commandes d’un pays reconnu soit-disant guerrier;nous avons perdus nos meilleurs enfants pour un résultat pire;ou non chefs résident chez l’ex occupant;je demande pardon a tout les vrais moudjahid et aux chahids pour ne pas suivre leur combat;vive une Algérie libre des mains d’opportuniste traitres corrompus




    20



    0
    Anonyme
    9 février 2018 - 12 h 05 min

    moi j adore les cafouillages les micmacs les messes basses le téléphone arabe tout quoi !! et même les ragots ,,,,et patati et patata




    7



    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.