Le FMI préconise à l’Algérie de recourir à l’endettement extérieur

Dettes FMI
La directrice générale du FMI Christine Lagarde à Alger. D. R.

Par R. Mahmoudi – Dans un nouveau rapport sur la situation économique en Algérie, publié vendredi 1er juin, le Fonds monétaire international (FMI) brosse un tableau peu reluisant et appelle à la poursuite de l’assainissement des finances publiques et l’application de «réformes structurelles ambitieuses» en vue de faciliter la diversification du modèle de croissance et de soutenir le développement du secteur privé.

L’institution financière internationale salue le «dosage de mesures» prévu par les autorités algériennes, à savoir une augmentation des dépenses budgétaires en 2018 suivie par la reprise de l’assainissement des finances publiques à moyen terme, le financement monétaire des déficits budgétaires, des restrictions temporaires aux importations, ainsi que des réformes structurelles visant à diversifier l’économie.

Pour les rédacteurs du rapport, si ce choix peut offrir «un répit» à l’économie à court terme, il fait également peser des «risques considérables» sur les perspectives économiques. Ils soulignent que cette approche aura comme conséquence probable d’exacerber les déséquilibres budgétaires extérieurs, d’alimenter l’inflation, d’accélérer la diminution des réserves de change, d’aggraver les risques pour la stabilité financière et, en fin de compte, de ralentir la croissance.

Après ce constat, le FMI préconise de mener un assainissement progressif des finances publiques dès 2018, sans recourir au financement par la Banque centrale, «mais en s’appuyant sur une variété de mécanismes de financements, dont l’emprunt extérieur pour financer des projets d’investissement sélectionnés avec soin».

Sur un autre plan, le FMI encourage «les efforts visant à mobiliser davantage de recettes hors hydrocarbures, à améliorer l’efficience et la gestion des dépenses publiques, ainsi qu’à élargir les réformes des subventions, tout en protégeant les populations pauvres».

Concernant le secteur privé, les rapporteurs du FMI saluent l’intention des autorités d’appliquer des réformes visant à améliorer le climat des affaires, en facilitant l’accès au crédit, ainsi qu’en renforçant la gouvernance, la transparence et la concurrence, tout en exhortant les autorités à «continuer d’ouvrir l’économie au commerce extérieur et à l’investissement direct étranger».

R. M.

Comment (38)

    chark
    6 juin 2018 - 17 h 31 min

    L’Algérie doit impérativement intégrer le groupe BRICS !

    Salim Alias Gazouze
    6 juin 2018 - 9 h 13 min

    Et oui fini les années 90 !! Des réserves de change considérable 100milliards… De l’or a gogo! Le cour du baril du gaz qui reprend !! De nouvelles découvertes hydrocarbures et hors hydrocarbures !! 0dettes!!! Une armée bien entraîné ! Le comble l’Algérie prête de l’argent et en milliard… Des millions de logements construits, des projets de plus en plus sérieux aéroport complexe grande mosquée de nouveau hopitaux…avec de l’investissement dans les énergies renouvelable 1 er en Afrique… Domaine spatial, la recherche… Pharmaceutiques… Formation…subvention… Maritime…

    Tout ça le FMI ne le digère Pas!!!

    6
    1
    Mon zoeuil
    6 juin 2018 - 0 h 29 min

    Mon soleil madame ! Commencez d’abord par nous rembourser les 10 milliards que nous avons prêtés à votre « honorable » institution… après on discutera selon NOS CONDITIONS !!!
    Vous n’avez PAS D’ORDRES A DONNER A L’ALGÉRIE !
    Le PEUPLE ALGÉRIEN vous dit : M….. madame !!! On mangera la TERRE plutôt que de tomber dans vos griffes…

    8
    1
    mouatène
    5 juin 2018 - 13 h 55 min

    chere dame, tout le monde sait que vous avez été projetée au FMI grace au CRIF, sur demande de l’ancien président de votre pays qui, actuellement s’est avéré n’etre qu’un escroc. sont but c’était la présidence quitte à jetter en pature celui qui l’a fait connaitre au monde politique. maintenant c’est vous qui préconisez le recours à la dette au pays qui a sauvé la face de ce FMI. oubliez vous qu’il n’y a pas longtemps vous faisiez la manche vous aussi ?. choisissez vos cibles, au moins vous n’aurez pas besoin de rougir, puisque vous n’avez plus cette possibilité.

    9
    2
    anonyme
    4 juin 2018 - 12 h 32 min

    Après avoir essayé les voies terroristes et mafieuses (opium et cocaïne) pour entrer en Algérie les voilà maintenant ils veulent le faire avec la finance allez ouste

    14
    2
    ichou
    4 juin 2018 - 8 h 56 min

    le FMI c’est le nouveau colonialisme ,les plumeures des peuples du tiers-monde,des vampires qui vous suce jusqu’à la dernière goutte de sang.

    14
    1
    TARZAN
    3 juin 2018 - 21 h 05 min

    je trouve que c’est pas une si mauvaise idée, à condition d’emprunter uniquement pour faire des projets productifs destinés pour l’exportation et services liée au tourisme, et laisser notre réserve de change aux produits subventionnés, le secteur public (transport, administration etc.) et projets sociaux. l’algérie doit absolument investir dans deux ou trois grands sites touristiques dans le sud algérien en construisant 2 ou 3 villages-hotel geants et fermé par un mur (enceinte ) genre forteresse comme fut la casbah d’alger, avec un style purement 1001 nuits. il faut donner du rêve aux touristes étrangers, le tourisme balnéaire on est trop en retard pour rattraper le retard sur les autres pays et la mentalité des algériens n’est pas faite pour. monsieur le président faites le le plutôt possible sinon les marocains qui sont en train de lire mon post ils vont encore une fois nous devancer, et vous ne le regrettez pas car y aura création d »emplois et un appel d’air aux touristes garantie!

    3
    12
    Anonyme
    3 juin 2018 - 9 h 47 min

    De quoi je me mêle. Rendez-nous plutôt nos cinq milliards d’euros.

    12
    4
    Dadi
    3 juin 2018 - 0 h 22 min

    l’Algérie fait parti de quelques rares pays qui peut vivre en autarcie.allah nous a tous offert (gisement naturel+la plus grande nappe phréatique du monde, nappe albien), mais malheureusement nous peuple et gouvernants en a tous fichu en l’air.mais ce n’est pas trop tard pour bien faire, surtout pour nos enfants.

    18
    2
    Anonyme
    3 juin 2018 - 0 h 14 min

    C est surtout le Fond Monétaire Israélien ; elle est la douille ; ils l ont fait avec la banque fédérale américaine et ont plombé la directive de JFK et l ont meme pt être éliminé pour la bombe atomique en Israël ; bcps d américains croient que c est a eux mais c est privé seulement le nom cette banque fédéral une douille aussi au peuple américain mais ca appartient au juifs sionistes comme les Rockefeller et t compagnie et ttes leurs banques mondiales qui décide maintenant a la place des politiques et œuvre pr nveau le temple de Salomon et le NOM avec la capital du monde en Israël ; elle fais son job pr ses Boss d Israël.

    7
    2
    Mme CH
    3 juin 2018 - 0 h 09 min

    Selon John Adams (le deuxième président des États-Unis) a dit: « Il y a deux manières de conquérir et d’asservir une nation, l’une est par les armes, l’autre par la dette »……ce bonhomme n’a pas tort ….!
    L’Algérie ne devrait pas oublier le cas de la Grèce qui peine jusqu’à ce jour à résoudre la crise de sa dette « qui a éclaté en 2010 et qui est d’origine bancaire privée. Elle n’est pas le résultat d’un excès de dépenses publiques. Le soi-disant plan d’aide à la Grèce a été conçu pour servir les intérêts des banquiers privés et ceux des pays qui dominent la zone euro. »…. » Il est très largement admis que l’explosion de la dette publique grecque entre 2008 et aujourd’hui est due pour l’essentiel à la récession dramatique causée par les politiques imposées par la Commission européenne, la BCE et le FMI (la Troïka). » Tout est clair, net et précis…!

    Attention: « Le FMI est la dernière option pour un pays en faillite de maintenir son développement économique. En 2005, les Etats toujours sur-endettés ont bénéficié du programme d’allègement des dettes souveraines. Aujourd’hui ces pays sont toujours dans le rouge. » A bon Entendeur Salam,…… d’autant plus, que l’Algérie n’est pas un pays en faillite… que ceux qui ont rempli la Chkara rendent l’argent ou investissent en Algérie pour créer de l’emploi et de la richesse…ne laissez pas l’argent dormir dans les paradis fiscaux et les banques suisses…..vous n’allez rien emporter avec vous…! Que les faux bourdons cessent de tourner autour du miel..et travaillent pour l’intérêt de ce pays….! Que la traîtrise et la connivence cessent…y en a marre..! Pôvre Algérie, elle n’a pas eu de chance avec ses propres enfants…! Quel gâchis…!

    Saha Shorkom

    7
    2
    Anonyme
    2 juin 2018 - 23 h 50 min

    Vas y mollo la sioniste sœur de Sarkozy qui a pillé les Français arbitrairement pour Bernard Tapie qu avait soutenu votre chef Sarko pr sa première élection présidentiel et a qui tu dois ce poste de présidente du FMI en tt cas vs avez été mis en examen sur cette affaire ; on sait pour qui vous roulez et l avenir de l Algerie est le dernier de vos soucis ; ca marche plus l asphyxie financière qui rend un pays dépendant de vous et le tenir par les c….. ensuite ; sinon vs le coulez car il dépendra de votre trésorerie et pas de la sienne donc plus souverain déjà donc je préfère avoir mes sous et je fais tt pr ne pas m endetter en octroyant un crédit chez les autres . le baril grimpe à76 dollars le baril nos expert algériens avait prévu 79 voir 80 on est pas loin qd il était à 46 dollars y a pas lgpts mais c est aussi due aux crises internationales mais bon on a rien demander nous les algériens voila pkoi aussi ils veulent qu on emprunte et l Algerie a tjrs été un bon pigeon et un bon payeur donc un bon client ; l Algerie a prêté de l argent au FMI qu en est il de ses 5 milliards de dollars vs en avez vs meme parlé en tant qu invitée sur une télévision algérienne lors d une visite officielle en Algerie en nous précisons que cet argent sera distribué a des pays demandeurs et que l Algerie récupéra cette somme et gagnera d énorme intérêts ds tt les cas on a rien vu et on ns a rien expliquer a nous le peuple algerien mais vs pourriez nous le dire vous puisque vs connaissez le sujet et puisque vs ns demandez aujourd hui d emprunter a nouveau? ; Les algériens aimeraient savoir ou est passé cette somme déjà avt de lui demander d emprunter mais ceci nos responsables n en disent pas un mot ; il devrait car le peuple algerien s interroge sur son trésor public son bien commun .

    9
    2
    Felfel Har
    2 juin 2018 - 21 h 57 min

    Combien de pays ont réussi à se redresser en suivant les thérapies du FMI? Pratiquement aucun! Quel a été le résultat de la première intervention du FMI dans les années 1990 avec l’équipe à Hamrouche? La destruction du secteur public, la paupérisation de la population et l’émergence de la mafia politico-financière! Nous sommes avertis! Recourir à l’endettement extérieur revient à enrichir les banques extérieures et leur confier les clés de la maison.

    18
    2
    Argentroi
    2 juin 2018 - 17 h 33 min

    Moi, je me suis toujours posé cette question assez simple : comment un pays qui emprunte des devises peut-il rembourser sa dette quand sa monnaie n’est pas convertible en devises ? L’Algérie si ce n’était l’exportation des hydrocarbures qui génère des rentrées en devises, le pays n’aurait jamais pu rembourser sa dette. Imaginons un pays comme le Mali qui n’a pas cette chance, comment va t-il rembourser sa dette s’il contracte un emprunt extérieur si ce n’est de perdre toute indépendance.

    14
    1
    chark
    2 juin 2018 - 17 h 12 min

    L’or physique et autosuffisance alimentaire seront la meilleure réponse adressé à cette institution au service des sioniste rotschild et goldman sachs !

    Algeriens ! Algeriennes ! le travail de votre terre pour vous nourrir sera le meilleur bouclier du monde !

    21
    3
    chark
    2 juin 2018 - 17 h 05 min

    Que l’Algerie ne cède pas aux  » chant des sirénes  » qui ont mis toutes les nations en état d’esclavage financier !

    Il est impératif que l’Algerie se prépare à un effondrement imminent du papier toilette dollar , en augmentent ses réserves d’or physique , comme le font actuellement la Russie et La Chine qui émettront à terme un étalon/or dans leur échanges internationaux se qui aura pour effet immédiat de jeter dans la poubelle de l’histoire le petro/dollar et les monarchiottes du golfe avec !
    (…)

    14
    3
    le Terroir
    2 juin 2018 - 16 h 24 min

    FMI= Fabrique de Misère In-vitro

    22
    2
    Mme CH
    2 juin 2018 - 15 h 34 min

    Pour commencer rendez-nous les 5 milliards que l’Algérie vous a prêté..! On se rappelle bien du FMI au cours de la décennie noire, où FaFa a refusé une aide financière à l’Algérie et l’a poussé dans les bras du FMI….Justement Ouyahia avait bien suivi les consignes du FMI, rappelez-vous…?

    Voici un article intitulé: « La Bolivie s’extrait des griffes du FMI » (RI 18 mai 2017).
    Le président bolivien E.Morales, avait annoncé, fin novembre 2016, qu’il allait expulser du pays la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI).
    Ces deux institutions créées en 1944 sont soumises à l’influence aussi bien du gouvernement des États-Unis que de la célèbre dynastie de banquiers que sont les Rothschild.

    L’expert économique suisse, P.König, affirme que l’objectif de ces deux institutions banquières est d’exercer une forte pression sur les États afin qu’ils ouvrent leur économie à l’influence des grands groupes industriels par le démantèlement des réglementations étatiques. Lorsque les gouvernements se voient ensuite contraints de sauver leur économie, exploitée et précipitée dans les déficits par ces grandes sociétés, le FMI et la Banque mondiale les attendent déjà avec des offres de crédits. Pour les obtenir, les pays doivent cependant privatiser de plus en plus de biens publics, autrement dit les céder aux grandes sociétés et perdre ainsi des pans entiers de souveraineté nationale.
    Dans ce processus, aucune attention n’est prêtée à la paupérisation de la population, ni au pillage de l’environnement. La Bolivie a interdit, dès 2006 déjà, la mainmise de groupes étrangers sur les ressources du sous-sol du pays. En 2008, elle expulsait du pays l’ambassadeur des Etats-Unis, devenu persona non grata. La Bolivie donne l’exemple qu’il est possible de s’extraire des griffes des stratèges internationaux de la finance……….A méditer Ya les ressssponsables….!!!

    Alors arrêtez votre cirque, je dis ça au FMI et à nos responsables, car les conséquences à l’endettement extérieur est une opération très dangereuse, on peut perdre même ce qui nous reste de notre souveraineté..! Paapapapapapapaaa, ils utilisent tous les moyens pour enfoncer l’Algérie à défaut d’un printemps zarabe..ou africain….!

    Saha Ftorkom…!

    14
    4
    IMAZIREN
    2 juin 2018 - 14 h 44 min

    Ils cherchent tous les moyens pour mettre le grappin sur EL DJAZAÏR.

    10
    4
    Anonyme
    2 juin 2018 - 14 h 34 min

    Cette femme du fmi doit donner ses conseils ailleurs. … a vos conseils que vous avez donnez en Afrique et vous les avez mis à genoux vue vos médiocres conseils. Vous n êtes qu une bande de malfaiteures qui ruinent des pays entiers , juste pour vous enrichir..quel bande de médiocres ce fmi. Je dis et je répète arrêtez tout imports sauf les médicaments et l armement. Renforcer l achat de sukhoi et d armements. Tout autre import sera décréter interdit haram..epicitou

    12
    3
    Watani Watani
    2 juin 2018 - 14 h 25 min

    Salam Lkhawa, n’oublions pas que cette même personne a obtenu son 2ème mandat pas pour rien. Rappelons-le que c’est chaque 5 ans qu’elle préside cette institution, un bon résumé de cette institution et ses ressemblances bien décrites dans le livre: CONFESSIONS D’UN ASSASSIN FINANCIER, L’auteur: JOHN PERKINS. D’ailleurs vous pouvez le télécharger comme pdf. Bonne lécture.

    14
    3
    BabElOuedAchouhadas
    2 juin 2018 - 11 h 10 min

    Tant que ce FMI continue de critiquer l’Algérie, moi je dors tranquille. Je m’en inquiéterais le jour il commencera à nous jeter des fleurs.

    24
    5
    Anonyme
    2 juin 2018 - 10 h 02 min

    L Algerie se rappellera toujours de la politique entreprise par le Malaisien Mahathir Bin Mohammed Pendant son mandat, Mahathir a transformé la Malaisie en une région de fabrication de produits high-tech et en un hub financier et de télécommunications par ses politiques économiques fondées sur le nationalisme corporatif. il a refuse les ordres du FMI,et appliqué une « potion nationaliste » à la malaisienne, chassant du pays tous les experts du FMI. Les taux de croissance du pays furent impressionnants : 8,1 % en 2000, 3,5 % en 2002, 5,5 % en 2003.
    Mahathir a aussi mené une politique de fort endettement.
    En 2002, la Malaisie a eu le taux de chômage le plus bas du monde et en 2001, le pays a accueilli plus de dix millions de touristes.Il est à l’origine de quelques projets économiques :
    – Le constructeur automobile Proton ;
    – Circuit de Formule 1 ;
    -Les tours jumelles de Petronas, les tours jumelles les plus grandes au monde (452 m, 200 ascenseurs), et le bâtiment le plus grand du monde de 1997 à 2003, qui sont devenus les symboles de la Malaisie moderne. Les tours Petronas peuvent résister à une séisme de magnitude 7,2 sur l’échelle de Richter ;
    – L’aéroport le plus moderne du monde construit en 1998 ;
    -La nouvelle capitale Putrajaya ;
    -La nouvelle capitale de l’informatique et du multimédia, Cyberjaya.
    Voila l exemple que doit suivre notre pays…..on s en foue des conseils du FMI ou de la banque mondiale…ce ne sont que des vampires qui se nourrissent du sangs de leurs victimes.

    25
    4
      Lghoul
      2 juin 2018 - 14 h 35 min

      En Malaisie vivent des communautes dans la tolerance et le respect did prochain. Meme les restos sont ouverts durant le Ramadhan. Ils ont une longueur d’advance sur totous les pays musulmans.

      17
      2
      Lghoul
      2 juin 2018 - 14 h 51 min

      La Malaisie est LE PAYS musulman ou le peuple vit dans le respect et la tolérance. Même durant le mois de ramadhan les restaurants sont ouverts sans que celà derrange personne. Les gens sont pacifiques et jeûnent pour eux mêmes mais pas pour les autres. Un exemple à suivre dans tous les domaines y compris celui de la science, du savoir et de l’indépendance économique. Un pays à visiter pour apprendre à être intelligent et tolérant.

      16
      4
        Anonyme
        3 juin 2018 - 13 h 37 min

        ..niet on veut pas ça et on veut un quelque chose qui s aligné à nos costumes culture et valeurs ancestrales. Compris .. if faut arrêter de copier les culture d autrui soyons algériens..je connais l Algérie mon pays avant toi et la tolérance existe. Arrêter de copier les lois et culture de franssa.. arrêter de juste copier sans aucune considération à notre culture..si vous effacer notre culture, valeurs..on sera un peuple b…

    sam
    2 juin 2018 - 9 h 50 min

    FMI , organisation satanique ……………….jamais l endettement na pus regler les problèmes des pays émergents ….elle parle pour elle meme , plus elle réussi a nous faire baisser le pantalon pour de bonus pour elle a la fin de l année ,

    27
    7
    AB
    2 juin 2018 - 9 h 48 min

    Salam à tous et toutes .De quoi je me mêle occupez vous déjà de vos pays et peuple parce que la misère va grandissant .saha ftorkom inchallah a tous mes frères et soeurs d Algérie

    25
    7
    lhadi
    2 juin 2018 - 8 h 59 min

    J’avais semé l’alarme sur la posture du Président du patronat algérien qui s’est vu investi des prérogatives d’un ministre de l’économie et, cela au mépris de la loi fondamentale de la république algérienne.

    Pourquoi ?

    Parce que faire de l’existence de tel procédé ne peut que retarder l’avènement d’une Algérie apte à lutter contre la stagflation, une Algérie d’abondance plus juste, plus solidaire ; une Algérie forte de la confiance du soutien que lui vaudra dans le pays

    Au jour d’aujourd’hui, la gravité de la situation est telle que même le Président de la république la reconnait tout en faisant croire que c’est les puces des chiens qui font miauler les chats ; c’est-à-dire la faute des autres. Ne lui en déplaise, sa responsabilité est entière.

    En effet, l’Algérie, et à travers elle, le peuple algérien est confrontée à un problème d’ordre politique qui obère toute chance de développement économique, social, culturel et moral.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    19
    7
    LOUCIF
    2 juin 2018 - 8 h 49 min

    Pas étonnant du tout de la part de ce FMI car toutes ses injonctions sont une doxa , une bible ! Elle préconise cette politique d’une manière autoritaire (parfois par la force) à tous les pays en général, même si ces pays sont relativement bien gérés en matière budgétaire et n’ont pas de grave problème de dette !

    Il est vrai que la privatisation est indispensable voire inévitable face à la gestion étatique, bureaucratique centralisée et autoritaire de certains gouvernants, mais cette privatisation doit se faire au rythme souhaité par le pays lui-même et non imposé d’une manière brutale de l’extérieur.

    22
    3
    Anonyme
    2 juin 2018 - 8 h 37 min

    @Awrassi
    Merci pour excellent commentaire.
    Ces officines roulent pour l’entité sioniste et l’axe atlanto-occidentalo-sioniste.

    16
    5
      Anonyme
      2 juin 2018 - 9 h 37 min

      vous avez raison,il faut toujours fuire nos responsabilités et dire que c’est la faute aux autres,la vérité c’est que nous avons beaucoup de similitudes avec un autre pays, le vénezuela qui dépend exclusivement du pétrole, qui importe tout, y compris meme des seringues sans parler des médicaments..,il est a craindre malheureusement que l’algerie suit le meme chemin,et on est améné a se poser la question, a quoi a servi les1000 milliards de dollars,sauf peut etre a construire cette autoroutes loin des standards internationaux, qui a couté le triple,ou l’importation de camelotes bas de gamme

      12
      11
    Anonyme
    2 juin 2018 - 8 h 34 min

    Christine Lagarde impliquée et condamnée dans l’affaire Tapie vient nous faire une leçon de morale économique quelle TARTUFFERIE.
    Poubelle son rapport et ses conseils d’escrocs.

    25
    7
    kilma
    2 juin 2018 - 8 h 19 min

    Mme lagarde qui a donné plus de 400 Millions d’euros à b.tapis dans l’affaire adidas,préconise à l’Algérie de s’endetter pour mieux la mettre à genoux et la détruire comme dans les années 80.moi je préconise à Mme lagarde de rembourser les 5 milliards de dollars que l’Algérie a prété à la fraude machiavélique internationale et de se rendre à la justice française pour expliquer la  » donation » des 400 Millions d’euros d’argent public…pour le reste,laissez l’Algérie aux algériens.

    21
    7
    awrassi
    2 juin 2018 - 7 h 51 min

    Pendant ce temps, les Juifs n’empruntent jamais mais prêtent aux autres nations du monde ! Gardez vos analyse pour vous, cher FMI. Nous savons pour qui vous roulez. Je propose au gouvernement algérien : 1) de rendre licite le prêt sur usure et les intérêts cumulés en matière d’obligations; 2) d’emprunter uniquement à son peuple. La Banque mondiale, le FMI, l’OCDE et autres sont les officines du peuple élu …

    22
    6
    Ahmed Tizi ouzou
    2 juin 2018 - 7 h 38 min

    Les conseilleurs ne sont pas les payeurs et puis vaut mieux se nourrir des herbes que de ce que vous nous preconisez

    23
    4
    Anonyme
    2 juin 2018 - 5 h 52 min

    Le piège… dans toute sa splendeur…

    38
    5
    pomme
    2 juin 2018 - 5 h 51 min

    Prenez un rapport du FMI et faites le contraire,vous vous en porterez mieux. Toujours faire le contraire de ce que préconise cette institution malfaisante et manipulatrice.

    38
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.