Le Hirak de Jerada promet un mois de mars noir au Makhzen

Zefzafi Jerada
Nacer Zefzafi, leader du mouvement Hirak. D. R.

Par Sadek Sahraoui – La population de la ville minière de Jerada a décidé de poursuivre son mouvement de protestation pour dénoncer ses mauvaises conditions de vie et le peu d’intérêt affiché par le Makhzen aux régions pauvres du Maroc. Les animateurs du Hirak Jerada soutiennent qu’ils ne mettront fin à leur mobilisation qu’une fois que Mohammed VI aura pris des décisions fortes et concrètes en faveur des populations déshéritées du royaume, à commencer par leur localité. Jusque-là, disent-ils, le gouvernement marocain n’a fait que dans la tromperie et la diversion.

Dans un communiqué rendu public au début de la semaine, la coordination des syndicats de Jerada indique qu’elle maintient ses grèves cycliques jusqu’à ce qu’elle obtienne gain de cause. Composée de la Confédération démocratique du travail (CDT), de la Fédération nationale de l’enseignement (FNE), de l’Union marocaine du travail (UMT), de la Fédération démocratique du travail (FDT) et du PSU, la coordination en question regrette que la majorité de ses revendications soient aussi restées lettre morte. Les autorités marocaines n’ont, par exemple, pas accédé à ses revendications portant sur la gratuité des services d’eau et d’électricité, jugées excessives. Elles se sont cependant engagées à mettre en place des facilités pour le paiement des factures. Ce qui a évidemment déplu.

A l’occasion, les animateurs du Hirak Jerada démentent l’idée que la mobilisation à Jerada s’est essoufflée et a cédé aux promesses du gouvernement, sans aller au bout des aspirations de la population. Ils ont précisé également qu’il n’y a pas de division entre syndicalistes et jeunes du Hirak, comme le laissent entendre les médias proches du Makhzen. La population prévient également le Makhzen contre toute provocation et tout dérapage qui pourrait découler de la militarisation de la localité.

Jerada vit au rythme des manifestations pacifiques depuis la mort, fin décembre, de deux frères piégés dans un puits clandestin. Le 1er février, un nouveau décès dans les mêmes circonstances a encore renforcé le climat de défiance qui règne sur la ville.

Plusieurs membres du gouvernement El-Othmani se sont alors déplacés avec l’ambition affichée de dialoguer avec la population. Mais sans grand succès. Ils ont annoncé le «retrait des permis d’exploitation non conformes à la loi» et un vaste plan de réhabilitation socio-économique avec, au centre, la question de l’emploi. «Trop vagues», les promesses du pouvoir central marocain n’ont convaincu personne. Les habitants de la ville demandent des mesures répressives contre «les barons du charbon» qui ont accumulé des richesses sur le dos des mineurs démunis. Car, même si l’activité d’extraction de ce minerai est interdite depuis la fermeture de la mine en 1998, certains notables ont bénéficié d’agréments dans des conditions qualifiées d’«obscures».

S. S.

 

Comment (14)

    Houari31
    23 février 2018 - 11 h 49 min

    Malgré cette misère endémique le Mongolien M6 et ses sbires du Makhnez continuent à mentir au peuple marocain en leur parlant par exemple de ce fantomatique TGV qui n’arrive toujours pas alors que 70% des Marocains du milieu rural, soit environ 10 Millions de Marocains, continuent à se déplacer à dos de mulet quand le chef de famille à la chance d’avoir un mulet.

    3
    2
    Anonyme
    22 février 2018 - 22 h 32 min

    Vivement la chute de cette monarchie moyenâgeuse,
    vivement la fermeture des mines à grisou et STOP à l’esclavage de ces pauvres femmes qui croulent honteusement sous le poids des fardeaux à marchandises. Les populations de toutes les villes marocaines doivent faire peuvent de solidarité pour soutenir le Hirak de Jerada pour dénoncer la misère et les conditions indignes dans lesquelles la population de cette agglomérationse se meurt.
    Soutien et solidarité au citoyens de Jerada.

    7
    4
    Bouloulou
    22 février 2018 - 18 h 39 min

    Et ça veut accueillir la Coupe du Monde de 2026 ! Certainement pour revitaliser la prostitution et le commerce du haschich.

    12
    5
    Rachid Djha
    22 février 2018 - 17 h 05 min

    Après le Haschich Euphemiste, le Tourisme Sexualiste, la Prostitution Exotiste, la Femme Muletiste, la Pédophilie Européenniste, la Perversion Khalidjiste, l’Esclavage Libyiste, la Diplomatie Bluffeiste, le Paradis Fiscaliste, c’est au tour de la Pauvreté Collectiviste.
    Voici ce qu’a fait du Maroc, cette féodale prédatrice famille allaouite venue de l’Arabie Yahoudite pour humilier et asservir son peuple et j’en suis très sincèrement triste.

    13
    5
    Med Benhamou
    22 février 2018 - 16 h 49 min

    Alors que le peuple marocain meurt de faim et de soif, le Roitelet et sa famille se tapent chaque année huit mois de vacances VIP à l’extérieur sur le dos du contribuable marocain.
    C’est aussi cela le Paradoxe Marocain.

    13
    6
    Anonyme
    22 février 2018 - 15 h 23 min

    Le roi Shlomo VI aime ses sujets ils ne l’empaleront pas , mais tout indique qu’il a choisit cette voie ; s’il persiste c’est
    la réponse du berger a la bergère un autre choix l’exil ou il peut rejoindre Ben Ali et encore Ben Salmane ne loge
    plus gratuit les temps sont durs les roitelets contesté doivent froler les murs !!

    11
    8
    Mohamedz
    22 février 2018 - 14 h 23 min

    Le Maroc explosera le jour où il apprendra que son Roitelet M6 et son Ministre de l’agriculture ont doublé leur collossale fortune personnelle ces 5 dernières années et que pendant ce temps le peuple marocain est devenu le peuple le peuple le plus pauvre de la Région et que le marocain est la personne la plus endettée dans la Région MENA (Meddle East and North Africa) après le Palestinien.

    14
    8
    M'hamed HAMROUCH
    22 février 2018 - 14 h 04 min

    À bien réfléchir on constate que M6 n’a fait qu’appliquer la devise de son père qui disait un jour  » tu appauvris ton peuple il te suivra comme une meute de chiens pour venir manger dans ta main ».
    Le problème pour M6 est que du temps de son père il n’y avait pas les NTIC (Nouvelles Technologies de l’information et de la Communication).

    14
    9
    Anonyme
    22 février 2018 - 13 h 58 min

    Pauvre pays et pauvre peuple qui ne lui reste que les yeux pour pleurer.

    14
    10
    Benhalima
    22 février 2018 - 13 h 56 min

    Pendant que la pauvreté prolifère dans ce Maroc « non utile » la presse propagandiste du Régime Tyrannique du Makhnez ne cesse de nous chanter au quotidien que  » le Maroc avance sans gaz ni pétrole ».

    17
    9
    Med Benhamou
    22 février 2018 - 13 h 52 min

    Et dire qu’en 1975 et selon le PNUD, le Maroc était presque au même niveau que l’Algérie en matière des IDH (Indices de Développement Humain) et qu’en 2016 le Maroc occupe le 126e rang et l’Algérie le 82e rang en attendant le rapport de 2017 ou paraît-il le Maroc a encore reculé de trois (03) place et que l’Algerie a avancé d’une place.

    14
    9
    BabElOuedAchouhadas
    22 février 2018 - 13 h 42 min

    Espérant que notre ANP est en train de renforcer le blindage de nos frontières de l’Ouest afin de juguler le flux de réfugiés marocains le jour de l’implosion de cette poudrière sur laquelle est assis le Régime du Makhzen et qui paraît-il est imminente.

    14
    10
      H-B
      22 février 2018 - 19 h 25 min

      Vous devez vous mettre à jour, le mur de barbelés a été achevé depuis peu, je vous invite à voir une vidéo sur le net concernant cela.

      7
      3
    Ziad ALAMI
    22 février 2018 - 11 h 49 min

    C’est le début de la fin de cette féodale prédatrice famille allaouite venue de l’Arabie Yahoudite pour humilier et asservir le peuple marocain.
    La seule inconnue qui persiste serait de savoir si M6 finira au mieux comme Ben Ali ou au pire comme Kadhafi.

    14
    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.