Initiative du MSP : le FLN renouvelle ses «réserves»

Le Secrétaire général du parti du Front de libération national (FLN), Djamel Ould-Abbès, a réaffirmé jeudi à Boumerdès l’attachement de son parti aux «réserves» émises sur le consensus national, initiative du Mouvement de la société pour la paix (MSP).

Dans une déclaration à la presse en marge de la cérémonie d’ouverture de l’Université d’été de la Ligue nationale des étudiants algériens à la faculté de Droit de Boudouaou, Ould Abbès a affirmé que ces réserves «sont irréversibles, et restent inchangées. Si le MSP change sa vision, nous reverrons notre position sur la question», a-t-il soutenu. Le FLN a émis des réserves quant aux points essentiels notamment «la souveraineté» de l’Armée nationale populaire (ANP), a affirmé le secrétaire général du FLN.

«Les orientations, les instructions et les ordres de l’ANP, parviennent du président de la République, en sa qualité de ministre de la Défense nationale et chef suprême des Forces armées.»

«L’Institution militaire ne doit pas être impliquée dans les manœuvres ou jeux politiques et politiciens, car le rôle de cette Institution est défini dans la Constitution, à savoir la protection du territoire national, de la stabilité, de la sécurité et la défense de l’unité du pays et du peuple.»

«Les autres réserves concernant ladite initiative portent sur la question de «la transition démocratique», le FLN considérant cette question comme «close en 1999», car, «l’Algérie ne vit plus une période transitoire sur le plan politique et connaît, plutôt, une stabilité politique et sécuritaire à tous les niveaux», a encore précisé le SG du FLN.

Dans son allocution d’ouverture de l’Université d’été, Ould-Abbès a rappelé que la jeunesse algérienne constituait un vivier pour le développement du pays. Après avoir salué la politique du président de la République en matière de développement, son attachement à l’État social et les défis qu’il a eu à relever pour effacer les séquelles de la décennie noire, le SG du FLN a estimé que «les jeunes compétences sont le garant de la stabilité de l’Algérie».

R. N.

 

Comment (7)

    Fellag
    27 juillet 2018 - 22 h 31 min

    Ces vieillards qui gouvernes la plus jeune république peuplé de mouton et de brebis

    1
    1
    Tartompion
    27 juillet 2018 - 20 h 52 min

    Je deviens fou, je saute sur mon fauteuil quand je trouve dans un article le terme « consensus » ! Jusqu’à présent personne, mais alors personne ne nous a expliqué c’est quoi exactement ce machin là qu’on appelle « consensus » et dont nous parle à longueur de journée et d’articles !!

    VRAIS
    27 juillet 2018 - 15 h 47 min

    Ce FLN douteux à rien à voir avec l’origine !

    Anonyme
    27 juillet 2018 - 13 h 31 min

    Comment cet individu peut représenter le FLN? La preuve que l’Algérie à toucher le fond avec des médiocre qui se réclament de légitimité historique. La jeunesse représente l’avenir de l’Algérie alors prenez en acte Mr Ould Abbes et prenez votre retraite, on vous pardonnera pour toutes vos erreurs et vos actes mais dégagez, vous et vos clones.

    7
    1
    ninir
    27 juillet 2018 - 10 h 52 min

    si le SG du fln faisait l’effort de comprendre que la neutralité de l’ANP joue en faveur la transparence et de la démocratie et non en faveur de son parti (qui fausse toutes les regles de la democratie), il ne jouerait pas au chef de guerre comme il a tendance à le faire. le fln actuel est la cause de notre s/développement mental, culturel, politique et économique par voie de conséquence. le fln a joué une seule fois la carte de la transparence et il s’est retrouvé loin derrière le fis et le ffs. c’est pourquoi il n’acceptera jamais le jeu démocratique. je précise au passage que je ne suis d’aucune obédience et je n’ai voté que 2 fois (le jour où le grand Ait Ahmed s’est porté candidat à la presidence et le jour où Mr Zeroual a été plébiscité (periodes cruciales pour notre pays). sinon le fln nous a habitué aux résultats tirés par les cheveux qui n’incitent pas à voter.

    2
    7
    MELLO
    27 juillet 2018 - 9 h 43 min

    Si Mr Ould Abbes comprenait au moins le role de l’armee dans ce consensus, il changeralt, probablement d’avis.
    Si Mr Ould Abbes ,qui parlait tant de cette jeunesse comme garant de la stabilite’, il aurait laisse’ sa place lui qui frole les 90 ans.
    Si Mr Ould Abbes comprenait qu’en l’etat actuel, l’armee souffre de missions qui lui sont pas devoluent, il aurait change’ d’avis sur la periode de transition.
    Si Mr Ould Abbes savait que ce projet de consensus national venait de Bouteflika, il aurait change’ d’avis et adherer au principe.
    Mais comme en Algerie ,tout se decide dans l’opacite’ , Mr Ould Abbes est loin des centres de decisions.

    3
    7
    Damane
    27 juillet 2018 - 8 h 30 min

    le social a tué le peuple, il l’a rendu le plus fainéant du monde.

    3
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.