Rencontres de Messahel en France : intérêts divergents et sujets qui fâchent

Messsahel
Les ministres des Affaires étrangères algérien A. Messahel et français J.-Y. Le Drian. D. R.

Par Karim B. – C’est à un rude exercice que doit se livrer le ministre des Affaires étrangères Abdelkader Messsahel lors de sa visite en France où l’attendent son homologue Jean-Yves Le Drian et la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay. Le déplacement du chef de la diplomatie à Paris a été «parasité» par la sortie de l’ambassadeur de France à Alger qui a provoqué la colère du ministère des Affaires étrangères suite à sa déclaration sur les visas accordés aux Algériens.

Mais les propos de Xavier Driencourt sont loin d’être la cause principale de la brouille discrète entre Alger et Paris. Les positions des deux capitales sont, en effet, diamétralement opposées sur toutes les questions géostratégiques. A commencer par la situation dans le Sahel où la France a engagé ses troupes dans la cadre de l’opération Barkhane pour, explique-t-on au Quai d’Orsay, affronter les groupes islamistes armés qui infestent le Nord-Mali. L’Algérie a, rappelons-le, rejeté la demande de Macron de faire participer l’armée algérienne au G5 Sahel, le président Bouteflika saisissant au vol les desseins réels cachés par Paris derrière cet engagement militaire dans une région dont le sous-sol regorge de ressources naturelles.

En Libye, l’Algérie s’était, dès le début de l’insurrection armée conduite par des miliciens surarmés manipulés par Bernard-Henri Lévy – mandaté officiellement par l’Elysée à l’époque –, opposée à toute ingérence dans les affaires internes de ce pays voisin. L’objectif de Sarkozy était clair et les autorités françaises, malgré la situation désastreuse qui règne en Libye en raison de la guerre civile qui y a été savamment planifiée, continuent pourtant de défendre l’approche interventionniste privilégiée par le prédécesseur de François Hollande. Preuve que la politique libyenne de la France est loin d’être une simple affaire de financement occulte de la campagne électorale de Sarkozy en 2007 ; c’est, bien plus, une véritable stratégie néocoloniale dictée par le besoin vital de ressources énergétiques pour les années à venir, dont la France manquera cruellement dans un double contexte d’inexorable dénucléarisation et d’augmentation incessante de la demande.

L’Algérie sait ce que la France cherche au Sahel. Elle sait aussi que des manœuvres sont conduites secrètement avec son allié de toujours, le Maroc, pour empêcher la tenue d’un référendum sur l’autodétermination au Sahara Occidental occupé. Et, s’agissant du Maroc, c’est un Abdelkader Messahel très bien informé sur les dessous de la désignation de la nouvelle directrice générale de l’Unesco, qui rencontrera la fille du très influent conseiller du roi du Maroc, Audrey Azoulay. La rencontre portera sur des questions d’ordre culturel en apparence, mais le spectre de la guerre du patrimoine que le Maroc livre à l’Algérie planera sur cette entrevue durant laquelle chaque mot courtois prononcé par l’une et l’autre partie devra être décrypté en lui substituant son antonyme.

K. B.

Comment (19)

    BEKADDOUR MOHAMMED
    11 avril 2018 - 7 h 24 min

    Une Séance Judiciaire qui perdure, Les Français seraient-ils devenus le contraire de ce qu’ils furent durant 132 ans fi lalgérie ? ILS ont maîtrisé l’humain, CHEZ EUX, ILS lui donnent de quoi être, les W.C fonctionnent chez tous, tout le monde mange, a un toit (Sauf les Sans Abris VOLONTAIRES), a droit aux soins, et l’argent de poche pour se mêler de La Française Des Jeux, gratter, alors CHEZ NOUS on jase nous pourrions être meilleurs qu’Eux, puisque chez nous au moins il n’y aura jamais que le mariage entre un homme vrai et une femme vrai, CHICHE : Réveillons nous !




    1



    1
    BEKADDOUR MOHAMMED
    11 avril 2018 - 6 h 53 min

    @ »la brouille discrète entre Alger et Paris. »
    ———————————————————————————————————————–
    Admirable expression ! Une bataille sous marine datant d’avant l’existence des sous marins ! Bars de fer ! Je t’aime moi non plus ! Mais à qui reviendra Le Dernier Mot ? Il y aura à Paris un monument plus haut que La Tour Eiffel, devinez en le nom !




    1



    1
    Anonyme
    10 avril 2018 - 22 h 13 min

    Xavier Driencourt vient d’envoyer un message, et un signal aux autorités, et aux dirigeants algériens
    En perspective du plébiscite, et du raz de marée FLNiste unanimiste d’Avril 2019
    Les grand perdants c’est l’Algérie, son peuple, et ses richesses pillées, et détournées ailleurs,…




    2



    5
    Anonyme
    10 avril 2018 - 18 h 11 min

    Tant que la France jouera de son véto pour neutraliser les projets de résolution favorable à la décolonisation du Sahara occidental, qu’elle couvera le plus grand producteur de cannabis au monde Michou Escobar, qu’elle occupera le Sahel comme au bon vieux temps des colonies, qu’elle commentera des troubles à nos frontières Est, etc…L’Algérie aura toute les raisons de s’en méfier et de la surveiller comme le lait sur le feu.




    21



    9
    Linguistique
    10 avril 2018 - 17 h 56 min

    Chez nous on « L’Hadj- Moussa » et « Moussa-L’Had »j c’est kif-kif . Avec Fafa « Le-Drian » et « Drian(tout)court, c’est du pareil au même.




    14



    2
    ripper
    10 avril 2018 - 16 h 28 min

    On est dans la suite de la saga Val-de-Grace.
    La France est prise avec une nuée de mouches arrivant de la rive sud, echah …
    Et puis ceux qui volent le peuple algérien volent aussi la France.




    12



    5
    Abou Langi
    10 avril 2018 - 12 h 35 min

    Aie ! j’ai mon norgueil national qui a pris un coup ! Au lieu d’écrire qu’il va leur faire passer un sale moment vous…
    « C‘est à un rude exercice….. » Vous faites vraiment peu de cas de nos colères. On dirait qu’il va pour s’excuser qu’on soit fâché après les déclarations du Passador à Fafa.

    Et pourtant il ne s’agissait que d’une « brouille discrète ». Autant dire qu’on n’était presque pas du tout fâché.
    Ih, wech c’ets nous qu’on est fâché et c’est nous qu’on mange notre chechia?

    Je crois qu’il vaut mieux qu’on arrête totalement de nous énerver quand on nous met en colère. On risque de ne plus savoir comment nous excuser après.




    13



    16
      Zaatar
      10 avril 2018 - 13 h 51 min

      Salut l’ami Abou Langi,

      Mais ne connaissez vous pas le comportement thermodynamique de nos relations avec fafa? c’est un peu comme le réchauffement climatique. Un coup c’est le Co2 qui en est le principal contributeur, un coup c’est le méthane, un coup c’est l’ozone… tout dépend là où il y a du vent… Et si on chante comme Braduardi, on criera à tue tête « Va où le vent te mène, va où le vent te mène va… »




      5



      8
    Hanoune
    10 avril 2018 - 12 h 30 min

    …Scène de ménage comme d’hab..




    9



    4
    Zaatar
    10 avril 2018 - 12 h 18 min

    J’attendrais de notre vaillant ministre des affaires étrangères à l’égard de Fafa une phrase du style qu’il a prononcé à l’encontre du royaume de mokhokho6 à propos de la Royale air Maroc qui ne transporte pas que des passagers et que tout le monde le sait…




    20



    15
      Karamazov
      10 avril 2018 - 12 h 38 min

      Courageux mais pas téméraire ! Faut pas pousser!
      Ihesrah la vaillance ta3 bekri!
      Toufoulka ya mon zami!




      5



      8
    Patriotique
    10 avril 2018 - 11 h 38 min

    Une preuve flagrande que le sionisme à la main mise sur l’Algérie




    13



    30
    socrate
    10 avril 2018 - 11 h 20 min

    Les français n’ont pas à soigner les dirigeants algériens ou même les algériens tout court gratuitement. C’est fini l’Algérie française ! Donc la France a supprimé les visas pour ces personnes qui viennent se faire soigner en France sans payer leur factures. C’est la sortie de l’ambassadeur qui a énervé Alger …Il n’y a pas à dire, vous êtes de vraies sangsues.




    23



    27
      co5
      10 avril 2018 - 15 h 46 min

      les « vraies sangsues » c’est les larbins, collabos et serviteur de mémé6 qui se manifestent sur ce site.quant au peuple algérien il mettra à nu toutes les manœuvres enfantines de « démocrates » et autres « libertaire ».




      14



      5
      Piston
      10 avril 2018 - 17 h 22 min

      La france s’adonne au pillage de l’afrique, elle est bien placee pour râler.




      13



      4
    Rascasse
    10 avril 2018 - 11 h 01 min

    il n’y a aucune divergence, toute tentative de devier de la feuille de route se soledera par la visite des impots, voila pourquoi la France tolère depuis toujours que les responasbles algériens transfert l’argent du peuple algerien dans les banques francaise ; c’est pour mieux gerer.
    y’en a marre d’etre naif envers la France coloniale!!




    19



    14
    No Pasaran
    10 avril 2018 - 10 h 54 min

    Dans le contexte actuel de « takachouf », il serait judicieux d’économiser du kérosène, des heures de vol sur le Gulfsteam du GLAM, et des frais de mission inutiles pour le staff de notre auguste ministre.
    Au lieu de se rendre à Paris, monsieur Messahel serait bien avisé d’y renvoyer le petit Driencourt, qui se permet de se comporter de façon contraire aux us et coutumes diplomatiques.
    En prime, il serait temps de récupérer la Villa des Oliviers, propriété de la RADP, offerte à ces crapauds a titre gracieux, et dont les sous sols servent probablement de centre d’écoute pour les barbouzes dégénérés de la DGSE.
    Le satané Driencourt n’a qu’a faire une demande d’AADL pour son successeur avant de dégager d’Alger.




    19



    12
    Karamazov
    10 avril 2018 - 10 h 32 min

    Houlala ! Qu’est-ce qu’il n’est pas courageux notre miniss ! Il va affronter le dragon dans son antre même ! Quand je pense à ce que vont lui faire subir les français, j’en tremble.

    Iben moua, je pense que c’est grâce à des fâcheries comme celle-là qu’on a l’air indépendant. Et je subodorerais même que c’est parce que nos légendaires fâcheries se sont émoussées au point de ne trouver que des sujets éculés et récurrents en guise de sustentation qu’on a activé l’ambassadeur.
    Autrement dites-moua trach, pour quelle raison notre miniss irait-il chercher des noises même pas vraies en France, alors qu’en Algérie on pourrait lui en prêter plein le chwari rien qu’avec des inventions de notre cru ?

    Mais au fait il y va pour se faire remonter les bretelles ou au contraire pour y mettre de l’ordre dans ce foutoir que sont nos relations avec Fafa. Ou … ?




    12



    9
      Anonyme
      10 avril 2018 - 12 h 40 min

      Indépendant!!! Tu parles, on gonfle le torse, puis on le dégonfle dès qu’ils commencent à sortir les vrais menaces de manière diplomatique. Ils savent apprivoiser nos pulsions incurables de méditerranéens. Ils savent à qui ils ont affaire. Ils ont pris la notice d’utilisation avant de nous donner l’indépendance.




      15



      7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.