Grave crise à l’APN : que cache la cabale contre Saïd Bouhadja ?

OA Bouhadja
Ould-Abbès a fini par avoir raison de Bouhadja. New Press

Par R. Mahmoudi – Les remous provoqués par le limogeage du secrétaire général de l’APN par son président, dimanche dernier, semblent tomber à point nommé pour le patron du FLN qui cherchait depuis quelque temps un tremplin pour entamer un nouveau «redressement» du parti.

A cette occasion, Ould-Abbès a présidé, mercredi, une réunion à huis clos, officiellement consacrée à l’évaluation du travail des élus du parti au sein des institutions mais dont l’objet essentiel est de préparer la destitution du président du Parlement, Saïd Bouhadja. Celui-ci est accusé par Ould-Abbès et une majorité des membres de son bureau politique d’avoir «franchi la ligne rouge, en rechignant d’appliquer les décisions du chef de l’Etat», sans préciser de quelles décisions il s’agit ici.

Le président de l’APN avait, dans un communiqué rendu public mardi, expliqué que sa décision de suspendre le secrétaire général de l’Assemblée entrait bien dans ses prérogatives.

Si Ould-Abbès s’est contenté, cette fois-ci, de brandir un carton jaune, en guise d’avertissement à l’adresse de tous les militants de son parti qui se laisseraient désobéir aux directives du parti, la cabale contre Saïd Bouhadja est enclenchée. D’ailleurs, l’absence de ce dernier à cette réunion convoquée par Ould-Abbès atteste cette rupture entre les deux hommes. Interrogé par la presse sur ce détail, le secrétaire général du FLN a eu cette réponse lourde de sens : «Il est responsable de ses actes.»

Que reproche-on exactement à Saïd Bouhadja, hormis cette mise à l’écart d’un haut fonctionnaire de la deuxième Chambre, apparemment soutenu par le groupe parlementaire du FLN ? L’homme paraît être le prototype du gardien du temple dès lors qu’il ne s’est jamais adonné, du moins en public, à un quelconque «travail fractionnel».

Avant son retour d’une longue période de convalescence, l’intérim était assuré par le député Abderrazak Terbeche, qu’il avait désigné lui-même. Aucun dysfonctionnement majeur n’a été enregistré durant cet intermède, et les séances plénières se déroulaient normalement.

Cette cabale contre le président de la Chambre basse, en ce moment précis, ne peut s’expliquer que par le besoin d’avoir un nouveau président d’APN pour la prochaine période qui coïncide avec la préparation de l’élection présidentielle de 2019.

R. M.

Comment (18)

    Anonyme
    27 septembre 2018 - 20 h 32 min

    Camaraderie, sourires, où grimaces de façade, en attendant d’aiguiser, et d’affuter leurs couteaux,…..
    Dans la nuits des longs couteaux, pardon, des longs complots,pour…..2019

    Moh Tziri
    27 septembre 2018 - 20 h 02 min

    Quelle horreur pour le pays, ils sont répugnants !!!

    Anonyme
    27 septembre 2018 - 19 h 15 min

    ça ne cache rien du tout ! tous les larbins dans le systeme paniquent car ils voient arriver la fin de règne de fakhamatouhou et demain ils doivent rendre compte au peuple algérien de 90/00 d abstentionnistes ( ce pouvoir est aveugle ) ! le peuple algérien a résistè et attend son heure de délivrance de cette maffia ! live live live live live ces quatre lettres qui font frémir aujourd’hui le systeme !

    Métalexicographie Culurelle
    27 septembre 2018 - 15 h 11 min

    Ces 2 sur la photo… Ils sont admissibles au Sila.

      Zaatar
      27 septembre 2018 - 19 h 54 min

      Sans invitation je parie et sans avoir écrit aucun livre…

      Anonyme
      27 septembre 2018 - 21 h 49 min

      plutôt a Frantz fanand de blida !

    Felfel Har
    27 septembre 2018 - 13 h 31 min

    Carnaval Fi Dechra II. Le premier film nous avait vraiment fait rire, le second nous donne envie de pleurer tellement nous nous enfonçons dans le ridicule, la mesquinerie, la bassesse, la fourberie. Quand le chef d’orchestre roupille, les musiciens sombrent dans la cacophonie. Tout ce cirque pour confier un autre mandat à un candidat absent, sourd et complètement aphone qui ne demande qu’on lui fiche la paix et finir paisiblement ses jours. Ses « amis » qui l’ont pris en otage, auront-ils assez de compassion pour exaucer ce voeu?

      Zaatar
      27 septembre 2018 - 19 h 57 min

      Le premier nous a fait rire, le second nous a fait pleurer, le troisième va sûrement nous achever, Mon tout est bien parti pour un énième mandat: vous avez trouvé ?

    Anonyme
    27 septembre 2018 - 12 h 53 min

    L’Algérie et ses institutions sont prises en otages par des clans mafieux, affairistes-rentiers
    Les changements, et les réformes démocratiques,radicales, et totales ne sont pas, encore, acceptes
    Par certaines institutions, des manoeuvres, et des résistances discrètes, occultes, secrètes, et sournoises
    Sont préparées (contre-attaques) contre les changements, et les réformes démocratiques,…..
    Le pays vit des changements, et des réformes….. qui soulèvent des espoirs
    Contre les blocages, l’inertie, et la stagnation qui ont asphyxié, et paralysé le pays,
    En faillite morale (valeurs, intégrité, probité, honneteté, fidélité, travail sérieux,…..) et économique

    5
    1
    Lghoul
    27 septembre 2018 - 11 h 44 min

    Ces deux méritent chacun un prix, une récompense: Ould abbas: Bénéficiera de l’ansej (même a 84 ans car il a des « plans de developpement local » jusqu’en 2050). Bouhadja: Bénéficiera du couffin du ramandan et de la carte chiffa. Sinon quoi dire, comme je ne pourrai jamais expliquer comment deux type pareils se retrouvent a polluer notre vie au quotidien.

    10
    2
    KAMEL
    27 septembre 2018 - 10 h 22 min

    HHHHHH HHHHHH SANS COMMENTAIRE. !!!!!

    3
    1
    Lghoul
    27 septembre 2018 - 9 h 31 min

    Dans toute l’Algérie, pourtant peuplée de plus de 40 millions d’âmes, il n’y a que ces gens a regarder du matin au soir et depuis 62. En résumé, un pays de jeunes et de gens capables, pris en otage par des vieux et des malades.

    18
    Anonyme
    27 septembre 2018 - 8 h 36 min

    Vous croyez vraiment que le système a besoin de cabaler pour desinguer ses hommes??? Le système choisit ses hommes sur des critères telles que pour les déguerpir il lui suffit un seul hochement de la tête pour voir le concerné baisser les oreilles et dire merci fakhamatouhou, alors cette massrahiya de séniles ne changera rien à notre drame.

    16
    Ah bon
    27 septembre 2018 - 8 h 33 min

    Je m’en fout

    6
    1
    Zaatar
    27 septembre 2018 - 7 h 47 min

    C’est la foire aux gangsters de la série Spirou. Mais ils ne tiennent personne en haleine, l’issue bien évidemment est parfaitement connue. ET à la fin celui qui gagne c’est…..

    11
    1
    Gatt M'digouti
    27 septembre 2018 - 7 h 36 min

    Deux fossiles du genre  » lechus pompus bouteflikator  » Allah yestourna ! echib wa echitta !!

    14
    Said
    27 septembre 2018 - 6 h 54 min

    Des malades psychopathes Octogénaires

    11
    Oumaazedine
    27 septembre 2018 - 6 h 22 min

    السلام عليكم ورحمه الله وبركاته
    سورة المعارج
    اصْبِرْ صَبْرًا جَمِيلا إِنَّهُمْ يَرَوْنَهُ بَعِيدًا وَنَرَاهُ قَرِيبًايَوْمَ تَكُونُ السَّمَاء كَالْمُهْلِ وَتَكُونُ الْجِبَالُ كَالْعِهْنِ وَلا يَسْأَلُ حَمِيمٌ حَمِيمًا يُبَصَّرُونَهُمْ يَوَدُّ الْمُجْرِمُ لَوْ يَفْتَدِي مِنْ عَذَابِ يَوْمِئِذٍ بِبَنِيهِ وَصَاحِبَتِهِ وَأَخِيهِ وَفَصِيلَتِهِ الَّتِي تُؤْويهِ وَمَن فِي الأَرْضِ جَمِيعًا ثُمَّ يُنجِيهِ كَلاَّ إِنَّهَا لَظَى نَزَّاعَةً لِّلشَّوَىتَدْعُو مَنْ أَدْبَرَ وَتَوَلَّى وَجَمَعَ فَأَوْعَى

    عَلَىٰ أَن نُّبَدِّلَ خَيْرًا مِّنْهُمْ وَمَا نَحْنُ بِمَسْبُوقِينَ (41) فَذَرْهُمْ يَخُوضُوا وَيَلْعَبُوا حَتَّىٰ يُلَاقُوا يَوْمَهُمُ الَّذِي يُوعَدُونَ
    الله عزوجل يمهل و لا يهمل
    الشعب الجزائري منهم الاحياء و منه الاموات لا ينسى ابدا ما عملوا فيه هد الحكام الى يوم الدين

    5
    55

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.