Mustapha Berraf : «Tout est rentré dans l’ordre avec le MJS»

Berraf COA MJS JM
Le président du Comité olympique algérien, Mustapha Berraf. New Press

Le président du Comité olympique algérien (COA), Mustapha Berraf, a assuré lundi à Alger que «la relation» de son instance avec le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) est «revenue à la normale» depuis l’arrivée du nouveau ministre des Sports, Mohamed Hattab. «Désormais, tout est rentré dans l’ordre et nous travaillons la main dans la main pour le bien du sport algérien», a affirmé Berraf au forum du journal Le Courrier d’Algérie.

Les relations étaient devenues conflictuelles entre le COA et le MJS sous l’ère de l’ancien ministre, El-Hadi Ould Ali, ce qui a «pénalisé le sport algérien», selon Berraf, surtout que certaines fédérations sportives avaient choisi de se ranger d’un côté ou de l’autre, ce qui n’a pas permis de tirer la charrue dans le même sens, notamment dans le cadre de l’organisation des prochains jeux Africains de la Jeunesse (JAJ-2018) et les jeux méditerranéens d’Oran (JM-2021).

«Le dégel» entre les deux structures a, cependant, changé la donne, permettant de procéder enfin à l’installation du comité d’organisation des jeux Africains de la Jeunesse (JAJ-2018), qui n’avait pu se faire au préalable à cause des relations conflictuelles entre le COA et le MJS. «Le comité d’organisation des JAJ-2018 sera installé ce mardi», a annoncé Berraf, ajoutant que «le comité d’organisation des jeux Méditerranéens d’Oran-2021, lui, sera installé dans environ une semaine».

«Pas plus tard qu’hier, j’ai discuté avec Amar Addadi, le président du Conseil international des jeux Méditerranéens (CIJM) et il est reparti rassuré», a affirmé Berraf. Le CIJM avait exprimé son «inquiétude» et sa «préoccupation» quant à l’absence d’un comité d’organisation des jeux Méditerranéens d’Oran, 32 mois après la désignation de cette ville de l’Ouest algérien pour abriter l’événement en 2021. «Nous avons beaucoup de préoccupation et un sentiment de perplexité et d’incompréhension par rapport au grand retard qui est en train de s’accumuler dans la mise en place du comité d’organisation des jeux Méditerranéens d’Oran», s’était soucié Addadi au mois de février dernier.

Oran a été élue ville hôte des 19es jeux Méditerranéens en août 2015, aux dépens de Sfax (Tunisie), et jusqu’à présent, le comité d’organisation (COJM) n’a pas vu le jour, malgré l’existence d’un décret portant son installation daté du 9 février 2017. Pour le CIJM, l’installation d’un comité d’organisation des jeux pour le pays hôte est la première priorité et rien ne peut se faire sans cette structure, afin de définir les interlocuteurs vis-à-vis de l’instance méditerranéenne.

«Cela fait 30 mois que le CIJM attend l’installation de ce comité d’organisation pour avoir des interlocuteurs au moment de discuter sur le plan technique. On doit connaître les différents sites des jeux où sera domiciliée chaque discipline, homologuer les salles et savoir où elles sont localisées… Nous avons demandé une définition générale du programme, une planification juste, rigoureuse et méthodique pour avoir les repères qui doivent baliser tout le processus d’organisation, mais rien n’a été fait», s’est préoccupé le président du CIJM, expliquant que, dans ces conditions, l’instance méditerranéenne ne pouvait envoyer ses commissions pour aller faire le travail sur le terrain. Mais le retour à la normale dans les relations COA-MJS a permis de passer le cap et satisfaire enfin les exigences du CIJM.

R. S.

Comment (8)

    Oran 2021
    22 avril 2018 - 20 h 06 min

    L’Algérie risque de perdre l’organisation des jeux d’Oran 2012 avant le déroulement des jeux de Taragona 2018

    bariza
    17 avril 2018 - 6 h 08 min

    le nouveau ministre n’a pas intéret à l’embeter ,sinon il se retrouvera au chomage,c’est que est entrain de colporter ce sieur.

    4
    11
    BARIZA
    17 avril 2018 - 6 h 04 min

    pauvre algerie

    2
    10
    Rayah
    17 avril 2018 - 5 h 54 min

    Cet amoureux du coursi, denue de toute dignite, n’avait pas apprecie la decision de l’ex Ministre Ould Ali de transmettre l’argent donne par l’Etat directement aux federations sportives. Je pense qu’il dispose maintenant des moyens et de la liberte de retrouver ses voyages touristiques en compagnie de sa famille. L’espoir de voir nos athletes enfin delivres du souci financier, vient de s’evaporer. On avance d’un pas et on recule de trois.

    5
    11
    Anonyme
    17 avril 2018 - 2 h 33 min


    Aucune hachma.
    L’Algérie est noyée. Réalité amère

    5
    11
    Samir BOURAS
    17 avril 2018 - 0 h 22 min

    Une vraie fatcha de qasdira…. La NIF ! La HORMA ! La ROUDJOULA ! A ta place j’aurai honte de me montrer après avoir volé des milliards du Souk El Fellah de Blida et passé trois années de tôle pour se retrouver « brizidane » du comité de je ne sais quoi. Mais tu n’es pas à blâmer ! Continue leur oeuvre de destruction du pays. Ce sont ceux-la même qui t’ont placé là où tu n’aurais jamais dû être qu’il faut blâmer…. ROULI YA ZERGA !!!!!

    8
    13
    Ahmed
    16 avril 2018 - 23 h 30 min

    Heureusement qu’il y’a une justice et donc Mabrouk ya si Berraf.

    5
    13
    Anonyme
    16 avril 2018 - 22 h 59 min

    Tout est rentré dans ton ordre.
    Tu peux continuer à faire le touriste sportif

    12
    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.