Un rapport de la CIA le confirme : «Ben Salmane est bien mêlé à l’assassinat de Khashoggi»

MBS dissident
Mohammed Ben Salmane soutenu par Donald Trump contre vents et marées. D. R.

Par Sadek Sahraoui – L’affaire de l’assassinat de Jamal Khashoggi évolue dans le mauvais sens pour le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salamane.

De nouveaux éléments tendent à prouver en effet qu’il était informé du plan d’exécution du chroniqueur du Washington Post. Selon un rapport classé produit par la CIA, Mohammed Ben Salmane a envoyé au moins onze sms à la personne en charge de l’escadron de 15 personnes qui a assassiné le journaliste Jamal Khashoggi.

Ce rapport a été communiqué officieusement au Wall Street Journal, qui a publié en première page un article expliquant que le prince avait envoyé des messages au consul saoudien à Istanbul quelques heures avant et après le meurtre brutal de Khashoggi, le 2 octobre 2018.

A la fin du mois dernier, le CIA et son équivalent britannique le MI6 avaient déjà conclu que le meurtre de Khashoggi avait été commandité par le prince Ben Salmane lui-même. Mais le président Donald Trump ainsi que les membres haut placés de son cabinet, tels que les secrétaires d’Etat Mike Pompeo et James Mattis, ont réfuté cette thèse, en déclarant qu’il n’y avait pas de «pièces à conviction» qui prouvent la participation du prince.

Le Président américain a déclaré que l’Arabie Saoudite était un «grand allié» de Washington et que le rôle du prince Ben Salmane dans le meurtre de Khashoggi n’était pas clair. «Peut-être qu’il l’a fait et peut-être que non», a-t-il déclaré aux journalistes à Washington le 20 novembre, en faisant référence au prince qu’il considère comme un ami proche.

Au lieu de cela, la Maison-Blanche a fait porter la responsabilité de la mort de Khashoggi sur Saud al-Qahtani, un ancien conseiller auprès de feu le roi d’Arabie Saoudite Abdallah, qui est soupçonné d’avoir coordonné ce meurtre.

Mais dans une nouvelle investigation de la CIA sur le meurtre de Khashoggi qui a fait l’objet d’une fuite au Wall Street Journal, l’agence affirme qu’elle peut, avec une confiance élevée, déclarer que le prince Ben Salmane «a ciblé personnellement» le journaliste et «qu’il a probablement commandité son meurtre».

Autrement dit, Donald Trump veut sauver Mohammed Ben Salmane non pas parce qu’il le croit innocent mais il veut le faire plutôt au nom de la raison d’Etat et surtout des intérêts des Etats-Unis.

S. S.

Commentaires

    Vroum Vroum 😤..
    6 décembre 2018 - 13 h 49 min

    Trump/MBS/Macron en surcis..finiront – ils meur mandat ??…Rien n’est sûr …Trump/MBS sur un Siège éjectable

    3
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.