No comment : immeubles en ruine, danger imminent

Comment (5)

    ferial
    12 août 2018 - 6 h 47 min

    une honte pour notre pays, si les proprietaires n’ont pas les moyens de faire les travaux alors c’est l’Etat qui supplé mais il ne faut pas mettre la vie des gens en danger.

    Blek
    9 août 2018 - 1 h 57 min

    A la fin des années 70 les nouveaux décideurs avaient programmé de détruire le pays en commençant par vendre les biens de l’Etat pour s’enrichir encore plus et en se débarrassant des concierges et des gardes champêtres ils ont crée le désordre. Mais heureusement que la mort existe et il viendra le jour où ils crèveront tous sans exception et leur fortune ne leur servira à rien !

      benchikh
      11 août 2018 - 9 h 06 min

      c’est le cas de mon père qui avait acheter un apart. à Alger d’une française après l’indépendance (1965) et notre cher état nous a forcé de payer OPGI pour avoir l’acte du propriété ,ça veut dire qu’on a payé deux fois le premier c’est la propriétaire et le deuxième ???!!!! pourquoi autant de malheur on subit de cette gérance mal adroite ,on nous punis d’avoir respecter les lois ,et ils nous cherchent la pagaille .Koulou baedikhoum

    benchikh
    8 août 2018 - 22 h 01 min

    un pays qui est géré sans le gérant ,si notre système fonctionné on aurait trouvé des milliers de solutions pour chaque problème, malheureusement, on vit le vide et le sentiment d’aliénation.

    Horizon
    8 août 2018 - 2 h 32 min

    Je suppose que ces immeubles n’appartiennent plus à l’Etat. Ces édifices relèvent d’un bien collectif. Si c’est bien le cas, je pense que l’entretien exterieur et celui les parties communes de l’immeuble incombent exclusivement aux propriétaires. Sinon, le propriétaire d’un logement individuel aspirerait lui aussi, et c’est légitime, à une aide de l’Etat pour l’entretien extérieur de sa maison.
    Cependant, la dégradation de nos immeubles était prévisible après leur cession aux occupants dans les années 80. Dès lors,il fallait mettre en place des Organismes de gestion, fondés de pouvoir de reccueillir mensuellement ou trimestriellement les charges qui serviront justement à ravaler les façades, entretenir les parties communes et harmoniser, (exemple les barreaudages, la pose des antennes paraboliques etc… Franchement c’est hideux ! )

    6
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.