France : plainte contre Lafarge pour «complicité de crimes contre l’humanité» en Syrie

Lafarge Syrie Daech
Lafarge est accusé de complicité de crimes commis par Daech en Syrie. D. R.

Deux organisations non gouvernementales (ONG), française et allemande, ont annoncé mardi avoir porté plainte, avec onze anciens salariés, pour «complicité de crimes contre l’humanité» contre l’entreprise française Lafarge, pour avoir vendu du ciment au groupe terroriste Daech via son usine en Syrie.

C’est ce qui ressort d’un communiqué posté mardi par l’ONG française Sherpa et le Centre européen pour les droits constitutionnels et les droits de l’homme (ECCHR), association de droit allemand qui siège est à Berlin, sur leurs sites électroniques.

«La mise en examen de la personne morale pour complicité de crimes contre l’humanité est, à ce stade de l’information judiciaire, inéluctable», lit-on de prime abord dans le communiqué.

Les responsables des associations expliquent leur démarche en accusant Lafarge de «complicité de crimes commis par Daech en Syrie», dès lors que le géant français de cimenterie avait «maintenu son activité sur place, en gérant la sécurité des salariés de façon négligente, et en finançant Daech à hauteur de plusieurs millions d’euros», poursuit le communiqué.

Cette plainte a été déposée sur la base d’éléments nouveaux qui confirmeraient «la possible vente de ciment à Daesh», souligne le texte.

«Lafarge et ses dirigeants ne pouvaient ignorer qu’ils contribuaient ainsi aux crimes contre l’humanité commis par Daesh en Syrie, dans la région de l’usine, mais aussi dans le reste du monde», renchérit la même source.

Les deux ONG estiment que «plusieurs personnes physiques ont déjà été mises en examen pour financement de terrorisme, mise en danger délibéré d’autrui et travail incompatible avec la dignité humaine».

Autant de raisons qui ont poussé les deux associations à adresser, mercredi dernier, «une note juridique aux juges d’instruction, mettant en évidence la nécessité d’élargir ces mises en examen d’un autre chef de la plainte : celui de complicité de crimes contre l’humanité, et tout particulièrement s’agissant de la compagnie Lafarge en tant que personne morale».

La Syrie est en proie à une guerre d’une violence extrême depuis 2011. Une partie du territoire a été occupée par des groupes terroristes, dont Daech, et le conflit armé, qui ravage le pays depuis 7 ans, a fait plus de 500 000 morts et disparus, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, ainsi que des millions de déplacés et de réfugiés.

Groupe français de matériaux de construction, leader mondial dans son secteur, Lafarge, qui emploie 63 000 personnes et est présent dans 61 pays, dispose de 1 612 sites de production avec un chiffre d’affaires d’environ 13 milliards d’euros.

R. I.

Commentaires

    Felfel Har
    17 mai 2018 - 10 h 33 min

    C’est la France officielle qu’il faut traîner devant les tribunaux internationaux. Lafarge n’était qu’un exécutant de la politique décidée par l’Elysée et le Quai d’Orsay, depuis Sarko et Fabius. Dans son livre Sous Nos Yeux, …, Thierry Messyan a clairement identifié deux ténors du sommet de l’État français qui sont directement impliqués dans le deal avec DAESH: Gérard Collomb (actuel ministre de l’Intérieur) et Benoît Puga (ex-chef d’État Major). La France est mouillée jusqu’au cou dans la construction de bunkers et de tunnels avec du ciment et du savoir-faire made in France. Heureusement que Poutine a envoyé son aviation les réduire en gravats, ce qui a constitué un tournant dans la guerre en Syrie. C’est un tribunal du type Nuremberg qu’il faudra mettre en place pour juger tous ces criminels: Sarko, Hollande, Macron, Fabius, BHL et les autres salopards pour que justice soit rendue à la Syrie, à la Libye, au Yémen, au Sahara, au Sahel.

    5
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.